Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

LA VERTU DES PLANTES : ACACIA NILOTICA, Pegnenga en mooré, Bagaba yiri chez les dioulas, Nèb- nèb en français

Accueil > Actualités > Environnement • • mercredi 1er février 2012 à 01h14min

C’est un arbre au tronc unique résistant aux termites, dont la hauteur varie entre 15 et 25 m. Le Pegnenga est réparti dans les zones sèches d’Afrique tropicale et d’Asie occidentale, il préfère les sols profonds sableux-limoneux, argileux, et latéritiques. Les fleurs sont des boules jaunes d’or vif. Quant aux fruits, ce sont des gousses comportant des graines grises. La production fruitière est d’environ 8O kg par an et par arbre. C’est une espèce sahélo-soudanienne. On la rencontre en Afrique occidentale, en Arabie et en Inde en peuplement pur, grégaire ou en plantation.

Elle s’adapte aux sols sableux-limoneux drainés, les latérites, les jachères. Au Burkina Faso, l’espèce est présente presque dans toutes les régions sauf dans la vallée du Sourou et la Comoé. Bagaba-yiri a une gomme qui est utilisée dans les friandises et dans la fabrication des bonbons. Ses racines aident dans le traitement de la carie dentaire, les inflammations diverses. Les feuilles soignent la diarrhée et la dysenterie. Les feuilles de l’espèce sont utilisées pour activer le feu. En plus du bois d’œuvre, l’écorce et les fruits verts sont exploités pour leur richesse en tanin. La gomme est une fixation de colorant dans la teinture. Aussi, en agro-sylvo-pastoral, l’espèce est très appréciée par les animaux pour ses gousses et ses feuilles.

Elle est également utilisée comme haie vive, brise-vent. Au regard de son importance, il y a une installation d’essai de l’espèce à Gonsé, à Kaya et à Dori. Après une étude des experts du Centre national des semences forestières, il ressort que les semences sont récalcitrantes. De ce fait, le prétraitement à l’acide sulfurique permet de lever la dormance. En tous les cas, les études n’ont pas encore permis de cerner totalement la plante. Une nécessité de poursuite des activités de recherche s’avère donc indispensable dans la biologie et la phénologie.

Antoine AKOANDAMBOU (akoantoine@yahoo.fr) en collaboration avec le CNSF (cnsf@fasonet.bf)

Sidwaya

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+
Migrations et environnement : L’OIM lance un nouveau programme dans deux communes du Burkina
Préservation de l’environnement : Des parlementaires à l’école de la REDD+
Gestion des ressources en eau : Faso Koom II pour renforcer les capacités opérationnelles de l’Agence de l’eau du Nakanbé
Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national
Programme national pour la Gestion intégrée des ressources en eau : Le comité de revue examine les réalisations de l’année 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés