Veillée de prières au stade municipal : Jésus, le grand vainqueur du match spirituel !

jeudi 3 mai 2012 à 01h29min

Le renouveau charismatique catholique, le « Buisson ardent » de l’université de Ouagadougou a respecté sa tradition en organisant sa veillée annuelle de prières, d’intercessions et de délivrances. C’était dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2012 au stade municipal de Ouagadougou. Louanges, guérisons, témoignages, messages de repentance, ont été les temps forts de ce « match spirituel » qui s’est joué à guichet fermé…avec à la clé, une célébration eucharistique assurée par l’abbé Blaise Bicaba.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« Chemin faisant, proclamez que le Royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons… », Mathieu : 10, 7-8 ». C’était le thème de cette veillée, apothéose de la campagne d’évangélisation débutée le 28 avril dernier.

Le stade municipal avait l’allure d’un derby de football. Plein comme un œuf. Il y a bien longtemps que ce temple du foot n’avait connu pareille affluence. Dans les gradins, derrière la grille, sur la pelouse, des milliers de personnes ont répondu à l’appel du Buisson ardent pour rencontrer le seigneur, le louer, lui présenter des prières.

« Quelles sont les équipes qui jouent ce soir ? », lance l’abbé Bicaba à la foule qui répond en chœur « Jésus contre Satan ». « Y a pas match ! », rétorque le prédicateur. « Jésus est toujours le grand vainqueur, le Christ doit régner partout », ajoute t-il.

Le père spirituel du « Buisson ardent », l’abbé Bicaba a axé son homélie sur le travail. C’était aux environs de 3 h du matin. Il a ainsi prôné un travail qui ennoblit l’homme au-delà du gain, « travaillons d’abord pour la gloire de Dieu ». Mais un travail qui doit être reconnu à sa juste valeur pour que règne la paix sociale et la justice véritable. « Quand je te pille, quand je mange laisser mon voisin, puis-je lui parler de paix ? » demande le célébrant avant de poursuivre qu’il « n’y a pas de véritable paix sans justice, c’est pourquoi nous devons travailler dans la justice. Travailler à être intègre, chose que nous sommes en train de perdre. Travailler pour que ce qui se vit ailleurs (Ndlr. Guerres, crises…) n’arrive pas ici ». Pour lui, les revendications, grèves, sont la conséquence de l’absence de justice. Voilà pourquoi il faut la justice dans le travail, dans la redistribution équitable des richesses.

La messe dite par le prêtre a été précédée de louanges, d’invocations et de deux messages. Le premier a appelé à la conversion des enfants de Dieu. Le pêché dans le jardin d’Eden a éloigné l’homme de Dieu mais celui-ci a envoyé son fils afin que l’homme se réconcilie avec lui. Le second a invité le peuple des rachetés à marcher avec le seigneur. « Il ya des gens qui se disent, celui qui parle ne sait pas ce que j’ai enduré. Il ne sait pas toutes les prières que j’ai faites sans être guéri, exaucé », avance Seogo Jean-Gabin, qui a livré le deuxième message. « C’est la parole des incrédules, ce n’est pas le moment de douter. Dieu nous connaît mieux que nous-mêmes. Il connaît tous nos handicaps, il fait chemin avec nous », rassure-t-il.

Les deux messages et les invocations qui s’en sont suivies ont été marqués par beaucoup de mouvements dans les loges du stade. Des cris, des tremblements, des pleurs. Le service d’ordre a eu du mal à maîtriser certaines personnes qui se débattaient violemment, certains même s’échappant de leurs mains. « Ne vous occupez pas de ce qui se passe chez votre voisin. Concentrez-vous sur votre prière, continuez de prier » ont rappelé à chaque fois ceux qui dirigeaient la prière. Il a souvent fallu plusieurs personnes pour gérer certains cas. Des dizaines de personnes ont ainsi été amenées sur la pelouse pour de petites séances de prières avant qu’elles ne deviennent lucides.

« N’applaudissez pas ! »

Une jeune fille témoigne qu’elle souffrait de douloureux maux de ventre depuis 2010. Elle sentait une boule dans le bas-ventre. Des tests au CMA saint-Camille aurait confirmé l’existence de cette boule. Pendant la prière elle s’est sentie libérée de son fardeau. La boule avait disparu. L’équipe médicale sur place l’a auscultée mais n’aurait pas trouvé de traces de boule. Ce témoignage a été accueilli par un tonnerre d’applaudissements. « N’applaudissez pas » dit l’officiant qui demande à la jeune fille d’envoyer après les résultats des tests qui révélaient son mal.

Aux environs de 7 h du matin et après la célébration eucharistique, l’abbé Bicaba a déclaré « que beaucoup de personnes ont été touchées » pendant les prières. « Deux femmes qui souffraient du cancer de sein ; une d’elle a déjà subi une opération et est actuellement sur chimio. Au contrôle, elle se rendra compte que son mal a disparu ; un malade sous ARV et qui avait aussi des ulcères a recouvré totalement la santé… Une femme a prié pour son mari séropositif qui a guéri ». Applaudissements ! Ce n’est pas la peine d’applaudir, a encore martelé l’abbé Bicaba. Trois femmes souffrant du cancer du col de l’utérus à un stade avancé, un malade de cirrhose de foi, un alcoolique, un accro de drogue, quatre enfants qui avaient des pertes de connaissances… ont reçu l’assurance d’avoir été touchés. « Il y a eu beaucoup de miracles. Personne ne repart comme il est venu », ajoute le prêtre qui appelle chaque miraculé à témoigner des grâces reçues dans sa communauté.

C’est aux environs de 7h 30 que l’abbé Bicaba a donné la bénédiction finale. Par ailleurs, le « Buisson ardent » a invité le public ce vendredi pour une soirée de louanges et de témoignages. Cette fois sur un autre terrain, celui de karaté de l’université de Ouagadougou. Pas pour un combat mais pour encore célébrer une autre victoire

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés