Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

mardi 17 janvier 2012 à 01h46min

Les étudiants de la cité universitaire sise à Dafra ont exigé de nouveaux cars avant de payer leurs cartes de transport mensuel. Conséquence, le lundi 16 janvier 2012, les convoyeurs leur ont refusé l’accès aux cars.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le lundi 16 janvier 2012, les étudiants de la cité de Dafra sont restés à l’arrêt de bus jusqu’à 10h. La raison, les convoyeurs leur ont demandé les cartes de transport mensuel qui coûtent 1 000 FCFA, chose que les étudiants ont refusé de payer tant qu’il n’y aura pas de cars neufs. En effet, ils ne veulent plus être transportés au-delà du nombre des places assises dans les cars. Selon eux, la situation perdure, et cette année particulièrement, c’est le comble ! Ce sont seulement deux cars qui assurent le transport au lieu de quatre comme l’année dernière.

« Cette année nous n’avons que deux cars. Ces cars, au lieu de faire deux tours les matins, en font maintenant trois. Dans chaque car, il y a plus de 140 personnes pour 70 places disponibles. Puisque nous parlons sans être satisfaits, nous avons décidé de nous abstenir de payer la carte ce mois, jusqu’à ce que les responsables viennent nous écouter », a expliqué José Bama, étudiant à l’UPB. Pour le directeur régional du Centre national des œuvres universitaires, Gilbert Sanou, l’une des causes de la surcharge dans les cars s’explique par le non-respect des horaires de départ. « Nous avons pris des dispositions pour répartir les étudiants en deux groupes : un groupe de 6h pour les étudiants des premières années, et un autre de 7h pour les étudiants des deuxièmes années et plus. Généralement, les étudiants ne respectent pas cette répartition. Tout le monde se rabat sur les cars de 7h », a-t-il dit. Mais les étudiants récusent car, affirment-ils, les cars de 6h sont surchargés, au regard du recrutement croissant d’étudiants.

Par rapport au blocage des cars, M. Sanou le juge inutile : « C’est un acte hostile à l’intérêt des étudiants. A quoi ça sert de bloquer les cars. Nous avons des moyens de bords, avec lesquels on peut relever des défis. Les cartes font partie des règlements », a déclaré Gilbert Sanou avant d’ajouter que 135 cars ont été commandés pour les universités publiques et les grandes écoles. Le processus d’acquisition de ces cars semble piétiner, au regard du temps, parce que cela fait plus de deux ans que l’administration en parle. Selon M. Sanou, c’est la lenteur administrative qui serait à l’origine du retard observé. Il ajoute que l’université avait sollicité le concours des sociétés de transport privées, pour acheminer les étudiants à Nasso. Cependant, les bonnes sociétés n’ont pas répondu. Celles qui ont accepté le contrat peinent à respecter les horaires.

Censés se présenter à 5 h du matin à l’UPB, certains cars viennent, d’après M. Sanou, après cette heure : « Nous avons demandé que le privé puisse nous appuyer avec six cars. Mais sur le terrain souvent, vous vous retrouvez avec trois, des fois quatre… ». Ce qui, ajoute-t-il, entrave le bon fonctionnement du transport des étudiants. Mais face à cette situation, pourquoi ne pas construire des cités à Nasso ? Cette solution ne conviendrait pas au directeur régional du Centre national des œuvres universitaires, Gilbert Sanou. Pour lui, la perspective, c’est de délocaliser l’UPB vers Bobo-Dioulasso, car les dépenses en termes de transport s’élèvent à 149 683 639 FCFA, contre 8 386 000 FCFA comme recettes, soit 5,60% des dépenses.

Rabalyan Paul OUEDRAOGO (ouedraogorabalyan@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 janvier 2012 à 06:42, par S. Diop
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    Bobo Nasso c’est une dizaine de km avec une pente descendante . Pourquoi ne pas favoriser l’acquisition de vélo à ces étudiants comme moyen de transport ?. Les 149.683.639 transformé en fond peuvent permettre de financer 4000 vélo neuf par an et si l’étudiant apporte 50% du prix du vélo c’est 8000 vélo par an. Un vélo neuf peut durer plus de 5 ans de quoi finir le cursus à l’UPB sans frais de carburant avec le sport en plus. IL faut explorer cette voie qui est écologique et en adéquation avec les maigres ressources du Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 07:59
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    Toi le Gilbert, comment peux-tu raconter des clous comme ça ! la solution serait de délocaliser l’UPB et que feras-tu de toutes les infrastructures qui s’y trouvent ? C’est ainsi au Faso, des petites idées seulement ! tu es responsable d’une structure au lieu de te battre pour son rayonnement tu luttes pour retourner en arrière !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 09:15, par NABIIGA
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    J’invite les étudiants à la sagesse et à savoir raison garder. Même quant on a raison, on manage souvent pour son intérêt. Ne pas allez au cours ne joue pas sur l’administration mais vous même. État des cars n’est pas nouveau. mais les étudiants ont leur part de responsabilité. Les privés on peurs d’eux. je me rappel qu’en son temps avec SOGEBAF, le boss a licencié beaucoup de ses convoyeurs à cause des étudiants. Ces pauvres convoyeurs avaient pour instruction de ne jamais avoir d’altercation avec les étudiants. Mais les étudiants en abusait au point que les convoyeurs etaient obligé de reagir. Ya trop à dire sur ce problème de car. J’invite vraiment les etudiants à ne pas se laisser manipuler par ce que les wagalais n’ont pas les privilèges des bobolais.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 09:57
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    Si on demande aux transporteurs privés pourquoi leurx cars viennent en retard ou en nombre insuffisant, ils répondront que l’UPB ne payent pas les factures. De la médiocrité à tous les niveaux.Tchrrr !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 11:03, par sidnoma
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    développement sans vision = tâtonnement ! Construisez des cités universitaires à Nasso, ainsi que toute l’administration et là on ne parlera plus de frais de transport ! Pourquoi construire des amphis dans le site actuel et parler par la suie de délocalisation ! Que ferez-vous de tous ces bâtiments de Nasso ? Du gaspillage inutile dans un climat de pauvreté généralisée ! Dans le monde entier la tendance générale est à la construction des universités dans les périphéries des villes et nous nous voyons toujours les choses à l’envers ! Dans quelques années Nasso sera engouffré par Bobo et ça sera un autre son de cloche ! Regardez là où se construit Ouaga 2 ! Ce n’est pas dans la ville de Ouaga mais dans un village périphérique ! Construisez s’il vous plaît des amphis et cités universitaires à Nasso pour les étudiants ; c’est un bon cadre d’étude et de repos ! Maintenant, que les agents de l’administration qui ne voudront pas y habiter refusent qu’on les y nomme ; où alors qu’ils assument les frais de carburant de leur déplacement s’ils veulent résider à Bobo ville. C’est cela assumer ses responsabilités ! Regardez la distance Pissy-Université de Ouaga ou SIAO (où certains étudiants font cours), c’est une distance énorme ! Bobo-Nasso ça fait combien de kilomètres ! Il faut éviter de donner l’impression que c’est seulement à Bobo qu’on a des histoires qui n’en valent pas la peine, au lieu d’accélérer le développement de la région. S’il vous plaît, l’université de Bobo n’a pas besoin d’être délocalisée de Nasso pour Bobo ville ! Nasso fait déjà partie de Bobo, tout comme Zagtouli et Saaba sont presque confondus à Ouaga !
    Prouvez-moi que j’ai tort monsieur le Directeur Régional !
    Amicalement !
    Sidnoma !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 12:03, par sidnoma
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    développement sans vision = tâtonnement ! Construisez des cités universitaires à Nasso, ainsi que toute l’administration et là on ne parlera plus de frais de transport ! Pourquoi construire des amphis dans le site actuel et parler par la suie de délocalisation ! Que ferez-vous de tous ces bâtiments de Nasso ? Du gaspillage inutile dans un climat de pauvreté généralisée ! Dans le monde entier la tendance générale est à la construction des universités dans les périphéries des villes et nous nous voyons toujours les choses à l’envers ! Dans quelques années Nasso sera engouffré par Bobo et ça sera un autre son de cloche ! Regardez là où se construit Ouaga 2 ! Ce n’est pas dans la ville de Ouaga mais dans un village périphérique ! Construisez s’il vous plaît des amphis et cités universitaires à Nasso pour les étudiants ; c’est un bon cadre d’étude et de repos ! Maintenant, que les agents de l’administration qui ne voudront pas y habiter refusent qu’on les y nomme ; où alors qu’ils assument les frais de carburant de leur déplacement s’ils veulent résider à Bobo ville. C’est cela assumer ses responsabilités ! Regardez la distance Pissy-Université de Ouaga ou SIAO (où certains étudiants font cours), c’est une distance énorme ! Bobo-Nasso ça fait combien de kilomètres ! Il faut éviter de donner l’impression que c’est seulement à Bobo qu’on a des histoires qui n’en valent pas la peine, au lieu d’accélérer le développement de la région. S’il vous plaît, l’université de Bobo n’a pas besoin d’être délocalisée de Nasso pour Bobo ville ! Nasso fait déjà partie de Bobo, tout comme Zagtouli et Saaba sont presque confondus à Ouaga !
    Prouvez-moi que j’ai tort monsieur le Directeur Régional !
    Amicalement !
    Sidnoma !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 12:34
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    Salut à tous,

    j’ai entendu dire le monsieur le ministre des transport que les surcharges et transports mixtes seront sévèrement punis à la télé. Alors je ne peux comprendre que c’est même au niveau de l’intellect du pays que l’on fasse de telle pratique. Je soutient les étudiants dans cette revendication car non seulement elle est légale mais ici il est question de protection de leur vie. Il ne faut pas attendre un accident avant de chercher à situer les responsabilité car cela ne pourra ni redonner la vie à qui que ce soit.

    Allez jusqu’au bout car c’est pas sur qu’ils prennent nos vie au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 13:37, par Ydan’
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    Il est compréhensif que les étudiants veuillent de meilleures conditions. Après les effectifs pléthoriques dans les amphis, en voila encore dans les cars de transport. Cela dit, décider de ne pas aller au cours en attendant des nouveaux cars, c’est un choix peut-être que les mêmes étudiants finiront par payer.

    Je pense qu’il faut faire preuve de responsabilité en respectant les deux groupes de transport si tel est le cas que ce système est salutaire en attendant les nouveaux cars commandés par le gouvernement.

    Notre développement ne vaut-il pas quelques sacrifices ? Je dis aussi que l’Etat devrait prendre ses responsabilités pour le transport des étudiants dans des conditions acceptables. J’ose croire que lorsque ces cars viendront, ils seront bien utilisés par les mêmes étudiants. Quand vous soyez comment les passagers ont dégradé les bus de la sotraco à ouaga, vous voyiez bien de quoi je parle...

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 18:07, par LE CIVISME
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    Pour le directeur régional du Centre national des œuvres universitaires, Gilbert Sanou, l’une des causes de la surcharge dans les cars s’explique par le non-respect des horaires de départ. ................. Généralement, les étudiants ne respectent pas cette répartition. Tout le monde se rabat sur les cars de 7h », a-t-il dit. ........................"LISEZ LA SUITE"
    Nous avons des moyens de bords, avec lesquels on peut relever des défis. Les cartes font partie des règlements », a déclaré Gilbert Sanou avant d’ajouter que 135 cars ont été commandés pour les universités publiques et les grandes écoles. Le processus d’acquisition de ces cars semble piétiner, au regard du temps, parce que cela fait plus de deux ans que l’administration en parle. Selon M. Sanou, c’est la lenteur administrative qui serait à l’origine du retard observé. Il ajoute que l’université avait sollicité le concours des sociétés de transport privées, pour acheminer les étudiants à Nasso. Cependant, les bonnes sociétés n’ont pas répondu. Celles qui ont accepté le contrat peinent à respecter les horaires.

    Censés se présenter à 5 h du matin à l’UPB, certains cars viennent, d’après M. Sanou, après cette heure ............

    Il a tout dit en faveur des etudiants

    Qui dit mieux, tout traine au burkina, qui est devenu un pays de pompier, jeter un coup d oeil sur la conférence de l ex 1er ministre a l université de ouaga, rien n est
    coordonné. SVP, on veut la paix en 2012

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2012 à 21:19
    En réponse à : Université polytechnique de Bobo-Dioulasso : Des étudiants refusent de payer la carte de transport

    je suis un ancien étudiant de l’UPB promotion 1999/2001. Les années changent mais les memes problemes demeurent. A notre arrivé à l’UPB le transport coutait 4000 F le mois. Après nos différentes luttent nous avons pu faire baisser le prix a 1000 F. A cette époque ce posait déja le problème de surcharge des cars. c’était l’enfer !! le problème initiale de l’UPB c’est son emplacement : NASSO. C’est une grande betise.
    Comment peut on installé une université en brousse sans au préalable le minimum. Je precise qu’a l’époque la voie n’était pas bitumée et il y avait pas de cité a nasso. Tout le monde logeait en ville ! le probleme du transport des étudiants c’est posé. Nous étions convoyé par les cars de sogebaf. je vous raconte pas la galère. Des cars tres souvent sans vitres roulant a vive allure. Vraiment quand je pense a cette époque je remercie DIEU d’etre toujours en vie.
    Maintenant on augmente le nombre d’étudiants en créant des UFR sans que le nombres de cars augmentent. Je le repete l’UPB n’aurait jamais du etre installé a NASSO. Jamais.
    Chers étudiants de l’UPB je vous encourage dans votre lutte mais soyez pacifique. Cette stratégie est payante. SEUL LA LUTTE PAYE ;

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés