Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

Accueil > Actualités > Economie • • vendredi 17 février 2012 à 01h22min

Le ministère des Mines, des Carrières et de l’Energie a organisé le mercredi 15 février 2012 un petit déjeuner de presse avec au menu le secteur des mines au Burkina Faso. On en retiendra que l’or fournit d’importantes ressources financières à l’Etat. Les recherches minières se poursuivent pour trouver d’autres matières et il n’est pas exclu qu’un jour le pétrole jaillisse quelque part de notre pays.

Le Burkina Faso n’est plus un pays à vocation exclusivement agricole et d’élevage. Désormais, il faut compter avec l’or, qui est devenu le premier produit d’exportation de notre pays. Pour accélérer la mise en valeur des ressources minérales, le gouvernement a créé en 1995 un ministère plein pour s’occuper du secteur et a adopté un code minier en 1997, révisé en 2003.

Aujourd’hui, le boom minier est une réalité et, selon les animateurs du petit déjeuner de presse, à la date du 31 décembre 2011, les principales statistiques indiquent que 859 titres miniers et autorisations ont été délivrés, 7 mines d’or et une mine de manganèse sont en production, et deux autres mines (Bissa Gold et Nantou Mining) sont en construction. Le coût des investissements s’élèverait à 814,768 milliards de F CFA. L’ensemble des titres et autorisations a rapporté au Trésor public (année 2011), en taxes et redevances, plus de 127 milliards de F CFA dont 24 milliards de recettes douanières et 68 milliards de recettes fiscales pour une production de 32,6 tonnes d’or.

En matière d’emplois, ce sont 4 556 emplois permanents qui ont été créés, dont 7% pour les expatriés et 93% pour les nationaux. Mais jusque-là des conflits sont enregistrés sur les sites aurifères, où les populations locales se plaignent que leurs fils ne sont pas recrutés et que les compagnies minières ne respectent pas leurs engagements. Le Directeur général (DG) des Mines, Emile Kaboré, soutient que certaines expertises n’existent pas au Burkina et qu’il faut nécessairement recourir à des compétences extérieures. Mais l’Etat suit de près les problèmes et au niveau du ministère, des réflexions sont en cours pour créer un fonds afin de financer les plans locaux de développement. Cela permettra aux sociétés minières de soutenir le développement sans faire face à des revendications éparses des populations.

L’exploitation de l’or a explosé alors qu’il y a encore quelques années on n’en parlait pas beaucoup et d’autres gisements existent. C’est pourquoi la recherche se poursuit et est à un niveau très avancé à Tambao (Manganèse), à Perkoan (Zinc), à Tin Hrassan (Calcaire) et dans des provinces comme la Léraba, le Zoundwéogo (l’or de Kiaka), le Bam et le Ganzourgou. Pour le moment, il n’y a pas de trace de pétrole, mais rien n’exclut la présence de l’or noir dans notre sous-sol. Le pétrole va-t-il donc jaillir un jour du Faso ? Les résultats de la recherche nous le diront.

Les responsables du ministère des Mines n’étaient pas seuls à cette conférence de presse.
La Chambre des mines du Burkina (CMB) y était représentée par son secrétaire exécutif, Koudoubi Frédéric Koala. Il a indiqué que la création de sa structure est une réponse à l’évolution actuelle du secteur minier et qu’elle s’est fixé un ambitieux programme pour, entre autres, lever les obstacles rencontrés par ses membres et accompagner les populations riveraines des sites miniers dans la préservation de l’environnement et le développement d’activités génératrices de revenus.

Adama Ouédraogo Damiss

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 17 février 2012 à 06:24, par docteur En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

    dite nous ce que les mines apporte aux comunautes ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2012 à 10:30, par isaac En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

    les africains devrons songer,a avoir des compagnies petroliere au lieu de rever toujours a avoir le petrole, car les compagnies prennent 65% et ils donnent 45% a nos pays pauvres

    Répondre à ce message

    • Le 17 février 2012 à 14:53 En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

      alors là,le pétrole rapporte plus aux pauvres car ici pour l’or et autres,nous n’avons que 10% de ce qui est vraiment déclaré car dites-vous que ces sociétés minières et avec la complicité de notre gouvernement,organisent des sorties frauduleuses et clandestines des quantités d’or vers l’extérieur via les malettes diplomatiques ou des hélico.
      c’est un vrai pillage organisé et quand ces sociétés auront tout vidé notre sous sol,on va se retrouver avec des pb environnementaux

      Répondre à ce message

  • Le 17 février 2012 à 10:55, par Pierros En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

    Le prix du gramme doit varié entre 29 et 102 euros, à moins que je me trompe. Le lingot se vend à 41134 euros par kilogramme. A vos calculatrices alors. On se rendra compte qu’avec les 32,6 tonnes d’or nos investisseurs ont déjà acquis leur capital d’investissement et maintenant c’est le "bonefice", quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2012 à 12:22, par Mr X En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

    Pour ma part, sans aucun péssimisme gratuit, j’ai réellement du mal à penser que trouver du pétrole sur notre territoire serait salvateur ! Quand on voit ce que cette ressource crée dans certains pays ; un immense désordre social, politique sans parler de l’aspect écologique ; c’est une question qu’il faut se poser. avantages > inconvénients ??? À méditer ! MrX

    Répondre à ce message

    • Le 17 février 2012 à 15:02 En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

      mon frere,suis d’accord avec toi et j prie qu’on ne trouve pas du pétrole sur notre territoire,parceque regarde déjà ce que ces exploitations minières créent comme dégats dans la société où on n’hésite meme plus a couper des tetes pour 300000f
      j’aurai préféré que ces sociétés minières ne soient pas ouvertes pcq les dégats causés sont supérieurs aux avantages

      Répondre à ce message

  • Le 17 février 2012 à 13:41, par Tengembiiga En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

    C’est bien de nous dire ce que rapporte l’or à l’économie burkinabè. Mais je crois qu’il serait mieux de prévoir un dispositif pour "sécuriser" ces ressources, afin de s’assurer qu’elles sont (ou seront) utilisées pour des investissements stratégiques dans des secteurs pertinents (par exemple développer le capital social à travers la santé et l’éducation) plutôt que d’en laisser la gestion à la seule discrétion de quelques personnes. Pourquoi ne pas faire comme on l’a vu dans certains pays disposant de potentialités en matière de pétrole (même si la gestion qui en a été faite n’a pas été des plus heureuses) ? On pourrait créer un fonds pour les générations futures, une sorte de dépôt à terme qui ne pourra être débloqué que dans 20 ans par exemple, sous des conditions précises et uniquement pour certains types d’investissement identifés à l’avance au profit des populations...

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2012 à 14:48, par lejusticier En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

    Monsieur les responsables vont faites quoi pour résoudre le problème de ceux qui ont perdu leur emplois à essakane pour avoir réclamé légalement et légitimement leur droit ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2012 à 11:19 En réponse à : Recherche minière au Burkina : Des rêves couleur... or noir ?

    Il faudrait que ces revenus pour l’état soient reellement investis pour l’avenir. L’or finira un jour.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
UEMOA-Burkina : Les projets et programmes communautaires passés à la loupe
Crise du fonds commun : Faut-il licencier ou renégocier ? Les internautes se prononcent
Emprunt Obligataire : l’Etat burkinabé veut mobiliser 75 milliards de F CFA à travers la SGI Coris Bourse
Banque africaine de développement : Plus de 1 000 milliards de F CFA accordés au Burkina depuis 1970
Fronde sociale au MINEFID : Il est temps que le président du Faso prenne ses responsabilités
Bobo-Dioulasso : Les douaniers s’imprègnent du système d’interconnexion Burkina-Côte d’Ivoire
PATIA 2019 : La Chambre de commerce lance une compétition pour entreprises
Propos tenus par des commerçants sur la SAP : La clarification de la Direction générale
Développement : La Banque mondiale renforce son soutien aux Centres d’excellence régionaux africains
Transit : La douane burkinabè veut réduire de moitié le temps de passage aux frontières
Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales : Le DG fait le bilan de ses 100 premiers jours
Economie : La BCEAO note une résilience de l’économie burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés