LES FAITS ET GESTES DE LA TOURNEE DU PREMIER MINISTRE : Le 1er bébé du CHR de Ouahigouya est Nigérian

lundi 23 avril 2012 à 01h11min

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a salué la naissance du tout premier bébé de l’Hôpital qui se trouve être un Nigérian. Profitant des nombreux micros de la presse, le patron de la primature est revenu sur le lynchage, il y a quelques jours, d’un Nigérian à Ouaga. Il a, de ce fait, dit que c’était une situation regrettable et que cela n’était pas dans les habitudes des Burkinabè. Tout en appelant la population toujours à la retenue, il a souhaité que de tels actes ne se reproduisent plus.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Des attaques déjà sur la route de l’Hôpital

Aussitôt inauguré, ce que d’aucuns redoutaient est en train de se produire : l’insécurité règne impunément sur la voie non bitumée et non éclairée du nouvel hôpital de Ouahigouya. Une jeune femme y a été dépossédée de son sac à main contenant une somme d’argent. Un homme, l’ordonnance en main et voulant se rendre en ville, a été physiquement agressé. Son agresseur s’est volatilisé avec son argent.


7 ministres aux côtés de Luc Adolphe Tiao à Titao

Ce sont au total 7 membres du gouvernement qui ont fait le trajet Ouahigouya–Titao avec le Premier ministre. Ces 7 ministres, le maire de Titao, Boukary Jacques Niampa, les a présentés un à un au public titaolais. Lors de cette présentation, le bourgmestre a cherché vainement le nom du ministre de l’Action sociale et de la Solidarité nationale, Clémence Traoré.


Site de réfugiés de Mentao : la guerre des clans a commencé

Recevant le Premier ministre le 13 avril dernier sur le site des réfugiés de Mentao, les occupants des lieux ont voulu exposer leurs préoccupations au chef du gouvernement. C’est ainsi qu’au cours des débats, un des porte-parole des réfugiés a fait savoir qu’il était aussi nécessaire que le gouvernement prenne en compte leurs us et coutumes. A écouter le porte- parole, il souhaite une séparation des sites pour respecter une certaine tradition qui veut que la cohabitation soit séparée entre certains clans. Et le chef du gouvernement d’être clair et précis : « Nous n’avons pas à nous immiscer dans vos us et coutumes ».


La galère de la presse à Dori

Jusqu’à une certaine heure de la nuit du 13 avril 2012, l’équipe de la presse ne savait pas où dormir. Les journalistes se sont éparpillés en petits groupes à la recherche des chambres d’hébergement. Le tour des hôtels leur a permis de se faire une idée sur les prix des chambres, mais aussi de se rendre compte d’une réalité : tous les hôtels sont pleins. Face à cette situation, une réunion a été improvisée dans l’enceinte de la radio rurale de Dori. C’est le doyen Hamado Ouangraoua, directeur de la Communication du Premier ministère, qui l’a présidée. Au cours de celle-ci, il a surtout remercié la presse pour sa forte mobilisation. C’est suite à son intervention que les confrères ont été informés que les chambres des journalistes avaient été réservées et que chacun avait la charge de sa chambre. Un déficit de communication entre communicateurs, pourrait-on dire.


Dori : quand le Premier ministre se fâche

Au terme de sa tournée, le Premier ministre a donné un point de presse pour faire le bilan de son périple. Des questions des journalistes, l’on apprendra que l’hôpital de Dori est sans ambulance depuis plus d’un mois. Le chef du gouvernement demanda alors au DG dans la salle de s’expliquer. Celui-ci a reconnu effectivement que l’Hôpital ne dispose pas d’ambulance depuis que celle existante est endommagée en raison des nombreuses courses. Face à cette nouvelle donne, le DG dit avoir saisi sa hiérarchie qui lui a demandé de patienter. Ces explications n’ont pas convaincu outre mesure le PM qui s’est empressé de rebondir : « Vous n’avez rien dit M. le DG. Voilà, c’est cela que j’appelle la mal-gouvernance. Le CHR de Dori ne doit pas se contenter d’une seule ambulance ».

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 avril 2012 à 00:55
    En réponse à : LES FAITS ET GESTES DE LA TOURNEE DU PREMIER MINISTRE : Le 1er bébé du CHR de Ouahigouya est Nigérian

    Des 2 réactions du PM : pour Mentao bonne note, il faut expliquer à ces gens que s’ils veulent faire leur ségrégation ils n’ont qu’à rentrer chez eux... C’est quoi ça ? Des gens qui ne veulent pas se mélanger ? Et puis quoi encore ? C’est avec les autochtones burkinabé qu’ils vont se mélanger ? Trop imbus ! Donc +1 pour le PM
    Par contre pour le DG de l’hosto de Dori c’est un peu limite... C’est facile de dire qu’il doit avoir 2 ambulances, j’espère que tous les CHR ont 2 ambulances fonctionnelles dans leur garage... On le prend au mot alors !
    Ah oui j’oubliais , sa réaction sur le BB nigérian, mon avis est quen voulant bien faire il a fait un mélange des genres : je me met à la place de ces parents nigérian, surtout si je m’entend parfaitement avec mes voisins burkinabé, j’aurais pas forcément voulu qu’on associe la naissance de mon gosse à cette sombre histoire, ou est le rapport ? Parce qu’il y’a Bébé et nigérian ? C’est aussi ça la communication !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés