AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

lundi 23 avril 2012 à 01h19min

Les commerçants sonnent la mobilisation dans l’affaire de l’immeuble Sanfo. Ce vendredi 19 avril 2012, à l’appel des organisations syndicales, ils ont répondu présents. Prévu pour informer et sensibiliser les militants sur l’arrêté communal instituant les zones de circulation à sens unique autour du marché Rood-Woko, la rencontre s’est vite transformée en une campagne de mobilisation contre « l’expropriation » de El Hadj Sanfo de son immeuble.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’Assemblée générale initialement programmée pour faire le bilan des revendications contenues dans leur plate-forme revendicative, s’est très vite transformée en une tribune pour faire le point de l’état d’avancement de l’affaire de l’immeuble Sanfo. « L’immeuble a été revendu à un malien. » c’est en ces termes que Moussa Dabo, vice-président de l’Organisation nationale des commerçants du Burkina, a annoncé le sort de l’immeuble. Or dit-il, les autorités gouvernementales avaient assuré de la résolution diligente du litige.

« D’où vient-il qu’on nous disent de prendre le numéro de téléphone du nouvel acquéreur afin de discuter avec lui ? », s’est-il demandé. En effet, les organisations de commerçants estiment n’avoir pas été prises au sérieux par les autorités nationales si bien que le problème est resté en l’état. « Tant que nous ne passerons pas à la vitesse supérieure, nous ne serons pas bien entendus. C’est pourquoi nous demandons à nos militants de se tenir prêts, car l’affaire sera au rôle le 16 mai prochain et il faut que nous nous fassions entendre avant cette date. » L’ANACOMB, aux dires de ses responsables, a entrepris un certain nombre de démarches qui étaient jusque là rassurantes.

Une pique au PM

En effet le 20 et le 26 juin 2011, la structure aurait rencontré le MATDS, le DG de la BICIAB et le ministère du Commerce. Mais ces rencontres sont restées sans suite. Pire, l’immeuble a été revendu. Paul Kaboré de l’ONSL estime la cause raisonnable. « Nous défendons le vieux dans cette affaire parce que c’est raisonnable. « Ce n’est pas parce que c’est une affaire qui concerne un seul individu qu’il faut laisser faire comme l’a insinué le Premier ministre lors d’un de ses discours face à l’Assemblée nationale. Le PM doit intégrer le fait qu’il soit à la tête de l’exécutif par le fait d’un seul individu », a-t-il laissé entendre lors de sa prise de parole.

Les organisations de commerçants promettent de mobiliser leurs militants dans les différentes régions du pays pour faire barrière à ce qu’ils qualifient de brimade. En rappel, El hadj Sanfo avait hypothéqué son immeuble. Quelques années après, il a appris que la banque revendait l’immeuble en question. Il a donc manifesté son désir de racheter son immeuble par écrit à sa banque. C’est dans ce processus que El hadj Sanfo aurait versé à l’avocat de la banque la somme de 220 millions de Francs CFA, mais, il n’a pas pu entrer en possession de son patrimoine.

Des revendications satisfaites

Les revendications des commerçants ont été satisfaites à 90%, selon leurs dires. Des doléances pour l’amélioration des conditions de travail des commerçants avaient été soumises en 16 points à l’autorité communale en charge du marché central Rood-Woko. Ces doléances satisfaites, les organisations de commerçants ont lancé la sensibilisation pour le respect des normes de circulation et d’occupation de l’espace aux abords du marché.

Wilfried BAKOUAN

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 avril 2012 à 03:16, par wendy
    En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

    El hadj Sanfo avait hypothéqué son immeuble. Quelques années après, il a appris que la banque revendait l’immeuble en question. Il a donc manifesté son désir de racheter son immeuble par écrit à sa banque. C’est dans ce processus que El hadj Sanfo aurait versé à l’avocat de la banque la somme de 220 millions de Francs CFA, mais, il n’a pas pu entrer en possession de son patrimoine.

    Moi ma question est la suivante:La banque avait elle acceptée de revendre l´immeuble à mr sanfo(ancien proprietaire) ?si oui alors elle n´avait plus le droit de vendre l´immeuble à un autre individu./

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril 2012 à 08:57
      En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

      Le journaliste n’est pas correct dans la relation des faits ; monsieur Sanfo a eu des années pour régler l’affaire avec la banque à qui il devait de l’argent ; et comme il n’a pas payé, la banque a récupéré l’immeuble pour se rembourser ; dès lors, elle était libre de le vendre à qui il veut ; ce qui a été fait ; et c’est là que Ladji débarque et dit qu’il veut racheter son immeuble ; mais le nouveau propriétaire est libre de le vendre à qui il veut. Il faut arrêter cette affaire.
      Si les commerçants sortent dans la rue pour perturber la circulation, que Jérome Bougma envoie les flics les chicoter comme il faut. L’anarchie, ça suffit

      Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2012 à 14:01, par BOUBA
    En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

    On se tue pour une parcelle de pouvoir
    On se tue pour une parcelle de terre
    on se tue pour argent
    on se tue pour le sexe
    plus de morale
    plus de dignité
    plus de justice
    plus de solidarité

    Mais l’a ou ces merveilleux nous sommes tous mortels et la justice de Dieu n’est pas celle des Hommes .

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2012 à 14:02
    En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

    Bonjour à tous,
    Je voudrais lancer un appel à nos parents commerçants d’arrêter des manifestations pour un non lieu. Si le vieux SANFO a appris la mise en vente de son immeuble, c’est qu’il a été interpellé par la banque à plusieurs reprises. S’il n’a pas répondu (ce qui est visiblement le cas) pourquoi vouloir contraindre la banque à lui restituer un bien qui n’est plus à lui. Je demande à tous ces commerçants d’être raisonnable et accepter l’évidence car nous avons plus de problèmes sérieux à ressoudre.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2012 à 14:21, par lecteur
    En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

    J’espère que le journaliste n’est pas dans le syndicat des commerçants. Mr Sanfo s’il avait les 200 millions pourquoi n’a t-il honnoré ses engagements avec la banque pendant qu’il était temps ? La banque lui a bien adressé des correspondances dans ce sens pendant longtemps sans doute. Qu’il nous laisse respirer.
    Tout trouble à l’ordre publique devra être reprimée avec la dernière rigueure.

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril 2012 à 17:35, par croco mp
      En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

      moi je pense qu’il y a des gens du service juridique de la BICIA-B qui se sont sucrés dans cette affaire comme d’habitude.si le vieux SANFO à manifester de racheter son immeuble et ils le font tourner c’est qu’ils ont eu une bonne proposition pas pour la banque mais pour leurs gourmandises.le gouvernement doit prendre des mesures pour enquêter si le chef service juridique à pris un pot de vin dans la vente ou pas ?sinon je ne comprend rien tout.si cela n’est pas possible Dieu verra justice à Monsieur SANFO

      Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2012 à 17:46, par Yéti
    En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

    Faut pas vous presser avec la ploutocratie viendra la vrai révolution et vous verrez la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2012 à 20:27, par VICTOR
    En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

    C’est étonnant cette réaction des commerçants, je crois que le Burkina est rentré dans l’ère
    de l’anarchie uniquement sur la base d’un rapport de force avec le pouvoir qui est devenu très fébrile face à toute forme de revendication populaire, c’est dommage et dangereux.
    Je suis du monde des affaires et je sais que pour qu’une banque réalise (vendre) une hypothèque c’est après un processus très long avec des phases contentieuses et litigieuses sur plusieurs années. Je crois qu’il faut donner la bonne information aux lecteurs.
    D’abord la banque a du entreprendre certainement un règlement à l’amiable lorsqu’elle a constaté les impayés avant d’enclencher la procédure judiciaire. Il faut savoir que c’est sur décision d’un juge qu’un bâtiment sous hypothèque est revendu. En réalité le bâtiment est saisi par la justice pour dédommager la banque. Pour des raisons que j’ignore la justice confie la vente à la banque ce qui fait souvent penser que c’est la banque qui retire les bâtiments des commerçant pour les vendre.
    M. les journalistes faites des investigations plus professionnelles pour faire des écrits plus équilibrés en terme d’information et qui ne sentent pas le parti pris.
    Il y’a de la manipulation dans cette affaire SANFO, je crois que les autorités doivent tuer le mal dans l’œuf en communiquant comme il le font habituellement….pauvre Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril 2012 à 21:07
      En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

      Victor, merci pour ta contribution ; c’est ce qui s’est passé ; la banque a relancé Sanfo plusieurs fois et il a fait le mort ; et quand la justice a retiré l’immeuble sur plainte de la banque, que ça été revendu, le gars débarque et dit qu’il a l’argent et qu’il faut lui vendre ; mais la banque choisit le client qu’il veut, puisque l’immeuble n’appartient plus légalement à Sanfo.
      Monsieur le ministre Jérôme Bougma, il faut dire clairement aux commerçants que s’ils sortent, ils auront la police, la gendarmerie, l’armée, la douane, les eaux et forêts, les gardiens de prison, bref tous les corps habillés contre eux !

      Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2012 à 20:55, par VICTOR
    En réponse à : AFFAIRE IMMEUBLE SANFO : Des lendemains chauds en perspective ?

    C’est étonnant cette réaction des commerçants, je crois que le Burkina est rentré dans l’ère
    de l’anarchie uniquement sur la base d’un rapport de force avec le pouvoir qui est devenu très fébrile face à toute forme de revendication populaire, c’est dommage et dangereux.
    Je suis du monde des affaires et je sais que pour qu’une banque réalise (vendre) une hypothèque c’est après un processus très long avec des phases contentieuses et litigieuses sur plusieurs années. Je crois qu’il faut donner la bonne information aux lecteurs.
    D’abord la banque a du entreprendre certainement un règlement à l’amiable lorsqu’elle a constaté les impayés avant d’enclencher la procédure judiciaire. Il faut savoir que c’est sur décision d’un juge qu’un bâtiment sous hypothèque est revendu. En réalité le bâtiment est saisi par la justice pour dédommager la banque. Pour des raisons que j’ignore la justice confie la vente à la banque ce qui fait souvent penser que c’est la banque qui retire les bâtiments des commerçant pour les vendre.
    M. les journalistes faites des investigations plus professionnelles pour faire des écrits plus équilibrés en terme d’information et qui ne sentent pas le parti pris.
    Il y’a de la manipulation dans cette affaire SANFO, je crois que les autorités doivent tuer le mal dans l’œuf en communiquant comme il le font habituellement….pauvre Burkina.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés