Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

mercredi 21 décembre 2011 à 00h14min

KSI, 24 ans, a écopé de 3 mois de prison, le vendredi 16 décembre 2011, pour avoir usurpé le titre de gendarme. C’était le 25 novembre dernier, lors d’un concert organisé au théâtre de l’Amitié de Bobo-Dioulasso. KSI, loin du cercle des organisateurs, parce que simple revendeur de tickets, a voulu jouer au héros afin d’éviter le pillage de ce lieu de spectacle. Ce jour-là, les spectateurs et fans venus assister à la prestation de l’artiste-musicien annoncé, se sont rendus compte une fois à l’intérieur que ce dernier leur avait posé un lapin. Fous furieux, ils ont voulu se rendre justice, d’où le pillage des lieux. C’est en ce moment que KSI décida d’entrer en action. Il a, selon lui, appelé la gendarmerie qui a répondu ne pas pouvoir se déplacer, faute de moyens.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

KSI qui regardait les gens emporter ce qui pouvait l’être, s’est donc lancé à la poursuite de certains jusque devant leur cour. C’est là même qu’il sera arrêté et conduit à la gendarmerie, après ses vaines tentatives de se faire passer pour un pandore. Si le fait de vouloir empêcher le pillage du théâtre de l’Amitié est noble, notons que KSI a tout de même usurpé un titre, ce qui est condamné par la loi. Il a certes, échappé aux 12 mois fermes du parquet, mais a écopé de 3 mois de prison


En quête de santé, elle se fait escroquer 1 020 000 F CFA

Alors qu’elle rentrait de l’hôpital, SD, malade fût accostée par deux individus, DO et son complice. DO qui se disait marabout, prédicateur d’espérance a fait savoir à SD qu’elle souffrait d’un mal qui ne peut être guéri par la médecine moderne. Se proposant de la soigner, il l’informa que l’argent qu’elle détenait par devers elle lui portait malheur et qu’il fallait le purifier. Chose bizarre, DO a dit à sa victime le montant exact de la somme qu’elle avait sur elle ce jour. Dès lors, il réussit à prendre SD dans ses filets. Il a promis donc de la conduire chez un marabout qui pourrait l’aider, mais a exigé qu’elle envoie tout son argent pour la purification le lendemain. Rendez-vous fut pris au restaurant «  ?La forêt ? ».

Ainsi, le 22 mars 2011, SD dit être allée retirer de l’argent à la poste en plus de ce qu’elle avait à la maison. Elle ne pouvait pas s’imaginer le sort qui lui était réservé. Selon elle, ils se sont rendus du lieu du rendez-vous, à un autre endroit. Une fois arrivés, ses agresseurs lui auraient demandé de leur remettre l’argent. Ce qui fut fait. Les deux acolytes auraient psalmodié des incantations avant de revenir à elle et lui présenter les mêmes billets qu’elle a vus. « Ils m’ont intimé l’ordre de pas ouvrir le colis avant deux jours. Et le jour que je vais l’ouvrir, il y aura une poudre que je mettrai dans l’eau pour me laver, 300 F CFA que je donnerai à des enfants, et mon argent ? », a-t-elle confié à la barre. Mais une fois à la maison, elle a été prise de doute quant à la bonne foi de ses «  ?bienfaiteurs ? ».

Elle a donc ouvert le colis et s’est aperçue qu’il ne contenait que de vieux tickets de PMUB. Selon le frère de SD, c’est une dame domiciliée à Banfora dont le numéro figurait sur un des papiers, qui leur a permis de retrouver DO, le 11 septembre 2011, devant le ciné Sanyon de Bobo-Dioulasso. Celui-ci, pratiquant les jeux de hasard devant cet endroit, a nié les faits à lui reprochés lors du procès. Il dit n’avoir pas pris cette somme avec la dame et clame son innocence. Pour le procureur, les preuves exactes de culpabilité de DO ne sont pas constituées. il a demandé sa relaxe pure et simple.

Le Tribunal, quant à lui, a situé sa culpabilité en le condamnant à 12 mois fermes. En plus, il a été demandé à Do le remboursement des 1 ?020 000 F CFA de SD


Le bœuf, le taxi et les voleurs

12 mois fermes pour TY et 12 mois assortis de sursis pour ses complices KA et TA dans une histoire de vol de bœuf. Le comportement de TY colle bien avec le proverbe qui dit que «  ?qui vole un œuf, volera un bœuf ? », car avant de voler le bœuf, TY avait auparavant réussi à attraper 3 moutons qu’il a pu vendre.
Fort de cet exploit, il va «  ?rebeloter ? » en montant cette fois la barre plus haute, impliquant son ami KA et un taximan, TA. Alors qu’il est 23 heures ce 5 octobre 2011, TY demande l’aide de son ami pour aller chercher «  ?le bœuf de son grand frère ? » à Péni, localité située à 35 kilomètres de Bobo-Dioulasso sur la route de Banfora.

Il dira la même chose à un taximan dont il avait le contact. A ce dernier, TY propose la somme de 20 000 F CFA pour le service qu’il lui rendra.
En route pour Péni, ils sont interpellés par la Brigade anti-criminalité (BAC) qui leur demande où ils se rendent à cette heure. «  ?Nous allons à Péni ? », leur répond TY sans dire pourquoi. Ils sont autorisés à poursuivre leur route. Mais ce qui devait attirer l’attention de TA et KA, c’est qu’une fois à destination, celui qui partait prendre le bœuf de son «  ?grand frère ? » dira à ses accompagnants de rester au bord de la voie en attendant que lui-même aille chercher l’animal. Sans se rendre compte du mensonge, les deux attendent tout bonnement.
TY arrive quelques instants plus tard avec le bœuf volé qu’ils placent dans le taxi. Au retour, ils sont une fois encore interpellés par les mêmes agents de la BAC. Sur le coup, ils commencent à s’accuser mutuellement et sont arrêtés. A la barre, les complices reconnaissent les faits. TY le cerveau a tout de même voulu tourner en rond, mais a fini par avouer son forfait, justifiant toutefois son acte par le fait qu’il avait travaillé pour le propriétaire du bœuf, KC, sans être payé. Il aurait donc voulu se rendre justice en volant le bœuf de son patron.

Rassemblés par Tielmè Innocent KAMBIRE

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 décembre 2011 à 03:51
    En réponse à : Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

    Vraiment ;etait ’il reelement necessaire de perdre du temps pour juger KSI.Pour juger ces genres d’qffaires combien la justice va t’elle depensé ?n’y at il pas d’autres chats a fouetter que de perdre du tmps

  • Le 21 décembre 2011 à 11:02, par PAPUS
    En réponse à : Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

    VERDICT TROP SEVERE POUR L ISURPATEUR DE TITRE. IL A VOULU PROTEGER LES BIENS PUBLICS. S IL NE S ETAIT PAS PROCLAME GENDARME FACE AUX PILLARDS CEUX CI ALLAIENT LE LYINCHER.IL FAUT QUE LA JUSTICE SOIT OPERATIONNELLE AU LIEU D APPLIQUER DES TEXTES ALORS QUE PLUS DE 50 POUR 100 DE LA POPULATION EST ANALPHABETE ET N EST PAS SENSIBILISEE EN MATIERE DE DROIT.FALLAIT PEUT ETRE LE CONDAMNE AVEC SURSIS.

  • Le 21 décembre 2011 à 11:43, par MT
    En réponse à : Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

    3 mois de prison ferme pour avoir voulu empêcher au risque de sa vie du vandalisme ? il aurait du bénéficier d’une condamnation avec sursis. avec çà on veut que les gens collaborent avec la police de proximité.
    au fait qu’est ce que la justice a fait à l’endroit des organisateurs du concert puisqu’il y a eu abus de confiance et escroquerie ayant entrainé la dégradation d’un lieu public ?

    • Le 21 décembre 2011 à 14:24
      En réponse à : Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

      Collaboerer avec les forces de l’ordre ne veut pas dire se substituer aux forces de l’ordre.
      Il n’a reçu aucune formation en matière de maintien de l’ordre, il a agit au risque et au périle de sa vie pour une tâche qui ne l’incombait pas.
      Il faut être fou pour agir là où la gendarmerie a décliné.
      Quand au verdict des juges, je ne le juge pas dans la mésure où le tribunal est souverain dans ses décision. Aux sentimentalistes, avez vous toutes les informations qui ont concouru à cette condamnation pour la juger excessive ? Dans tous les cas, le tribunal n’est un marché où chacun peut proposer son prix donc chaque est libre de ses opinions.

  • Le 21 décembre 2011 à 12:01
    En réponse à : Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

    Ainsi la justice aurait-elle souhaité que le sieur KSI regarde sans rien faire. Il a fait ce qu’il pensait être bien. quant à l’isurpation du titre, ce vous qui le voyez comme cela. Lui ne le savait pas donc pour son cas moi je pense à mon humble avis qu’il méritait tout simplement des reproché de façon verbal puis c’est tout.

    Si la justice se montre dure comme ça à l’endroit des honnêtes citoyens comme KSI, des jours viendront où l’on va voir égorger des gens sans réagir.

    je trouve tout simplement que c’est bête !!!

  • Le 21 décembre 2011 à 14:24
    En réponse à : Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

    Collaboerer avec les forces de l’ordre ne veut pas dire se substituer aux forces de l’ordre.
    Il n’a reçu aucune formation en matière de maintien de l’ordre, il a agit au risque et au périle de sa vie pour une tâche qui ne l’incombait pas.
    Il faut être fou pour agir là où la gendarmerie a décliné.
    Quand au verdict des juges, je ne le juge pas dans la mésure où le tribunal est souverain dans ses décision. Aux sentimentalistes, avez vous toutes les informations qui ont concouru à cette condamnation pour la juger excessive ? Dans tous les cas, le tribunal n’est un marché où chacun peut proposer son prix donc chaque est libre de ses opinions.

  • Le 21 décembre 2011 à 15:35
    En réponse à : Au coin du palais : N’est pas gendarme qui veut  !

    jugement très bete

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés