Concours international d’entreprenariat social : Deux étudiants burkinabè récompensés à Berkeley

jeudi 26 avril 2012 à 00h57min

Kahitouo Hien et Christophe Douyiri Mandi, tous deux étudiants burkinabè à l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE), viennent de réaliser une prouesse à Berkeley aux USA. Ils ont remporté le prix spécial du meilleur impact social lors la finale de la Global Social Venture Compétition (GSVC), une compétition internationale de business plan qui regroupe les plus grandes écoles du monde. Leur projet d’entreprise « FasoProt » vise à moderniser et valoriser l’utilisation de la chenille de karité. Ils offrent ainsi au continent africain sa première distinction à cette compétition. « Une distinction qui prouve que désormais nous pouvons jouer dans la cour des grands », se réjouit le directeur général par intérim du 2iE venus les accueillir à leur descente d’avion le 24 avril 2012.

Il est 18h00 à Ouagadougou ce mardi 24 avril 2012, lorsque Kahitouo Hien et Christophe Douyiri Mandi, les deux ambassadeurs du 2iE et de l’Afrique à la Global Social Venture Compétition (GSVC), accompagné de leur coach Elodie Hanff, Responsable Entrepreneuriat et Responsabilité Sociale et Environnementale à 2iE, foulent le sol de l’aéroport international de Ouagadougou. Ils sont accueillis en triomphe par un nombre important de leurs camarades ainsi que du directeur général par intérim de leur école, Madi Kouanda. Ils viennent de réaliser un exploit inédit. Après une semaine aux USA, pour participer à la finale de la plus prestigieuse compétition mondiale en matière d’entreprenariat social, les deux étudiants-ingénieurs burkinabè ne sont pas rentrés bredouilles.

Mieux que leurs aînés du 2iE (Abdelnasser Kinefour, Atteib Mahamat et Katie Friedman) qui ont amené l’Afrique en finale pour la première fois en 2011, ils reviennent avec une distinction : le prix spécial du meilleur impact social d’un montant de 10 000 dollars US. Une première pour une équipe africaine. « C’est vraiment un sentiment de fierté et de joie de participer à ce concours et surtout de revenir avec un prix », affirme Kahitouo Hien, l’air fatigué mais le visage rayonnant.

Pendant une semaine donc, ils se sont frottés aux meilleurs candidats issus des universités les plus prestigieuses du monde. Le parcours de ces étudiants burkinabè débute en décembre 2011 lorsqu’ils envoient leur projet d’entreprise, « FasoProt » à Paris. 200 postulants ont pris part à cette première étape. Le business plan de FasoProt est jugé intéressant et fait partie des 11 projets sélectionnés pour la demi-finale francophone à Paris, à l’issue de laquelle deux projets sont retenus pour la finale mondiale à Berkeley aux USA. Au même moment, la compétition se déroulait dans les autres régions (zone anglophone, zone asiatique). Au total, ce sont environ 600 projets d’entreprises qui étaient concernés.

Pour la finale mondiale, l’équipe du 2iE se retrouve avec 15 autres équipes à Berkeley. FasoProt franchit avec brio le premier round le 19 avril 2012 où six projets sont admis à la grande finale. Ces jeunes ingénieurs burkinabè jouaient gros le 20 avril pour le second round de la finale.

Comme à l’accoutumé, le premier prix d’une valeur de 25 000 dollars US revient à une équipe américaine. Les burkinabè, eux, déjouent tous les pronostics et s’adjugent le prix spécial du meilleur impact social. Ils offrent ainsi à l’espace francophone une première distinction à ce concours d’entreprenariat social réservée à des projets d’entreprises alliant viabilité économique et impact social et/ou environnemental. La GSVC a été créée en 1999 par la Hass School of business de Berkeley. Chaque année cette compétition récompense les entreprises sociales qui ont le plus de chance de réussir à atteindre leur mission financière et sociale.

FasoProt ou la valorisation du « chitoumou »

Le projet d’entreprise qui a permis à Kahitouo Hien et Christophe Douyiri Mandi de remporter l’un des quatre prix en jeu est dénommé « FasoProt », entendez Faso protéines. La chenille de karité (chitoumou en langue locale) étant l’aliment le plus protéiné du Burkina actuellement, FasoProt entend moderniser son exploitation afin de produire un certain nombre d’aliments pour enfants, femmes enceintes et vieilles personnes. L’intérêt est de lutter contre la malnutrition qui touche près de 55% d’enfants africains et 50% des décès des moins de cinq ans sont causés par ce problème de santé public.

FasoProt souhaite valoriser la chenille de karité à travers le développement d’un agro-business qui pourra générer des revenus additionnels aux femmes collectrices en zone rurale et lutter contre la malnutrition infantile. En misant sur son goût subtil et carné ainsi que sur les valeurs nutritionnelles de la chenille, FasoProt entend produire deux gammes de produits : des chenilles séchées pour les consommateurs habituels du Burkina et des pays frontaliers où la demande est forte ; ainsi que de la poudre de chenille enrichie en vitamines et minéraux essentiels pour les femmes enceintes et les enfants malnutris. Cette poudre est un complément alimentaire à incorporer dans les soupes, bouillies et autres.

Le résultat d’un travail d’encadrement

FasoProt est le 2e projet d’entreprise du 2iE à atteindre la finale de la GSVC après « Beti Halali » (ma propre maison) en 2011. « Ils ne sont pas arrivés là parce que c’est une chance mais, c’est plutôt le résultat d’un travail qui a été laborieusement effectué aussi bien par le corps enseignant, la direction générale que par les étudiants, eux-mêmes, qui croient et qui osent affronter les plus grands de ce monde », se réjouit Madi Koanda, le directeur général par intérim du 2iE, visiblement très heureux en accueillant ses étudiants à l’aéroport international de Ouagadougou. « La formation qu’ils ont reçue à 2IE, notamment en plus de leur formation technique d’ingénieur, la formation de management, la formation d’ingénieur entrepreneur est bel et bien une réalité. C’est de cela qu’aujourd’hui, l’Afrique a besoin », ajoute-t-il.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Messages

  • Felicitation, on a besoin de plus de gens comme vous au Burkina.

  • Bravo à ces jeunes ingénieurs et à leurs enseignants. 2iE est une fierté pour notre pays. Que toutes les mesures d’accompagnements soient déployés pour soutenir ces jeunes dans la réalisations de leur projet.

  • bravo à nos étudiants des 2iE. Vivement qu’ils soient accompagnés financièrement pour mettre en oeuvre leur projet d’entreprise. A leur tour ils pourront employer d’autres jeunes burkinabè.

  • Quelle fierté pour le Burkina Faso. Bravo messieurs, et MERCI !
    Que Dieu vous bénisse et qu’Il vous accompagne ainsi tout le long de vos carrières !

  • bravo kahitouo hien et christophe douyiri mandi,toutes mes félicitations,suis fier de vous et c’est un pied de nez à ces gourous qui expédient leurs rejetons aux usa pour faire la bamboula,ils sont où là ? devant c’est maïs.
    aussi des kahitou et christophe,il y en a des milliers et des milliers dans ce pays mais milles fois hélas,ces gourous ont décidé de massacrer notre système éducatif et ils l’ont bien réussi par égoïsme,par manque de vision intellectuelle. comment un pays peut se developper dans ce cas ? impossible et maintenant nous sommes réduits à faire de la mendicité auprès des taïwanais et autres qui ont vu juste en misant sur l’intelligence de leurs compatriotes

    • kahitouo et douyin sont enfants de riches ?gourous ?

    • Hachtons,blague à part tu n’as rien compris de la contribution du forumiste.Il parlait de nos gourous qui envoient leurs enfants en Occident pour les études alors que Kahitouo et Douyin étudient au BF.Je ne sais pas s’ils sont fils de gourous mais au moins eux,ils sont restés au bled et nous devons être fiers d’eux
      Félicitations

  • Felicitations chers compatriotes ! les burkinabè sont très intelligents et se distinguent régulièrement dans le monde. Malheureusement, au pays on fuit le intelligents et le régime en place aime plutot les jeunes lèche bottes et les ptits mercenaires politiques à leurs ordres, c’est à ceux là qu’ils donnent les meilleurs postes.pauvre jeunesse Burkinabè

  • Vraiment... Bravo !!!

    Vous vous êtes dépassés pour pouvoir y arriver, avoir confiance en vous, avancer sans vous renier,...

    Bravo !

    N’hésitez pas à mettre en place le projet même pendant le reste de vos études car ce ne sera pas plus facile après.

  • Chapeau bas les champions !!!

  • Voilà ou commence le reve americain (Bill GATES)et voilà là ou on gagnerait à investir au lieu de supporter des sociétés à coup de milliard .Bravo à vous et bonne suite

  • Bravo, a ces jeunes ingénieurs, surtout qu’il s’agit d’un produit local pour un objectif local visant une classe sociale des plus vulnérables (les femmes, les enfants et les personnes âgées).

  • Formidable ! le Faso est fier de vous ! Continuez ainsi...

  • Félicitation a vous, Kahitouo et Mandi, que Dieu vous accompagne dans la finalisation de FasoProt.je pense que c’est un défis pour tous les écoles de chercher a former des gens comme vous et non créer des écoles pour se faire de l’argent. merci 2ie et surtout aux deux battants et leurs Prof.

  • Congratulations I am so pride.
    God bless

  • Très bien ; ceci honore non seulement l’école, le pays et toute l’Afrique en général. Ce qu’il Faut ce sont des initiatives franches et du soutien conséquent

  • HACTON ou cest quoi la meme,enfants de riche ou pauvre c’est la compétence qui compte dans les deux cotés il ya toujours des nuls et et des bon donc je vois pas le rapport avec ta question de villageois.Felicite les plutot parcequ’ils font la fierté de ton pays

  • Après ça même les peuls vont manger maintenant le chitoumou qui est une création de leur maîtres les bobos.

  • Toutes mes felicitations a ces 2 genies de E2i. Mais comme le journaliste n’a pas indique qui est Kaito ou n’ importe quoi, je m’en fous de ces dagari avec leurs noms compliques, moi je vasi vous aider. Pour savoir qui est Kayito et qui Christophe, regardez la tete. Si latete a la forme de mes esclaves, c’est bien lui Hien. Felicitation, djondeni. Tu me fais honneur. C’est sur qu’ il a bu des tines de dolo quand il avait 3 mois.Ce n’est pas etonnant donc qu’ il soit un genie. Il voit ce que nous on ne voit pas. Felicitation aussi a toi Christophe. Tu montres qu’ on peut avoir le tibia sans boire le dagaradam a Gounghin.

    Jean - Marie Vianey Fayama, Toronto, Canada.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés