Vision de L’Express sur… : La rivalité silencieuse des femmes

mardi 17 janvier 2012 à 01h50min

« L’ennemi de la femme, c’est la femme », disent certaines personnes. Cet adage semble être vrai au regard de certaines rivalités qui existent entre elles, même lorsque celles-ci ne se connaissent pas. L’exemple le plus patent et malheureusement déplorable est quand vient l’heure de donner la vie. « Je souhaiterais être suivie par un maïeuticien plutôt que par une sage-femme le jour de mon accouchement », disent certaines lorsqu’elles sont en état de grossesse. En effet, les femmes, que ce soit à la maison, au marché, au service, dans des endroits publics et même aux feux tricolores, se regardent d’une manière dont elles seules détiennent le secret. Ainsi, l’on regarde comment l’autre est habillée et qui a cousu l’habit, comment est-elle coiffée et par qui ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

En tout cas, il y a toujours quelque chose à dire sur comment est l’autre. « Ah ! Les femmes ! ». Toujours à la conquête des nouveautés. En effet, par définition, la jalousie est un sentiment ou réflexe ou encore un tempérament que développe presque systématiquement l’individu qui manque surtout d’assurance. Mais est-ce le cas ici ? Parce que comme le dit cet autre adage « Quand femme veut, Dieu veut ». Ainsi, l’autre moitié du ciel se donnera tout le mal pour rivaliser avec sa congénère, sinon pour être mieux vue qu’elle. Ce qui n’est pas mauvais en soi.

Une guerre silencieuse qui ne dit pas son nom. Et qui malheureusement existe dans tous les secteurs d’activités. Aussi formels qu’informels. Une telle rivalité n’arrange pourtant pas la femme. Même si cela demeure de bonne guerre. Mais une guerre qui doit en principe être faite contre soi-même. C’est-à-dire, ne pas vouloir vivre au-dessus de ses moyens. Les femmes, faut-il le rappeler, représentent plus de la moitié de la population dans plusieurs contrées. En plus d’être reléguées au second plan, elles sont victimes de toutes sortes de violences. Viol, mariage forcé, harcèlement sexuel, excision, lévirat, pour ne citer que celles-là. Aussi, en période de crise, elles sont encore les plus touchées. Malgré tout, les rivalités intestines ne manquent pas entre elles. Elles doivent pourtant être au-dessus de ces petits détails qui ne font pas avancer. Une vraie solidarité entre les femmes pourra transformer la terre en un paradis.

Parce que sachant donner l’amour, elles savent aussi le recevoir. Cette solidarité est aussi nécessaire dans la lutte pour l’équité et l’égalité des chances en vue d’une meilleure représentation des femmes dans les sphères de décisions. Il est donc temps.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés