AFFAIRE ADMA KIMA/MINISTRE DE LA JUSTICE : « Cette affaire sera réglée selon les voies légales et de sagesse » (Alain Edouard Traoré, porte-parole du gouvernement)

vendredi 24 février 2012 à 02h02min

Hier 23 février 2012, trois membres du gouvernement étaient face aux hommes de médias pour donner des informations concernant lesdits ministères. Ce sont, Isaïe Gnissa Konaté de la Recherche et de l’innovation, Adama Traoré de la Santé et le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré. Sur les questions d’actualité, Alain Edouard Traoré a été interpellé sur la question des Touareg et de celle concernant les sévices subis par le jeune Adma Kima au domicile du ministre de la Justice et de la promotion des droits humains, Jérôme Traoré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La presse a fait cas de sévices subis par un citoyen du nom de Adma Kima au domicile du ministre de la Justice et de la promotion des droits humains. A l’occasion du point de presse hebdomadaire du 23 février 2012 du gouvernement, les hommes de médias ont voulu en savoir davantage avec le ministre porte-parole du gouvernement. Sur la question, Alain Edouard Traoré a voulu répondre en une phrase. De la première déclaration du gouvernement sur la question, voici ce qu’il en ressort ; « Il s’agit là d’un fait regrettable que nous déplorons et que nous travaillons à apaiser par toutes les voies de sagesse et les voies légales. Voilà ce que je peux en dire. » Pour de tels faits, la réponse n’a pas semblé satisfaire les confrères qui ont insisté pour en savoir plus. Les faits se sont-ils réellement produits ?

A quel niveau se situe le problème ? Une démarche a-t-elle été entreprise vers la famille de l’intéressé ? Le ministre porte-parole du gouvernement, tout en insistant sur les regrets du gouvernement, a confié qu’une mission du gouvernement est allée vers la famille de l’intéressé et la certitude, à entendre Alain Edourad Traoré, est : « nous allons assumer nos responsabilités à tous les niveaux et ce que nous souhaitons c’est d’apaiser tous les cœurs concernés par ce fait hautement regrettable ». Quant à la suite à donner, le ministre a ajouté que le problème sera définitivement résolu « par toutes les voies de sagesse et par toutes les voies légales. Croyez-nous, nous le déplorons », a conclu le ministre sur le sujet.

Le colonel Jimmy renvoyé au Mali ?

Sur la question des Touareg, Alain Edouard Traoré a réaffirmé la volonté du Burkina à user des moyens qui sont à sa disposition pour aider à trouver une issue à la crise au Mali comme il l’a toujours été de par le passé. Le confrère L’Observateur Paalga avait été honoré d’une interview dans ses colonnes par un colonel de l’armée malienne. Ce dernier aurait-il été remis aux autorités maliennes ? Le ministre dit n’être pas informé sur cet épisode. Il a ajouté que sur la circulation des armes, des efforts sont faits pour empêcher toute entrée d’armes sur le territoire. Un an après la crise issue du décès de l’élève Justin Zongo à Koudougou, le ministre porte-parole du gouvernement a souligné que cet événement a permis de faire bouger beaucoup de choses mais la volonté reste toujours ferme quant à l’amélioration de la gouvernance et de la qualité de la justice.

« Nous tentons de tuer les évacuations »

Le ministre de la Santé, le Pr Adama Traoré, présent au point de presse, a expliqué la politique du ministère afin de garantir la santé pour tous d’ici à 2020. La politique entamée en 2011 est axée sur huit points essentiels avec un grand nombre d’activités à mener. Ce sont, entre autres, le leadership et la gouvernance ; l’amélioration des prestations sanitaires ; le développement des ressources humaines de santé et du système d’information de santé ; la lutte contre les faux médicaments, etc. Le coût de cette politique s’élève à 227 milliards de FCFA dont 60%, à savoir, 115 milliards de F CFA, financés par le budget de l’Etat.

Quant à la récurrente question des évacuations sanitaires, le ministre a souligné que la politique actuelle est de tuer les évacuations en améliorant les plateaux techniques et en rendant disponibles les médicaments essentiels génériques. C’est ainsi que l’enseignant de Ouahigouya a été évacué et depuis deux à trois semaines, l’intéressé subit des soins. La politique adoptée accélérera également le transfert des compétences et des ressources aux collectivités territoriales concernant les CSPS. Le ministre en charge de la Recherche et de l’Innovation, Isaïe Gnissa Konaté, a expliqué la politique de son département qui vise à orienter les actions de la recherche vers le développement du Burkina. C’est à cet effet qu’un fonds pour le développement de l’innovation et de la recherche a été créé. Si ce fonds ne s’élève qu’à 500 millions de F CFA, le ministre expliquera que cela est un premier pas à saluer à sa juste valeur. Il a aussi assuré que si le Burkina n’exploitait que 10% des résultats de la recherche, il n’y aurait pas d’insécurité alimentaire.

Aimé NABALOUM

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés