Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

mercredi 18 janvier 2012 à 01h41min

La justice et les politiques ont travaillé ensemble pour mettre Guiro au frais. On lui a juste permis de passer le Réveillon avec sa famille. Mais il ne devait pas recevoir les vœux du nouvel an en tant que DG des Douanes. Tout a été bien orchestré.
L’arrestation de l’ex-directeur général des Douanes ressemble fort à un scénario du FBI américain. Tout a été minutieusement préparé à la seconde près. Depuis au moins début décembre, Guiro était dans le collimateur de l’enquête préliminaire de la gendarmerie. Les aveux de son cousin et certains de ses enfants qui faisaient la bamboula avec l’argent découvert chez le cousin ne laissaient aucun doute sur l’identité du propriétaire des valises.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Mais les gendarmes ne se précipitent pas pour l’entendre. Il communique le dossier au parquet qui décide de mettre un dispositif spécial pour lui. C’est ainsi que le vendredi 30 décembre, le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou, Honorine Médah, invite les médias pour une conférence de presse inhabituelle de fin d’année. Elle annonce qu’un dispositif spécial est mis pour assurer la permanence dans les tribunaux et maisons d’arrêt du pays. L’objectif de ce dispositif, explique-t-elle, est d’assurer la continuité de la chaine sécuritaire mise en place à l’occasion des fêtes. Elle poursuit en devenant plus précise : « Si la police ou la gendarmerie interpelle de présumés délinquants, ceux-ci pourraient être présentés devant le parquet dans les délais prescrits.

Aussi, les personnes déjà en garde à vue n’auraient pas à attendre la reprise le 4 janvier pour répondre de leurs actes devant le Procureur du Faso. En cas de mandat de dépôt, les inculpés seront directement déférés dans la maison d’arrêt ». Personne n’imaginait sauf les enquêteurs et le parquet que ce dispositif était (conçu ?) pour Guiro. Les juges du parquet (les substituts) travaillent même la nuit du 31 décembre jusqu’au petit matin du 1er janvier pour boucler le dossier. Puis, le Procureur Général informe le ministre de la Justice que l’affaire est désormais bien ficelée. Ce dernier s’assure effectivement que c’est le cas. Il prend connaissance de quelques détails du dossier. Par la suite, il aurait appelé son Premier ministre pour obtenir son feu vert. Ce dernier avise d’abord le cabinet du chef de l’Etat. Personne ne voit d’inconvénient à ce que la gendarmerie procède à l’audition du DG et à son arrestation.

Mais comme Guiro n’est pas n’importe qui (pour emprunter le mot de l’ex-ministre de la Justice Koté), on décide qu’en cas d’inculpation, il sera gardé non pas à la gendarmerie ou à la MACO, mais en résidence surveillée chez lui à Ouaga 2000. Ce qu’on n’avait pas anticipé, c’est la présence de centaines de personnes chez lui pour les traditionnelles présentations de vœux. Collaborateurs de service, directeurs régionaux, amis et parents étaient venus lui dire « bonne et heureuse année ». Au regard de l’absence prolongée du propriétaire des lieux, la famille dit à tout ce beau monde de revenir le soir. Le soir, certains sont effectivement de retour, mais le « patron » n’est toujours pas là. Des membres de sa famille qui sont allés aux nouvelles à la gendarmerie rapportent la mauvaise nouvelle. Beaucoup n’en reviennent pas. « Guiro arrêté ? Et pourquoi ? Ils ne peuvent pas lui faire ça, surtout le premier jour de l’an », murmuraient certains, selon une source proche de la famille.

L’embarras des politiques

Pendant ce temps, le président Blaise Compaoré est mis au fait de l’affaire par son cabinet. On lui fait le point de l’affaire de 2007 avec son aboutissement judiciaire. On lui relate par la suite les détails de l’affaire avec les mallettes remplies de liasses d’argent. Il aurait été touché et même estomaqué par l’ampleur de la somme. Cela lui rappelle certainement de mauvais souvenirs, l’accusation de Bourgi sur les djembés remplis de dollars en « petites coupures ». Il s’est dit probablement que ce n’est pas sérieux qu’un responsable de la trempe de Guiro puisse commettre de telles indélicatesses. Cela porte gravement atteinte à l’image du pays. Le comportement de Guiro risque surtout de décrédibiliser sa nouvelle politique qui se veut « éthique ». Durant toute l’année 2011, tous ses discours ont été empreints de cette nouvelle posture. Il compte redonner du sens à certaines valeurs. Pour un ex-haut responsable de l’exécutif burkinabè, « Guiro a été trop imprudent. Tu ne peux pas te tirer d’affaire de l’histoire des fausses exonérations et te laisser prendre dans ce jeu dangereux de milliards déposés chez un parent. Qu’est-ce que c’est que ça ? Je ne peux pas comprendre cette histoire là. On dirait qu’on l’a wacké. », dit-il.

Les décisions politiques n’ont pas tardé à tomber. D’abord, sur le plan médiatique, on a fait annoncer un invité à la télévision nationale au journal de 13h du 2 janvier pour éclairer les Burkinabè sur cette étrange affaire. Les gendarmes qui devaient venir sur le plateau n’étaient pas prêts. Ce qui prouve que les politiques étaient pressés d’en finir avec cette histoire pour avoir la paix et s’occuper d’autres choses. C’est finalement au JT de 20h que les gendarmes feront leurs « révélations ». Cela ne fait que confirmer la rumeur qui avait déjà envahi la ville dès la nuit dernière. Le chef de l’Etat prend immédiatement un décret démettant Guiro de sa fonction de directeur général des Douanes.

Preuve que cette affaire embarrasse les autorités, le lendemain 3 janvier, au journal de 13h, l’affaire n’est plus évoquée. Même pas un rappel du décret présidentiel. C’est comme si on était pressé d’oublier cette histoire qui ne fait pas honneur à la classe dirigeante. On sait que tous les vieux régimes, vers la fin de leur règne, ont besoin de sacrifier certains serviteurs, pour donner l’illusion de se régénérer, d’avoir une nouvelle virginité. Cela sert leur stratégie de légitimation politique. Mais tout cela démontre davantage le pourrissement du système qu’autre chose. Combien y a-t-il de Guiro à la tête de nos services et de nos sociétés ? On se rappelle que ce sont les casses de « la vie chère » qui avaient mis fin aux scandales presque hebdomadaires des fils et filles à papa qui dérobaient l’argent sous les lits pour se donner en spectacle dans les boites de nuits et maquis de Ouagadougou.

Des journaux en avaient fait leurs choux gras et puis, c’est fini. La justice n’a pas pris le relais pour éclairer les citoyens sur l’origine de l’argent dépensé comme au temps de Kankan Moussa, l’empereur du Mandé. On espère que cette fois-ci, on saura davantage sur l’origine des milliards de Guiro et qu’on ne va pas s’arrêter à lui seul. Personne ne peut imaginer un seul instant qu’il a pu amasser tout ce magot tout seul.

Abdoulaye Ly

MUTATIONS N. 5 de janvier 2012, Mensuel burkinabé paraissant chaque 1er du mois (contact : Mutations.bf@gmail.com)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 janvier 2012 à 06:21
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    Nous devons arreter de parler de Guiro ;si reelement on veu arreter cette diarre cad deux ans deux villas a la douane il faut absolument que le systeme change.

    Beaucoup ont deja fait des propositions ;comment est le systeme de la douane des pays où l’on ne parle pas de cprruption est errigé ;je ne parlerai pas de la fce pour qu’on ne dise pas coupé collé,mais quand cela peut etre ecole pour nous xi nous sommes humble et sincere por le changement.

    La decision du tic au tac du limogeage du sieur guiro ne resoud en rien le probleme,le systeme tente l’homme meme ceux qui n’avaient pas de mauvaises intentions.
    Biensur on ne peu pas dfinitvement arreter la corruption on peu par contr limiter les degats a certains niveaux.

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier 2012 à 17:01, par RAWA
      En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

      Toi tu parles de la france comme si c’était un exemple de probité. Ecoute la radio. Ces gens là sont pires que nous en matière de corruption et d’enrichissement illicite. As-tu suivi l’affaire ELF ? Seulement, si ça se passe chez nous, ils nous traite de republique bannanière. Moboutou a bien dit : Ce sont eux qui nous l’ont appri.
      Chez nous, il y’a les institutions qui sont là pour lutter contre tout ça. Tant que ces institutions ne seront pas effectivement indépendantes même toi si on te met dans un coin où ily’a l’argent, je paris qu’on te retrouvera très vite à la MACO.

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 07:02, par Bisongo
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    C’est dommage que la justice de mon pays ne soit pas libre ! Il faut appeler le ministre de la justice, pour que lui appel le premier ministre pour avoir son accord avant de faire quoi que ce soit ! C’est dommage que l’executif et le judiciaire soit dans les mains des memes personnes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 08:39, par le moaga !!!
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    Bien dis !!! comment a t-il pu avoir cet argent seul ??? pas possible. il n’est pas le seul coupable.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 09:15
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    La méthode est tout sauf comme au FBI,
    "le Procureur Général informe le ministre de la Justice que l’affaire est désormais bien ficelée. Ce dernier s’assure effectivement que c’est le cas. Il prend connaissance de quelques détails du dossier. Par la suite, il aurait appelé son Premier ministre pour obtenir son feu vert. Ce dernier avise d’abord le cabinet du chef de l’Etat. Personne ne voit d’inconvénient à ce que la gendarmerie procède à l’audition du DG et à son arrestation" Au FBI on te prend sans même informer le Ministre de la justice parce que (le FBI) ;la Gendarmerie n’a rien a voir avec le ministre de Justice, lui Ministre de la justice demande avis du 1er Ministre qui ne peut pas decider sans consulter le Cabinet de l’enfant terrible de Ziniaré.
    Question : Et si ce ministre aussi disait que Guiro n’est pas n’importe qui ou bien si l’enfant terrible de Ziniaré disait de ne pas toucher à son cheveux ; Donc Guiro serait en liberté. ça c’est tout sauf le FBI

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 10:11
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    la Declaration universelle des droit de l’homme en son article premier dit, je cite "tous les hommes sont nes libres et egaux en droit et en dignite, ils sont doues de raisons et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de solidarite"

    Ce meme article est repris par presque toutes les constitutions du monde notamment du Burkina Faso en ces termes "tous les burkinabes sont nes libres et egaux en droit et en dignite"

    Premierement dans la realite, il me semble que ce principe n’est respecte ! Cela m’ecoeur dans la mesure ou Guiro, du point de vue du droit est un citoyen au meme titre que le vendeur de pieces dettachees a Boinsyarre. Alors pourquoi le garder en residence surveillee ?? Parcequ’il y a des prevenus qui aimeraientbien etre garder en residence surveillee ici au faso.Aussi, Guiro, du point de vue de la justice est un delinquant de grand chemin pas moins que les braqueurs de banque ou encore les fraudeurs fiscaux. Je ne serai pas etonne de voir Guiro purger sa peine non pas a la MACO mais dans une luxueuse villa a Ouaga2000.Une justice a deux vitesses dans un meme pays !

    Deuxiement,pourquoi la justice avait-elle besoin de l’avis du politique pour faire son travaille ?? Cette politique controlerait-elle la justice que l’on dit impartiale ? Quand a delivre un mandat de depot pour le voleur de betail dans la province du Bam, on a eu besoin de l’avis du politique ?Cet etat de fait temoigne de l’omnipresence de la politique dans les decisions judiciaires.

    Madame le procureur arreter de vous lier les mains et faites votre boulot.

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 10:52, par Romano
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    Je suis désolé mais je ne comprends pas vraiment le sens d’un tel dispositif. En effet, je ne peux pas comprendre que quelqu’un fasse l’objet d’une enquête judiciaire (même discrète) pour un crime aussi impardonnable et en même temps être proposé par sa hiérarchie et décoré par la nation pour services à elle rendus. Alors, soit c’est de l’intox ou bien les auorités veulent nous faire comprendre que les différents titres de décoration n’ont aucune valeur. Ou pire, qu’il faut être suffisamment mouillé dans des affaires louches pour mériter une médaille. Quelle insulte pour les honêtes citoyens burkinabès !

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier 2012 à 15:13
      En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

      D’arrêter un corrompu ne change rien à la nature néocoloniale, affairiste et corrompue du régime. Tout comme de demander la tête d’un ministre. Non seulement la pourriture ne se régénère pas, mais en plus cette affaire prouve que dans les régimes néocoloniaux pourris, le système judiciaire (Justice) et législatif (Assemblée) sont aux ordres et dan la dépendance totale du régime. La preuve : pour arrêter un corrompu, un gros poisson de ce marigot pourri, on prend mille précautions en demandant des autorisations aux sommets de l’Etat ; rien que des pratiques dignes de réseaux mafieux.
      Le peuple burkinabè doit comprendre que le cas de ce Mr Guiro qui dort sur un matelas de 2 Milliards de CFA par les moyens de la corruption systémique qui prévaut au pays, n’a rien de l’exemple unique et stupéfiant. Des Guiro en 4X4 climatisés et mallettes de FCFA (franc des colonies françaises d’Afrique) dans le coffre ou déposées chez le cousin ou chez la maîtresse, sont légion dans ce Burkina des Compaoré et autres Salif et Djibril.
      L’erreur de ce Monsieur Guiro est de n’avoir pas compris que dans les régimes corrompus, il faut être partageur avec les gros affairistes aux commandes et au sommet du pouvoir et de l’État. C’est sans doute cette méconnaissance du fonctionnement du système qui l’a perdu. D’autres plus malins que lui, offrent des enveloppes et des cadeaux aux gros bonnets du régime, à leurs associations et œuvres caritatives de façade ou à leurs multiples parentèles (enfants, épouses, frères, cousins...). De telles pratiques protègent et vous mettent à l’abri des enquêtes de gendarmerie. Ainsi fonctionnent tous les régimes pourris et corrompus d’Afrique et d’ailleurs et surtout dans les pays néocoloniaux

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 13:08, par Diarradougou
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    "Ce dernier s’assure effectivement que c’est le cas. Il prend connaissance de quelques détails du dossier. Par la suite, il aurait appelé son Premier ministre pour obtenir son feu vert. Ce dernier avise d’abord le cabinet du chef de l’Etat. Personne ne voit d’inconvénient à ce que la gendarmerie procède à l’audition du DG et à son arrestation".

    Consulter toute la hierarchie de l’Executif pour prendre une decision judiciaire ! Et on nous dira ensuite que cette Justice est independante !!!!!!!!! Mon oeil !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 14:38
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    Et si l’affaire Guiro n’était qu’un montage ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 14:54
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    C’est de l’intox cet article. Je dirais plutôt que son arrestation a surpris les autorités. Et si depuis début décembre, une affaire de ce genre planait sur lui, pourquoi l’avoir décoré ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 16:21, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    « Guiro a été trop imprudent....... On dirait qu’on l’a wacké. », dit-il.

    - Donc tu veux dire que M. Blaise COMPAORÉ croit au wack ?

    C’est ainsi que vous gâtez le nom des gens !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 17:12
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    Loin d’etre du FBica ! le FBi ne cousulte pas de politique avant d’arreter quelqu’un mon frere !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 18:54
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    Vraiment Burkina Faso, pays des hommes intègres.Pays pauvre très endetté(P.P.T.E) ou des individus cachent des milliards et on les garde en résidence surveillée.Qui répondra à leur place ???? Question à suivre !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2012 à 19:16, par RAWA
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    YA PAS PLUS GRAND WACKMAN

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2012 à 23:57
    En réponse à : Un dispositif spécial pour cueillir Guiro

    Cette méthode à "la burkinabè" et non aux manières de la FBI si elle continue pour la suite de l’enquête,ne nous dévoilera aucun autre "grand" nom. Alors le premier ministre décidera quels sont les noms à retirer d’une éventuelle liste de complices avant sa publication.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés