Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

PROMOTION CULTURELLE : Le festival Passana mise sur la parenté à plaisanterie

Accueil > Actualités > Culture • • mercredi 2 mai 2012 à 02h06min

L’association Passana a organisé, du 12 au 15 avril 2012, la 2ème édition de son festival sous le thème : « Jeunesse et parenté à plaisanterie ».

Contribuer à la formation, à l’épanouissement culturel et à la réinsertion sociale et professionnelle de la jeunesse, tel est l’objectif poursuivi par le festival Passana. Selon le président de l’association Passana, Prosper Sédogo, l’édition 2012 de ce festival, qui s’est tenue du 12 au 15 avril 2012, autour du thème : « Jeunesse et parenté à plaisanterie », s’est voulu être un cadre d’expression et de valorisation de la culture burkinabè. Pendant quatre jours, l’accent a été mis sur la parenté à plaisanterie ainsi que sur la promotion de jeunes talents artistiques.

Un film documentaire dénommé « rakiiré » (qui signifie parenté à plaisanterie en langue nationale moore) a été largement diffusé dans ce sens. Aussi, a-t-il ajouté, le festival a constitué une occasion d’exposition d’objets d’art et une opportunité d’échanges culturels entre le Burkina Faso, la France et la Belgique. Les jeunes ont pu également, à entendre Prosper Sédogo, s’initier aux instruments et à la danse traditionnelle.

Pour le représentant du ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, parrain de l’évènement, Blaise Daboné, la jeunesse burkinabè est à la croisée des cultures et des civilisations. Pour lui, cette frange est le fer de lance du Burkina Faso et a, pour cela, besoin de repères. Il a, par ailleurs, souligné que la culture peut être source d’emploi pour la jeunesse. De l’avis de Maître Titinga Pacéré, invité d’honneur de la cérémonie, la parenté à plaisanterie constitue un facteur de paix et de cohésion sociale. Comme un avant-goût des festivités, les participants à la cérémonie ont eu droit à des prestations de troupes traditionnelles. Au-delà de son festival, l’Association Passana vise, selon son président, à promouvoir les activités génératrices de revenus par la culture et lutter contre la pauvreté et le VIH/SIDA. Reconnue officiellement le 1er juillet 2008 à Ouagadougou, l’association regroupe, a-t-on appris de M. Sédogo, une cinquantaine de membres issus de divers milieux professionnels.

Asdara SAWADOGO (Stagiaire)

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 3 mai 2012 à 06:52 En réponse à : PROMOTION CULTURELLE : Le festival Passana mise sur la parenté à plaisanterie

    La parente a plaisanterie comme fer de lance de lance de la paix sociale. Voila une construction reactionnaire qu’ on veut forcer au dedans de la gorge des burkinabe. Tout faux. Si on veut la paix sociale, la vraie, pas la folklorique, il faut une repartition equitable, je dis bien equitable, pas egale des ressources de ce pays. Que ceux qui ne comprennent rien a rine ne reagisent pas a mes propos. Quand vous avez une ordonnancde et que vous partez a Yalgado, c’est la parente a plaisanterie qui regle vos factures ? Est-ce qu’ on dit comme toi tu es bissa et puis moi je suis gourounsi, ne paie pas ton lit de chambre ? Le malade samo sort- il de Yalgado sans delier sa bourse au caissier mossi ? Il y a la paix dans ce paix ou du moins, il y a la possibilite de paix dans ce pays. Mais ce n’est pas cette instrumentalisation du rakiire qui va nous amener la paix, la vraie. Si les parents a plaisanterie s’ aiment tant, pourquoi un mossi vole un mossi, un dagari un dagari, un bobo un bobo, etc ?Soyons honnetes. La parenterie a plaisanterie ne peut etre un adjuvant de la cohesion societale que si les besoins elementaires des uns et des autres sont satisfaits. Sinon, le reste n’est que du folklore meme si c’est orgnise par Me Pacere. Tu n’as pas mange deux jours et tu vas rire au bobo qui t’ insulte parce que tu es peul ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Journée internationale des musées 2022 : « Les musées sont des lieux de ce que nous sommes », déclare Valentin Kambiré, directeur général du livre et de la lecture publique
Culture : Des associations culturelles à l’école de la gestion d’entreprise
Mode au Burkina : Levée de rideaux sur la troisième édition de Ouaga Fashion week
Festival « Zembala-son » : La 2e édition se tient sous le sceau de l’entrepreneuriat culturel
Reggae au Burkina : « La contribution de cette musique à la lutte contre le terrorisme est palpable et vraie », dixit Madess
Musique : Les rideaux tombent sur le festival jazz à Ouaga
Festival du patrimoine culturel à Imkouka (FESPACI) : La 2e édition se tiendra du 27 au 29 mai 2022
Humour : Boukary « le phoulosophe » en spectacle ce samedi 7 mai 2022 à Canal Olympia
Musique : Otoufo et Adama Victorine enflamment le public de jazz à Ouaga
Santé : La musicothérapie pour soigner la drépanocytose
3e édition du Festival de films pour enfants : 14 films et trois ateliers au programme
Musique : L’abbé Arnaud Wangrawa dédicace son premier album
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés