INSÉCURITÉ À BOULMIOUGOU : Une femme agressée à la machette devant sa porte à Pissy

lundi 23 avril 2012 à 01h17min

Une femme d’une trentaine d’années, a été sauvagement agressée par un inconnu dans la nuit du samedi, 15 avril 2012, à Pissy. Alors qu’elle s’apprêtait à franchir la porte de sa cour, elle a été surprise par un individu qui lui a asséné plusieurs coups d’une arme tranchante qui serait une machette.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Elle est totalement bouleversée. Nicole Dabiré, employée du secteur privé et âgée d’une trentaine d’années, a été victime d’une attaque-éclair à l’aide d’une arme tranchante qu’elle n’a pas eu le temps de bien voir, mais qu’elle considère comme étant une machette, juste devant la porte de son domicile à Pissy. Un individu, qu’elle n’a pu identifier, lui a porté des coups à plusieurs reprises, sans mot dire, selon les explications de Nicole Dabiré, avant de fondre dans la nuit.
La victime raconte ainsi la scène : « J’étais devant ma porte avec un téléphone à l’oreille. Tout d’un coup, j’ai vu un monsieur arriver à vélo. Il m’a coincé avec la porte sans descendre de son vélo. Je me suis retournée et je l’ai regardé.

Mais je n’ai pas reconnu le visage. J’ai eu peur et j’ai demandé : ‘‘y a quoi’’. Il n’a pas répondu, mais j’ai vu sa main venir sur moi. Je ne savais pas qu’il tenait quelque chose. C’est quand son arme m’a touchée que j’ai senti la blessure et j’ai commencé à crier ».
Alertés par les appels au secours, les parents et les voisins sont sortis et l’ont trouvée méconnaissable, tentant de stopper de ses mains, le sang qui giclait de partout. Elle a été transportée d’urgence au Centre médical de Pissy.

Les blessures sont tellement profondes qu’elles ont nécessité une double suture. Les agents qui l’ont examinée se gardent de tout commentaire technique sur les détails, évoquant des questions déontologiques, mais ont reconnu néanmoins la gravité des blessures. « Si elle (la victime) ne peut pas soulever sa main, c’est que c’est grave », a dit l’un d’entre eux.

Un des coups a déchiqueté l’aine gauche, laissant la chair pendante, avant les soins. Un autre coup, visiblement dirigé sur la gorge, a manqué sa cible et a ouvert légèrement la poitrine, à la base du coup. La victime a aussi reçu la machette à l’épaule gauche et un autre coup sur l’avant-bras gauche, sectionnant pratiquement le biceps. D’où son incapacité à soulever la main. La paume droite est en outre déchirée. Du coup, elle est privée de ses deux mains et a besoin d’assistance pour prendre ses repas. Elle pense aussi que son bourreau est parti avec le portable qu’elle tenait.

L’agression s’est déroulée dans une zone comprise entre deux petits marchés (Pousgou-yaar et Naampuogo-yaar), pas très loin du barrage de Boulmiougou. Située dans un quartier périphérique et peu éclairée, la zone serait infestée de bandits de tout ordre.

Mouor Aimé KAMBIRE

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés