AU COIN DU PALAIS : Quand des élus se livrent en spectacle

mercredi 25 janvier 2012 à 00h19min

Les Diébougoulais ont fait le plein de la salle d’audience du Tribunal de grande instance de Diébougou, pour suivre une affaire pour le moins ubuesque, opposant deux membres du bureau du conseil municipal. En effet, deux conseillers se disputaient le droit d’utilisation d’une moto de service et n’appartient donc à aucun d’entre eux. Il s’agit du maire adjoint de la commune SZ et son collaborateur, président de la commission finances, HW. Ils n’ont pas trouvé mieux à faire que de s’insulter publiquement au bureau pour ledit engin, devant leurs agents qui ont dû s’interposer pour éviter que les deux élus n’en viennent aux mains. S’estimant humilié par son collaborateur, le maire adjoint SZ a convoqué HW en justice pour injures publiques, accusant celui-ci de l’avoir traité de tous les noms.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Devant le juge, le maire adjoint a expliqué que la moto en question lui a été affectée comme moto de service à son arrivée à la mairie. Par la suite, il a reçu une seconde moto de son parti politique d’appartenance et a cédé l’usage de la première à tous les agents pour les courses du service. Toujours selon le maire adjoint, HW est venu solliciter cette dernière moto pour aller consulter quelqu’un dans un autre village, « car il dort mal ». Une fois la moto entre ses mains, le maire adjoint soutient avoir tenté difficilement de la retirer pour d’autres besoins de service. Et comme il insistait, son collaborateur lui a signifié son ras-le-bol dans un langage vulgaire et fort grossier. HW aurait aussi rappelé au maire adjoint « qu’il n’avait rien avant d’entrer à la mairie » alors que lui HW, aurait acquis 4 motos de ses propres moyens.

Deux agents municipaux témoins de la scène, sont passés à la barre pour appuyer les dires du maire adjoint. Le procureur du Faso n’a pas raté les deux élus indélicats. « Vous avez dépassé les bornes. Ce que vous avez fait est honteux pour l’image de votre mairie qui n’est même pas clôturée. Comment pouvez-vous vous bagarrer pour une moto qui ne vous appartient même pas. Il faut que vous respectiez ceux qui vous ont élus. Pensez-vous qu’on peut vous confier d’autres responsabilités au regard de ce que vous avez fait. Imaginez un député qui se bat avec d’autres personnes à Ouagadougou, ce n’est certainement pas pour le bien de sa collectivité », a-t-il souligné. A l’endroit de l’auteur supposé des insultes, HW, le procureur a déploré son comportement, car il est instituteur de profession. « Si tu étais un paysan venu de derrière Dissin, on pouvait comprendre », lui a-t-il fait remarquer, alors que l’instance murmurait sa désapprobation du fond de la salle.

« Pourquoi Dissin », pouvait-on entendre de la part des ressortissants de cette localité qui ne souhaitent pas que le nom de leur village soit associé à des comportements peu honorables. Le juge pour sa part, s’est demandé s’il n’y avait pas d’antécédents entre les deux élus qui chercheraient l’occasion pour en découdre. Le principal accusé HW a fini par avouer qu’il y a des divergences politiques entre lui et le maire adjoint depuis 2006. Il a présenté ses excuses au maire adjoint, sans pour autant admettre l’avoir insulté comme cela a été rapporté. Pourtant, le maire adjoint n’a demandé que la reconnaissance des insultes publiques proférées à son encontre, mais pas un seul centime à titre de dommages et intérêts. Le Tribunal a reconnu HW coupable des faits à lui reprochés, et prononcé contre lui une condamnation à 30 000 F CFA d’amendes et aux dépens.

Mahamadi TIEGNA

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 janvier 2012 à 10:37
    En réponse à : AU COIN DU PALAIS : Quand des élus se livrent en spectacle

    aberrant, ridicule no comment !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2012 à 11:42, par bekuonè
    En réponse à : AU COIN DU PALAIS : Quand des élus se livrent en spectacle

    M. le procureur, à lire vos propos rapportés dans le journal, je me rends compte que vous êtes pareil, vous et vos deux élus du jour ; vous vous offrez en spectacle au même titre que vos deux justiciables lorsque vous les comparez à un paysan de derrière DISSIN !
    Moi je suis paysan de derrière DISSIN après un DESS en droit des affaires. J’ai choisi de ne pas courir derrière l’Etat Burkinabè pour un salaire (généralement trop élevé par rapport au travail rendu aux honnêtes citoyens)
    Je me suis auto-employé et je vis bien de mon affaire.
    Pour votre gouverne, aucun paysan de derrière DISSIN, fier de sa personnalité n’acceptera abuser d’un bien qui ne lui appartient sans vergogne.
    Au demeurant, si ces deux élus devaient passer au tribunal du paysan de derrière DISSIN, il leur aurait infligé la sentence suivante :
    - condamnation des deux conseillers à remettre à neuf la moto de la commune qu’ils ont utilisé et amorti à des fins personnelles
    - interdiction aux deux conseillers d’utiliser dorénavant ladite moto

    Voyez vous M. le procureur que ce serait plus sage si vous y aviez réfléchi au lieu de comparer un ouvrier-abeille qui travaille, récolte son nectar dans sa ruche tissée par lui à une mouche qui elle s’arroge le droit autour des repas délaissés par autrui.
    Sans gêne

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés