TABLE RONDE DE BAILLEURS DE FONDS SUR LE FINANCEMENT DE LA SCADD : Mobiliser 973,15 milliards CFA

mercredi 1er février 2012 à 01h23min

Le Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao, accompagné d’une délégation de soixante cadres de l’Administration dont douze ministres, ouvre ce mercredi 1er février à Paris, la 5ème conférence de table ronde , consacrée au financement de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) du Burkina Faso. Une cinquantaine de partenaires financiers ont confirmé leur présence. Le Burkina Faso cherche à combler le «  gap  » (l’écart) entre les ressources nationales à mobiliser, les engagements déjà annoncés et le reliquat à rechercher.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le siège de la Banque mondiale à Paris sera aux couleurs du Burkina Faso les 1er, 2 et 3 février. Une table ronde de bailleurs de fonds sur le financement de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD 2011-2015) du Burkina Faso s’y tient. Y défileront, les autorités politiques ministérielles et les intelligences économiques de ce pays côtoieront bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux et investisseurs du secteur privé. Le Burkina Faso vient chercher auprès de ses partenaires et amis 973,15 milliards de FCFA, soit un tiers du coût total de la SCADD sur l’ensemble de la période. Evaluée à 7 496,2 milliards de FCFA, la SCADD a pour objectif de réaliser ‘’une croissance économique forte et soutenue, génératrice d’effets multiplicateurs sur le niveau d’amélioration des revenus, de la qualité de vie de la population et soucieuse de la prise en compte des principaux déterminants de la gestion durable des ressources naturelles’’.

La SCADD poursuit les objectifs spécifiques d’un taux de croissance annuel moyen du PIB égal à 10% sur la période 2011-2015, de réduire l’incidence de la pauvreté totale à ?moins de 35 ?% à ?l’horizon 2015 contre 43,9% en 2010. Le Burkina Faso est officiellement passé du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté(CSLP), cadre de référence de politique de développement économique de 2000 à 2010 à ?la nouvelle stratégie nationale, la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD), qui couvre la période 2011-2015. Les orientations stratégiques sur les cinq ans portent sur la consolidation de l’investissement humain et la promotion de la protection sociale, le développement institutionnel et le renforcement de la gouvernance, le développement des piliers de la croissance accélérée et de l’émergence, les dynamiques nouvelles pour l’économie et les priorités transversales. Sur la période concernée, c’est environ 7 496,2 milliards de francs CFA qui devront être mobilisés pour assurer le financement des projets et programmes contenus dans la SCADD, soit un coût annuel moyen de 1 499,2 milliards de francs CFA, contre une capacité nationale annuelle moyenne de financement de 949,4 milliards de francs CFA. Le financement de la stratégie sera assuré à 63,3% sur les ressources propres et à 34,5% sur financements extérieurs auprès des partenaires aussi bien bilatéraux que multilatéraux. Les investisseurs privés sont également sollicités dans des pôles de développement tels que les mines, l’agriculture, l’élevage, les infrastructures de soutien, le tourisme, les PME-PMI… Le gap additionnel de 2,2% sera couvert par la mobilisation de l’épargne nationale et sous-régionale y compris celle des Burkinabè de l’extérieur par les émissions de titres publics et par le mécanisme du partenariat public-privé.

La conférence de Paris vise selon les organisateurs à : « offrir au gouvernement une plate-forme internationale pour présenter sa vision et sa stratégie pour atteindre les objectifs de croissance et de développement du pays, offrir une plate-forme aux partenaires afin qu’ils réaffirment leurs engagements de soutenir le financement de la SCADD, aider à mobiliser les partenaires et les ressources afin de combler le gap financier, renforcer l’harmonisation et les partenariats entre le gouvernement, les bailleurs bilatéraux et multilatéraux et les investisseurs privés, renforcer les liens avec les nouveaux partenaires et investisseurs, mettre en place un système de suivi des engagements pour la SCADD intégré avec le mécanisme de suivi déjà prévu par la stratégie de développement ».

Tiergou P. DABIRE : Envoyé spécial à Paris

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés