Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

lundi 23 janvier 2012 à 23h31min

Les mauvaises pratiques ont la peau dure à la police nationale. Les éléments de la brigade anti-criminelle s’en sont pris à Moumouni Isaac Zongo et Ousseni Compaoré, tous deux employés au maquis Wikileaks. Des tortures en règle qui rappellent le supplice de l’élève Justin Zongo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Pendant que les gens étaient en fête la nuit du 31 décembre, une bagarre s’est déclenchée au maquis Wikileaks au secteur 18, non loin de la mairie de Boulmiougou. Le motif de cette rixe, deux jeunes qui sont venus boire dans ce troquet ont accusé le parqueur d’avoir été complice du vol de leur moto de marque Crypton. Ousséni Compaoré, le parqueur, raconte qu’aux environs de zéro heure, un jeune homme est venu lui dire de sortir sa moto pour lui. Il s’exécute. C’est alors que son compagnon aussi lui dit qu’il veut partir. Le parqueur exige le ticket, mais l’intéressé n’en a pas. Il commence à essayer d’ouvrir les motos de marque Crypton, mais le parqueur s’oppose.

Il s’en va appeler un autre jeune qui, sans chercher à discuter avec Compaoré, se met à le frapper. Le patron du maquis ayant appris qu’un individu s’en prenait à son employé a cherché à comprendre. Il s’interpose et dit aux deux qui prétendent avoir perdu leur Crypton de revenir le lendemain le voir. Le 4 janvier vers 16 heures 30, pendant que le patron était en déplacement à Kaya, son petit frère assurant la supervision du travail va subir des tortures à la Brigade anti-criminelle située à Gounghin. Selon les dires de Zongo, deux éléments de la police sont arrivés à bord de leur véhicule de patrouille. Ils s’amènent vers lui, le saluent et l’invitent à les suivre. Arrivé à proximité du véhicule, on le somme de monter.

Il avait de l’argent qu’il voulait remettre à son coéquipier mais les policiers opposent un niet catégorique. Il est menotté et amené dans l’enceinte du BAC. Arrivé, il est introduit dans un bureau où il y avait un de leurs supérieurs plus celui qui prétend avoir perdu sa moto. Le chef l’enjoint de s’asseoir à même le sol. Il obtempère. Aussitôt assis, on lui demande où se trouve la moto ? Zongo assure qu’il n’est au courant de rien. Il appelle un élément qui l’amène voir des monticules et des fleurs derrière une maison et lui tient ce langage. " Ce sont des tombes des menteurs comme toi qui sont ici. " Le policier va ensuite ouvrir une maisonnette où il y a des barres de fer et des cordes. Aidé d’autres policiers au nombre de 4 dans un premier temps, il est ligoté et une barre de fer est placée entre ses jambes.

Il est alors suspendu en hauteur puis frappé avec des matraques. Entre temps, son pantalon est déchiré et comme il n’avait pas porté un sous vêtement, son sexe sort du pantalon qu’un policier le roue de coup de matraque. Il s’évanouit. Avant qu’il ne s’évanouisse, deux autres tortionnaires étaient venus s’ajouter. Ils l’ont laissé suspendu à la même position jusqu’à ce que son sang commence à couler. Au bout d’un moment, on le fait descendre de la " potence " à la manière d’une mangue mûre qui tombe de l’arbre. Les policiers le sortent de la maison et vont le jeter dans les fleurs. Le même soir du 4 janvier, le parqueur Ousséni Compaoré est lui aussi cueilli pour être soumis au même supplice que son collègue Moumouni Isaac Zongo du maquis Wikileaks.

Et pendant qu’il était sous la torture, on le pressait de questions : " où est la moto ? " On ne manquera pas de l’amener dans la maisonnette pour le même interrogatoire musclé. Les genoux et les orteils sont les cibles de la police pour obtenir des aveux. Tard dans la nuit, Ousséni est amené au commissariat central, où il est déshabillé et jeté dans une cellule. Le lendemain, les éléments du commissariat central constatent que l’état de santé du parqueur se dégrade. Ses compagnons de cellule plaident sa cause et obtiennent qu’on le sorte du cachot. Moumouni Isaac Zongo a la main gauche enflée. Il dit avoir mal au dos. Il éprouve également des difficultés pour s’asseoir. Quant à Ousseni Compaoré, il saignait du bas ventre.

Pourquoi les forces de sécurité ne tirent pas leçon ?

En 2009 des élèves de l’école nationale de la police s’en prennent aux habitants du secteur 9. Les populations, les tenanciers de bars, et les occupants subissent supplices et humiliations. C’est la consternation et surtout la révolte dans l’agglomération suite à cette expédition punitive. La population qui se prépare à la riposte contraint les autorités à prendre des mesures disciplinaires. Mais ce n’est pas une première fois que des forces de sécurité et de défense sèment la terreur dans les villes et campagnes. Des jeunes sont pris à partie et des filles ont perdu la vie suite à des chagrins d’amour des bidasses. La gendarmerie qu’on disait jadis disciplinée par rapport aux agissements malencontreux est en passe de rejoindre les autres corps dans le mauvais comportement. Si toutes ces réactions sont à mettre au compte des brebis galeuses.

Officiellement certains centres de détentions sont en passe de devenir des lieux par excellence de tortures. Ils sont nombreux qui ne sont pas sortie vivants du commissariat de Wentenga pendant leurs séjours. Le Burkina est une République. Nous vivons dans un environnement démocratique même si l’on constate des dysfonctionnements à des moments. L’heure des Mamadou " Tassouma (les anciens gardes coloniaux) est révolu. Il faut que les différentes écoles qui ont la charge de former des éléments de sécurité ôte de la tête de ces gens les habitudes de garde " forgot ". Des éléments recrutés au sein du peuple pour assurer sa sécurité ne devrait pas constituer une hantise pour lui. Des récents événements relatés dans la presse et qui incrimine les gendarmes de Léo et de Sapouy n’honorent pas les forces de sécurité. Le problème c’est moins le comportement de ces hommes que le silences des autorités. Des sanctions doivent être prises à l’encontre de ceux qui abusent de leur pouvoir d’homme de tenue.

Le citoyen dont le dénier sert à payer ces agents doit user de ses droits. Il doit être soutenu lorsqu’il est victime d’abus de pouvoir. Il doit se plaindre chez qui de droit, s’il sent léser. Nul ne doit se rendre justice fut-il un homme de tenue. Les commissariats et autres gendarmeries ne doivent pas également se transformer en des lieux de torture

Par Merneptah Noufou Zougmoré

L’Evénement

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 janvier 2012 à 02:01
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    et quelle est la réaction de la haute hierarchie...rien. rassurez moi qu’on est dans une vraie démocratie !

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2012 à 06:37, par Eyes
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    C’est tout à fait normal que des Hommes de tenues, sensés protéger le citoyen pour qui ils ont été recrutés, formés et rémunérés, puissent s’en prendre de la sorte à des SUSPECTS. C’est normal, parce qu’ils ne sont pas sanctionnés pour ça. C’est normal, parce que rien n’est fait pour leur faire comprendre que de tels comportements sont inacceptables. Lorsque l’on se base sur des témoignages et des plaintes subjectifs et passionnés pour procéder de la sorte, on ne montre que l’expression aggravée de son incompétence et du fait que l’on ne mérite pas de porter la tenue de force de l’ordre. C’est honteux et révoltant. C’est tout simplement dommage pour mon Pays le Burkina Faso.
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2012 à 06:50
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    merci d’alerter les uns et les autres sur les droits des présumés coupables de vols en général ; mais attention a ne pas blamer ainsi ce corps (qui visiblement fait un travail remarquable) sur une intervention parmi mill autres effectuées parfois au prix de bcp de sacrifices.vtre article ne saurait remplacer l’enquete policiere qui a parfois ses dures réalités selon les contextes et les individus en cause.alors,prudence !
    Et que dire des civils comme vous et moi qui ont crevé les yeux d’un présumé voleur !donc la sensibilisation sur les violences en cette matiere commande une vision globale:causes, consequences et tous les acteurs intervenant en cas de situations d’insecurité.
    si vous vous mettez concomitama a la place des 2 employé du maqui et de celui a qui reçu des coups de poignard ou de je ne sais koi et qui est devenu aveugle a jamais par la faute de non policiers,je pense qu’il vous sera loisible d’etre indulgen enver "ls brebi galeu" de la police !
    je suis sur que vous avez pas ecri dans l’esprit nuir a l’image de la police et du policier, mais attention a ne pas participer a demotiver les elements de la BAC qui joui d’une bonne aura ds le mental collectif des populations pour qui, il ya peu, etre en banlieu rimait bcp avec insecurité !cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 25 janvier 2012 à 09:00, par simpos
      En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

      Belle analyse de bout en bout mon frere. Il est certe vrai que la police doit maintenant essayer de revoir ses methodes d’interrogations mais de là a les ridiculiser de la sorte, je pense que c’est une certaine facon de les decourager et de leur enlever l’esprit de l’abnegation et du sacrifice qu’ils consentent au quotidien pour la securisation des Burkinabès. Sans defendre ou encourager les flics dans les tortures, je dirais qu’elle est pratiquée partout dans le monde meme en France mere des droits. Aux Etats-Unies c’est encore pire. La realité du terrain ne laisse pas parfois le choix. Mais on ne peut comprendre cette situation quand on est bonnement assis dans un bureau climatisé sirotant un jus frais en attendant d’intoxiquer la population par les ragots qu’on recolte de gauche a droite. Demandez plutot a ceux qui essuient les tirs de kalach sur le terrain de la securité et vous comprendrais mieux.
      Soyons des fois consequents.

      Répondre à ce message

    • Le 25 janvier 2012 à 20:47, par PASSECTALE
      En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

      ENCORE LA POLICE ET LA FAMILLE ZONGO.QUANT N EST IL EXACTEMENT ?LA POLICE A ENCORE DU CHEMIN A FAIRE POUR MERITE LA CONFIANCE DE LA POPULATION.JE CROIS QU IL FAUT LEUR MONTRER LE TRAVAIL QU IL SONT CENSES CONNAITRE.

      Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2012 à 08:27, par citoyen
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    Ah bon dieu, chassez le naturel il revient au galop. Koudougou, Gaoua etc... st encore frais dans nos mémoires, SVP Je pense que notre police a besoin de se “réconcilier” avec le peuple en montrant un visage plus humain. Il est de plus plus intolérable que nos forces de l’ordre continuent de se perfectionner dans la torture sur des citoyens présumés innocents. Monsieur les responsables de la police dites nous que ce n’est pas vrai. Le peuple vous regarde rectifiez le tir.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2012 à 09:36, par L’ indigné
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    Bonjour, merci à tous ceux qu continuent de dénoncer les dérives de nos forces de sécurité ; pour ceux qui sont fatigués de pratiquer leur métier qu’ils démissionnent.Et que ces mêmes forces de l’ordre aient à l’esprit que c’est à cause de leur manque de professionnalisme que le pays a failli basculer dans le pire.

    Aussi, il faut que les dirigeants prennent leur responasabilité fasse à de telles manoeuvres

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2012 à 09:49, par Bapio
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    J’espère bien que les personnes torturées vont poser plainte en justice et que le dossier sera traité aussi rapidement que celui de Justin Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2012 à 13:03, par citoyen lambda
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    A chasser le naturel il revient toujours au galop. je pense que c’est la formation des policiers qui doit être revue dans sa globalité. une fois de plus, ce acte ignoble vient confirmer la sale réputation qu’ont nos policiers. peut-être qu’ils ne savent pas que leur comportement pourrait être préjudiciable à la paix que nous tentons de retrouver au Burkina après tout ces déboires que leurs collègues sous d’autres cieux nous ont fait connaitre. DE GRACE MESSIEURS LES POLICIERS, SACHEZ QUE LES TEMPS ONT CHANGES, VOUS DEVEZ AUSSI CHANGER AVEC LE TEMPS. DOMMAGE...

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2012 à 15:07
    En réponse à : Brigade anti-criminelle : Encore des dérives de la police

    Il faut les poursuivre. Ils n’ont pas ce droit à tout dans ce pays. Je ne sais pas ce que ceux qui portent les tenues croient qu’ils sont. Beaucoup sont des malades mentaux et d’autres parce qu’ils n’ont même pas franchi le lycée ne comprennent absolument rien du droit. C’est triste de voir de cas similaires en 2012. Qu’on prennent des sanctions exemplaires contre ces tortionnaires.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés