Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

dimanche 8 janvier 2012 à 23h56min

C’est assurément l’affaire de ce nouvel an au Burkina Faso. L’arrestation du Directeur général des Douanes, Ousmane Guiro, et son débarquement par décret présidentiel après la saisie de quatre cantines dont deux contenaient près de 2 milliards de F CFA en espèces sonnantes et trébuchantes ainsi que des objets précieux dont la valeur n’a pas été estimée, continuent, en effet, de faire des vagues dans toutes les sphères de la société burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Et dans ce qu’il est désormais convenu d’appeler « Affaire Guiro », on ne cesse de tirer à boulets rouges sur l’ancien DG des Douanes en l’affublant de tous les noms d’oiseaux et en se demandant comment on peut être aussi glouton pour tésoriser de la sorte et mal organisé pour se faire prendre aussi bêtement. Aux dernières nouvelles, l’incriminé sera poursuivi pour quatre chefs d’inculpation (voir détails page 3).

Mais s’il est vrai que l’attitude est révoltante et répréhensible, sous réserve de ce que décidera la justice par la suite, le Monsieur est devenu, en fait, un punching-ball bien confortable pour tout le monde. Et il y a lieu de se demander si, au-delà d’Ousmane Guiro, ce n’est pas le procès d’un système qui doit avoir lieu. L’Etat, en premier, qui est entièrement responsable de ce qui arrive.

Force est de reconnaître que si l’ex-DG a pu opérer de cette façon, c’est sans doute parce qu’il y avait des failles dans lesquelles il s’est engouffré, parce qu’il y a des antécédents peu glorieux qui n’ont jamais été punis (concernant lui-même d’ailleurs, car il échappait le 5 décembre 2007 à une inculpation assortie d’un mandat de dépôt sous prétexte qu’il n’est pas “n’importe qui”).

L’Etat est d’autant plus blâmable que, plusieurs fois auparavant, la sonnette d’alarme a été tirée notamment par le Réseau national de lutte anticorruption (REN-LAC), dont les rapports placent régulièrement les services des Douanes aux premiers rangs dans le temple de la gabegie. On peut raisonnablement penser que les broutilles découvertes dans la caverne d’Ali Baba ne sont rien comparées à l’ensemble du trésor de ce Crésus au béret noir.

Mais au-delà de la petite personne de Guiro, combien sont-ils, ces fonctionnaires milliardaires, ces DG, ministres, premiers ministres, présidents d’institution, d’ONG ou d’association qui roulent sur l’or et dont les rejetons, quelquefois, concassent l’argent avec une insouciance indécente quand, à côté, nos dispensaires manquent souvent du strict minimum et que la misère est plus que jamais rampante ?

Avec cette affaire, quand ceux-là mêmes qui sont chargés de collecter nos maigres ressources sont les premiers à se les approprier et à les dilapider, c’est donc la crédibilité de l’Etat qui est gravement et durablement (définitivement ?) entamée. Un pays pauvre très endetté (PPTE), oxygéné, porté à bout de bras par les pays nantis, où de simples fonctionnaires peuvent détenir de telles sommes ?

On peut comprendre alors que des pays qui nous soutenaient, comme les Pays-Bas qui viennent de fermer leur ambassade au pays des hommes intègres, en soient outrés. Quels arguments va-t-on bien pouvoir encore leur avancer pour notre défense parce que, certes, Guiro sera sacrifié mais cela ne va résoudre le problème ?

La véritable question qui se pose est de savoir si ce système peut encore se réformer de l’intérieur, vu l’ampleur de sa gangrène. On en doute sérieusement. En effet, la situation est telle que les connexions entre les barons de la République et des grosses légumes du monde économique font qu’il suffit souvent d’un simple coup de fil pour ne pas dédouaner des marchandises.

Avec l’« Affaire Guiro », c’est justement l’image de toute l’institution douanière qui est entachée, car, si même le chef est alpagué… Déjà que la réputation des gabelous n’était pas particulièrement reluisante, cette affaire finit de ternir un blason qui était suffisamment sale. De nos jours, quand les gens passent les concours de la fonction publique, c’est d’abord celui de la Douane qu’ils visent plutôt que celui des vaillants agents itinérants de santé ou des braves instituteurs de brousse.

Et ce n’est pas parce qu’ils aiment particulièrement le béret noir mais parce que c’est quand même l’un des ascenseurs sociaux qui fonctionnent le mieux et à une vitesse vertigineuse. Qu’ils aient des avantages légaux qui leurs permettent de vivre décemment, on le veut bien, et en principe ces avantages visent à éviter qu’ils cèdent à la tentation ; malheureusement les exemples foisonnent de douaniers qui, après seulement 2 ou 3 ans de service, deviennent très facilement des multimillionnaires.

On revoit pourtant encore les gabelous, notamment les agents préposés, les assistants ainsi que les contrôleurs des douanes et les inspecteurs menaçant de ruer dans les brancards, lors de leur rencontre avec leur ministre de tutelle en mai 2011 au temps fort de la crise sociopolitique si on n’apportait pas de réponses à leurs revendications de meilleures conditions de vie et de travail. « Il ne faut pas abuser de notre sagesse », disaient-ils menaçants à l’époque et jurant la main sur le cœur que “contrairement à ce que pense le commun des mortels, les douaniers croulent sous les problèmes”. Mais ils se foutent de qui à la fin ?

Cela dit, il faut se garder de les condamner sans possibilité de rémission, car s’ils sont plus exposés aux dessous de table que les autres corps de métiers, c’est aussi du fait de l’usager, du citoyen lambda ou du gros commerçant en passant par le politicien en vue, toujours prêts à prendre des raccourcis pour ne pas passer à la caisse. Qui n’a jamais fait intervenir un ami ou parent douanier pour “régler un petit problème” au grand dam des finances publiques, qui perdent des recettes astronomiques ?

Plus que jamais donc, il faut mûrir la réflexion pour remédier à cette situation. Il faut notamment trouver la possibilité de couper le cordon ombilical qui lie les douaniers aux corrupteurs, car, après tout, c’est parce qu’il y a ce dialogue direct que l’on parle de « pots-de-vin » et autres « bak-chich ».

A cet effet, l’une des pistes de solutions à explorer est peut-être un instrument comme SYLVIE (Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importation et d’exportation), qui est un guichet unique de collecte électronique des documents de dédouanement au Burkina Faso, lancé justement le 20 décembre 2011 par le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, en présence... d’Ousmane Guiro. Des services des douanes « virtuels » seraient certainement moins corrompus ou plutôt moins enclins à la corruption.

Autant que l’on sache, dans les pays occidentaux, les services de douanes fonctionnent parfois même mieux que dans nos pays, mais, autant qu’on sache, ce ne sont pas des gens qui se construisent des châteaux en moins de 5 ans de service.
Ainsi, s’il y a bien des réformes à entreprendre, c’est certainement ceux-là, qui vont assainir le système. Avant de bâtir, ensemble, un Burkina émergent, il faudrait s’assurer que notre pays est bien encore cette « terre des hommes intègres » qui a rarement si mal porté son nom.

La Rédaction

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 janvier 2012 à 00:41, par vraie vérité
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Que la justice fasse maintenant son travail,mais je ne suis pas sûr qu’il soit incarcéré.Avec un bon avocat,il s’en sortira !Mais quelque part c’est toute la société qui est responsable,si tu es douanier et après 2 ans de service,tu n’a pas construit,les gens te traitent de tt les noms !c’est nous même qui les encourageons àv la corruption !

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 00:54
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    J’espère que SYLVIE ne sera pas d’une beauté extraordinaire sinon au secours,ces gabelous vont la faire subir un viol collecttif jusqu’a mort s’en suive parceque ces gens sont sans morale.C’est pour dire que devant les ordi,derrière l’informatique,derrière un système,il y a des hommes.Donc même si SYLVIE est moche,ces gens trouveront les astuces pour continuer à se défouler sur nos ressources.Au temps de Thom Sank,il n’y avait pas des SYLVIE mais les douaniers voleurs et les voleurs des autres secteurs étaient obligés de rentrer dans les rangs ou en tout cas,il y avait moins de pillages.C’est une question de volonté politique mais ce régime corrompu de Blaise a fait le choix de constitutionnaliser la corruption,le racket,le pillage des ressources.Pourquoi maintenant faire les étonnés hypocrites puisque des Guiro,il y en a des milliers au Faso.
    SYLVIE sera encore un autre machin comme la cours des comptes,REN-LAC,ASCE etc pour simplement faire semblant mais s’il y a encore des dupes dans ce pays pour avaler les couloeuvres de ce régime,c’est leur problème car cela fait très longtemps que je ne crois plus à leur bonne foi

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 01:13, par L homme integre fache
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Dites moi les gars, comment se fait-il que dans notre pays, nous n avons pas de Robin Hood, des gens qui volent les Riches pour donner aux pauvres ?
    En Colombie, Pablo escobar etait recherche par son gouvernement pourtant il etait un Dieu pour les pauvres a qui il offrait logement et nourriture gratuitement

    En jamaique c etait Pareil Pour D.coke, mais ce n est qu en Afrique qu on pille les pauvres pour les riches Suisses.

    Comment expliquer cela ?Quelqu un peut il m aider ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 02:51, par Alpha Ouedraogo
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Évidemment avec cette affaire, c’est le crédit même du pouvoir en place qui est mis à mal. Car rien ne prouve qu’il n’ya pas d’autres Guiro qui continuent à piller notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 06:55, par Z.S
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Tout d’abord, je vous tire mon chapeau pour votre clairvoyance et surtout pour votre courage de nous livrer sans détours votre point de vue. Ensuite, je voulais, en me basant sur vos analyses, donner mes opinions par rapport à la situation que nous vivons actuellement dans notre chère patrie.

    La première porte sur le traitement qu’il faut réserver au ministre qui avait défendu le transfer à la MACO (Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou) de l’ex DG des douanes en 2007 en disant qu’il n’était pas n’importe qui. Selon ma propre analyse, ce ministre doit être arrêté pour complicité de détournement de deniers publics et de corruption. Si celui qui « n’est pas n’importe qui », avait été déferré et jugé conformément à la loi, la situation n’allait pas être si grave comme elle est actuellement.

    En plus de cela, je trouve qu’il est impératif que le président Blaise Compaoré explique au bas pleuple (les n’importe qui) que nous sommes la situation que lui même a créé et entretenu. Pour ma part, Blaise doit bien gouverner à l’image de ce que disait Martin L. King « soit le meilleur quoique tu sois ». En le paraphrasant, je dirai que si tu es appelé à être président du Faso, fais ton travail de telle sorte que les Burkinabè disent, ici vécu un grand président qui fit son travail. Après près de 25 ans au pouvoir, vous vous moquer de la misère du peuple Burkinabè en convocant toujours des assises budgétivores sur des fausses préoccupations de nos populations. Je me permets de la qualifier la nième foire de la 4ème république organisée toujours au profit d’une minorité de la population.

    Je ne saurai terminer sans rappeler au président du Faso avec son gouvernement qu’il est vital pour eux de retourner urgemment à l’école de la responsabilité car abondant dans le sens de Antoine de St Ex, être responsable c’est avoir honte devant la misère des hommes. Malheureusement, c’est ce qui a manqué à la 4ème république depuis le 15 octobre 1987. Chacun de nous recoltera ce qu’il aura semé. Situation à suivre de près.

    Merci de publier mon message.

    Répondre à ce message

    • Le 9 janvier 2012 à 18:41, par Citoyen de Bobo
      En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

      Mon frère,je suis du même avis !!il faut qu’on interpelle le fameux ministre qui a soutenu Guiro en 2007 en disant qu’il n’était pas n’importe qui !!Cher ministre, nul est au dessus de la loi !!
      Monsieur le Ministre des Finances du Burkina,pour que le Faso émerge, il est temps que vous démissionnez !!
      Monsieur le Président du Faso, ne laissez pas ces voleurs sans état d’âme ternir votre image !!

      Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 07:55, par Burkinabe vivant en Russie
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    pour veuiller a surveuiller les douniers, il faut mettre en place un systeme d’information de tel sorte que le douanier meme dans la grand brousse, sa communication avec n’importe quelle personne, soit entendu et su de tous par un appareil qui enregistre tous. Si il est de service et il enleve son appareil de lui, tous sera connu dans l’ordinateur. Cette ordinateur aura pour fonction d’enregistrer toutes les conversation depuis le debut de la journee du douanier jusqu’a sa descent.
    Ce qui manque a nos pays, c’est le systeme d’information, il faudrais que le Burkina Faso pensent a envoyer aussi son satelite pour perfectionner son system d’information et meme permette que cela soit presque gratuit pour les populations car avec l’information il y’aura moin de vole et meme pas de vole. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 08:48
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Au Ghana, tu paies les frais de douanes en versant l’argent en banque sur un compte du trésor. Puis, tu reviens avec le reçu à la douane prouvant que tu as payer. A ce moment, tu repars avec ta marchandise. Si demain,l’argent des dédouanements et taxes ne passent pas dans les mains des douaniers, la corruption va diminuer car plus difficile à faire

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 09:06, par GO
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    C’est une affaire qui doit amener le président du Faso à demander un audit général des biens appartenant aux commis de l’État. Il verra que le peuple sera bien d’accord avec lui.
    Sinon, tout est pourri dans ce pays.
    Si on ne fait pas quelques chose dans ce sens, on pourra bien avoir une crise dans l’avenir qui sera difficile à gérer.
    Il se sont précipités par exemple pour lotir tout Ouaga en 24 ans pour se faire de l’argent. Aujourd’hui, on trouve que Ouaga est grand pour rien. Donc c’est une ville à refaire sinon, comment nous autres vont avoir un logement ?
    Pourtant, ça sera plus cher quand on veut refaire. On l’a bien vu avec la reconstruction de l’aéroport de Ouaga.
    Donc, on pouvait bien prévenir cela.
    On peut bien déduire que c’est un domaine qui va bien compliquer les choses dans l’avenir.
    Un audit général des biens appartenant aux commis de l’État fera du bien à ce pays et va sauvegarder la paix dans notre pays.
    Go

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 10:23
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    on apprend qu’il n’y a pas eu seulement une découverte d’un milliard neuf cent en espèces, il y a eu aussi de l’or et des diamants, à cette somme colossale découverte, mais cette caverne d’Ali baba logée au domicile de l’oncle n’est pas le seul endroit où l’on a découvert de l’argent. Au moment de l’arrestation du DG, il semble que cette fois-ci à son domicile on n’a pas trouvé moins de 800 millions, alors au Burkina on s’affole. Si on doit faire la sommation des un milliard neuf cent, de l’argent des diamants et de l’or en plus des 800 millions

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 10:37, par RUMEUR
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Savez-vous comment les liquidités découvertes chez l’oncle de Guiro Ousmane ont été convoyées à la BCEAO ? Eh bien semble-t-il, par des éléments de l’armée française. Info ou intox ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 10:37, par fissoni
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Bonjour chers amis.
    Dites moi est ce qu’à la MACO il y a aussi des( MACO 2000 )à l’intérieur ou bien tous les prisonniers comme GUIRO ousmane a le même traitement que les autres ? ou bien il a une chambre avec vue et avec tout le confort ?? ( Télé ,internet.et liaison avec l’extérieur ? ) j’espère qu’on va confisquer tous ses villas et autres biens pour voir clair ??
    j’ose aussi espérer qu’il ne sera pas condamné avec complaisance comme hamed smani ?? Si guiro ousmane s’en tire avec quelques mois de sursis alors nous aussi on va se lancer dans la planque de cantines.Avant tout c’est le gouvernement qui est RESPONSABLE.guiro ousmane n’a fait que profiter.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 11:07, par Jo
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Des enfants qui jouent avec l’argent ce n’est pas la première fois qu’on voit ca au Burkina. Il y a eu enquête parce qu’il s’agissait d’enfants de personnes anonymes.

    Je propose qu’on mette en place une cellule indépendante pour traquer ces genres de criminels avec à sa tête le juge qui avait arrête Guiro au péril de sa carrière. Je parie qu’en deux ans il pourra récupérer au moins 2 milliards.

    Tertus et son ministre de la justice doivent d’ailleurs présenter publiquement leurs excuses a ce Juge intègre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 11:24, par Donmozoun
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    J’ose croire que la grande chancellerie le déchoira de ses décorations qu’il n’a vraiment pas mérité.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 11:39, par LeNostalgique
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Nous vivons sous un regime qui releve de ce que Platon a nommé la timocratie, "le gouvernement de ceux qui recherchent ce qui a de la valeur".
    le burkinabe qui se gavait de tô-sauce-légumes-séchées, aspire désormais à exposer à la vue de tous, son riz-blanc-sauce-crème-fraîche. Tout aurait été pour le mieux si les choses se passaient comme en Chine ou on l’on a dit clairement aux Chinois : "enrichissez-vous". L’ingéniosité des Burkinabe aurait épaté plus d’un. Malheureusement pour le Burkina et ses habitants, les oligarques locaux sont dans la logique de "nous d’abord et nous seulement". Eux qui plongent à bras raccourcis sur le patrimoine commun, se disent que les autres peuvent toujours aller voir ailleurs...

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 12:36, par GO
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    C’est une affaire qui doit amener le président du Faso à demander un audit général des biens appartenant aux commis de l’État. Il verra que le peuple sera bien d’accord avec lui.
    Sinon, tout est pourri dans ce pays.
    Si on ne fait pas quelques chose dans ce sens, on pourra bien avoir une crise dans l’avenir qui sera difficile à gérer.
    Il se sont précipités par exemple pour lotir tout Ouaga en 24 ans pour se faire de l’argent. Aujourd’hui, on trouve que Ouaga est grand pour rien. Donc c’est une ville à refaire sinon, comment nous autres vont avoir un logement ?
    Pourtant, ça sera plus cher quand on veut refaire. On l’a bien vu avec la reconstruction de l’aéroport de Ouaga.
    Donc, on pouvait bien prévenir cela.
    On peut bien déduire que c’est un domaine qui va bien compliquer les choses dans l’avenir.
    Un audit général des biens appartenant aux commis de l’État fera du bien à ce pays et va sauvegarder la paix dans notre pays.
    Go

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 14:06
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    1- Reduire les taxes douanieres car ca coute moins de cher de soudoyer un fonctionnaire que de dedaouner legalement...

    2- Eduquer nos populations et etre intransigeant face a la corruption

    3- Augmenter le salaire des fonctionnaires afin que le risque de prendre des pots de vins soit tel que ca ne leur traverse meme pas la tete.

    4- Ne pas hesiter a virer un fonctionaire qui ne fait pas son travail (servir le public).

    A bon entendeur,

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 14:13
    En réponse à : Opération GUIRO dans toute la ville de Ouaga !!!!

    Voici une proposition efficace à mettre o point : Que le RENLAC mette en place une structure qui sera chargée d’évaluer l’activité, le Revenu et les biens de chaque individus (surtt ceux qui sont bien nantis de façon douteuse) à Ouaga ici.Je vous assure qu’on mettra la main sur des milliers de Guiro ds ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 14:53, par la star
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    bonjour mes dames et monsieurs je voudrais seulement dir a tous ceux qui s affol d etre tres patient et de la justice fair son travail s il n y a pas de trou dans les recettes douaniere y a pas de raison de garder mr guiro.de tous les DG je pense pas qu il y en a qui on travailles plus que lui en matiere de recouvrement de recette dounieres.n oublie pas qu il etais l enemie de plusieur personne au sein de son administration qui s etaient juré sa descente aux enfer.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 15:30
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Tres Bonne analyse

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 16:40, par CasseToiPovCon
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    2 milliard comme argent de pôche ?! Je donne raison à celui qui a affirmer que "M. Guiro n’est pas n’importe qui !". il était peut être lui aussi au courant va...
    merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 16:52
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Des GUIRO, on ne peut les compter au Burkina. Il a eu la malchance d’être découvert au moment où le pouvoir en place veut d’un peu de crédibilité pour mener à bien les "reformes politiques". Si non, cette affaire, ils allaient l’éttoufer et anticiper la retraite de GUIRO.

    Rappelez-vous :

    1. on a repeint des bureaux d’une mairie à 1 milliards à Ouaga,

    2. personne n’a été sanctionnée pour le scandale de l’axe Boromo-Bobo,

    3. une école nouvellement receptionnée s’est écroulée sur des élèves à Koudougou et personne n’a été inquiétée,

    4. des ponts sont endomagés à peine avoir été réceptionnés (la justification du Président du Faso à des journalistes : même aux USA, des ponts tombent),

    5. les fonds d’un des plus grands projets du Burkina (PDEB) ont été pillés, personne n’a été inquiétée,
    etc.

    Malheureusement, d’autres cantines ne seront pas découvertes, puisque suite à ce scandale à la Douanes, de nombreuses autres cantines, peut être plus grandes que celles de GUIRO, ont certainement deja été transférées en des lieux plus surs.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 17:15, par El pacifico
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Les révélations de ces derniers jours ne font que confirmer ce que nous savions déjà. Vous vous dites bien que ces châteaux et ces gros wagons qui foisonnent dans la ville de Ouagadougou ne s’acquièrent pas avec des cailloux mais avec du fric... et du fric où pensez vous qu’on puisse en trouver autant à profusion dans un pays aussi pauvre et endetté que le notre ?! Et bien suivez mon regard !
    Je pense par ailleurs que l’affaire Guiro est une aubaine que le Blaiso a vite fait de saisir au regard de la surchauffe que le climat socio-politique connaissait. Il balance un os à ronger à l’opinion publique (même s’il aurait bien voulu s’en passer) et voilà un écran épais de fumée pendant quelques temps lui permettant de cogiter "tranquillos" sur ses questions de réformes politiques pressantes.
    Mais ce qu’il y’a d’intéressant pour nous dans l’affaire Guiro c’est bien le fait que c’est seulement un lièvre qui a été levé, le gros du gibier se cachant encore dans les méandres de cette forêt touffue de la grande corruption dans notre pays. Je crois que je me fais bien comprendre.
    Bien à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 17:27
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    d’pres que c,est plus de 10 Milliards et que sa femme a des alimentations ou elle acquiert tour gratuitement. il faut vite voir de ce cote.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 17:46, par SAGE
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Bonjour,

    La corruption, l’enrechissement illicite sont devenus la devise de nos gouvernants et de nos acteurs économiques. La preuve nous est donné encore par l’affaire Guiro. Tous ces hommes qui nous gouvernent depuis belle lurette, tous ces acteurs économiques, tous ses directeurs de sociétés d’état, tous ses prêtes-noms directeurs de sociétés privées, pillent notre peuple. Étant dans le domaine des finances dans un pays Européen, je peux vous dire que les comptes bancaires étrangers bien garnis et les acquisitions immobilières luxueuses de nos responsables politiques ou économiques à l’étranger, restent ahurissants pour ne pas dire insultants. Pourquoi ne pas imposer des audits comptables et financiers dans toutes les sociétés à participation de l’état ? Oui, je sais que nos cabinets comptables et d’audit sont le plus souvent "corrompus". Alors faisons appel à des "vrais" experts et je sais qu’il en existe au Faso. Les recettes de l’état appartiennent au peuple et une poignée de personne ne peut les détourner pour leur besoin perso. Arrêtons d’affamer notre peuple car un peuple qui a faim peut devenir dangereux. A bon entendeur, salut.........

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 17:51
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    JE crois bien qu’il faut que les frais de douanes soient payés directement au Trésor Public avec des quittances tu peux revenir faire sortir ta marchandise à Ouagainter.Il faudra aussi mettre en place un numero vert à la disposition des citoyens afin de dénoncer dans l’anonyma les douanes ou agents de regies de rectttes les enrichissements illicite.Je connais un douanier qui a moins de 5ans qui a construit deux maisons R+1 et un celibateruim propre ou il peut louer ses maisons a 50000/maison.Alors qu’un agent d’autre corps fait des 15ans pour se trouver un terrain avec credit bancaire de10ans et il a 10ans autres années pour constriuire année qui correspond à départ à la retraite.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 18:14
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    LE BRAVE ET ILLUSTRE PRESIDENT THOMAS SANKARA DOIT ETRE ENTRAIN DE SE RETOURNER DANS SA TOMBE. JOSE ESPERER QUE BON DIEU NOUS DONNERA UNE HOMME DE LA QUALITE DE CE GRAND HOMME POUR QU’IL REDRESSE TOUS CES EPERVIER QUI VOLENT NOS DENIERS APRES blaise compaoré

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 19:00, par le pauvre
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    n’est-ce pas la mise à nue de la liquidation du peuple depuis octobre 1987.Il reste à vendre le pays et comme koro yamyellé, nous assisterons impuissant à l’effondrement du pays. Le burkina se meurt, place est faite à la mafia économique et politique. Une larme pour le peuple. Au temps du burkindilm de nos vaillants ancêtres, le PF et le ministre des finances honorable prenaient la potion magique pour n’être pas.....

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 19:08
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    On dit thésauriser au lieu de tésoriser monsieur le journaliste.Amicalement

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 19:21, par L’intègre
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Mes frères, vous n’avez rien compris ! C’est en réalité ces mêmes individus qui maintiennent le pouvoir en place. Ce sont eux qui font voter et revoter ce système les campagnes ce sont eux. Rappelez vous que les dernières votes il est dit que chacun devrait battre la campagne avec ses propres moyens. Tous ces dignitaires du régime sont milliardaires les uns plus que les autres. Et ils se connaissent puis se couvrent mutiellement. Ils en veulent très probablement à Guiro actuellement. Il n’a pas su gerer les choses.

    À sa première arrestation vous avez vu comment le ministre a osé braver toute une justice, toute une institution. Car il n’est pas n’importe qui. Qui est n’importe qui ? ces nous les citoyens lamda et pour un poulet ou même un rat on est au gnouff. Ce ministre, avez vous une idée de ce qu’il a pu empôcher ? je vous laisse déduire. Il aura eu le salaire de dix (10) années de service en temps que ministre, pour un coup de gueule.Hummm ! qui ne l’aurait pas fait ?

    C’est le Burkina actuel, que voulez vous ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 20:21, par Le Citoyen
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Très bel article. Cela est peu encourageant de voir qu’il y a toujours des gens intègres dans ce pays. L’affaire Guiro n’est que la goute d’eau qui a fait déborder le vase. Qu’on nous ouvre un cite et nous déverserons de informations sur des gens qui sont exactement dans la meme situation que Guiro Ousmane. Guiro a été tout simplement sacrifié. Les médailles qu’il porte il ne les a pas volées. Ce sont des omédailles de mérite.Et c’est de la part de l’Etat burkinabè. Ils sont pleins ; je le dis et répète, des guiro, y en a plein au Burkina. Bravo pour cet article ; c’est consolant.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2012 à 21:54, par PIEUVRE
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    mes amis des guiro cours le pays,autant en emporte le vent.Il y a combien de fonc d’état en cat A 1 ,qui peuvent se construire des châteaux à Ouaga 2000 ? qand on connait le montant des revenus mensuels.Cela est pratiquement difficile.
    Il y a actuellement,un DG, nommé à la suite des récents remous sociaux qui refuse de se loger dans la villa de fonction, préférant son châteaux de Ouaga 2000 .au frais de qui ?
    ALORS si enquête il y a, commençons par ces FONCTIONNAIRES, proprio de bunkers Ouaga 2000, vous comprendrez aisément ce qu’est la corruption au Bf.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2012 à 00:10, par L’intègre
    En réponse à : Affaire Guiro : C’est le crédit même de l’Etat qui est entamé

    Citoyen, ils ne veulent pas de transparence dans ce pays ! Entre nous, on sait combien gagne un fonctionnaire burkinabé en plus, nous n’avons ni colines, ni forêt dans ce Burkina. Je veux dire que tout ce sait et l’argent a bien de l’odeur. Voyez comment les enfants des autres s’amusent avec. Allez dans les boîtes de nuit, voyez les villas des maitresses, les grosses cylindrées, les voyages en avion, les inscriptions dans les grandes écoles hors du pays..... Le train de vie hors du commun. Pendant que Poko ne peut manger un bon benga par jour, les étudiants qui triment, nouveaux diplômés qui chôment. Ils n’en ont cure.

    Bref, la question est simple. Que fais tu de légal pour pour avoir ta fortune ? Paies tu tes impôts ?

    En vérité, le Burkina est riche mais certains ont décidé de l’appauvrire, avec notre complicité à nous tous ! Y compris moi même !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés