TITAO : Un accident fait un mort et une vingtaine de blessés

mardi 27 décembre 2011 à 00h24min

Zomnaga, village situé à 7 km de Titao, chef-lieu de la province du Loroum, a été le théâtre d’un accident de la circulation. C’était le vendredi 23 décembre 2011 dans la matinée. Sur-le-champ, l’on a déploré 1 mort et plusieurs blessés graves.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le vendredi 23 décembre 2011 (jour de marché de Titao) une quarantaine de passagers (tous des commerçants) avaient embarqué dans un gros véhicule 10 tonnes à Ouahigouya en partance pour Titao. Partis aux environs de 6h30, ces commerçants qui avaient pris place dans le véhicule ainsi que leurs marchandises arrivent à Zomnaga (dernier village avant Titao) aux alentours de 7h45. Là, un drame les attendait. Beaucoup parmi les passagers qui dormaient vont se réveiller au bruit des cris de détresse. Le gros camion se renverse sur le bas-côté droit de la voie.

Alertés, les habitants du village arrivent sur les lieux qui ressemblent à un champ de ruine. Des marchandises éparpillées ou détruites, les roues du véhicule en l’air, plusieurs personnes gisent, inanimées sur le sol. C’est le spectacle désolant qu’il était donné de voir. Parmi les accidentés, une personne a déjà succombé. Une autre personne crie, se tord de douleur ; elle a perdu sa jambe dans le choc. Les secours arrivent et transportent la vingtaine de blessés à Titao et à Ouahigouya. La brigade des sapeurs-pompiers va transporter à deux reprises les blessés. A notre arrivée, les commerçants s’affairaient à enlever leurs marchandises pendant que d’autres étaient couchés à même le sol. Sahoud Ouédraogo, 19 ans et vendeur de friperie, était encore sous le choc lorsqu’il nous racontait sa mésaventure :

« Nous avons tous été surpris par ce qui nous est arrivé. Il n’y avait pas de danger, ni par derrière ni par devant. Mais nous ne comprenons pas pourquoi le chauffeur a laissé la voie pour se retrouver dans le ravin. En tout cas, il roulait à vive allure. Pour ma part, j’ai eu une blessure légère au niveau de la jambe ». Hamadé Sawadogo est hors de danger. Il s’en est sorti avec une blessure à la tête. Transporté à l’hôpital de Titao, il reste vague sur les circonstances de l’accident : « Nous étions en pleine causerie. Nous discutions notamment des prix de nos articles. En tout cas, nous étions bien à l’aise quand, subitement, le véhicule s’est renversé. Je me suis alors évanoui et je n’ai retrouvé connaissance que quelques minutes plus tard. »

Sur les lieux, nous avons également rencontré Maliki Ouédraogo, qui peine encore à cacher sa tristesse d’autant plus qu’il est un proche de l’apprenti décédé sur place : « J’étais à Fada et je suis arrivé à Ouahigouya à l’occasion des fêtes de fin d’année. C’est ce matin très tôt qu’on m’a annoncé que mon petit frère Moriyouré a fait un accident et qu’il est décédé. C’est là que j’ai compris que c’est ce drame qui m’a poussé à venir à Ouahigouya ». Immatriculé 11NN 7836 BF, le véhicule est la propriété de la Société de transport Nord du Faso (STNF). Selon les témoignages, il avait à son bord entre 50 et 60 commerçants avec des marchandises diverses. Communément appelé 10 tonnes, ce véhicule transportait des personnes et des biens dont le poids est compris entre 20 et 25 tonnes.

On y retrouve des sacs de riz, du ciment, du maïs, des bidons d’huile, des matériaux de construction notamment des fers, du bois et des tôles. C’est d’ailleurs ces matériaux, selon les commerçants, qui ont violemment amputé la jambe de Moussa Koeba qui a été retrouvée, après des fouilles, parmi les marchandises lundi 26 décembre 2011. 13 de la vingtaine de blessés étaient toujours soignés au centre hospitalier régional (HCR) de Ouahigouya. Le service des urgences était débordé. La salle 3, occupée par Moussa Koeba, ne se désemplissait pas C‘est un chef de famille qui, en présence de ses épouses, avait du mal à revenir sur les faits de ce malheureux voyage.

Hamed NABALMA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 décembre 2011 à 16:28
    En réponse à : TITAO : Un accident fait un mort et une vingtaine de blessés

    Il faut reconnaître que quitter Oouahigouya pour rejoindre Titao (situé à 45 km), c’est la croix et la bannière. L’état de la voie est indescriptible. Ce qui fait qu’on n’a de véhicule de transport que les transports mixtes (d’ailleurs rares). La seule société de transport c’est STNF avec un car matin et un autre l soir. C’est vrmt triste qd vous embarquer pour Titao. Il faut voir l pblem de l voie

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés