15ème édition de la journée nationale du paysan : 630 millions pour échanger avec 1000 producteurs

jeudi 26 avril 2012 à 00h51min

Forum des acteurs, décoration de producteurs, remise de matériel aux producteurs, visite de sites de techniques culturales, lancement officiel de la campagne agricole 2012-2013, ce sont les grands moments de la journée nationale du paysan, organisée à Ouahigouya les 19 , 20, 21 avril 2012.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Manque de semences adaptées aux changements climatiques, réduction des sols cultivables, rareté et prix exorbitants des intrants agricoles, ensablement des barrages existants, pauvreté des producteurs, difficultés d’accès aux crédits, l’agriculture burkinabè est confrontée à de nombreux défis au point que, pour un acteur du milieu, mobiliser 630 millions pour consacrer trois jours aux paysans, il ne voit pas tellement la nécessité. Pour lui, on aurait dû repartir cette somme entre des structures dynamiques pour leur permettre de renforcer des acquis que de rassembler 1000 paysans pour bavarder sur des sujets qui sont connus de tous.

Très incisif, un producteur dira substantiellement que la moitié de l’argent ira dans des poches d’individus qui n’ont rien à avoir avec le monde paysan. Il ira plus loin en martelant qu’au moment où les invités, durant les trois jours, dorment dans des hôtels climatisés en mangeant gras, la majorité de ceux pour qui ils parlent, se triturent les méninges au village pour avoir de quoi manger en cette période de soudure. « Allez-y demander aux paysans dans les villages s’ils ont déjà vu la couleur du mil de la Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire qu’on dit vendre à prix social pour atténuer les effets de la mauvaise pluviométrie » s’apitoie notre interlocuteur. Mais le ministre délégué à l’Agriculture de l’Hydraulique et des ressources halieutiques et président national de cette 15ème édition de la journée nationale du paysan, Abdoulaye Combary, lui prêche le contraire : « pour ma part , le Président du Faso est un visionnaire pour avoir institué cette journée nationale des paysans qui consacre trois jours d’échange et de partage entre 85% de la population rurale, avec les plus hautes autorités du pays .

Il faut donc reconnaître les mérites de cette population. La preuve est que les autres pays ont emboîté les pas du Burkina. C’est très bien que le Président se tourne vers les producteurs pour les rencontrer, les féliciter, les encourager et les rassurer du soutien et de l’accompagnement de l’Etat. On ne pas trouver un créneau mieux que celui-là ».

Et Laurent Sédego, ministre de l’Agriculture de renchérir : « c’est la seule occasion où autant d’acteurs du monde rural : représentants des producteurs, cadres du développement rural et de la recherche scientifique, partenaires techniques et financiers , décideurs politiques, représentants de l’administration aussi bien du niveau central que décentralisé , société civile se rencontrent pour échanger et prendre des décisions importantes sur l’avenir d’un secteur aussi important qu’essentiel de notre pays qu’est l’agriculture ». Amusements de galerie, tribune de campagne politique, folklore, volonté de booster le secteur agricole ou pas , la 15ème édition a eu lieu. Au matin du premier jour s’est tenu le forum des acteurs organisé autour du thème de cette édition : « Modernisation et professionnalisation de l’agriculture : rôles et responsabilités des acteurs ». Selon le ministre Sédego, le choix de ce thème matérialise la volonté du gouvernement de permettre à la Stratégie de croissance accéléré et de développement durable(SCADD) d’atteindre ses objectifs à savoir « A l’horizon 2025, l’agriculture burkinabè est moderne, compétitive, durable et moteur de croissance, fondée sur des exploitations familiales et des entreprises agricoles performantes et assurant à tous les burkinabè un accès aux aliments nécessaires pour mener une vie saine et active » .

A la suite du forum, les producteurs les plus ingénieux se sont vus distingués. Le lancement officiel de la campagne et la remise de matériel se sont effectués le 20 avril sur les berges du barrage de Goinré à 7km de la ville de Ouahigouya en présence du chef de l’Etat Blaise Compaoré. Ce qui a retenu l’attention des invités sur les lieux est l’expérimentation du projet « Opération maïs de case ». C’est une innovation qui permet d’allier les techniques de conservation des eaux et des sols (Zaï, les cordons pierreux, les demi-lunes) avec un bassin de collecte des eaux de ruissellement. « Cette technique permet de stocker l’eau et de faire des irrigations sur des poches de sécheresse de deux à trois semaines », explique le Directeur des aménagements et de développement de l’irrigation au ministère de l’agriculture.

Toute chose selon lui qui garantit la poursuite d’accroissement de la plante pendant une sécheresse de 14 à 21 jours. Le coût unitaire de cette innovation tourne autour de 150 000FCFA à 200 000FCFA.

Autre fait important à relever, le lancement officiel du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest, en abrégé (WAAP en anglais), visant une augmentation annuelle de 3% de la productivité agricole et une augmentation de 6% du PIB agricole en vue d’atteindre les objectifs du millénaire. Le WAAP entend relever le défi du développement d’une agriculture africaine permanente basée sur la valorisation d’un potentiel technologique et savoir-faire traditionnel, avec une ouverture sur le monde pour s’enrichir de l’expérience des autres.

Le Président du Faso a eu l’occasion d’apprécier les expositions des initiatives de 300 producteurs des 13 régions du Burkina avant de recueillir leurs préoccupations au cours d’échanges directs le samedi 21 avril 2012.

Par Ben Ahmed Ouédraogo

Bendré

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés