Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « "La vie est un mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre." Gandhi» 

Fichier électoral biométrique : 18 à 30 milliards pour sortir des contestations électorales

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 16 décembre 2011 à 00h09min

La classe politique burkinabè dans sa presque totalité s’est accordée à adopter la biométrie dans le système électoral. Moyen selon elle d’assurer la transparence des scrutins. Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a convié les acteurs politiques et la société civile pour un dialogue démocratique sur la question. « L’introduction de la biométrie dans le système électoral burkinabè : enjeux, opportunités et défis », ce fut le thème abordé ce mercredi 14 décembre à Ouagadougou.

Les lendemains des consultations électorales donnent souvent lieu à des contestations. Contestations des résultats, critiques sur le fichier électoral. Les inscriptions et votes multiples, fraudes sont généralement les arguments avancés par ceux qui se sentent gruger. Le fichier électoral alphanumérique (enrôlement sur la base des documents comme la carte nationale d’identité, passeport, carte militaire…) a montré ses limites. « La biométrie permet l’identification ou l’authentification d’une personne sur la base de données reconnaissables et vérifiables qui lui sont propres » note Aimé Ilboudo, ingénieur informatique qui a présenté le système biométrique. Toute personne est identifiée à partir de ce qu’il possède (badge, carte d’identité…) de ce qu’il sait (nom, mot de passe…) ou de ce qu’il est (empreinte digitale, visage).

Le fichier biométrique électoral en vue au Burkina sera réalisé à partir des empreintes digitales et de l’imagerie faciale, des données non falsifiables. Ces informations sont les plus éprouvées techniquement, plus connues du public et permettent un traitement rapide des données selon M. Ilboudo. Même les jumeaux les plus parfaits n’ont pas les mêmes empreintes digitales. Chaque personne devient une clé biométrique, une immatriculation unique inscrite dans le fichier électoral biométrique. La fraude électorale est donc minimisée voire éradiquée.

A quand le début des enrôlements biométriques ?

« Le plus tôt possible » a indiqué le président de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), Me Barthélémy Kéré, présent à la rencontre. Le hic de la biométrie c’est son coût exorbitant. Il faudra entre 18 et 30 milliards pour un fichier électoral. L’Etat est encore en discussions avec les partenaires techniques et financiers pour lever des fonds. M. Kéré souhaite que l’enrôlement débute avant la saison des pluies.

Selon le gouvernement, la biométrie, seulement à des fins électoralistes, avec le prix qu’il implique serait moins rentable. Mais elle sera rattachée à l’état civil et à d’autres services. Dès le bas âge, chaque burkinabè sera enregistré par la biométrie pour l’Etat civil. A l’âge de la majorité, il sera intégré automatiquement dans le fichier électoral. La biométrie a donc d’autres avantages en ce qu’elle permet de situer l’état démographique de la population selon les critères (âge, sexe, fonction, photo) en un clic.

L’adoption du système électoral biométrique est actuellement la tendance en Afrique. Des pays en Afrique de l’ouest comme Le Ghana, le Togo, la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria, et le Sénégal s’y sont engagés. Mais la biométrie est-elle une panacée ? Elle a coûté 300 milliards dans la présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire mais n’a pas réussi à faire admettre les résultats des urnes par toutes les parties. Ce qu’il faut surtout, c’est la bonne foi et une culture démocratique de la classe politique.

Tiga Cheick Sawadogo (stagiaire)
Ph. Bonaventure Paré
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
CDP section USA : Les militants mobilisés pour la reconquête du pouvoir
Commune de Tchériba (Mouhoun) : Des militants du MPP menacent de quitter le parti
Assemblée nationale : Une première conférence sur les grandes questions de la nation
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »
Crise de Gouvernance : Kadidjia Traoré, le maire de Gourcy suspendu, des populations protestent dans la rue
Assemblée nationale : Deux jours de séminaire pour renforcer le leadership féminin
Commune de Gourcy : Le maire Kadidjia Traoré suspendue de ses fonctions par arrêté ministériel
Assemblée nationale : Un comité ad hoc pour relire le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale en faveur du genre
Assemblée nationale : L’association des Anciens Ambassadeurs du Burkina Faso reçue en audience
Commune de Gorom-Gorom : Les conseillers UPC et alliés dénoncent une « gestion mafieuse » du maire
Commune de Ziniaré : Le Conseil municipal mobilise les énergies pour les perspectives 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés