PRATIQUE DE L’EXCISION : L’abandon est en bonne voie dans ce monde peuplé de 7 milliards d’habitants

mercredi 1er février 2012 à 01h15min

Le mouvement pour un abandon total de l’excision en 2015 est bien lancé et la multiplication des déclarations d’abandon dans la plupart des pays où se pratiquait cette coutume ancestrale en est une preuve palpable. Les efforts du programme conjoint UNFPA-UNICEF pour appuyer les Etats, les communautés, la société civile, les partenaires, les religieux, les médias et les autres acteurs à mettre fin aux pratiques traditionnelles néfastes, portent leurs fruits et démontrent que l’abandon de l’excision est possible. Une tendance à la baisse de la prévalence est observée dans plusieurs pays comme le Sénégal (de 28 à 26%), l’Ethiopie (80 à 74%) ou l’Egypte (97 à 91%).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La chanteuse sénégalaise de musique rap Fatou Mandiang Diatta dite Sister Fa se dit optimiste pour l’abandon total de l’excision en 2015 mais « on ne doit pas baisser la garde de la sensibilisation surtout au niveau des jeunes », dit-elle. Selon l’artiste, il faut innover dans l’approche de la sensibilisation en rejoignant les jeunes dans leur monde de la musique et de l’Internet, et elle se félicite des milliers de déclarations d’abandons déjà obtenues même s’il y a toujours des résistances.

Selon les estimations de l’ONU, ces pratiques affectent près de 140 millions de filles et de femmes, surtout en Afrique où elles causent de sérieux problèmes de santé pouvant entraîner la mort.
Dans ce monde qui a atteint le cap des 7 milliards habitants le 31 octobre dernier, les défis de la santé sont énormes et 1000 femmes meurent encore par jour de complications (dont l’excision) liées à la grossesse et à l’accouchement. Devant ce malheureux constat, l’appui du programme conjoint pour l’accélération de l’abandon de la pratique avec un objectif de zéro excision en 2015, est salutaire pour les femmes et les trois millions de petites filles africaines qui sont victimes de l’excision chaque année.

Le programme conjoint UNFPA-UNICEF, mis en place en 2008, s’est beaucoup investi dans la sensibilisation pour l’abandon de l’excision notamment dans 12 pays concernés par cette pratique dans la région africaine. Le programme encourage l’approche des droits humains qui conduit les communautés à faire des déclarations publiques d’abandons après avoir pris conscience par elles-mêmes que l’excision est néfaste à la santé des filles et des femmes.

En 2011, seulement 3 ans après le début du programme, « plus de 6.000 communautés en Ethiopie, Egypte, Kenya, Sénégal, Burkina Faso, Gambie, Guinee et Somalie avaient déjà abandonné la pratique de l’excision », selon une déclaration conjointe du directeur exécutif de l’UNFPA, Dr Babatunde Osotimehin et du directeur de l’UNICEF Anthony Lake. Selon les responsables de ces 2 institutions onusiennes qui soutiennent la campagne pour une tolérance zéro aux Mutilations génitales féminines « l’UNFPA et l’UNICEF travaillent avec des partenaires pour mettre fin à cette pratique nuisible en une génération, et nous croyons que c’est possible d’atteindre cet objectif », disent-ils.

Selon des chiffres plus récents, plus de 7.000 déclarations ont été enregistrées jusque-là à travers toute l’Afrique. Le Sénégal, considéré comme tête de file dans la lutte contre l’excision dans la région ouest-africaine, en est à sa 5315ème déclaration d’abandons de l’excision sous l’égide de l’ONG Tostan qui intervient également dans les autres regions de l’Afrique en inculquant l’approche droits humains au niveau des communautés.

Un projet de résolution visant à interdire les mutilations génitales féminines a été déposé par l’Union africaine (UA) à la soixante sixième (66ème) session ordinaire de l’Assemblée Générale (AG) de l’Organisation des Nations unies tenue à New York en septembre 2011. Ce projet constitue le troisième (3ème) acte de l’organisation panafricaine sur 3 décennies par rapport au respect des droits de l’homme et des peuples après la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples adoptée à Naïrobi au Kenya en 1981et le protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique adopté en 2003 à Maputo au Mozambique.

La volonté des Etats de passer à l’action soutenue par des initiatives comme celles du programme conjoint UNFPA-UNICEF constitue unk gage réel pour l’abandon total de l’excision en 2015.

UNFPA-UNICEF

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er février 2012 à 05:10, par Puis.......
    En réponse à : PRATIQUE DE L’EXCISION : L’abandon est en bonne voie dans ce monde peuplé de 7 milliards d’habitants

    Je suis tres contente qu’on parle d’eradication de l’excision a ce point. Je supporte bien nos valeurs culturelles, mais biensure que je suis contre toute pratique traditionelle ou culturelle qui menerait a la torture physique (excision, repassage des seins,scarification) ou a la mort ( crime d’honneur).Peut etre dirais-je une betise pour susciter l’analyse des uns et des autres sur ce sujet, mais que signifiait l’excision pour nous, femmes africaines !Si nous avions vu l’excision comme une pratique barbare et des plus scandaleuses, pourquoi avions nous perpetue cela.C’aurait fallu que nous attendions passivement que les gens du "Nord" viennent nous reveler que la pratique est douloureuse ?( sommes nous une culture depourvu de sensibilite alors !) Que nous subissions le martyre ? Que nous avons besoin de notre clitoris ?( Et comment une femme qui a un clitoris d’ailleurs pourrait savoir ce qu’une autre qui n’en a pas ressent !. C’est quoi la sexualite pour nous et la sexualite pour elles ?......).
    D’autre part, dans cette meme portion du globe, des jeunes filles se pervorent toute partie du corps, meme le clitoris ! On se mutile les seins, on subit toute sortes de chirurgies plastique.Des parents meme offrent a leurs filles des bons pour s’augmenter les seins, les fesses, tout comme nos mamans nous ont tenu la main pour qu’on nous reduise une partie du sexe !! Et ces gouvernments ne votent pas les lois pour eradiquer ces pratiques la ? Bizarre ce monde.
    En tout cas, pour une fois, je pense qu’on gagne sur ce front. Sans la contribution exterieure,certainement que des millions de filles subiraient encore l’excision pour des generations a venir. Merci alors a l’occident pour son charactere a se meler de ce qui ne le regarde guere !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés