Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

mardi 7 février 2012 à 01h31min

Les Maliens fuyant les combats entre l’armée malienne et les rebelles touaregs arrivent massivement au Burkina, particulièrement dans les grandes villes et dans les localités du Nord du Burkina. Leur nombre atteint 1500 personnes, environ 500 à 600 personnes dans la seule ville de Djibo (210 km au Nord de Ouagadougou), selon des sources concordantes contactées dimanche 5 et lundi 6 janvier 2012.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Partis du Mali pour échapper au combat entre l’armée et les rebelles ou pour échapper aux représailles des populations, des réfugiés maliens sont arrivés au Burkina, en début du mois. A la date du dimanche 5 février, ils étaient estimés à 500 et 600 personnes dans la seule localité de Djibo, alors qu’ils n’étaient que 36 au premier signalement, le 2 février dernier. « Il y a environ 80 familles et 500 à 600 personnes », a déclaré, Mohamed Ali Ag Maha, un réfugié arrivé à Djibo, avec une famille d’une dizaine de personnes. D’autres réfugiés sont signalés dans les grandes villes du pays, à l’exemple de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, mais aussi à l’extrême nord. Par ailleurs, des réfugiés contactés, disent avoir laissé des parents à Ouahigouya (192 km au Nord de Ouagadougou). Mais, l’information n’a pas été confirmée par les autorités locales. Le nombre des réfugiés maliens est estimé pour l’instant, à environ un millier et demi dans tout le pays.

Ils comptent dans leurs rangs, des femmes enceintes, des enfants, des élèves et des personnes âgées. Certains parmi les plus valides sont arrivés à pied en conduisant des troupeaux. D’autres ont pu fuir à l’aide de leurs véhicules personnels, mais le plus gros lot arrive par des moyens combinés. La plupart des personnes réfugiées au Nord, viennent des localités de Gossi, de Boulkessi, de Tébérinte, a précisé M. Maha. Issus de familles touarègues, arabes et assimilées, ils disent avoir abandonné leur domicile par crainte d’être pris pour cibles par les autres Maliens, du fait de leur appartenance ethnique commune avec les groupes rebelles. « Il y a insécurité au Mali. Il y a des gens qui font l’amalgame de la peau. Les gens pensent qu’on est avec les rebelles. C’est la population qui fait que nous sommes sortis », a confié un réfugié se présentant comme un instituteur et ayant requis l’anonymat.

Il a témoigné que les populations exaspérées par les attaques des rebelles touaregs, exerçaient des représailles à l’encontre des familles touarègues. « Ils (manifestants, ndlr) cassent les maisons des gens (touaregs, ndlr). Au moment où je quittais Mopti, il n’y avait rien. Mais, le lendemain, il y a eu des casses. On a cassé la maison d’une de mes grandes sœurs qui, elle, s’est réfugiée à Ouahigouya », a-t-il poursuivi. « Jusqu’à ce qu’on eût quitte nos maisons, c’était un peu calme. Mais on savait que ça n’allait pas. Les gens ont peur. Après qu’on eut quitté, on a saccagé les maisons », a expliqué un autre réfugié, présenté sous le nom de Ag Alassane, élève de 22 ans, dans un Institut de formation à Mopti. « Nous sommes partis pour éviter le pire, parce que mieux vaut prévenir que guérir », a-t-il rappelé. Certains disent avoir été victimes de pillages en cours de chemin. Mohamed Ali Ag Maha, guide touristique, est arrivé à Djibo à bord de son véhicule personnel. Il dit avoir été dépouillé de son argent dans la localité frontalière de Koro par la police malienne. « Ils (les policiers, ndlr) nous ont tout pris pour défaut de titres de voyage des enfants ou quelque chose comme ça. On a perdu l’argent. J’avais 100 000 FCFA pour faire manger les enfants et mettre le gasoil, ils ont tout prix », a-t-il souligné.

Soulagés et démunis, ils appellent à l’aide

Ces réfugiés se disent maintenant « soulagés » d’être arrivés au Burkina Faso et d’avoir pu bénéficier d’un bon accueil. « On se sent chez nous », a indiqué Ag Alassane, l’élève de Mopti. « Comme on dit en bambara, ‘‘i bora so, i nana so’’ », insiste-t-il, pour signifier qu’il se sent au Burkina Faso comme s’il était au Mali. « On remercie les autorités burkinabè pour leur accueil », a-t-il aussi fait savoir. Il tient aussi à préciser que les réfugiés « ne reprochent rien aux autorités maliennes ».
A ce propos, les réfugiés tiennent des discours quasi-identiques, remerciant les autorités burkinabè pour leur l’accueil et dédouanant le régime de Amadou Toumani Touré sur ce qui leur arrive. Ils insistent pour rappeler qu’ils ont eu droit à des visites des autorités administratives, sanitaires, des services de sécurité et même de la presse burkinabè. « Depuis qu’on est rentré au Burkina, depuis que j’ai franchi la frontière, on a eu aucune difficulté. Les gens ont toujours voulu nous porter assistance.

On nous a donné des abris en chemin ; à Ouahigouya (où ils étaient en transit, ndlr), on a bien mangé. A Djibo, on a été accueillis et enregistrés par la gendarmerie », ont t-ils laissé entendre. Toutefois, ils ont appelé à l’aide humanitaire pour faire face aux difficultés quotidiennes. Parmi eux, beaucoup sont dans un besoin urgent, en dépit du soutien que le gouvernement burkinabè met en place. Ils sont d’autant démunis que certains d’entre eux se disent avoir été victimes de pillages des forces de sécurité maliennes sur le chemin de l’exode. « On a des vieux, des femmes enceintes, des élèves. Ces gens ont besoin de soins. Là où nous sommes, il n’y a pas de dispensaires », a expliqué Ag Alassane. « Je lance un appel aux humanitaires à venir au secours de ces populations qui sont venues avec rien », a-t-il conclu. Mohamed Ali Ag Maha, présenté comme guide touristique, est du même avis et se dit préoccupé par le sort des personnes vulnérables du groupe. « Ils (les autres réfugiés, ndlr) n’ont pas de quoi dormir, pas de quoi manger, leur santé est menacée.

Il y a des femmes enceintes, très fragiles et deux vieux qui sont avec moi (les réfugiés sont repartis sur le site de Djibo en petits groupes, ndlr). Ils n’ont rien », a-t-il souligné. Sur ce sujet, les personnes interrogées parlent le même langage : « On a de l’eau potable et de la chaleur humaine. Mais, on a aussi besoin d’assistance matérielle, de scolariser les enfants, d’abris et de petits revenus ». Ils lancent aussi un appel à leurs frères maliens pour rappeler qu’ils sont certes touaregs, arabes ou assimilés, mais ne sont pas à confondre avec ceux qui défient le régime de Bamako. Des groupes rebelles touaregs renforcés par des combattants pro-Kadhafi et notamment le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), ont lancé depuis le 17 janvier 2012, des attaques dans plusieurs localités du Nord du Mali. Plusieurs villes ont été attaquées, provoquant le départ de dizaines de milliers de personnes vers les pays voisins du Niger, de la Mauritanie et du Burkina Faso.

Aimé Mouor KAMBIRE et Moumouni TAMBOURA

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 février 2012 à 06:02, par Tapsoba
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    Voilà pourquoi faut-il toujours aider son voisin à éteindre le feu qui ravage sa maison plutot que de croiser les bras ou s en rejouir(encore faut-il que la victime mette de côté son égos personnel en demandant de l aide),sinon on en subit les conséquences.Il faut souligner qu il n y a pas que des vulnérables qui fuient la guerre,des hommes armés ,surtout militaires pro-gouvernementales hauts gradés ont deserté les champs de batailles pour se chercher.Hier,le correspondant de RFI à Ouaga,A.Barry en l occurence, faisait même savoir qu un ministre d ATT est venu mettre sa famille à l abri à Ouaga avant de regagner son pays.Ca sent la panique.

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2012 à 16:27, par L’HOMME
      En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

      Je crois que les pays sahéliens doivent s’unir pour régler une fois pour toute cette affaire de l’AZAWAD. Tous les touaregs ne sont pas des rebelles. Ils sont nombreux qui souhaitent vivre en paix dans la république, et avec les autres peuples. Ceux qui ont pris les armes sont des gens venus de la Libye. Ceux-ci ne connaissent pas les efforts et sacrifices concédés par l’Etat Malien pour le nord. La situation était prévisible d’autant plus que des convois d’armement en direction du Mali depuis la Libye, ont été interceptés au Niger. Donc l’équation doit militairement consister à aider le Mali et le Niger à faire fasse aux rebellions, et à AQMI. Pour le moment c’est chez eux que ça brûle. Demain c’est chez nous que AQMI et les autres vont frapper.

      L’HOMME

      Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 06:26, par wen yam
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    Je compatie a leurs douleurs. Le mouvement national pour la liberation de l’Azawad est une veille histoire. Si j’ai bonne memoire c’est n’est pas la premiere fois que le Burkina accueille des refugies touareg. Le gouvernement et les touaregs s’etaient entendus et les touaregs avaient deposer les armes, seulement devant le manque d’union des pays africains pour lutter contre AQMI, devant le manque d’union des africains pour proteger le guide lybien, les vieux demons de la guerre se sont reveiller (MNLA) et avec eux les nouveaux demons (AQMI) et ont revient la case depart. Tant que l’afrique ne s’unis pas, aujourd’hui le burkina accueille les maliens, demain les maliens vont accueilir les Mauritaniens et apres demain les Mauritaniens vont accuellir les nigeriens et rien d’exclus qu’un jour les Nigeriens ne vont pas accueillir dea Burkinabe. Dieu benisse l’Afrique. Si un Africain achete une arme, c’est contre sont frere Africain (Thomas SANKARA).

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 08:05, par Le yadga
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    Qu’ils sont les bienvenus au Faso leur deuxieme pays ,mais il ne faut jamais faire comme ATT ,meme lame a rasoir doit etre laisser a la frontiere .

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 13:16, par Bazoulé
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    Messieurs les journalistes, bel article. Mais vous gagneriez en style en introduisant par votre conclusion.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 14:45
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    Ils sont les bienvenus mais je propose que le burkina soit prudent car des rebelles indecis peuvent s’y trouver et nous risquons d’être victimes de notre generosité.mrci à ceux qui leur apportent dors et dejà les premiers secours Dieu vous rendra au centuple. Quoi qu’on dise c’est le meme peuple que l’histoire a desuni.encore prudence !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 15:11, par fongnon
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    ATT NE MERITE PAS CETTE REBELLION.IL EST TROP DEMOCRATE POUR FAIRE LA GUERRE.SES VOISIN LIMITROPHE DOIVENT L’AIDE MILITAIREMENT

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2012 à 16:43, par çak siida
      En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

      Qui prépare la paix, prepare la guerre, mais, ça le general (ATT) ne l’a jamais appris !!! comment laisser des hommes armés rentrer sur et encore les accueillir au palais pour discuter de paix ??? expliquer moi un peu.je ne suis pas un va en guerre, mais soyons réaliste, ces hommes ne veulent pas la paix,...!!!
      Et j’avertis le B. Faso, soyez prudents,car l’Azawad concerne également le nord du Burkina, qd ils auront finis avc le Mali, le Niger, c’est sera notre tour.
      Que Dieu nous apporte la paix !!!

      Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 17:45
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    Je n’ai rien contre ATT,mais il est longtemps reste dans le silence face aux aggressions et kidnapping de AQMI.Je me rappelle qu’un jour en occident il a fait des declarations selon lesquelles la pauvrete est a l’origine du terrorisme et que pour combattre le terrorisme,il faut s’attaquer a la pauvrete. Cela m’avait fait rire. Des pauvres qui sont armees jusqu’aux dents qui reclament des millions de dollars a chaque fois qu’ils kidnappent des occidentaux.Il est reste trop passif et ce qu’il a voulu eviter,c’est ca malheureusement qu’il affronte. Il est General d’armee,donc ne manque pas de strategies pour les combattre. Il devrait prendre ses responsabilites il ya longtemps, en demeurant ferme face a ces voyou de terroristes. C’est triste. Je lui souhaite du courage. Quand a nous Burkinabe,soyons hospitaliers. Seulement que des combattants ne profitent pas pour s’installer chez nous et semer la merde.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 19:37, par wendlasida
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    Et voila c’est reparti. La rebellion touareg qui était un problème presque réglé et voila que cette crise libyenne vient remettre tout à zéro. Je l’avais déjà dit, aucun pays africain ne sera épargné par les conséquences de l’impérialisme occidental en Libye. Où sont les Français, les Anglais, les Américains pendant que des milliers de personnes seront tuées, déplacées...? Tout ce qu’ils feront c’est sécuriser les zones d’exploitation de pétrole et le reste, on s’en fout, vous pouvez aller en enfer.
    "A quand l’Afrique", la vraie Afrique, indépendante, courageuse, responsable et soucieuse de l’avenir de ses fils ?

    J’ai encore plus peur quand je pense que la réponse à cette question est très probablement "A jamais"

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 20:10
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    c’est la conséquence de la chute du guide lybien et du développement d’AQMI. ce n’est pas un hasard au vu de la simultanéité des attaques à la fois au Nigeria et au Mali. conséquences des dépots de munition pillés à la chute de Khadafi. Il faut se préparer à aider le voisin malien si on veut éloigner la ménace de nos frontières avant que ça nous tombe dessus. Aussi les états qui ont contribué à la chute du guide lybien ont du même coup permis cette situation. Ils doivent aussi assumer leur responsabilité face à cette situation présente.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2012 à 21:08
    En réponse à : Rébellion touarègue au Mali : Arrivée massive de réfugiés au Burkina

    C’est dommage. Vraiment dommage. Le Mali ne mérite pas ça.
    Frères Maliens courage et ayez confiance en Dieu tout puissant. Nous sommes avec vous. Il faut la PAIX. La paix, la pax et la paix.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés