Jeunes diplômés et Entrepreneuriat au Burkina : De nouvelles compétences sur le marché

vendredi 13 avril 2012 à 03h12min

L’Université de Ouagadougou vient d’accroître le nombre de ses diplômés aptes à agir dans le secteur privé avec la sortie ce jeudi de la troisième promotion des étudiants en entrepreneuriat. C’est le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Marie Achille Tapsoba et le directeur général du Centre national des œuvres universitaires (CENOU), Pr André Batiana qui ont parrainé la cérémonie de sortie de promotion.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

‘’C’est avec une surprise agréable que j’ai examiné la demande de parrainage’’, a confié d’entrée le ministre Tapsoba dans son allocution. A l’Université de Ouagadougou (UO) il a dit toute la reconnaissance de son département pour la démarche qui vise à faire en sorte que les enseignements dispensés soient aussi en phase avec le marché de l’emploi et les besoins économiques. L’approche de l’UO, à l’entendre, correspond à la nouvelle politique du gouvernement qui a réussi judicieusement à la trilogie ‘’Jeunesse – Formation professionnelle –Emploi’’. Le patron du MJEFP a insisté sur la pertinence de la présente initiative qui va permettre aux bénéficiaires (26 étudiants issus de différentes filières) de s’insérer rationnellement dans la vie socio-professionnelle.

La formation en entrepreneuriat, a-t-il indiqué, devrait être un passage systématique pour tous les diplômés sortants de l’université. Ce qui est encore loin d’être le cas aujourd’hui avec de milliers de diplômés sans formation en adéquation avec les exigences du marché de l’emploi.

Mais, il n’y a pas de quoi désespérer, à entendre le vice-président de l’UO chargé de la professionnalisation et des relations avec les entreprises, Tanga Pierre Zoungrana. La professionnalisation des filières, dit-il, est devenue une priorité pédagogique à l’université de Ouagadougou. En tout cas, pour le représentant de la promotion sortante, Sylvain Ouédraogo, des motifs de satisfactions existent. Et de rendre hommage à l’université de Ouagadougou et à la Commission universitaire pour le développement (CUD) de la Belgique pour la clairvoyance qu’ils ont eue d’initier le programme de formation en entrepreneuriat qui fait d’eux des heureux bénéficiaires.

« L’esprit entrepreneurial est comme l’esprit scientifique »

« Nous demeurons convaincus que pour être un porteur de projet d’entreprise, aucune formation universitaire ne se révèle disqualifiante. Pendant six mois, nous avons suivi assidûment et gratuitement les cours suivants (Gestion, Développement personnel, Marketing, Environnement juridique des entreprises, Finance, Plan d’affaires) de la part d’enseignants qualifiés et compétents en provenance de Belgique, du Bénin et du Burkina », a-t-il relevé. Par ailleurs, les cinq meilleurs projets de la promotion sortante ont été récompensés au cours de la cérémonie par des prix allant de 1 500 euros à 500 euros.

Mais, tout comme le vice-président Zoungrana qui souhaite des partenariats, notamment avec le MJEFP, pour renforcer les actions de l’UO, Sylvain Ouédraogo a exprimé un certain nombre de doléances. Il s’agit de la création d’un fond estudiantin pour l’entrepreneuriat ; de la mise en place d’un incubateur d’entreprises et d’une pépinière d’entreprises afin d’accroître les chances d’éclosion et de croissance des entreprises qui seront créées ; et la création d’un centre de documentation riche en ouvrages avec connexion Internet, afin de permettre aux jeunes diplômés d’actualiser leurs connaissances et d’anticiper sur l’avenir.

Face aux différentes préoccupations soulevées, Marie Achille a exprimé la disponibilité de son département à travailler à la mise en place de mécanismes à mêmes de contribuer à l’allègement des contraintes à l’entrepreneuriat des jeunes diplômés, notamment la pression fiscale, les problèmes de financement. En bon prof de philosophie, Tapsoba n’a pas manqué l’occasion d’encourager ses filleuls, de les conseiller. Leur souhaitant bon vent et leur exprimant la disponibilité de son ministère à les accompagner dans leurs efforts, il a dit ceci : « Vous êtes à la bonne porte de sortie de l’université (…) Courage car l’esprit entrepreneurial est comme l’esprit scientifique : il est à la fois curieux, méthodique, rigoureux, audacieux, perspicace ».

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net


Liste des six meilleurs projets de la promotion

 

Projet(s)

Promoteur(s) ou Promotrice(s)

Totaux des points obtenus des membres du jury

 

Rang

«SIMAAN3/Société agricole de piment

Anauld Poda

Maxime Somda

Alba Somé

 

197/290

 

1er

Entreprise de production intensive et de commercialisation du riz par irrgation goutte à goutte au Burkina Faso

 

 

 

Edmond Soro

Drissa Yamba

 

 

 

 

195/ 290

 

 

 

 

2e

Cabinet de traduction-interprétariat

Haoua Sawadogo

 

192/290

 

3e

Cabinet d’Imagerie médicale (EUREKA)

 

L. Remi Sawadogo

 

191/290

 

4e

Projet de création d’un cabinet-conseil en géomarketing «Yikona Géomarketing-SARL »

 

 

Souleymane D. Gérard Bationo

 

 

 

181/290

 

 

 

5e

 

Unité de fabrication de craie scolaire

 

S. Laure Ouédraogo

 

 

177/290

 

 

6e

 

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 avril 2012 à 15:19, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Jeunes diplômés et Entrepreneuriat au Burkina : De nouvelles compétences sur le marché

    - Le problème n’est pas de déverser chaque année des milliers de diplômés sur le marché de l’emploi. Le vrai problème, c’est de les retrouver au bout de 5 ans entrain de traîner toujours dans les rues de Ouaga à la recherche d’emplois !

    Surtout avec plein d’Ecoles maintenant qui forment en tout et en rien !

    Partout :

    - Master en Gestion de projet (Quels projets d’ailleurs ?),
    - Master en ceci et celà !
    - Master en coupage de routes !
    - Même Master en Vols qualifiés !

    Tout et rien à la fois. Il faut assainir ce milieu des formations.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 14 avril 2012 à 10:40
      En réponse à : Jeunes diplômés et Entrepreneuriat au Burkina : De nouvelles compétences sur le marché

      bennnn mon koro suis d’accord avec vous comme souvent avec vos contributions mais pour l’assainissement de toutes ces écoles bibon,je serai pessimiste car là où il y a gombo frais gluant a manger facilement,ces écoles vont se multiplier encore et tant pis pour les personnes qui croient en elles en allant jeter ses maigres ressources dans ces formations farfelues.
      il y a diplome et diplome mais bon vent aux heureux futurs chomeurs
      yaaaakooo

      Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2012 à 19:05
    En réponse à : Jeunes diplômés et Entrepreneuriat au Burkina : De nouvelles compétences sur le marché

    Félicitation aux lauréats. Faudrait pas vous retrouver dans les clubs démoniaques (JCI et autres) pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2012 à 20:52, par INVARIABLE
    En réponse à : Jeunes diplômés et Entrepreneuriat au Burkina : De nouvelles compétences sur le marché

    Alors mes chers amis, je vous souhaite beaucoup de courage car le chemin de l’entreprenariat est très tortueux et semé de beaucoup d’embûches.

    Il y a d’abord le problème des financements, qui à la limite peut trouver une sollution.

    Par contre il y a un cercle vicieux, qui comporte plusieurs composantes qui sont : Exprience professionnelle, chiffre d’affaires, marchés similaires.

    Enfin quand vous voulez un agément pour un domaine précis la liste des conditions à remplir est décourageante.

    Le plus dur n’est pas de créer une entreprise. Il faut pouvoir rentrer dans le circuit et ça.........

    Bon bref j’arrête de vous décourager mais ne dit-on pas qu’ un homme prévenu en vaut deux ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2012 à 00:06, par Bayiri yélé
    En réponse à : Jeunes diplômés et Entrepreneuriat au Burkina : De nouvelles compétences sur le marché

    100% d’accord avec vous mon Kôrô Yamyélé.
    30ans d’errance pour en arriver là. c’est piteux. Et on nous chante ÉMERGENCE avec çà.
    Master en escroquerie tous azimuts.
    Bon vent à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2012 à 16:36
    En réponse à : Jeunes diplômés et Entrepreneuriat au Burkina : De nouvelles compétences sur le marché

    Petit Bazié, tu a fait un travail fabuleux.
    Par contre la réaction des internautes dénote de l’exaspération qu’ils ont du chomage des jeunes. c’est légitime, mais mais du ressort de l’université de contribuer à trouver des solutions à cette tumeur.
    merci de la critique, on y veillera, surtout que le parrain a promis un partenariat.
    bon vent aux nouveaux entrepreneurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés