VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

vendredi 27 avril 2012 à 01h49min

Tiakané, village situé à 9 km de la commune de Pô, province du Nahouri, dans la région du Centre-Sud est dans l’émoi. Une fille de 13 ans accuse son maître de l’avoir violée. Les faits se seraient passés le vendredi 23 mars 2012 à l’école Binger de la localité. Admise au CMA de Pô pendant des jours, la victime a repris la route de l’école. Quand au présumé auteur, il a été plusieurs fois auditionné par la gendarmerie, avant d’être libéré. Les parents de la victime attendent non seulement les résultats de l’enquête de la gendarmerie mais également ceux du corps médical.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« J’ai été violée par mon maître dans la classe », c’est la première réponse laconique qu’a donnée AB lorsque nous avons voulu savoir ce qui s’était passé le vendredi 23 mars 2012, à l’école Binger de Tiakané. Selon la présumée victime, comme à son habitude, elle est arrivée ce jour-là très tôt dans la matinée pour préparer la cantine en attendant les cuisinières. C’est alors qu’elle a été interpellée par son maître. Celui-ci lui réclama la clef de la cantine. « Je suis retournée enlever la clé pour lui. Le temps d’aller et revenir, le maître était déjà retourné dans la classe.

Devant la porte, il me fait signe de rentrer. Et quand je suis entrée pour la lui remettre, il m’a prise par la main et m’a terrassée. Ensuite, il s’est laissé tomber sur moi en me menaçant d’observer le silence absolu, sinon je serais renvoyée et je ne ferais pas le CEP comme les autres élèves », a expliqué A B. Tenaillée par la peur de se faire renvoyer, l’adolescente a choisi de cacher sa douleur à sa famille. C’est ce que confirme Zénabou Adouabou, la mère de A B. Selon elle le même jour, AB n’a pas mangé le soir. En outre, ma fille « a passé toute la nuit à pleurer, car elle avait des maux de hanche et de jambes, sans donner la raison à chaque fois que je la lui demandais. Le lendemain matin quand je suis allée avec elle au CSPS, l’infirmier lui a fait des injections, ensuite il nous a renvoyées poursuivre le traitement à la maison. »

En outre, elle a eu recours à un tradipraticien de la localité, croyant que son mal est lié à un sort. « Chez le tradipraticien, les explications de AB étaient incohérentes. Donc, nous avons commencé à douter du motif de la chute qu’elle avait évoquée auparavent. Interpellant son oncle, car son père n’est plus, et sa cousine, nous l’avions interrogée et menacée de dire la vérité sinon, nous allions la laisser mourir. C’est en ce moment qu’elle a avoué avoir été violée par son maître », a indiqué la maman de AB.

Mme Adouabou a poursuivi que le lundi qui a suivi le viol supposé de sa fille, le présumé responsable est passé à son domicile et lui a recommandé d’amener la malade à l’hôpital, car cela pouvait être « un début de méningite ».

L’accusé MG a confirmé que l’idée de partir avec A B à l’hôpital venait de lui : « J’ai l’habitude de rendre visite à mes élèves malades, souvent accompagné d’une délégation de la classe. J’avais compris qu’elle aurait été victime d’un accident de la circulation. Que c’est en regagnant le village à vélo qu’elle est tombée et s’est blessée ». Cependant, il nie toutes les accusations portées contre lui. « C’est faux ! Je ne reconnais pas les faits. Je ne l’ai pas violée », a martelé MG avec un air désemparé.

La relation entre le maître et la victime

Selon A B, son enseignant faisait des avances à sa cousine J B. C’est ainsi, qu’elle était devenue la messagère de MG auprès de la cousine. C’est après plusieurs avances infructueuses auprès de JB que l’enseignant aurait décidé de jeter son dévolu sur elle. « C’est plutôt toi que je voulais et non elle, mais comme tu es mon élève je ne voulais pas te le dire ». Ce sont ces mots que A B dit avoir entendu de la bouche de son maître le 8 mars dernier.

Votre appréciation sur le comportement de vos collègues ? La conduite de l’élève à votre avis ? Sont là quelques questions auxquelles le directeur de l’école Ouima Nébié, a répondu : « pour ce qui est de la vie privée des enseignants, je garde tout jugement. Car nous vivons à l’école entre collègues en famille. Pour ce qui est de leur vie privée, je ne les suis pas pour savoir ce que chacun pose comme acte ».
Si le directeur de l’école Binger de Tiakané s’est montré peu bavard, le conseiller du village Abdoul Bouliou a été plus clair. Selon lui, contrairement aux collègues de M G, lui ne quitte jamais le village . « Après les cours pendant que ses autres collègues retrouvent leur famille respective à Pô, lui, il reste dans le village. Même les week-ends, au lieu de se reposer chez lui, il est dans le village jusqu’à des heures tardives » a relevé le conseiller du village, M. Bouliou.

La suite du dossier inquiète la population

Les autorités sanitaires et sécuritaires de la province du Nahouri ont été saisies de l’affaire. Le présumé violeur, après plusieurs auditions à la gendarmerie de Pô, attend le dénouement final de l’enquête. Mais du côté de la population, le doute de voir le maître répondre de ses actes commence à gagner les esprits. Selon le conseiller du village, il a été plusieurs fois à l’Action sociale, à la gendarmerie pour s’informer de la suite du dossier, sans succès. « La dernière fois que je suis allé à l’Action sociale, un agent m’a dit que le dossier est bel et bien suivi mais qu’il ne peut pas nous en dire davantage pour le moment », a expliqué M. Bouliou.
Enfin, nos tentatives de rencontrer les agents de la santé et les forces de sécurité sont restées vaines.

Antoine AKOANDAMBOU (akoantoine@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 avril 2012 à 10:28
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    QUE JUSTICE SOIT RENDUE POUR CETTE ELEVE INNOCENTE SI LES PREUVES SONT PROUVéES.LE COMPORTEMENT DE CERTAINS ENSEIGNANTS DANS LES VILLAGES LAISSE à DESIRER.ILS SALISSENT LE NOBLE CORPS AVEC CES IMMORALITES.

    Répondre à ce message

    • Le 29 avril 2012 à 23:45, par Karatziri
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Ns enseignants avons perdu notre crédibilité à cause des brébis galeuses. L’éducation ne rime pas avec sexe. Un enseignant ne doit jamais descendre sa culotte devant un élève. L’avenir de ces âmes depend de notre bonne moralité. Que les responsabilés soient situées et que justice soit rendue.

      Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 10:37, par Télécritiqueur
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Je suis dans le domaine du social et spécialiste des questions de genre. Dr en sociologie.
    Vraiment , je suis certes deçu du comportement de l’enseignant, dont l’age n’a pas été précisé dans l’article pour nous permettre de mieux apprecier.
    Cependant, je reste convaincu que ce n’est pas un viol qui a été commis ici, mais des attouchements sexuels sur mineur car l’article precise que la victime avait des mots de hanche et de jambes.Et vu les relations qui exixtaient entre les deux personnes, je penses tout simplement que la supposée victime s’est très bien offerte en contrepartie d’une promesse qu’elle ne voyait pas se realiser ou qu’elle n’avait plus espoir sur sa réalisation.
    Conclusion : L’enseignat etant une personalité important dans nos campagnes, quelle fille n’aimerait pas avoir une aventure avec lui ? Et là, il y’avait meme concurrence entre les deux filles. Mais bien sur elle ne vont jamais avouer. Elle couchait depuis longtemps avec l’enseignant.

    Conseil : Notre enseignat doit aller voir ailleurs desormains pour satisfaire sa libido ou chercher plus agée et en dehors des salles de classe. Là on parlera de vie privée !!!

    Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2012 à 13:57, par Tapsoba
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Couchait-elle depuis longtemps avec l enseignant et subitement les maux de hanches se sont déclanchés lors du dernier rapport(consentents) ? Au point qu elle refuse de s alimenter(pour une habituée de rapports sexuels)après son dernier rapport ? Et le maitre d avoir subitement l astuce d aller lui rendre visite(ce qu il n a pas fait après l’avoir "déviergée",puisqu il en avait l habitude) après le dernier rapport ? J imagine que son "truc" a subitement grossis ou est-ce celui de la fille qui s est subitement "rétréci" au point de causer des dommages.

      Il ne fallait meme pas mentionner ici votre "titre" de DR en sociologie,car vous faites partie surement de ceux qui n ont que des faux diplomes.

      Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2012 à 14:22
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Vos propos sont surprenants de la part d’un Dr en sociologie

      Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2012 à 16:21, par Goomsida
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Je penses plus tot que toi, tu ne comprend rien et tu parles au harzard. Est-ce qu’il est meme permis de faire des avances a un mineur de 13 ans, n’en parlons pas d’attouchements sexuels ?

      Ou bien c’est parce que c’est le burkina ?
      Meme ceux la meme qui ont etudie la sociologie, on un peu du droit humain dans leur cursus.

      Comment as tu fais pour avoir ton DOCTORAT en sociologie pour vomir comme ca ?

      Du n’importe quoi oui

      Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2012 à 20:46, par Iso
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Stp stp stp stp,ne viens pas nous embrouiller avec des titres pompeux achétés je ne sais où.Un docteur en sociologie ne tiendrait jamais jamais jamais les propos que tu viens de débiter.D’ailleurs où as tu fait tes études de sociologie pour venir tenir des propos pareils ?Arrête stp,sous le titre volé de docteur en sociologie se cache un pédophile au même titre que cet instituteur violeur.Vous 2,je vous vomis

      Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2012 à 21:21
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      tu devrais savoir qu’a 13 ans on ne fait pas d’attouchement ou de viol de la part d’un maître. Es-tu certain d’être Dr ou etre un con..... Je pense que ton hypotèse n’a pas d’allure..é

      Répondre à ce message

    • Le 28 avril 2012 à 11:05, par l@ rigueur
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Dr en sociologie !!mn !!!doctorat d ql université ?cè surma un vulgaire surnom qon lui a donné ds son village.mèm un instituteur de langue locale n’aura pa un raisonnement pareil
      espèce de pedonphile !!!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 11:07, par ekjjf
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    il nya pas de doute

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 11:09
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Quelle triste histoire !!! Je suis tout triste. Juste une question à ce présumé violeur : Si sa fille propre se faisait violer, comment il le prendrait ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 12:26, par SAGESSE
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Eh oui !!!Beaucoups d’enfants sont victimes de l’immoralité de leur enseignant.
    Que faire ? c’est simple,
    _Radier l’enseignant de ses fonctions !
    _Faire suivre la petite par un psychologue pendant 3 mois.
    et enfin, proceder à un recyclage de tous les anseignants chaque 2 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 12:30, par BB
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    POURQUOI ACCUSER CE PAUVRE ENSEIGNANT ? IL FAUT QUE LE SYNDICAT SE SAISISSE DE L AFFAIRE ET EN CAS DE NON CULPABILITE DE L ENSEIGNANT QUE LES PARENTS SOIENT TRADUITS DEVANT LES TRIBUNAUX.

    Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2012 à 15:56, par Cheick
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Relation consentie ou pas, combien d’ans à la fille ? 13 ans seulement, c’est immorale. Pour dire que dans tous les cas il doit rendre compte. J’ai une fois été temoin d’une causerie sur la question, par amusement ou par inattention, un enseignant a osé dire que les filles constituent une part de leurs indemnités. Imaginez un peu ce que subissent les élèves (filles) avec de telle mentalité. Et ils ont les meilleurs moyens de pression, quand les filles refusent les cadeaux (bonnes notes, pétrole..), ils passent par des intimidations (insultes en classe, menaces de renvoi...). Il est clair que beaucoup finissent par céder et les filles gerent le reste seules à l’ombre

      Répondre à ce message

    • Le 28 avril 2012 à 01:38, par farakoba
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      je crois que tu n’est pas loint du faux docteur en sociologie vue ton raisonnement. le syndicat n’est pas fait pour defendre des malades sexuels en plus sache que ce n’est pas nouveau dans ce milieu seulement le Maître à depasser ses limite. beaucoup de jeunes filles sont déviergés par leurs maîtres dans les villages où les femmes se font de plus en plus rares. l’action social, la gendarmerie et les services de santé ne doivent pas le protéger. il doit être puni.

      Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 13:33
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    pauvre petite filles, victime de celui qui est sensé être son éducateur !
    Ce monsieur mérite d’être sanctionné à la hauteur de son forfait. Et je ne doute pas que la structure chargée de l’enquête va réunir toutes les preuves pour cela.
    Mais aussi il faut mettre en place les mécanismes idoines pour éviter à nos filles d’être des victimes du fait de leur ignorance aussi. le maître est-il vraiment en mesure d’empêcher la fille de passer son examen ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 15:10
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    A Télécritiqueur

    Docteur en Sociologie, comme moi je suis le Pape !
    As tu lu ton écrit ? Pas moins de 10 fautes sans parler des impropriétés linguistiques, sémantiques...
    Si tu es Docteur, quelle Université s’est fourvoyée ? Soyons sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 16:12, par samuel
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    M.le sociologue,je suis d’accord avec vos analyses !Un témoignace:je suis un jeune professeur dans un lycée de la place,je vous avoue que nous vivons des situations souvent très difficiles.J’ai une élève aujourdh’hui qui ne me salut pas parce que javais refusé qu’elle m’accompagne chez moi !et je vous une eleve de la 6e !avec des tels comportements,elles arrivent à avoir les ames faibles !c’est aux collegues aussi de savoir qu’éducation ne rime pas avec sexe !

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 17:08, par sibdou
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Attention tantôt sous pression les enfants peuvent mentir sur des gens pour se libérer.

    Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2012 à 18:57
      En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

      Sincèrement, je pense que la jeune fille a inventé tout ça pour compromettre son maître. Ne vous meprenez pas ; une jeune fille de 13 ans sous d’autres cieux devrait avoir 2 enfants au moins. Donc prudence. Si le maître était coupable, il n’allait jamais avoir un tel comportement après son forfait et réclamer que tous les moyens soient mis en oeuvre pour élucider l’affaire. N’accusons pas trop vite....

      Répondre à ce message

      • Le 27 avril 2012 à 20:53
        En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

        Eh bien,je ne savais pas qu’il y ayait aussi des pédophiles qui naviguent sur lefasot pour assouvir leur basse besogne.Honte à vous,bande de pervers sexuels.On vous aura un à un à commencer par cet instituteur mangeur de chair fraiche.Il le payera jusqu’à la fin de sa vie
        Tchurrrrrrrrrrrrrrrr

        Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 19:03, par Lefrançais
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Cela n’est pas la premiere fois que telles "choses" arrivent aux enseignants. Je pense que notre Etat doit revoir sa poloitique d’affectation surtout pour les enseignants. Que ce viol soit vrai ou faux voici là une situation qui ne pourrait jamais s’effacer comme si on effaçait un tableau.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2012 à 20:15, par Noaga
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Je Pense qu’il serait trop facile d accuser l’instituteur dans ce cas sans attendre le resultat des analyses. Pourquoi croire a ce que la fille a raconte et rejeter tout en bloc la version du monsieur ? L’affaire Doutreaux est la pour nous montrer que les enfants ne disent pas toujours la verite. Ce n’est pas aussi pour dire que ce Monsieur est innocent. Je voudrais seulement qu’on soit prudent dans nos propos. Laissons l enquete suivre son cours.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril 2012 à 01:06, par LE GOUROU
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    je pense que ce soit disant sociologue n’a que des crotins d’ane dans le crane. Celui-ci constitue une menace serieuse pour la societe.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril 2012 à 04:26, par Sisqo
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Salu Noaga ! je suis parfaitement d’accord avec vous. Nous ne devons pas tout de suite accuser l’enseignant ; Laissons la Gendarmerie et les agents de santé faire leur travail.Qu’est ce qui prouve que la fille dit la vérité ? ça peut être un coup en complicité avec sa cousine pour soutirer de l’argent à l’enseignant ; puisse que la fille même a dit qu’il faisait la cours à sa cousine. Comment elle peut la menacer de dire la vérité ? Qu’elle vérité ? Elle était déjà au courant de l’affaire. Soyons patients.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril 2012 à 13:36, par Iso
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    Excusez-nous juste signaler au nouveau Iso que de changer de pseudonyme car celui-là est déjà le mien. Merci Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2012 à 09:15, par Abdou 32
    En réponse à : VIOL DE FILLE : Une élève de 13 ans accuse son maître

    En attendant les resultats de l’enquette, je constate que les cas de viols ou de coucheries dans les établissements scolaires sont arrivés à un niveau alarmant. Il serait judicieux de revoir l’organisation des écoles notamment en séparant les deux sexes. Mettez vous dans la tete d’un professeur homme entouré de dizaines de jeunes filles arrivant à la fleur de l’age... C’est lui qui détient l’autorité dans sa classe et les adolescentes sont influençables surtout lorsqu’elles subissent des pressions. Aussi, combien voit-on de jeunes filles se faire dévierger en bas age par leurs camarades de classe ? Au vue des comportements et des habillements, les salles de classe sont devenues de vraies chambres de noce ou il n’y a qu’à faire son choix ! Lorque les adolescentes sont enseignées par des professeurs femmes et les adolescents par des professeurs hommes, le probleme ne se pose pas. L’organisation de la scolarité de nos enfants est à revoir si on veut leur assurer un avenir meilleur et digne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés