Université polytechnique de Bobo : Les étudiants dans la rue

mercredi 8 février 2012 à 01h41min

Les étudiants ne sont pas contents et le font savoir par une marche organisée le vendredi 3 février dernier.
« Après des séries de rencontres avec les autorités de l’université, suivies d’une conférence de presse sur nos préoccupations, rien n’a changé. C’est pourquoi, nous avons décidé de descendre dans les rues pour manifester notre mécontentement » a dit le SG de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) section de Bobo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’objectif de cette marche était de transmettre au Directeur régional des enseignements secondaire et supérieur (DRESS) une plate-forme revendicative. En effet, c’est de la cité universitaire de Sikasso-Cira que les manifestants sont partis et ont sillonné plusieurs rues de la capitale économique avant de rejoindre la direction. Il faut noter qu’auparavant ils n’avaient pas défini d’itinéraire pour leur marche. Ce qui a fait dire que c’est dans la précipitation et sous la conduite de quelques étudiants seulement que tout cela s’est passé.

Aussi, après avoir parcouru une distance d’environ 10 km dans la ville, les manifestants se sont retrouvés devant la direction régionale des enseignements secondaire et supérieur où ils ont été reçus par Michel Ouédraogo. La plate-forme comporte plusieurs points de revendications, lesquels se résument à la recherche de meilleures conditions de vie et d’études des étudiants. Le DRESS, Michel Ouédraogo, dit accorder du prix à leur demande. « C’est un document que vous m’avez remis, c’est un message et je me chargerai de le transmettre à qui de droit. Vous-mêmes vous savez effectivement que ce n’est pas à mon niveau, mais au niveau supérieur que le message sera transmis intégralement.

Et nous espérons que quelque chose sera fait. En tout cas, pour le moment je ne peux pas vous dire immédiatement ce qui sera fait. Mais les autorités vont examiner vos points de revendications et vous en aurez l’écho », a dit le DRESS aux étudiants. Le Secrétaire général de l’ANEB, Wordima Somé, a invité ses camarades étudiants à poursuivre la lutte. Il soutient également que cette marche pacifique marque le début des manifestations si rien n’est fait pour satisfaire leurs revendications.

Zanga Souleymane DAO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 février 2012 à 05:07
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo : Les étudiants dans la rue

    Encore un Some. Vous les Dagari-Lobi- la vous nous fatiguez maintenant. Vous etes des anarchistes. Au lieu de chercher a rejoindre le systeme et a profiter doucement vous etes les premiers a mener les gens dans les protestations. Vous gagnez quoidans ca ? Regradez- moi ca ces Ghaneens.Nous les maitres, on est trop forts memes, quoi. On a reussi a dompter des rebelles. Ona tout simplement trouve le secret de ces rebelles. Donnez- leur un du dagaradam et si il y en a pas, donnez leur du bangui. Au troisieme kap ils sont gentils et dociles comme ca. Au 5eme, ils tombent dans les vaps et la palabre est terminee. Mr le DRESS, procahinement, faut appliquer ca. Dan gnobsa koub. Ils aiment dire qu’ il vaut mieux boire leur dolo que de cultiver hors le mil rouge vient de la culture.

    Votre Gnontchie de Banfora

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2012 à 05:26, par Medes
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo : Les étudiants dans la rue

    Cet ecrit je le trouve insuffisant en informations.Faites nous savoir au moins les points de revendications(au lieu de les resumer à des conditions de vie et d etudes ce qui est très vague),au lieu de nous faire comprendre que c etait une marche non bien organisée et non suivie !Si quelqu un peut m eclaircir d avantage sur les points (avec precision et concision si possible).J imagine que ca concerne aussi le probleme de bus !
    J’admire cette association ANEB pour sa pacificité !Imaginez les marches des commercants,des élèves,et dautres groupes ,....Et pourquoi aussi ca caille labas...

    Répondre à ce message

    • Le 9 février 2012 à 03:12, par yissuli
      En réponse à : Université polytechnique de Bobo : Les étudiants dans la rue

      OK !peuple du Burkina Faso. les étudiants de l’université Polytechnique de Bobo-Dioulasso vivent une situation chaotique sans précédent. En effet, réunis en Assemblée Générale le 10/12/11,nous avons adopté à l’unanimité une plate forme minimale d’action comportant quatre grand points :
      - Augmentation des infrastructures d’accueil et achevement du cite de l’Institut de la Santé (INSSA) : il faut dire qu’une partie des étudiants prennent cours au stade Sangoulé Lamizana de Bobo faut de salle de cours et d’autres au Trade Center sans aucune prestation(restauration, santé...) sociale dans ce dernier lieu
      - arrêt de la privatisation : là également, il est à signaler qu’à l’UPB, bon nombre d’étudiants sont inscrits sur titre( n’ayant pas réussi au test d’entrée mais fréquentant à ses propres frais) ces derniers doivent payer 250.000fCFA comme frais de formation, 15000F CFA frais d’étude de dossiers, 15000FCFA frais de scolarités, 100.000FCFA pour la carte CENOU(donnant droit d’accès aux œuvres sociales) soit un total de 380.000FCFA. alors que ceux qui ont réussi aux test paient 15000FCFA pour la scolarité et 100F pour la carte CENOU. Je pense que seul les individus à la socle de l’administration ou du capitaliste sanguinaire peuvent rester insensible à ces frais quand on connait le niveau de vie d’un honnête Burkina. pis encore la promotion de vulgarisation 2010-2011 n’a jusqu’à présent pas de résultat parce qu’elle a refusé d’être complice de cette privation en ne payant pas ces frais colossaux. En génie civil que vous soyez venu sur test ou pas, vous devez payez les 250.000FCFA.

      - amélioration des conditions de vies et d’étude :
      * Arret de la repression academique : il faut dire qu’à l’Ecole SUpérieure d’informatique, particulièremet la promrtion de deuxieme année de l’année passée,il y a eu 57 zeros dans la matière probabilité. En effet, le devoir a eu lieu le 02/02/2011 au centre de calcul actuelle laboratoire de recherche de l’UPB au moment où les étudiants étaient en stage obligatoire. En la date du 05/02/2011, ils ont touché la vice présidence pour une issue favorable mais c’était peine perdue. Ils ont même demandé un devoir de maison mais ils ne l’ont pas eu. nous nous qualifions cela de pure répression academique.
      *ARRÊT DES SURCHARGES DANS LES CARS : Sur le campus de nasso ,il y a environ 2400 étudiants pour 8 cars dont les plus grands (03 cars) sont de 70 places.
      à cause de ce problème, des étudiants arrivent au campus à 9h30 voire 10h alors que les cours débutent à 8h.
      la place assise est devenue un luxe pour les étudiants de l’UPB.
      Vous parents ou connaissances des étudiants, les cars de 70 places transportent environ 130 étudiants par convoi. Imaginer qu’un car se renverse sur la voie de nasso avec les étudiants (la suite vous le connaissez !!!!)

      - respect des franchises universitaires
      nous avons déposé la plate forme minimale d’action(PMA) le 15/12/2011.
      Comme de coutumes, nos autorités l’ont traité avec insouciance et mépris.
      au regard des conditions de transports dégradantes, les étudiants ont décidé de payer la carte de transport qu’à condition qu’il ait amélioration et pour cela , le directeur regional du centre national des oeuvres social a rétiré les cars pendant une semaine (du 16/01/2012 au 22/01/2012) pendant ce temps, toutes les activités académiques étaient bloquées.
      le 23/01/2012, il y a eu un sit-in au siège du CENOU/Bobo
      au cour duquel le DR a promis 6 car de plus à compter du mardi 24/01/2012 et que d’ici fin fevrier ,lle nombre de car sear à 17 . jusqu’a l’heure où j’écris cet article, il n’a aucun car sauf un quart de car qu’il a envoyé.
      ce faisant, le vendredi 03/01/2012 les étudiants ont éffectué une marche sur la DRESS le haut commissariat était au programme mais il a réfusé de nous recevoir. mais INch’ALLAH on se verra.
      vola en gros les problemes cruciaux qui minent l’UPB

      EN somme la question de la privatisation doit être considérée comme un problème citoyen mais non celui d’un groupe.

      ce n’est pas fini comme rien n’a changé, ce matin c’est dire le 08/02/2012, le DR a réfusé que les cars bougent avec les étudiants pour cette question de carte de transport.

      Seule une détermination et un sacréfice peut contraindre ces autorités à se pencher clairement sur ces problèmes(étudiants).

      Répondre à ce message

  • Le 8 février 2012 à 09:39, par le penseur Belekili
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo : Les étudiants dans la rue

    Les freres, Vous etes l’avenir du Burkia de demain

    Vous etes nulle en matiere de technologies, former des groupes sociaux sures et fiables .On dirait que ca vous plait maintenent de grever chaque annee pour les causes qui valent la peine a nos yeux. Meme si vous ne voulez pas utiliser votre tete pour mieux analyser votre situation, vous ne savez pas que le probleme vient de la source ? pensez-y

    L’Etat Burkinabe peut offrir des conditions de travail descend a ses etudiants, c’est seulement par manque de volonte politique. Blaise Compaore a aide a favoriser la mediocrite dans mon pays. A cause de sa passivite orgueilleuse des affaires de l’Etat, C’est devenu un vrai bordel dans mon pays. Le peuple attend sa demission, s’il se dit etre un homme INTEGRE .

    Les etudiants la, ca ne servira a rien de vouloir satisfaire vos revendications car ca sera toujours le meme systeme qui vous gouvernera, et tant que ce systeme existera, les memes problemes se repeteront, et vos enfants vivront les problemes que vous vivez actuelemnt. Tout le systeme se voit d’etre remplace.

    Il faudra que la Jeunesse se leve pour faire bouger les choses au faso. On est nulle : democratie=nulle, ballon=nulle, corruption=100% education=on en parle pas.... on est quel pays meme ?

    Postez les videos sur le net...youtube, facebook, twiter... Il faut une revolution commme en Egypt.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février 2012 à 09:50, par le penseur Belekili
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo : Les étudiants dans la rue

    Les freres, Vous etes l’avenir du Burkia de demain

    Vous etes nulle en matiere de technologies, former des groupes sociaux sures et fiables .On dirait que ca vous plait maintenent de grever chaque annee pour les causes qui valent la peine a nos yeux. Meme si vous ne voulez pas utiliser votre tete pour mieux analyser votre situation, vous ne savez pas que le probleme vient de la source ? pensez-y

    L’Etat Burkinabe peut offrir des conditions de travail descend a ses etudiants, c’est seulement par manque de volonte politique. Blaise Compaore a aide a favoriser la mediocrite dans mon pays. A cause de sa passivite orgueilleuse des affaires de l’Etat, C’est devenu un vrai bordel dans mon pays. Le peuple attend sa demission, s’il se dit etre un homme INTEGRE .

    Les etudiants la, ca ne servira a rien de vouloir satisfaire vos revendications car ca sera toujours le meme systeme qui vous gouvernera, et tant que ce systeme existera, les memes problemes se repeteront, et vos enfants vivront les problemes que vous vivez actuelemnt. Tout le systeme se voit d’etre remplace.

    Il faudra que la Jeunesse se leve pour faire bouger les choses au faso. On est nulle : democratie=nulle, ballon=nulle, corruption=100% education=on en parle pas.... on est quel pays meme ?

    Postez les videos sur le net...youtube, facebook, twiter... Il faut une revolution commme en Egypt.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés