CRISE A L’UPB : Moussa Ouattara à l’écoute des acteurs

jeudi 15 mars 2012 à 02h35min

Dans le but de s’imprégner directement des problèmes qui sont à la base de la crise qui prévaut à l’Université polytechnique de Bobo (UPB) depuis le début de la rentrée académique, le nouveau ministre des Enseignements secondaire et supérieur, Moussa Ouattara, s’est entretenu tour à tour avec les directeurs des instituts de l’UPB, les enseignants et le personnel ATOS, et les étudiants. C’était les 5 et 6 mars 2012 à Bobo-Dioulasso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Nommé le 23 février 2012 à l’issue d’un remaniement ministériel, le nouveau ministre des Enseignements secondaire et supérieur, Moussa Ouattara, prend le commandement d’un navire déjà balançant dans une crise à répétition dont les violons s’accordent difficilement. Quelques semaines après sa prise de fonction, l’homme a effectué, du 5 au 6 mars 2012, une visite à l’UPB pour échanger avec tous les acteurs et trouver des solutions à cette crise, afin qu’un climat de paix y règne. Accompagné du secrétaire général du ministère, de son conseiller technique, du directeur général du CENOU et du président de l’UPB, le ministre a rencontré d’abord les directeurs des différents instituts qui constituent l’UPB, puis les enseignants et le personnel ATOS (personnel administratif technique et ouvrier de soutien) et, enfin, les étudiants.

Les préoccupations des directeurs et étudiants se rejoignent concernant le manque d’infrastructures d’accueil et de formation, les équipements didactiques, la connexion à l’Internet, etc. Les enseignants, quant à eux, ont souligné le manque de bureaux pour enseignants, l’absence de l’accompagnement des enseignants dans le domaine de la recherche, la mobilité des enseignants qui peut être un facteur de la baisse de rendement, les indemnités spécifiques. Dans le box des préoccupations, le personnel ATOS a aussi soumis au ministre et à ses collaborateurs, la révision conséquente du règlement intérieur de l’établissement, notamment son article 33, pour leur assurer une carrière décente. Les étudiants, les responsables des associations syndicales et délégués des instituts ont échangé avec le ministre à bâtons rompus pour mettre fin à cette crise.

Ils ont mis l’accent sur la résurrection de leur Plate-forme minimale d’action (PMA) qui a déjà fait l’objet d’échanges avec une mission gouvernementale le 18 février dernier. Le ministre les a rassurés tout en promettant de revenir prochainement pour élargir les échanges, après une prise de connaissance de l’aspect technique de certains sujets soulevés. Pour ce qui est des tentes climatisées qui avaient été proposées à la première rencontre-échange entre les étudiants et la mission gouvernementale, le ministre a émis le vœu que la réflexion se poursuive, pour faire le choix entre les tentes et les pavillons, du fait de la performance et de la durabilité. Afin de toucher du doigt les réalités du campus, le ministre et sa délégation sont allés goûter le repas des étudiants au restaurant universitaire. Surpris de ce geste de modestie, les étudiants se sont mis à filmer les autorités à l’aide des Iphones et des ipads.

Josias Zounzaola DABIRE

Le Pays

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés