AGENTS DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES : Le SAMAE se félicite de la réintégration des 105 expulsés

mardi 17 avril 2012 à 02h18min

10 avril 2007- 10 avril 2012, le Syndicat autonome des agents du ministère des Affaires étrangères (SAMAE) commémore la marche historique de protestation organisée pour soutenir sa plate-forme minimale revendicative et suite à laquelle 105 de ses militants ont été reversés dans d’autres administrations. Dans cette déclaration, il se félicite de la décision du Conseil des ministres qui autorise le retour des 105 agents concernés à leur ministère d’origine mais reste prudent jusqu’à ce que cette mesure soit effective.

Le 10 avril 2007, les agents du ministère des Affaires étrangères et de la coopération régionale, répondant à l’appel de leur syndicat, battaient le pavé pour exprimer leur mécontentement face au silence de l’administration vis-à-vis de leur plate- forme minimale revendicative qui comportait, entre autres points de revendication, l’octroi d’indemnité de sujétion et de logement, ainsi que des indemnités spécifiques aux diplomates, l’adoption d’un plan de carrière et d’un statut particulier et le relèvement du nombre d’ambassadeurs de carrières. A la suite de cette marche dont la légalité et le caractère pacifique ont été reconnus à l’époque par le Secrétaire général du MAE-CR, le gouvernement décida d’expulser 105 des militants qui prirent part à la marche et de gracier 35 autres qui s’étaient repentis.

Cinq ans après, le Conseil des ministres en sa séance du 7 mars 2012 décide de faire amende honorable en autorisant le retour à leur ministère d’origine, ces 105 agents reversés en sa séance du 7 mars 2012. Le SAMAE se félicite de cette décision et tient à rendre hommage au Conseil des ministre en général et à SEM Djibril Bassolet, ministre des Affaires étrangères en particulier dont l’engagement à résoudre ce problème n’a jamais fléchi.

Toutefois, il attire l’attention des autorités sur la nécessité de mettre en place de façon diligente, une commission tripartite composée du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Fonction publique et du SAMAE en vue de définir les modalités de retour effectif de ces 105 militants. Par ailleurs, s’il faut se réjouir du principe du retour des 105 agents à leur département d’origine, il ne faut pas cependant perdre de vue que le chemin de croix fut long pour eux. Ils ont subi tant de préjudices du fait de la décision n°2007-0085/MFPRE/SG/DGFP/DPE du 1er juin 2007 portant mise à disposition qu’il y a lieu de réparer. Aussi, le SAMAE saisit l’occasion de cette commémoration pour rappeler aux autorités du ministère des Affaires étrangères, les points pendants de sa plate-forme minimale revendicative à savoir :

Doter les agents du ministère des Affaires étrangères d’indemnités spécifiques,

Mettre en place une commission d’affectation au sein du ministère pour gérer le mouvement diplomatique qui reste très politisé,

Adopter un plan de carrière au profit des agents

Réduire à deux ans la durée de la formation des professionnels à l’INHEI. En cette journée commémorative, le Bureau national du SAMAE tient une fois de plus à remercier ces partenaires sociaux, le monde syndical, la presse, les autorités religieuses et coutumières et qui n’ont ménagé aucun effort à le soutenir durant cette période difficile d’exil forcé de ces militants. Ni partisan, ni courtisan, la cause est commune.

Le Secrétaire général

Boubacar Manly Prosper

Le Pays

Messages

  • Ces travailleurs doivent exiger de l’etat des dommages et interets pour avoir fouler au sol leur droit de protester conformement a notre chere constition

  • Je ne suis de ce ministère ni meme fonctionnaire,seulement,ces mecs sont des fonctionnaires et donc peuvent etre affecter dans n’importe quel autre ministère d’une part,et d’autre part c’est pas aux agents de dicter à la hierchie les modes et la durée en foction des ambassadeurs surtout pour ci qui concerne la nommination des ambassadeurs à ma connaissance cela rélève du chef de l’état dans n’importe quel pays qu’il y a des agents aigris c’est normal cela est commun à tous les fonctionnaires Burkinabè car le pays ne peut donner que ce qu’il a.D’ailleurs,si nous régardons le cout de chaque diplomate+famille qd ils sont à l’étranger on se demanade s’il ya perte.rapport rentré/sortie chose que l’on ne dise jamais et de toutes les façons c’est le ministère le plus opaque ceux qui sont chargés d’inspection sont copains d’inspecté !kabako et le résultat c’est le non vu non su.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés