FILSAH : Le torchon brûle

vendredi 30 décembre 2011 à 00h39min

Le jeudi 22 décembre 2011, le personnel de la Filature du Sahel (FILSAH) tenait une Assemblée générale au sein de l’entreprise. L’objet : la présentation d’une plate-forme revendicative qu’ils ont déposée à la Direction générale. Ce qui semble avoir entraîné des remous. Par la suite, des délégués du personnel seraient sur la voie du licenciement. Ce qui a entraîné des remous hier, jeudi 29 décembre 2011.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Des centaines de gendarmes et de policiers, à l’intérieur comme à l’extérieur assuraient la sécurité de la société Filature du Sahel (FILSAH). De l’autre côté vers l’entreprise Sol confort et décor, un groupuscule de travailleurs y était rassemblé sous la garde des forces de sécurité. Impossible de protester. La mission a donc échoué. Mais, l’un d’entre eux affirme : « Nous n’allons pas nous laisser faire ». D’ailleurs dit-il : « Nous ne voulons faire du mal à personne. Nous voulons tout simplement pouvoir subvenir à nos besoins ». Pourquoi donc ce mouvement ?

En effet, après l’AG, et selon l’avis du directeur des ressources humaines, Moussa Rock Fofana et en plus des réunions préparatoires, ils sont surpris d’apprendre à travers la presse que les points revendicatifs des travailleurs n’ont pas aboutie. Les auteurs de ces rumeurs ont même dit qu’il se passait des choses décevantes à FILSAH qui sont entre autres, l’augmentation de salaire, la classification des postes de travail (...). Pire, a-t-il poursuivi : « Nous avons reçu l’information comme quoi, ils allaient observer un arrêt de travail ce matin à 5 h 30 (ndrl, jeudi 29 décembre). Ils se sont envoyés des sms afin de faire passer l’information ». C’est pourquoi, à entendre le DRH, ils ont immédiatement alerté la Direction générale qui a pris des dispositions pour sécuriser la société et les travailleurs. A la question de savoir pourquoi cet arrêt brusque de travail alors que les négociations devaient être entamées, Moussa Rock Fofana dit en ignorer les raisons.

« Peut-être que cela est lié à la déclaration qui a été faite dans la presse. Sinon de notre côté, nous ignorons les raisons. Nous voulons d’ailleurs les comprendre ». C’est donc dans la démarche de cette compréhension que ces sms ont été lancés. La direction qui les a pris au sérieux, d’où la présence des forces de sécurité. Qu’a cela ne tienne, la direction rassure qu’elle informera l’opinion une fois qu’elle aura compris les raisons supplémentaires de la situation de crise.

« Ce sont des traîtres, des gâteux.... »

A la première assemblée, 14 délégués défendaient la cause des ouvriers. Hier, ils n’étaient que 10, parce que les 4 autres se sont retirés de la lutte après que l’information ait été relayée dans la presse. Pour cause, explique un des agents, la direction a exigé une lettre d’explication. Les quatre en ont écrit pour dire qu’ils ne savaient pas que la presse a assisté à l’AG. Aussi, a-t-il renchérit : « On avait convenu que ce sont tous les travailleurs qui devaient arrêter momentanément le travail, mais nous constatons qu’une équipe est montée ce matin. Ils nous ont trahis ». Les grévistes justifient alors leur mouvement par le fait qu’ils auraient appris qu’ils vont licencier les 10 autres.

En outre, les travailleurs de Filsah disent ne pas comprendre l’indifférence de la direction par rapport aux conditions de travail désastreuses qu’ils vivent. « Nous touchons que 45 000F sans compter les traites bancaires, alors que de dehors, les gens croient que nous percevons 80 000FCfa », déploraient-ils. Et un autre d’ajouter que les 45 000F sont tellement insignifiants qu’ils se retrouvent souvent à 8000F après les taxes bancaires et autres. Les travails de nuit ne sont pas payés… et il n’y a pas de prime pour les jours fériés. « Voyez-vous, ils se sont fâchés parce qu’ils voient que leur secret a été dévoilé », ont-il conclu.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 décembre 2011 à 01:57
    En réponse à : FILSAH : Le torchon brûle

    c’est quoi cet article mal ficellé ?
    On n’y comprends pas grand chose mais si c’est vrai que la direction veut licencier des délégués,d’abord c’est contraire à la loi et donc je vous soutiens dans votre lutte et concernant vos salaires,c’est vraiment misérable

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2011 à 04:49
    En réponse à : FILSAH : Le torchon brûle

    ils sont surpris d’apprendre à travers la presse que les points revendicatifs des travailleurs n’ont pas aboutie.

    Madame la journaliste corrigez un peu votre francais.Ce n’est qu’une petite partie des fautes et tournures lourdes dont sont truffees votre texte.Et dire que ce n’est pas la premiere fois que nous lisons des insanités de votre part.
    Webmaster lisez un peu vos textes avant de les publier car la credibilité de votre site en depend. Sans rancunes.

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2011 à 12:51, par De La Sagesse
      En réponse à : FILSAH : Le torchon brûle

      Votre article est truffé de fautes graves. Relisez avant la publication,afin de corriger les éventuelles fautes. Je souhaite que les travailleurs de la FILSAH restent unis et mobilisés pour défendre leurs intérêts moraux et matériels. Seule la lutte paie et seule l’union fait la force.

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2011 à 14:41, par Wendlasida
      En réponse à : FILSAH : Le torchon brûle

      Madame la journaliste corrigez un peu votre francais.Ce n’est qu’une petite partie des fautes et tournures lourdes dont sont truffees votre texte.

      Avant de blamer les autres soyez sûr que vous êtes sans reproche.
      sont truffees Votre texte. Expliquez-moi votre conjugaison et votre accord. Merci

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2011 à 10:43, par FRANCINE
    En réponse à : FILSAH : Le torchon brûle

    Pendant que les responsables roulent dans des 4*4 climatisés coûtant des millions et dormant dans des villas terribles les acteurs du travail peinent a joindre les deux bouts.
    OH QUEL MONDE INJUSTE.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2011 à 10:52, par el soldate
    En réponse à : FILSAH : Le torchon brûle

    A defaut de pouvoir ecrire dans un langage clair en francais, je vous conseille d’écrire dans la langue que vous maitrisez le mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2011 à 23:01
    En réponse à : FILSAH : Le torchon brûle

    Je ne suis pas de FILSAH, je suis même très loin de FILSAH mais en tant que burkinabé, j’ai un peu suivi l’évolution de cette structure. Les responsables actuels sont à féliciter car à un moment, au même titre de beaucoup de gens, j’avais cru qu’elle allait déposer son bilan. Je leur tire donc mon chapeau pour s’être battus comme ils l’ont fait.
    Je comprends parfaitement que les travailleurs réclament une amélioration de leurs conditions de travail et de vie. C’est le moins qu’ils puissent faire et c’est pourquoi, j’ai du mal à admettre qu’on nie à d’autres ce droit. Le 4x4 et la maison climatisée ne sont pas le problème. Au contraire, c’est tout à l’honneur de FILSAH. Le revendications des délégués du personnel sont certainement bien plus complexes. Posons les vrais problèmes et arrêtons de comparer les plus petits aux plus grands.
    A moins de remplacer notre capitalisme par autre chose.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés