Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

TABLE RONDE DE BAILLEURS DE FONDS SUR LE FINANCEMENT DE LA SCADD : Mobiliser 973,15 milliards CFA

Accueil > Actualités > Economie • • mercredi 1er février 2012 à 01h23min

Le Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao, accompagné d’une délégation de soixante cadres de l’Administration dont douze ministres, ouvre ce mercredi 1er février à Paris, la 5ème conférence de table ronde , consacrée au financement de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) du Burkina Faso. Une cinquantaine de partenaires financiers ont confirmé leur présence. Le Burkina Faso cherche à combler le «  gap  » (l’écart) entre les ressources nationales à mobiliser, les engagements déjà annoncés et le reliquat à rechercher.

Le siège de la Banque mondiale à Paris sera aux couleurs du Burkina Faso les 1er, 2 et 3 février. Une table ronde de bailleurs de fonds sur le financement de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD 2011-2015) du Burkina Faso s’y tient. Y défileront, les autorités politiques ministérielles et les intelligences économiques de ce pays côtoieront bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux et investisseurs du secteur privé. Le Burkina Faso vient chercher auprès de ses partenaires et amis 973,15 milliards de FCFA, soit un tiers du coût total de la SCADD sur l’ensemble de la période. Evaluée à 7 496,2 milliards de FCFA, la SCADD a pour objectif de réaliser ‘’une croissance économique forte et soutenue, génératrice d’effets multiplicateurs sur le niveau d’amélioration des revenus, de la qualité de vie de la population et soucieuse de la prise en compte des principaux déterminants de la gestion durable des ressources naturelles’’.

La SCADD poursuit les objectifs spécifiques d’un taux de croissance annuel moyen du PIB égal à 10% sur la période 2011-2015, de réduire l’incidence de la pauvreté totale à ?moins de 35 ?% à ?l’horizon 2015 contre 43,9% en 2010. Le Burkina Faso est officiellement passé du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté(CSLP), cadre de référence de politique de développement économique de 2000 à 2010 à ?la nouvelle stratégie nationale, la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD), qui couvre la période 2011-2015. Les orientations stratégiques sur les cinq ans portent sur la consolidation de l’investissement humain et la promotion de la protection sociale, le développement institutionnel et le renforcement de la gouvernance, le développement des piliers de la croissance accélérée et de l’émergence, les dynamiques nouvelles pour l’économie et les priorités transversales. Sur la période concernée, c’est environ 7 496,2 milliards de francs CFA qui devront être mobilisés pour assurer le financement des projets et programmes contenus dans la SCADD, soit un coût annuel moyen de 1 499,2 milliards de francs CFA, contre une capacité nationale annuelle moyenne de financement de 949,4 milliards de francs CFA. Le financement de la stratégie sera assuré à 63,3% sur les ressources propres et à 34,5% sur financements extérieurs auprès des partenaires aussi bien bilatéraux que multilatéraux. Les investisseurs privés sont également sollicités dans des pôles de développement tels que les mines, l’agriculture, l’élevage, les infrastructures de soutien, le tourisme, les PME-PMI… Le gap additionnel de 2,2% sera couvert par la mobilisation de l’épargne nationale et sous-régionale y compris celle des Burkinabè de l’extérieur par les émissions de titres publics et par le mécanisme du partenariat public-privé.

La conférence de Paris vise selon les organisateurs à : « offrir au gouvernement une plate-forme internationale pour présenter sa vision et sa stratégie pour atteindre les objectifs de croissance et de développement du pays, offrir une plate-forme aux partenaires afin qu’ils réaffirment leurs engagements de soutenir le financement de la SCADD, aider à mobiliser les partenaires et les ressources afin de combler le gap financier, renforcer l’harmonisation et les partenariats entre le gouvernement, les bailleurs bilatéraux et multilatéraux et les investisseurs privés, renforcer les liens avec les nouveaux partenaires et investisseurs, mettre en place un système de suivi des engagements pour la SCADD intégré avec le mécanisme de suivi déjà prévu par la stratégie de développement ».

Tiergou P. DABIRE : Envoyé spécial à Paris

Sidwaya

Messages

  • Appretons des cantines alors ?

  • Vive le president Blaise. Malgre les ressources limitees de notre pays il utilise son inteligence pour faire rentrer des fonds au Faso . C’est ca la difference entre des hommes . Nous ne voulons plus du bruit unitil , nous voulons des actes concrets . Pour le moment Blaise depasse le petrol .Dieu est entrain de benir ce pays a travers ce president.Ne soyons pas ignorants comme les enfants d’israel qui allaient contre la volonte de dieu a travers Moise. Il ne rien pour moi,je ne veux rien de lui,seulement je vous donne une vrai revelation.

    • Mon ami, des burkinabé comme vous, me déçoivent, pas parce que tu soutiens inconditionnellement Blaise, çà c’est ton droit. Mes inquiétudes c’est plutôt que tu aies perdu la tête à entendre parler de financement de milliards, de projets.
      Même 10 fois ce montant ne peut pas sauver le Burkina, même un gisement de pétrole, comme tu sembles complexé, ne peut sauver le Burkina. Si le Ghana a une croissance à 2 chiffres , si le Ghana court plus vite que le Burkina maintenant, ce n’est pas seulement à cause du pétrole.
      La meilleure manière de bien gérer une nation, le faire devenir riche et rester riche, c’est de savoir combiner l’argent, les hommes et les intelligences pour produire puis de savoir dépenser les recettes de cette production entre les ménages et les entreprises. Si tu ne me comprends pas ce n’est pas grave mais ne te réjouis pas trop tôt si un jour tu vois ton mari ou ta femme débarquer avec un sac d’argent à la maison, ce n’est pas forcément le pactole de la LONAB.

  • Oui ; comme toujours, il y a beaucoup d’engouement au départ, puis à l’arrivée on réalise qu’il faut changer de stratégie parce qu’on a oublié de prendre en compte 0tel ou tel aspect. La SCADD, c’est tout simplement du leurre. Rappelons-nous, c’était exactement la même excitation et la même précipitation pour le CSLP (cadre stratégique de lutte contre la pauvreté), mais à l’arrivée on change lorsqu’on ne peut plus avoir des financements, pour donner l’impression qu’on est près du but sauf qu’il manque les ressources pour, dans un ultime effort, atteindre le sommet. Vous verrez que sur les 967 milliards de FCFA, les / seront consacrés au fonctionnement de la nouvelle structure au détriment des investissement. Si Rock parle de quitter la tête du CDP et sûrement de l’Assemblée, c’est pour certainement aller gérer cette manne.Dans nous réaliseront que nous sommes à la case départ et une nouvelle génération voudra sa SCADD à elle aussi, et ainsi de suite.pauvres de nous !

  • Je ne savais pas que le tiers de 7 496,2 milliards de FCFA faisait 973,15 milliards de FCFA. On apprend beaucoup de nos journalistes de nos jours.

    • En fait ,il faut dire que le journaliste a complètement perdu les pédales dans cet article .Sinon,en lisant tout l article ,on comprend que les 973,15 milliards représentent l effort que consentira l Etat annuellement au financement de la SCADD sur un coût total annuel de 1499,2 milliards de fcfa.En pourcentage ,cela veut dire bien que 2/3 seront financés sur fonds propres et le 1/3(549,8 milliards/annuel) assuré par les PTF.

    • Excusez,en pourcentage cela fait 66%(2/3) contre 33%(1/3) annuel,je voulais dire.

  • Bonne chance à vous. je sais l’affaire Guiro ne vous facilitera pas la tache. faut bien trouver des raisons valables pour convaincre ces bailleurs quand des responsables financiers ont des cantines de milliards chez eux à domicile.

    • La scolarisation au nationale est inquietante,la santé des populations indesirable,le probleme d`eau est criare,la pauvreté s`accentue,mank d`emploi.Et vs parlez d croissance acceleree.Elle n`aura point d sens.Retrogradez un peu,car on n batì pas sur sable.

  • De grâce, cette fois, il faudra faire gouter ces milliards à la base !

  • Purée, ça fait bien plus de 450G !

    Je me demande combien de cantines il faudrait pour contenir pareille somme... simple curiosité :)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Financements extérieurs : TruBudget, le logiciel qui assure la transparence
Contrôle fiscal : 50 agents en ordre de bataille contre les actes illégaux
Commerce international : Le Burkina veut mettre en œuvre l’accord de facilitation des échanges de l’OMC
Aide publique au développement : Le Burkina a bénéficié de 663,11 milliards de F CFA en 2017
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Bobo-Dioulasso à l’honneur
Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents
Développement du Secteur des postes : Les acteurs du domaine valident la stratégie nationale
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Rendez-vous du 8 au 11 novembre à Bobo-Dioulasso
15e édition du SIAO : La Direction générale des impôts se rapproche des contribuables
Economies locales : Le PADEL tisse sa toile dans six autres régions du Burkina
Région de l’Est : Les autorités administratives et les acteurs économiques se concertent
La SONABHY certifiée ISO 9001/2015
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés