Affaire Guiro : IL DISAIT...

jeudi 12 janvier 2012 à 01h02min

Voici des extraits d’interviews de l’ex DG de la douane réalisées en 2008 et 2010. Il s’exprime en particulier sur la question de la fraude, de la corruption de la douane et de son dossier en justice.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Acte I/ GUIRO avait dit : « Nous sommes dans un monde malade d’argent »

En même temps que le Premier ministre a reconnu les efforts que vous faites dans votre travail, l’on a aussi noté que la fraude prend de l’ampleur au Burkina Faso. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

O.G. : Aujourd’hui, nous sommes dans un monde malade d’argent de sorte que d’une manière générale, les gens veulent devenir riches et très vite. Résultat, le seul moyen pour atteindre cet objectif rapidement c’est de passer par la fraude. Cette fraude s’est accentuée parce qu’il y a les nouvelles technologies de l’information qui permettent aux gens de falsifier des documents. Il y a par exemple les photocopies en couleur, les machines à scanner. Il faut y ajouter le caractère international de la fraude. La fraude est aussi préparée en accord avec les fournisseurs. Il y a des documents originaux qui sont en fait de faux documents. Ils sont délivrés par les fournisseurs, la maison mère, mais les références qui y sont portées sont fausses. On a diminué la valeur ou la quantité. Disons que la recrudescence de la fraude repose uniquement sur la soif d’engranger le maximum d’argent, le besoin rapide de devenir riche.

Nonobstant toutes vos actions, le REN-LAC ne cesse de vous mettre au hit-parade de la fraude. Votre réaction ?

O.G. : Je salue les actions du REN-LAC qui appelle tous les citoyens à réfléchir. Le REN-LAC n’insulte pas, ne critique pas. Il ne fait que donner son point de vue... Depuis un certain temps effectivement, la douane est en tête du hit-parade des administrations les plus corrompues mais je pense que des efforts sont faits pour enrayer ce fléau au sein de notre corps. La douane a élaboré un code d’éthique pour demander aux douaniers de travailler avec la réglementation. Si les agents de douane travaillent avec la réglementation, il y aura moins de corruption. Mais le problème de la douane est connu par l’administration qui a reconnu que les douaniers, dans leurs fonctions, sont les plus exposés à la corruption. Nous prenons en compte cela et nous essayons de travailler de façon à limiter les dégâts. De toute façon, il y a des brebis galeuses. Si l’on prend quelqu’un dans la corruption, cette personne sera sanctionnée. Depuis que je suis là, il y a des agents qui ont été sanctionnés. On ne cherche pas à savoir combien l’agent a pris. On le sanctionne pour le principe.

En début d’année 2008, vous avez eu des déboires avec la justice et un mandat de dépôt a été délivré à votre encontre par un juge. Que pouvez-vous nous dire exactement sur cette affaire ?

O.G. : Effectivement, j’ai un dossier en justice depuis le 23 avril 2007 où j’ai déposé une plainte. Le lendemain, je suis parti en mission au Mexique et, à mon retour, j’ai toujours suivi le dossier. Par la suite, j’ai été convoqué le 5 décembre 2007 par un juge auquel je n’avais jamais eu à faire, qui m’a mis sous mandat de dépôt. En son temps, l’affaire a défrayé la chronique, et, je laisse la justice l’élucider en toute quiétude. Car, je peux dire que je suis blanc comme neige dans cette affaire. Je fais confiance à la justice et je suis certain qu’elle parviendra à dénouer cette affaire. Comme je le dis toujours, il faut faire confiance à la justice. Ce n’est pas encore tranché, mais j’espère que le dénouement se fera tôt ou tard.

In Sidwaya du 16 décembre 2008

Acte II/ " Je n’ai pas d’état d’âme face à un fraudeur"

Le principal ennemi de la douane, c’est la fraude. Quelle est son ampleur aujourd’hui ?

Tout ce qui passe en fraude, ce sont des marchandises que nous n’avons pas pu appréhender. Il est donc difficile d’en mesurer précisément l’ampleur et le manque à gagner. Nous ne pouvons donc pas dire combien l’Etat perd exactement dans ce fléau. Par contre, nous pouvons vous donner les résultats de la lutte contre la fraude à travers le contentieux douanier. En effet, les amendes infligées aux opérateurs économiques qui ont tenté de faire de la contrebande, de minorer les valeurs ou les quantités de leurs marchandises lors du dédouanement sont les suivantes : 2,566 milliards de F CFA en 2005 ; 2, 271 milliards en 2006 ; 2,688 milliards en 2007 ; 3.667 milliards en 2008 et 3, 218 milliards de F CFA en 2009. 33% du montant de ces amendes sont reversés au budget de l’Etat.

La fraude a-t-elle changé de nature depuis le temps que vous la combattez ?

Les fraudeurs ont toujours une longueur d’avance sur la douane, mais elle parvient toujours à les rattraper. Aujourd’hui les techniques de fraude sont devenues plus subtiles, plus élaborées et transnationales. Les actes préparatoires à la fraude sont conçus à l’étranger. En effet, à cause de la concurrence sauvage, même certains fournisseurs étrangers sont prêts à délivrer de fausses factures et de faux emballages, faisant ainsi le jeu des importateurs indélicats pour les maintenir parmi leur clientèle….

La fraude persiste, les sanctions sont-elles vraiment dissuasives ?

Bien sûr, elles sont dissuasives. En tout cas, depuis que je suis là, je sais qu’il y a beaucoup de gens qui ont cessé de faire le commerce. Ce n’était pas mon souhait. Mais celui qui fraude souhaite lui-même mettre fin à son commerce un jour, puisqu’on va le prendre.

Personnellement, je pense que ce n’est pas trop demander aux gens de déclarer et d’avoir son petit bénéfice que de vouloir contourner les procédures. Je connais des commerçants qui se sont fait prendre deux ou trois fois. Aujourd’hui, ils sont tombés. A qui la faute ? Les sanctions sont bel et bien dissuasives. Allez dans certains offices de douane, il y a des véhicules qui sont garés depuis des mois. Il s’agit de véhicules saisis avec de la fraude. Les importateurs ont disparu parce qu’ils ne sont pas en mesure de s’acquitter des amendes. Le drame, ce ne sont pas les mêmes que l’on prend. Il y a toujours de nouveaux fraudeurs. Et moi je n’ai pas d’état d’âme face à un fraudeur. Je dis aux gens : allez dans les bureaux de douane, déclarez, payez et continuez tranquillement votre chemin au lieu de chercher des problèmes. Pour l’année en cours, la guerre sera plus rude, plus sévère contre les fraudeurs. C’est pour cela que j’invite nos partenaires privilégiés, notamment les opérateurs économiques, les commissionnaires en douane agréés, à respecter les lois et règlements douaniers. S’il y a des difficultés, nous chercherons ensemble les solutions appropriées et ce, dans l’intérêt de tous. Les formalités douanières ont été simplifiées et allégées, on ne peut donc plus parler de lourdeur. Que ceux qui ont besoin d’informations nous touchent directement et évitent ces intermédiaires qui sont légions dans les offices de Douane…

In Le Pays du 19 février 2010


S’il y avait 300 Guiro

Osons supposer qu’il y ait au moins 300 autres Guiro dans ce pays (300 nous semble une estimation dérisoire mais faisons avec tout de même ; peut-être qu’en épluchant la liste des souscripteurs au récent emprunt d’Etat ayant permis de mobilier 60 Milliards 600 millions de Frs CFA, on découvrira les potentiels Guiro ????.

Et s’il s’avérait que Guiro détient et stocke par devers lui 2 milliards et des objets de valeur (de quoi s’agit-il exactement et combien ça vaut ?) c’est sûrement après avoir saturé l’espace en châteaux privés et autres sociétés prête-noms. Dans tous les cas, il pourrait très bien disposer d’autres milliards ailleurs dans lesquels il puise régulièrement pour soutenir son train de vie, pour poursuivre ses nombreux chantiers de construction et pour gérer ses diverses affaires…..Alors arrondissons modestement les acquis frauduleux de Sieur Guiro à 5 milliards de francs CFA. Supposons aussi que les 300 autres potentiels Guiro aient pu accumuler autant de milliards. Cette simulation nous conduit à un total de 1500 milliards de francs CFA pouvant avoir été accumulé sous différentes formes : liquidités, bâtiments construits, affaires de tous genres……

Un tel montant représente plus du triple des recettes douanières collectées en 2011 et dépasse le Budget National qui en 2012 est de 1207 milliards 650 millions 523 mille FCFA. Est-ce à dire que dans notre pays pauvre où les indicateurs sociaux sont au plus bas, des responsables publics, des opérateurs économiques et nous passons, volent, trichent, s’amusent avec l’argent du contribuable et potentiellement des partenaires techniques et financiers à ce point ? On peut se permettre de le croire au vu du train de vie de certains acteurs principaux de la 4ème République et de celui de leurs enfants et proches.

Par OSA KUURI

Bendré

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 janvier 2012 à 08:05, par cherchetravail
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    je suis trop deçu, voila a quoi conduit le favoritisme, un dg dès douanes doit être sous contrôle permanent, ne jououns pas aux étonnés, en général un douanier après sa prise de service se retrouve minimum avek une grosse villa et plusieurs voitures, de qui on se moque ? On a pas besoin de mener des enquêtes, demander juste aux douaniers de justifier leur biens et le tour est joué. Ils veulent nous distraire avec la carte de l’honnétété, demander a blaise, salif , rock, tertius, simon... De justifier leur biens. Ils ont l’avantage d’être des hommes publics, on sait leur parcours depuis 87 et ce qu’ils gagnent. Pfff nous on veux travailler c’est tout.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 08:49, par DODO
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    Est ce vrai que c’est l’interview de Guiro ? C’est lui qui parle comme ca ?Je ne crois pas du tout. Si c,est vraiment lui , je pense que l’histoire des caisse d’argent ne lui appartiennent pas.C’est a verifier. Je vous dis Guiro a été utilisé a mon avis. On ne peut pas parler comme a des journalistes et en même temps commettre un tel forfait.Je suis vraiment perdu apres avoir lu cet interview.Guiro a dit être "Serein" ca veut dire ce que ca veut dire.Relacher Guiro , le voleur est ailleurs.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 09:28
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    Votre estimation à la fin de votre article est intéressante car montre l’ampleur du phénomène. Un autre moyen serait de faire le tour de Ouaga (et autres villes du pays) des villas de luxe, immeubles, hôtels et de vérifier à qui ils appartiennent. Bien entendu, il faut vérifier si ce n’est pas des prêtes noms mais, un bon enquêteur est capable de le faire facilement. On devrait retomber sur les mêmes chiffres voire plus.
    Un simple fonctionnaire lambda ne peut guère acquérir plus d’une villa de 4/5 chambres, salons au cours de sa carrière sauf s’il a hérité d’autres biens de ses parents.
    A propos de la souscription faite par l’état, il faudrait vérifier d’où vient cet argent des souscripteurs pour savoir si ce n’est pas du blanchiment d’argent. Et, là en une semaine avec quelques personnes, on peut le faire. On attent donc l’état sur ce terrain pour savoir si elle a la volonté réelle de lutter contre la corruption,l’enrichissement illicite et autres détournements... à moins que l’affaire Guiro ne soit qu’un feux de paille. Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 13:56, par Paix
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    Le DG de la Fédération des Caisses Populaires du Burkina Faso (FCPB-F), En la personne de Daouda SAWADOGO et neveu de Ousmane GUIRO devrait être entendu dans cette affaire. Il prête sa signature sur des chèques dans des sociétés appartenant à l’ex DG des douanes, notamment dans sa société de transport.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 14:05, par anta
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    Prenez garde à ce que vous dit l’ENGEANCE. AU commencement était la parole et l’ENGEANCE en a fait des incantations.Car les paroles sans les actions, ne sont que de pures incantations.L’incantation est devenue un arme puissante entre les mains de l’ENGEANCE. Prenez garde, prenez garde !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 15:35
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    ah oui encore la corruption au b urkina faso : a quand va t’il prend fin ce phenomème desastrueux ? ou dimunuer ?.
    MR GUIRO est vous depourvu de sens. vous recommandez au gens de faire de bien alors que vous menme vous oubliez de de le faire.Tandis que la population souffre de de l’auto suffissance alimentaitre,vous vous permetez d’avoir des liasses de billets de banques sur vos orolleits,c est injuste cela.L’argent que vous accumulez,pour vos besoin personnel et familliale ,tandis d’autres n’as n ’ont pas a mangé et demandeent le minimum pour suivre, est ce vraiment intègres ce que vous faites ? cette jeunesse qui en manque d’emploi et le chomage qui prend de l ampleur vous ne pensez meme pas a cela.votre seul preocupation cest d’envoyer vos enfants etudiés en europe. songez souvent a la jeunesse. car la main qui donne est superieur a la main qui recoit................... omar

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 17:03, par bing
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    monsieur ne soyez pas surpris de cette interview. il faut savoir que il ya ce qu’on dit et ce qu’on fait ; ce qui se dit sur la table et ce qui se dit sous la table. il ya aussi ce qu’on fait et ce qu’on pense faire. c’est dire que Mr Guiro a dit le contraire de qu’il fait. figurez vous il n’est pas le seul dans ce pays : combien de DG mentent à leur supérieur ou à l’opinion publique nationale pour rester à son poste et espérer être promu ? combien de DG sont prêts à hypothéquer leur dignité, leur intégrité. ne vous etonnez pas ce sont des menteurs, des taupes et des hypocrites qui sont remplis dans les bureau climatisés. cela ne les suffit pas ils nous volent, nous pillent,sous spolient et que sais-je encore. que dieu suave le burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 17:39
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    Je ne comprends pas pourquoi les gens s’indignent pour ci peut. Ce que les gendarmes ont découvert chez Guiro n’est qu’une goute d’eau dans le pays des hommes « INTEGRES ».C’est tout les gros fonctionnaires qui sont pourries jusqu’à la moelle. Comment vous pouvez imaginer que des commis de l’Etat qui n’ont souvent pas 300.000 CFA sur leur bulletin de paie construisent des duplexes de 100, 200 millions de CFA. Comment comprendre que des commis de l’Etat soient plus riches que des opérateurs économiques ? Nous voici devant les propositions de Bado Laurent sur le délit d’apparence que les honorables députés ont refusé de légiférer. Décidément c’est tout le pays qui est pourri par ses fonctionnaires véreux et crapules. C’est un vrai scandale que de solliciter toujours l’appui des partenaires techniques et financiers pour appui budgétaire alors que le pays croupi sous le poids de la liquidité. C’est tout simplement scandaleux. A croire que la révolution a jugé des citoyens pour des véritables broutilles. Et ce sont les mêmes qui nous gouvernent aujourd’hui. Si le douanier Magnini pouvait sortir de sa tombe.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2012 à 20:42
    En réponse à : Affaire Guiro : IL DISAIT...

    il est bon et très moral que tout detourneur soit puni à la hauteur de ses "crimes".Il serait aussi mieux que l’on oublie dans un passé les autres grosses affaires (PDEB ;SONHABY ;soldes des militaires etc)Guiro n’est surement pas le seul dans le cas. Alors à vos marques pour la recherche d’autres GUIRO !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés