UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

mardi 10 janvier 2012 à 00h32min

Le 9 janvier 2012, un mouvement d’étudiants de l’unité de formation et de recherche en Sciences humaines (UFR/SH) a paralysé des compositions de la deuxième session de l’année. Ces derniers, sous la coupe de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB), estiment qu’il y a un non-respect des textes en matière de délais pour la composition de la deuxième session. Les premiers responsables de l’UFR, eux, ne l’entendent pas de cette oreille.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’année universitaire à l’université de Ouagadougou est perturbée depuis un bout de temps. Comme si cela ne suffisait pas, d’autres situations viennent rendre cette situation plus complexe. Au niveau de l’Unité de formation et de recherche en sciences humaines (UFR/SH), le climat n’est pas serein. Pendant que les uns composent pour la deuxième session de l’année universitaire, les autres ne peuvent pas le faire car ils estiment que les conditions ne sont pas réunies ou, plus précisément, que les textes régissant les compositions de la session de rattrapage ne sont pas respectés. Les responsables de la corporation ANEB de l’UFR/SH qui tiennent ce ton ont tenu des rencontres d’explications et de négociations avec les responsables de l’UFR/SH qui pensent avoir fait des concessions sur un certain nombre de points. Quant à leurs interlocuteurs, ils semblent figés sur leur position. Certaines promotions ont été empêchées de composer, c’est le cas de la 4e année de sociologie.

Problème d’interprétation des textes ?

"Pour ce qui concerne la 2e session, c’est le 30 décembre 2011 qu’un programme pour la deuxième session a été affiché et les évaluations devaient commencer le 5 janvier 2012 pour l’UFR/SH" a expliqué Sory Omar Traoré, délégué de la corporation ANEB de l’UFR/SH. Cette programmation n’a pas été du goût des étudiants qui font comprendre qu’il n’y a eu qu’un seul jour ouvrable dans l’intervalle avant la composition et qu’elle ne respecte pas les textes. Face à la situation, le directeur de l’UFR/SH, le Pr Moussa Willy Batenga, a reçu les étudiants responsables de l’ANEB le 4 janvier 2012, avec dit-il, trois points à l’ordre du jour. Ce sont : "compte tenu du fait que les étudiants étaient en congés, n’était-ce pas possible de reculer les délais des réclamations pour permettre à ceux qui étaient absents de pouvoir le faire, à savoir au-delà d’une semaine, aussi était-ce possible de reculer les délais de composition et enfin, traiter les réclamations avant de programmer la seconde session ?

" Sur les deux premiers points, le directeur de l’UFR/SH dit avoir fait des concessions mais quant au second, il s’agirait d’une mauvaise interprétation des textes par les étudiants. Mais le directeur a tenu à expliquer que selon le système existant à l’université, après la proclamation, il est accordé deux semaines aux étudiants pour les révisions et ceux-ci sont soumis aux examens de rattrapage pour les non admis. Sur le cas de l’année académique en cours, les proclamations ont été faites entre le 23 et le 30 décembre 2011. Sur cette base et toujours selon le Pr Moussa Willy Batenga, la seconde session devait commencer le 5 janvier 2012.

Mais avec les concessions, une note de la direction de l’unité de formation ramenait la date de début des compositions au 10 janvier 2012. Très souvent, confie le directeur de l’UFR, les étudiants sont appelés à aller composer en attendant les résultats des réclamations. Il dit ne donc pas comprendre que cette fois-ci, ils refusent de le faire. Sur la question, Sory Omar Traoré fait comprendre que l’étudiant qui n’a pas ses résultats de réclamation n’est pas dans les conditions pour composer. A ce titre, ils exigent que les résultats des réclamations soient connues avant toute composition. Mais le directeur de l’UFR/SH, le Pr Moussa Willy Batenga appelle les étudiants à laisser faire les professeurs afin de ne pas accentuer encore plus le retard.

Aimé NABALOUM

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 janvier 2012 à 01:26, par kolo
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

    Courage les étudiants ! Ne vous laissez pas faire. Comment quelqu’un qui n’a pas ses résultats peut aller composer ? Est-il admis ou pas ? Le retard de l’UO n’est pas le fait des étudiants. Il est lié à la mauvaise gestion des différentes crises : les autorités ferment quand et comme ils veulent pour punir étudiants. M. Batenga est bien connu pour sa roublardise. La 1ere session est normalement prévue pour juin (session de juin) et la seconde en septembre (session de septembre). Est-ce qu’entre juin et septembre, il y a deux semaines ? Si d’autres textes parlent de deux semaines, il faudra même les combattre. Courage !

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2012 à 06:16, par moi meme
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

    Comme si ce Monsieur allait accepter qu`on le fasse ca. C`est vraiment triste de voir des responsables avoir de telle reaction.Comment un etudiant peut aller composer sans connaitre le resultat de ses reclamations ? Cela n`a vraiment pas de pas de sens.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2012 à 06:50, par un étudiant de l’UO
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

    Honte à nous si "Très souvent, confie le directeur de l’UFR, les étudiants sont appelés à aller composer en attendant les résultats des réclamations". il faut corriger cette honte UFRienne.Ce système n’est pas parfait donc il faut l’améliorer c’est tout. on ne doit pas se réjouir d’un système imparfait. j’ai déjà vu au département d esociologie un candidat qui avait échoué à sa session de juin (à l’époque). lorsqu’il a fait la réclamation, il s’est retrouvé major de sa promotion. c’était simplement un étudiant-fonctionnaire dit "ETU" (examen terminal unique) donc il ne fait qu’un seul examen (celui de juin) et l’administration avait divisé ses notes par 2 comme s’il devait faire à la fois l’examen de février et de juin. alors pourquoi demander à quelqu’un d’aller composer en attendant les résultats de ses réclamation ? Mr le responsable de l’UFR, quand vous étiez étudiant, vous a t-on fait procédé ainsi. pourquoi nous nous incapable d’inventer des système qui autant intelligent que nous ? Je dis toujours que les sociologues, les chercheurs sont ces néo-marabouts, charlatans qui peuvent rendre autrui riche mais eux-mêmes demeure pauvres. c’est qui sont en train d’étudier toujours les faits sociaux, la société pour les "améliorer" mais c’est aussi eux qui demeurent dans les pires conditions d’étude, d’organisation de leur département, de leur laboratoire de recherche (voir GRIL, Labo-pluri, LARIS, etc.) brèf de leur service. c’est l’un de ces département de l’UFR/Sh où les étudiants ont tous le cumul de tous les problèmes de l’UO. et pourtant les profs de ces néo-charlatans sont en train de décrocher des marchés pour améliorer le vécu quotidien des autres. Quand et où, le département de sociologie va utiliser ses outils propres à sa discipline (méthode d’analyse en groupe, l’arbre des problèmes/solutions, le diagnostic organisationnel, etc. ) pour refléchir sur ses propres problèmes. A quoi servent tous ces outils et supports qui ne vous sert pas vous mêmes. voici une question de reflexion pour vous les sociologues : "en quoi les professeurs et les étudiants du département de sociologie de l’UO sont-ils responsable des maux de ce département ?" organiser vos états généraux avec ce thème et ça ira. Pardon, ne passez pas le temps à parler de manque de ressources financières, humaines ou matérielles. cela est classiques, et traditionnels, réfléchissez surtout sur votre responsabilité ensuite sur la responsabilité des professeurs ou des étudiants" et trouver les solutions applicables par ces 2 groupes en tenant compte des ressources déjà mobilisées. Honte à nous tous !

    Répondre à ce message

    • Le 10 janvier 2012 à 19:35, par un ancien etudiant de sociologie
      En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

      bonjour,
      Je confirme les propos de l’étudiant de l’UO car l’étudiant ETU en question, c’était moi ; je n’étais pas fonctionnaire à l’époque, mais étudiant en 4e année de médecine ; le jury de sociologie m’avais déclaré recalé à la première session ; et après reclammation, j’ai été declaré major de la promotion en 2e année de sociologie ; j’ai reçu un certificat de reconnaissance pour cela. ces faits sont verifiables, je crois que c’est en 1994.
      je dis donc qu’il est absurde de faire composer les étudiants sans les résultats des reclammations.
      70253115

      Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2012 à 09:53
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

    "Très souvent, confie le directeur de l’UFR, les étudiants sont appelés à aller composer en attendant les résultats des réclamations"(Très souvent n’est pas chaque fois) !
    Sais tu réellement ce que ça coute à un étudiant déjà pitoyable de préparer et composer une seconde session(sans vérification des notes et avec un contingentement du temps de révision):du psychique au matériel !Il y a des acquis de haute lutte qui stipule la remise des copies d’examens aux étudiants,ceci facilite encore plus les réclamations et leurs crédibilité !A notre époque, en 2e année, un étudiant a raté sa bourse intermédiaire car ses 13/20 ont été remplacés par 03/20,et tout cela par faute d’effectivité de réclamation !

    En plus il dit aux étudiants de laisser faire les enseignants !Ces enseignants contraints par le Directeur(complice de l’État et de ses ambitions de sabotage de l’enseignement selon les P.A.S rebaptisé S.C.A.D.D)
    Ce ne sont pas des enfants ces étudiants !S’il faut finir l’année vaille que vaille et les étudiants sont les perdants c’est clair qu ils ne vont pas accepter !

    Bonne année à tous et visez l’intérêt général,prônez le dialogue !

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2012 à 10:12, par Medes
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

    "Très souvent, confie le directeur de l’UFR, les étudiants sont appelés à aller composer en attendant les résultats des réclamations"(Très souvent n’est pas chaque fois) !
    Sais tu réellement ce que ça coute à un étudiant déjà pitoyable de préparer et composer une seconde session(sans vérification des notes et avec un contingentement du temps de révision):du psychique au matériel !Il y a des acquis de haute lutte qui stipule la remise des copies d’examens aux étudiants,ceci facilite encore plus les réclamations et leurs crédibilité !A notre époque, en 2e année, un étudiant a raté sa bourse intermédiaire car ses 13/20 ont été remplacés par 03/20,et tout cela par faute d’effectivité de réclamation !

    En plus il dit aux étudiants de laisser faire les enseignants !Ces enseignants contraints par le Directeur(complice de l’État et de ses ambitions de sabotage de l’enseignement selon les P.A.S rebaptisé S.C.A.D.D)
    Ce ne sont pas des enfants ces étudiants !S’il faut finir l’année vaille que vaille et les étudiants sont les perdants c’est clair qu ils ne vont pas accepter !

    Bonne année à tous et visez l’intérêt général,prônez le dialogue !

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2012 à 17:19
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : La tension monte autour de la 2e session

    chers Etudiants, trève de bavardage, Monsieur le directeur de l’UFR/SH dans ses explications dit ceci "il et accordé 2 semaines aux étudiant pour se préparer apres la délibération
    la délibération s’est faite du 23 au 30décembre, donc apres la délibération commence le 31 décembre
    calculons (du 31déc au 05janv = 06jours et non 14jours pour faire les 2 semaines, donc lui méme se condane ou ne sait pas de quoi il parle)
    Et entre nous,s’il est a fouiller, ce delais de 2 semaine méme s’il existe fait etat de delais minimale "a ne pas appliquer sournoisement"
    SOUTIENS et n’abandonnez pas cette lutte bien légale !

    A toi cher modérateur,laisse passer ce message pour le bien du pays !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés