Police nationale : Dans une affaire de 500 000F, le commissaire de police de Tanghin Dassouri gruge ses agents

vendredi 23 mars 2012 à 01h32min

Il n’y a plus de police à Tanghin Dassouri. Tout le commissariat a été relevé le 21 février dernier. Tout est parti d’une affaire d’argent. Le groupe Fadoul qui a en charge l’exécution des travaux de bitumage du tronçon Ouagadougou Sakoinsé a besoin de l’appui de la police de Tanghin Dassouri pour assurer la sécurité pendant les travaux au niveau de Tanghin. L’entreprise envoie un émissaire voir le commissaire de police. Les deux hommes entrent dans le bureau du commissaire. L’accord entre l’entreprise et le commissariat est conclu. Après le départ du représentant du Groupe Fadoul, le commissaire Soulama réunit ses éléments et leur porte l’information : « l’entreprise Fadoul sollicite l’appui de la police de Tanghin Dassouri ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il leur explique que la mission devrait durer deux semaines. Il informe ses éléments que l’envoyé de l’entreprise a laissé une enveloppe de 300 000F. Certains éléments ne sont pas convaincus du montant donné par le commissaire. Ils pensent que le montant empoigné par le commissaire est beaucoup plus important. Ils veulent voir clair dans l’affaire. Certains essaient de faire eux-mêmes un petit calcul. Ils trouvent que la réglementation officielle n’est même pas respectée. Pour une mission de ce genre, l’heure fait 2000Fcfa la journée et 4000fcfa si la mission doit se dérouler la nuit. Sur la base des 300 000 fcfa, les agents se rendent compte qu’ils n’ont que 400F l’heure.

Certains n’hésitent pas à dire au commissaire qu’ils ne pourront pas exécuter la mission sur cette base. Le commissaire se fâche. Il fait sortir un papier sur lequel sont établies deux listes. Une pour ceux qui sont contre et l’autre pour ceux qui acceptent exécuter la tâche. Tous les éléments s’entendent et s’inscrivent sur la liste des « contre ». Personne n’est prête à accepter les conditions proposées par l’entreprise. Le commissaire estime que son autorité est remise en cause par ses agents. Il appelle le commissaire central à Ouagadougou pour lui dire que ses éléments refusent d’obéir à ses ordres.

Tout de suite, l’affaire monte au niveau du Directeur Général. On demande aux éléments de faire des rapports d’explication. Mais le commissaire central qui connait un des agents de Tanghin Dassouri veut comprendre ce qui s’est passé réellement. Ce dernier lui explique toute l’histoire, y compris l’affaire d’argent. Le commissaire Soulama n’avait pas donné ces détails à son interlocuteur. La hiérarchie entre en contact avec l’entreprise Fadoul pour avoir la vraie version. Les responsables de l’entreprise dévoilent qu’ils ont remis la somme de 400 000F et des bons d’essence d’une valeur de 100 000F au commissaire à l’issue de leur entrevue. L’affaire monte au niveau du ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la Sécurité.

Bougouma, très fâché semble-t-il du comportement du commissaire de police et de ses agents, décide sur le champ de relever tout le commissariat. C’était le 21 février. Le même jour, le ministère envoie des éléments de la compagnie républicaine de sécurité (CRS) pour remplacer les policiers de Tanghin Dassouri. Les agents de police sont sommés de quitter la localité le même jour, y compris le commissaire. Ils sont tous aujourd’hui en attente au commissariat central. Tous attendent un éventuel nouveau point de chute.

Pawanezambo Belem

MUTATIONS N. 7 de mars 2012, Mensuel burkinabé paraissant chaque 1er du mois (contact : Mutations.bf@gmail.com)

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés