Kénédougou : Un élève trouve la mort dans un marigot à Kourinion

jeudi 15 mars 2012 à 02h36min

Un élève de l’Ecole démocratique et populaire (EDP) de Orodara, du nom de Ousmane Wonogo, a perdu la vie jeudi 8 mars 2012, dans le marigot de Kourinion.
Le 8 mars 2012, au moment où tous les regards étaient tournés sur la célébration de la 155e Journée internationale de la femme, la victime Ousmane Wonogo et ses camarades décidaient d’aller se baigner au marigot de Kourinion. Malheureusement, Ousmane Wonogo, 23 ans et en classe de 4e à l’Ecole démocratique et populaire de Orodara, sera mystérieusement fauché par les eaux de cette retenue d’eau. Les recherches pour repêcher le corps ont duré 24 heures. Situé en plein cœur du village de Kourinion, à 12 km de Orodara, ce marigot est l’un des sites de la province le plus visité par les élèves ces dernières années, surtout en temps de chaleur.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

A en croire les populations riveraines, l’endroit où nagent les élèves est un lieu stratégique du marigot, voire sacré. Il a une profondeur de 8 mètres. A l’intérieur, se trouvent un puits et des rochers. La constatation d’usage faite par l’infirmier-chef du poste médical de Kourinion a révélé un saignement au niveau des narines, de la bouche et des oreilles. Il n’y avait ni égratignures sur le corps ni blessures sur la tête. Pour le major du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Kourinion, c’est probablement en plongeant dans l’eau que la victime a heurté la tête sur un rocher à l’intérieur, ce qui a entraîné une hémorragie interne et causé sa mort.

L’infirmier a précisé que lorsqu’un tel cas se produit, la victime n’a plus le temps de se débattre et de remonter à la surface, elle s’évanouie et reste sous l’eau. A noter que le ventre de la victime n’était pas ballonné, toute chose qui exclue l’hypothèse de noyade. « C’est la première victime dans l’histoire de ce marigot que nous connaissons », a laissé entendre le chef de canton de Kourinion, Ernest Traoré. Très choqué par la situation, Sa Majesté Ernest Traoré a dit qu’il s’attendait à un drame de ce type, au regard de certains comportements adoptés par les élèves qui fréquentent ce marigot ces dernières années. Il a expliqué que « dans ce marigot, certaines pratiques comme les rapports sexuels sont proscrites ».

Et pourtant aujourd’hui, de tels rapports sont devenus monnaie courante. Tout comme le chef de canton, le maire de la commune rurale de Kourinion, Moussa Traoré a dit aussi être très touché par le cas malheureux survenu dans le marigot. A l’avenir, lui et son conseil municipal envisagent prendre des dispositions pour permettre une meilleure fréquentation du site par les usagers. Aussitôt informé, le haut-commissaire de la province du Kénédougou, Pierre Bicaba, s’est rendu sur le lieu du drame pour constater les faits et présenter ses condoléances à la famille éplorée. Il avait à ses côtés le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Orodara et le directeur provincial de la police nationale du Kénédougou.

Apollinaire KAM (AIB-Kénédougou)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés