Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

lundi 5 mars 2012 à 01h06min

Une délégation du gouvernement burkinabè, conduite par le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS), Jérôme Bougouma, s’est rendue, ce samedi 3 mars 2012, dans la région du Centre-Sud. L’objet de la mission de cette délégation était de présenter ses condoléances et contribuer à ramener la paix à Guénon, un village situé à 49 km de Pô, dans la province du Nahouri, où un affrontement entre les populations de la localité a fait huit morts et de nombreux blessés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

A Guénon, village situé dans le Nahouri, c’était la désolation. Des habitations détruites et brulées, une partie du marché en feu, etc., tel était le spectacle que l’on pouvait constater, lorsqu’on y arrive. Face à cette situation, des éléments de la gendarmerie nationale et de la police avaient d’ores et déjà, pris position dans ledit lieu dans la nuit du vendredi 2 février 2012, afin d’éviter d’autres affrontements entre les villageois. C’est à 12h 15 ce samedi 3 mars 2012, que la délégation du gouvernement composée des ministres de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS), Jérôme Bougouma, de la Justice, garde des sceaux, Salamata Sawadogo, des Droits humains et de la promotion du civisme, Albert Ouédraogo, a fait son entrée dans ladite localité où elle a été accueillie par les autorités locales.

Après un bref échange, la délégation s’est rendue chez le chef du village, le Guénon Pè Soura, issu de la famille Akongba et dont la chefferie est contestée par un certain nombre de villageois, notamment la famille Liliou. Comment est-on arrivé à cette situation ?malheureuse qui a fait autant de morts ? Aux dires du chef du village de Guénon, depuis son intronisation en 2010, sa chefferie est contestée et son autorité est mise à mal par la famille Liliou. « Depuis mon intronisation, la famille Liliou me fait beaucoup de tort. Une situation que j’ai longtemps supportée jusqu’à ce que mon frère soit tué, le vendredi 2 mars », a affirmé le Guénon pè soura à la délégation gouvernementale.

C’est « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase » et amener les affrontements entre les villageois qui sont avec le Guénon Pè Soura et ceux qui s’opposent à lui. Le bilan des affrontements donne huit morts, de nombreux blessés et la fuite des membres de la famille Liliou. Avant que ces actes meurtriers n’aient eu lieu, le Guénon Pè Soura qui règne « normalement » sur les dix-huit villages que compte Guènon, a fait savoir à la délégation gouvernementale que de nombreuses actions ont été menées par la famille Liliou afin de lui porter préjudice.

Ainsi, selon lui, ladite famille a tué cinquante de ses bœufs, « la pompe que l’administration a donnée au village a été confisquée, obligeant les populations à aller puiser l’eau au marigot » et d’ajouter que « lorsque je suis allé pour faire les sacrifices de mes fétiches au bas-fond, il y a deux ans, j’ai été frappé et quelqu’un a même dit de me déshabiller. Malgré cet acte humiliant, j’ai demandé à la population de se calmer et de laisser tomber. Dernièrement, les Liliou sont venus entourer ma concession dans le but de m’assassiner, mais grâce à Dieu, ils n’ont pas réussi ».

Mettre fin, à tout prix,aux violences

Après avoir écouté le chef Guénon Pè Soura, le chef de la délégation, le MATDS, Jérôme Bougouma a, au nom du gouvernement burkinabè, présenté ses condoléances pour les pertes en vies humaines.« Nous sommes venus, sur instruction du Premier ministre, pour prôner un message de paix et de réconciliation, car il faut d’abord, réconcilier les populations, afin que plus tard, les institutions judiciaires puissent intervenir, mener des enquêtes, dire qui a raison, qui a tort et qui doit être rétabli dans ses droits.

Voilà pourquoi, le gouvernement demande au chef que vous êtes, d’user de toute votre influence pour que les violences cessent », a indiqué le ministre Bougouma à l’endroit du chef Guénon Pè Soura. Par ailleurs, il a demandé à celui-ci de faire revenir les populations qui ont fui le village par peur de perdre leur vie. Prenant à son tour la parole, le ministre de la Justice, garde des sceaux, Salamata Sawadogo, a salué la sagesse du chef depuis le début de la crise.« Les populations doivent être tolérante et se pardonner », a-t-elle souligné. Avant d’ajouter que les gens doivent poser leurs problèmes ou leurs différends devant les juridictions compétentes afin que celles-ci trouvent des solutions idoines. Le ministre en charge des Droits humains, Albert Ouédraogo, a souhaité que les populations de Guénon puissent fumer conjointement le calumet de la paix et revivre de nouveau ensemble harmonieusement. Le Guénon Pè Soura a promis de tout mettre en œuvre afin que sa localité redevienne un havre de paix.

Il a indiqué que les dispositions seront prises pour enterrer les corps. Le ministre Jérôme Bougouma a confié que « nous allons essayer de contacter l’autre famille qui est en conflit pour voir comment prêcher la non violence afin qu’il y ait la bonne entente entre les populations, car il est évident que ce sont des frustrations anciennes et partagées qui ont abouti à cette situation malheureuse ». En outre, il a souligné que le dispositif sécuritaire déjà mis en place sera maintenu au moins quatre jours dans le but d’empêcher d’autres affrontements. Après avoir quitté le village de Guénon, la délégation du gouvernement s’est arrêtée au Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Pô pour voir les blessés qui y sont hospitalisés. Ce sont au total trois blessés dont l’état « est stable » qui y ont été transportés suite aux heurts qui ont eu lieu à Guénon.

Souleymane KANAZOE (kanazoe.souleymane@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 mars 2012 à 02:40, par Happygolucky
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    Pourquoi tout ce gâchis ? Triste

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 02:47
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    "...Voilà pourquoi, le gouvernement demande au chef que vous êtes, d’user de toute votre influence pour que les violences cessent". Le gouvernement (par la bouche du ministre Jérôme Bougma) en prononçant cette phrase reconnait de fait la légitimité du chef Guénon Pè Soura. Pourtant c’est justement parce que cette légitimité est contestée par une partie de la population ("la famille Liliou") qu’on se retrouve avec 8 cadavres à enterrer. Le gouvernement n’aurait pas dû commettre cette maladresse. Autre curiosité, le gouvernement dit qu’il recherchera la "famille Liliou" qui s’est enfuite pour prôner la réconciliation. Il aurait été plus judicieux de retrouver cette famille et faire l’approche en même temps (le même jour) pour ne pas donner l’impression de considérer plus partie que l’autre. On ne va tout de même pas nous dire que tous les membres de la "Famille Liliou" (dont j’imagine assez nombreux pour contester l’autorité d’un chef de village jusqu’à en venir à l’affrontement) se sont évanouis dans la nature au point que l’Etat avec tous ses moyens est incapable de les retrouver.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mars 2012 à 14:51, par 777
      En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

      "Prenant à son tour la parole, le ministre de la Justice, garde des sceaux, Salamata Sawadogo, a salué la sagesse du chef depuis le début de la crise" Madame le Ministre, vous pparlez de quelle sagesse ? La sagesse aurait voulue qu’il pporte le differend devant les instances compétentes. J’estime également que les trois ministres ont manqué de sagesse en se rendant directement chez une des partie impliquée dans cette bougerie. Ils ont déjà pri partie pour le chef et contre la famille Liliou. Vous faites quoi de la présomption d’innocence ? A l’image de cette situation mal gérée par les trois Ministres, imaginez le nombre de décisions bidons que ces Minitres censés ouevrer pour la paix sociale prennent. Messieurs les Ministres, prier afin que Dieu vous donne la sagesse et l’intelligence nécessaire pour faire face aux nombreux drames auquels nous sommes confrontés ces dernières années. SIMPLEMENT DECEVANT

      Répondre à ce message

      • Le 6 mars 2012 à 00:51, par abassè
        En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

        A mon humble avis il serait partisan de juegr l’action du gouvernement. En matière de cheferie traditionnelle les gens sont pret à mourir donc ne dites pas qu’au regard de cet article que les contestataires ont raison. Qui vous dit que ce n’est pas le politique meme qui est à l’origine de la contestation ? Chacun doit tirer leçon de ce drame malheureux pour éviter de confondre politique et tradition. C’est pas la richesse matérielle ou intellectuelle qui fait chef de village mais le sagesse que la tradition nous recommande. Si ya pas d’incitateurs se disant intellectuels et riches vivant dans nos villes, y’aurait pas crise au villege. Le villageois qui a son frère ministre ou DG en ville se fait chef au village.
        Ce qu’il faut déplorer c’est les morts prier que ça n’arrive plus. Prévenir désormais de telles choses en enseignant le minimun de droit à nos chefs et en évitant de mélanger politique et tradition

        Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 03:08, par SIZA
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    Vous voyez que la cheferie traditionnelle dans son ensemble ne sert à rien, sinon qu’à des choses du genre. Franchement quelqu’un n’a qu’à me dire à quoi sert la cheferie traditionnelle de nos jours.
    Voilà un truc inutile comme ça pour lequel des gens se tuent.
    Cette guénon pardon ce Guénon machin devrait démissionner dépuis son intronisation contestée pour préserver la vie d’honnêtes citoyens. Il faut arrêter ces genres de choses rétrogrades afin qu’on puisse évoluer.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mars 2012 à 15:03
      En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

      la chefferie sert pourtant à quelque chose. c’est pour cela que des gens se battent pour être des chefs, à tel point qu’ils se tuent. c’est une partie de notre cutlure et de nous même. c’est pour cela aussi que les politiciens ne veulent pas que les chefs quittent la scéne polique allant jusquà vouloir constitutionaliser la chefferie coutumière.
      notre souci est plutot de voir comment organiser cette chefferie ? une cefferie traditionnelle trop impliquée en polique perd sa valeur.il faudra que les burkinabés se regardent en face et demander aux chefs coutumiers de se retier gentiment de la politique.
      pour ce est de GUENON, le chef a bien fait savoir à la delegation gouvernementale que son autorité est contestée depuis son intronisation. je me demande comment il pourrait encore faire regner la paix dans son village ? vivement que le sang versé de ses 08 sujets puisse les aider à la reconciliation.

      Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 03:22
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    Continuons à prier et à travailler beaucoup pour que la paix règne dans notre société.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 06:16
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    puisque ce prétendu chef est à la base de ce conflit qui a engendré cet horrible genocide local devrait etre arreté et mis en garde à vue en attendant que la justice faase son travail

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 06:35, par Beurk
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    Lorsqu’un régime instrumentalise des forces rétrogrades et féodales pour se maintenir au pouvoir,il faudra bien s’attendre à la multiplication de ce cas malheureux dans nos cités.En l’espèce,ce chef coutumier ne connait pas ses droits ou du moins s’affranchit de ses droits sinon pourquoi n’est il pas allé poser plainte suite au meurtre de son frère ?Mais non,comme un Etat dans l’Etat,il organise sa propre troupe pour faire de la boucherie.Et encore plus pathétique,après son forfait,on voit 3 ministres de la république faire des génuflexions devant ce criminel.C’est à ne rien comprendre.En tout cas,c’est le lieu d’interpeller nos autorités politiques à faire très attention avec cette histoire de constitutionnalisation de la chefferie traditionnelle,car à défaut de stopper votre sinistre projet puisque je le trouve dangereux et anti constitutionnel,il faudra vous munir de pare-feux contre ces dérives de certains chefs féodaux

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 12:46
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    Condéléances aux familles des disparus et prompt établissements aux victimes !pour éviter à l’avenir ces cas malheureux je suggère que l’Etat anticipe sur ces confrontations assez récurrentes dans notre pays en anéantissant les conflits latents. Que les préfets et haut commissaires redoublent de vigilance en rendant compte en temps opportun leurs interventionss infructueuses s’il ya lieu pour éviter le fait accompli. Cela permet à l’administration de prendre les mesures nécessaires pour prévenir les affrontements meurtriers et proner ensuite le pardon. Vive la paix !

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 14:04
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    Un article partiel , qui ne donne pas la parole à l’autre partie . Car en fait la question qui est posée , c’est celle de la légitimité du chef en place . Quelles sont les raisons qui ont abouti à de tels drames ? Mes condoleances les plus attristées .

    Répondre à ce message

    • Le 5 mars 2012 à 14:50, par Le yes man
      En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

      C’est grâve ce qui se passe actuellement au pays des hommes intègres. Il y’a mort d’hommes impunément et le ministre de la justice et celui de la sécurité font partie d’une délégation pour aller demander au chef de village qui n’est pas une autorité administrative de bien vouloir user de ses prérogatives non constitutionnelles afin de calmer la situation.
      Force doit rester à la loi sinon nous intégrons un cycle d’impunité désormais.

      Il faut plutôt mener une enquête et traduire aussitôt devant les tribunaux les fautifs.

      Je pense que ce régime a atteint ses limites , il faut une élection présidentielle anticipée ou une révolution (non souhaitable) afin de bânnir ce cycle de violence tout azimut.

      La justice n’est pas crédible , les autorités et leur mandant armé (police, gendarmerie , douane, militaire) ont tous désormais peur d’une quelconque bavure.

      Qui assumera alors l’autorité de l’état ? LAT qu’on félicite n’est pas politique et semble ne pas connaitre la sociologie des Burkinabès.

      Les Burkinabè sont comme les arabes , il leur faut en face un régime dûr. Seule la peur peut les tenir à carreau. Jugez en vous-mêmes , avec le régime de BC qui ne s’est pas amusé avec les gens de son propre clan quand il y’ avait contradiction, personne ne voulait goûter au courroux des gouvernants du moment d’où cette stabilité d’un quart de siècle. Mais voilà depuis la crise de 2011 où le régime a vascillé avec une fuite de BC de son palais pour l’ambassade de France , plus personne ne loue le courageux BC et sa suite , mieux la France en profite pour dire que la prochaine fois ils n’ouvrirons plus l’ambassade. Donc pris de panique , les dignitaires jouent l’apaisement tout azimut et les gouvernés jouent aussi tout azimut de leur liberté conquise. Tout ceci engendrant une méfiance de part et d’autres. Sauf que le rapport de force est en faveur du peuple qui a longtemps été embastillé.

      La solution à mon sens serait alors des élections présidentielles anticipées afin qu’une nouvelle équipe à laquelle le peuple donnera une période de grâce afin de stabiliser le pays.

      Dites moi chers forumistes si je suis loin de la réalité ?

      Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 15:45, par Nahouripiou
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    C’est dommage qu’on a les faits pour juger. Les causes de ce triste évènement qui a couté la vie à plus de 8 personnnes sont lointaines. les frustrations cumulées depuis des années ont ateint un point de saturation. Et voici les conséquences. l’administration a toujours utilisé la méthode de la repression et la corruption aidant l’injustice s’est perpétrée au fil des années. ça ce n’est rien car ce qui est devant sera pire. Il y a pire devant. Guiro est accusée de posséder 2 millards, le ministe de tutel ne craint rien. un ministre de la justice fait bastonner un citoyen, deux jours plutard il est remplacé. ça c’était une parenthèse.
    Pour revenir au cas de Guénon il est trop tot d’accusé la délégation du gouvernement. Nous même forumistes nous somme en train de tomber dans le même piège en tirant des conclusions atives. Contribuer à la paix à Guenon en condamnant la violence sur toutes ses formes. personne ne peut plus savoir la vérité sur cette affaires c’est fini. personne ne saurra la vérité. Et ce sont encore le pouvoir éconmique et/ou politique qui vont plus jouer dans le denouement futur de la crise en lieu et place de la raison.
    les fils riches et/ou politiques de Guénon qui gateront guénon.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 19:04, par wendlasida
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    A quel village le tour ? Diapaga, Diabo ?
    C’est dommage qu’on joue au médecin après la mort alors que l’on connait la situation expolsive qui règne dans de nombreux village du pays.
    Lorsque la politique se mêle de la chefferie traditionnelle, le résultat ne peut être autre que ce que nous vivons dans de nombreux village où la tension est très visible entre les familles qui prétendent au trône.

    Gouverner, c’est prévoir et c’est ce que nous attendons de nos autorités.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2012 à 19:46, par un frère
    En réponse à : Affrontement entre populations à Guénon : Le gouvernement prône la paix et la réconciliation

    Nous sommes actuellement dans un cycle de crise avec en prime des morts.

    Je disais dans umes précédentes interventions qu’il fallait que le président prenne ses responsabilités car l’étau se resserre mais certain on juger qu’il n’était pas juste d’avertir le president que son reigne est court à sa fin et que le peuple ne le voit plus comme le chef d’état.

    De Justin Zongo à Guiro en passant par kima et Nouna nous sommes actuellement à Guenon.
    Bien malin qui saura me dire ou nous seront nous demain
    à ko... Si...am ?

    Monsieur l’administrateur osez me dire que je n’ai pas raison.

    Moi j’aime mon pays et je voudrais que le président intervienne ne serait ce que pour rassurer le peuple quand à l’avenir politique (article 37 entre autre).

    la locomotive dérive très dangereusement et la chute est proche.

    La vérité c’est que peuple n’a plus confiance en son président

    un frère

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés