Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

vendredi 9 décembre 2011 à 02h02min

Les problèmes que connaît la commune de Ramongho qui ont valu l’arrestation du chef coutumier, Naaba Sigri, transféré dans la foulée à Ouagadougou, sont-ils le fait d’une guerre fratricide (la mairesse, Awa Nikièma/Ouédraogo et le chef Naaba Sigri sont de la même famille) ou d’un jeu d’intérêts, ou bien des deux ? C’est la question qu’on est en droit de se poser au regard de ce qui se passe dans cette commune située à juste 15 km de Koudougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il faut dire que depuis les élections municipales en 2006 et quand le conseil municipal de Ramongho devait siéger pour choisir son maire, le chef de la localité, Naaba Sigri et la candidate pressentie au poste de maire, Awa Nikièma, ne se sont plus entendus alors qu’ils sont des cousins. "C’est pourtant mon petit-frère", affirme tout de go le maire Awa Nikièma. En son temps, le chef s’était opposé qu’une femme, fut-elle sa frangine, occupe la tête de la municipalité.

Et pour ne pas arranger les choses, Naaba Sigri revendiquait, ni plus ni moins, le fauteuil de maire alors qu’il n’est même pas élu conseiller municipal. Le CDP (parti majoritaire dans cette commune) n’avait pas suivi le chef coutumier dans ses "égarements" selon l’expression utilisée par un responsable politique à l’époque ; ce qui a valu que "Sa Majesté" largue le Parti de l’épi et de la daba pour aller convoler en justes noces avec un parti de l’opposition. Sa grande sœur, Awa Nikièma, a été élue maire et depuis, le torchon n’a cessé de brûler entre le Naaba et le maire.

Alors faut-il croire que c’est cette inimitié qui se poursuit ? Tout porte à le croire. Jacques Idriss Ouédraogo, originaire de la localité, soutient que le chef ne manque pas une occasion pour bouder sa cousine de maire. Boycott de cérémonie par ci, intrusion dans certains dossiers gérés par le conseil municipal par là, dénigrement du maire, affirmation de son pouvoir sur tout ce qui est coutumier, administratif ou politique dans l’espace communal de Ramongho… selon le maire, Naaba Sigri a mal digéré le fait que le dédommagement des propriétaires terriens dont les champs ont été touchés par l’exploitation du site de granit ait été fait sans lui. Donc pour cette implantation d’usine, pas question de se laisser encore ravir la vedette.

La version du chef Naaba Sigri

Pourtant Naaba Sigri ne se sent pas fautif dans ce dossier. Dans une interview qu’il a accordé à un reporter de Radio Notre Dame de Koudougou le lundi 28 novembre, jour qu’il a fait cadenasser les portes de la mairie, Naaba Sigri, répétant à souhait qu’il est le chef de Ramongho dans toute son intégralité, indique que quand il a été informé que le maire est venu avec des blancs et ont déchargé du matériel lourd au flanc de la colline pour des travaux, il s’est rendu sur les lieux et devant l’effectivité de l’information, a exigé que les blancs arrêtent les travaux. "Je leur ai dit de venir avec celui ou celle qui les a commis à cette tache pour discuter avec moi. Le maire, au lieu de venir avec les blancs, est venue seule pour me faire des histoires en me demandant pourquoi j’ai fait arrêter les travaux. Elle m’a dit que mes prérogatives sont différentes des siennes, et que je dois me cantonner aux seules tâches coutumières, et ne plus me mêler de ses activités".

Pour le chef de Ramongho, il a fait comprendre au maire qu’étant le garant de Ramongho et le chef coutumier, il se devait d’être informé de toute initiative dans la commune et d’en donner ou pas son quitus. "On n’arrivait pas à s’entendre et on a commencé à échanger des insultes. Alors je lui ai dit d’aller voir ses parents et revenir avec leurs vieux. Ce qui a été fait. Un des vieux m’a dit de tout laisser tomber et d’accepter que les travaux reprennent. J’ai marqué mon refus, car je ne veux pas cautionner ce que le maire fait. Elle a interrompu le vieux pour dire que le chef dispose du village mais pas des champs. Cela a même déplu à ces vieux qui ont estimé qu’elle ne devrait pas intervenir. On s’est encore injurié, elle et moi. Elle m’a même dit que si ce n’est pas grâce à la mort je ne méritais pas d’être chef", a poursuivi Naaba Sigri qui juge que ces insultes sont dirigées contre le Mogho Naaba.

Le chef soutient que pour l’implantation de l’usine, le maire n’en a pas parlé ni à sa famille, ni aux vieux, ni à la population. Et c’est ce qui fonderait son opposition. Selon lui, sous le prétexte de vouloir construire une usine, la mairesse Awa Nikièma et "ses Blancs" convoitent en réalité la colline pour faire il ne sait quoi. "Elle a dit que qu’on le veuille ou pas, les travaux se poursuivront. Alors, comme c’est la force, avec en sus des insultes sur nous et sur le Mogho Naaba, moi et la population avons décidé ne plus vouloir d’elle comme maire", a tranché Naaba Sigri de Ramongho.

La version du maire, Awa Nikièma

Jointe alors qu’elle est depuis avant hier mardi à Ouagadougou, le maire de Ramongho, Awa Nikièma, nous a livré, par téléphone, sa version des faits. Devant notre pudeur à publier certains propos et injures proférés par le chef à son encontre que nous jugions très osés, elle a insisté afin que nous les rapportions textuellement, car elle veut que l’opinion sache exactement ce qui a été dit, précisant que c’est une affaire à suivre. Selon elle, la société en question est venue à Ramongho et cherchait un terrain pour exploiter. La place que les Blancs ont ciblée était dans leur domaine familial.

Elle les a orientés vers son frère aîné, car en tant que maire elle ne veut pas être mêlée aux problèmes de terrains. Elle aurait juste conseillé à ses parents que, parmi les trois options que leur offre la Loi (vendre, louer ou prêter), ils n’ont qu’à opter pour la location, pour demeurer toujours propriétaires de leur domaine. En échangeant avec les investisseurs, Awa Nikièma dit avoir obtenu qu’ils prennent tout ce qui est main-d’œuvre, qualifiée ou pas, à Ramongho tant que c’est possible. Elle les aurait prévenus que si le projet n’est pas profitable à sa commune, elle ne signerait pas.

Nous avons été surpris quand Mme le maire nous a précisé que le projet n’était qu’à la phase d’étude. De gros travaux dont parle le chef, il n’en est rien. Il était plutôt question de déblayer la zone ciblée afin que les différentes parties voient l’espace qui sera occupé afin de pouvoir entamer les négociations pour les dédommagements et autres. C’est à cette étape que le chef serait allé arrêter les travaux. Le maire Awa Nikièma raconte : "Il a exigé que les Blancs viennent signer avec lui. Les jeunes de notre famille ont voulu intervenir, mais je me suis opposée. Je suis allée le voir et il m’a dit d’accepter que les Blancs négocient et signent les papiers avec lui. On ne s’est pas entendu sur ce principe et j’ai dit préférer qu’il discute de cela avec les vieux de notre famille. Lors de cette 2e rencontre et devant l’opposition à sa requête, le chef, qui est pourtant mon jeune cousin, a dit devant tout le monde que le père du maire (donc de moi), est un bâtard, et que lui ne comprend pas pourquoi les vieux vont laisser ces petits bâtards (mes frères et moi) intervenir dans un problème de terre de Ramongho.

Mon frère cadet a voulu réagir, mais je me suis opposée. Je lui ai dit qu’on n’a qu’à aller devant les fétiches pour voir qui de lui ou de moi est un bâtard. Ce qu’il a refusé. Devant les insultes et les grossièretés, j’ai préféré me retirer. Le samedi 27 novembre, il a appelé la population qui lui a signifié que ça la dépasse. Le lendemain dimanche, il a renouvelé son appel mais personne n’est parti. Le lundi, profitant du jour du marché, il a rassemblé les gens et leur a dit que j’ai insulté leur chef et le Mogho Naaba, et que lui, il va dissoudre le conseil municipal et faire des élections dans les deux jours qui suivent avec lui comme maire". C’est ce jour que les partisans du chef auraient retiré les clés de la mairie qu’ils ont remises au préfet. Le maire Awa Nikièma poursuit : "Informé, le haut-commissaire du Boulkiemdé a envoyé des invitations pour le chef et d’autres personnes pour une rencontre à Koudougou afin de trouver une solution. Devant le préfet qui lui a remis les invitations, le chef a rassemblé de la paille et les a brûlées, disant qu’il n’est pas lui, chef, un garçon de course du haut-commissaire".

Une guéguerre qui pénalise plus d’un

Le mardi 29 novembre, les conseillers se sont rendus à la rencontre mais pas le chef. Le même jour dans l’après-midi, une mission de Ouagadougou, conduite par le Manga Naaba qui est le conseiller technique du ministre de l’Administration territoriale, a dû se rendre chez le chef pour pouvoir le rencontrer. Devant la mission, il a dit qu’au lieu de deux jours, il prolonge à quatre jours, le délai pour organiser l’élection du nouveau maire. Devant les efforts pour le ramener à la raison, le chef a répondu par un manque de respect à l’égard du haut-commissaire, des insultes au gouverneur et dit au Manga Naaba que l’autorité du Mogho Naaba se limite à Ouagadougou, à en croire Awa Nikièma. Selon le maire, le Lallé Naaba a envoyé des émissaires qui ont été rabroués par le chef de Ramongho qui n’entend pas que ce projet soit géré sans lui.

La conséquence de tout ceci, ainsi que nous le rapportions dans notre édition d’hier, ça a été l’intervention de la Gendarmerie pour déloger les fidèles du chef qui bloquaient l’entrée de la mairie le mardi dernier et l’arrestation de celui-ci qui aurait été déporté à Ouagadougou. A l’instar de bien d’autres personnes, le 1er adjoint au maire, Ibrahim Yaméogo, pense que ce problème est éminemment familial entre une sœur, le maire Awa Nikièma, et un frère, Naaba Sigri. Il faut donc souhaiter que solution soit trouvée au plus vite, car cette guéguerre porte préjudice à la population de Ramongho, aux usagers de la mairie et singulièrement aux élèves en classes d’examen qui sont dans la période de montage de leurs dossiers.

Cyrille Zoma

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 décembre 2011 à 04:12, par Alex KELEM
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Bonjour,

    Je suis totalement abasourdi par cette situation qui démontre une fois de plus qu’il y’a beaucoup de choses à faire pour que notre pays soit sur les rails du développement.Ce chef se prend pour qui ? Pense-t-il qu’au 21e siècle, nous devons encore être là à suivre les caprices de chefs illustrés (que les autres chefs m’excusent car il ne sont pas tous comme lui), qui ne pensent qu’à leur ventre et à leur orgueil démesuré.Le chef de village, au niveau administratif n’est qu’un citoyen comme tout le monde et cela doit être compris par tous.Je suis un mossi, je respecte ces chefs (le Larlé Naaba en est un exemple) qui savent ou se trouve leur place et la limite à jouer le rôle de garant de nos traditions et donnent leur avis sur les questions politiques du pays s’ils sont consultés. Un chef ne doit pas se croire au dessus de la loi, au dessus du bien être de la population dont il fait parti.Le projet qui est entrain d’être fait est au bénéfice de toute la population pour peu que des dispositions idoines soient prises par l’administration (la Mairie donc et pas le chef) pour que les responsables du projet respectent leurs engagements.Ce n’est pas une histoire de chefferie.Ce chef déshonore la chefferie, c’est lui qui déshonore le Mogho Naaba, qui ne cesse de montre la route à ces petits chefs qui n’ont pas compris que les temps ont changés.Le Mogho Naaba est un homme modeste, compréhensif et même moderne, qui ne s’ingère pas dans des problèmes administratifs.S’il était comme lui, son nom allait cité dans les multiples problèmes de lotissement à Ouagadougou.
    En Réalité, en plus d’être un total IGNORANT, ce chef est contre la participation des femmes dans nos cités. Une telle personne comme a dit la maire, ne mérite pas d’être un chef au 21e siècle. Un chef doit être mûr, sage et tout de même intelligent.En insultant cette femme, c’est toute la politique que notre pays met en place pour corriger l’injustice faite au femme qu’il nargue.Il faut que la loi reste à la loi et qu’on montre à ce jeune ignorant de chef que son rôle à des limites.Ce n’est pas lui qui est garant de Ramongo, Il n’en a pas les moyens. Il est une représentation, un garant de l’histoire, un gardien des traditions. et comme le dit un dicton mossi " Neeb la naam", ce qui signifie que ce par ce qu’il y’a des gens que la chefferie existe. la chefferie est une institution historique, qui doit encore son existence au fait que les populations la respectent.Sinon un chef a quel moyen coercitif ? RIEN.
    ALORS QUE Administration joue son rôle que les populations de RAMONGO ouvrent leurs yeux.
    Je voudrais terminer en encourageant madame le maire.Il faut que l’administration la protège de ces esprits rétrogrades car ils sont fort quand il s’agit de gâter.

    Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 11:44, par Rasam Naaba
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      Ce Larlé Naaba dont vous parlé n’est pas un exemple ! Qu’il cesse de se pavaner dans les Chancelleries avec sa crosse quémandant de l’aide. Qu’il ait au moins l’honnêteté de dire aux populations analphabètes que les dons qu’elles reçoivent ne sont pas de lui mais de donateurs. Le vrai Chef traditionnel ne se mêle pas de la politique ; sa cour ne doit pas être le lieu de meeting d’un parti politique fut-il le parti au pouvoir. La cour du Chef, est un havre de paix où tout le monde se retrouve pour parler culture, tradition. Chez le Larlé Naaba, on écoute des contes et ces biens : c’est ce que nous souhaitons.
      A ce Chef de Ramongo, qu’il laisse l’administration faire son travail. Au Maire, qu’elle tienne le Chef informé des chantiers relevant de son canton. Qui sait s’il y a des endroits sacrés ou de rituels animistes. A bon entendeur, salut !!

      Répondre à ce message

      • Le 9 décembre 2011 à 18:19
        En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

        Merci mon frère ! La chefferie actuelle est une gangrène qui mine le développement de notre pays ; les chefs gloutons, suivez mon regard, qui sans vergogne se pavanent lors des meetings politiques sont selon moi des fils indignes.Le chef doit incarner le respect, la vertu et être symbole de cohésion sociale. Dommage, nos chef à l’image de nos gouvernants ont l’intestin qui traine. Que le bon dieu donne l’occasion et le courage à un ’’Burkinabè" de couper les viscères de ses malfrats.

        Que Dieu bénisse le FASO.

        Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 23:34, par Pierros
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      L’agissement de cet ignare de soi disant chef de village vient consolider le débat sur le statut de reconnaissance que la constitution devra consacrer aux chefs coutumiers. Il faut un statut particulier pour les chefs qui les éloigne de la politique. Ceux qui voudraient faire de la politique doivent démissionner de la chefferie. Ainsi même ils pourront jouer efficacement leur rôle de médiateur en cas de conflit surtout entre deux de ses sujets de partis différents.
      Le chef de ramongo un analphabète, non instruit ignore ses prérogatives. Il ne sait pas qu’il ne peut organiser les élections et qu’un « non conseiller municipal » ne peut être maire d’une commune. N’ayant aucun niveau d’instruction, il lui manque la moindre lucidité pour analyser une situation afin de prendre la position idoine à même de profiter à sa population. A 14 ans, il hérite de la chefferie et depuis il ne faire rien de ses dix doigts. Il pense alors dispose des biens de la population comme au temps préhistorique. Ce chef a vraiment besoin de soins intensifs en psychiatrie. C’est sérieux, il a besoin de l’aide.
      Pour être chef coutumier l’unique critère exigé c’est d’être de la lignée royale. Dès qu’on est chef c’est pour toute la vie alors les postes administratifs sont forme de mandats limités. L’écart entre les deux entités est très grand.
      Ce chef fait semblant de défendre les intérêts du peuple alors c’est son ventre qui l’intéresse. Pourquoi se bat-il autant pour être maire malgré ses carences intellectuelles ?

      Répondre à ce message

    • Le 12 décembre 2011 à 03:15
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      Pardon à tous mes frères burkinbi.
      1- je ne suis pas d’accord que les mingres impôts que nous payons soient utilisés pour payer les chefs coutumiers quelque soit le statut qu’on leur donnera.
      2-Sachez qu’il y a des "maires imposés" qui ne font pas l’unanimité et qu’un maire doit savoir bien cominiquer.
      3- Prenons ces sous pour l’éducation de nos soeurs ; enfants ; frfrère...,pour l’alimentation en eau potable et les soins médicaux.
      3- les pays de grande démocratie se sont basés sur leures cultures pour y arriver mais chez notre culture est considérée à tord "satanique" ;c’est le fond de nos problèmes.
      QUESTIONS :
      - Le maire a-t’elle parlé du projet au conseil municipal ou a -t’elle décidé unilatéralement sans son avis ?
      - Si c’est vrais que c’est la phase d’étude pour n’a-t-on pas mesuré simplement aulieu de d’envoyer des enjints pour...?

      Pasakziirin

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 04:54
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Je constate que le pays manque de psychiatres. Il faut en former car si des gens comme ce chef névrosé sont à la destinée d’une population c’est assez grave.

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2011 à 17:14, par SyaSon
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      Bien vu !!!! Pas étonnant ce climat névrotique généralisé, l’ indiscipline,l’incivisme notoire, l’absence de conscience de l’intérêt général et le manque de patriotisme dont font preuve nos populations !
      Parfois j’ai honte malgré que je sois fier d’être Burkinabé et d’avoir du sang mêlé ! Hé oui peu aussi dire que suis métissé !
      Dans le bon vieux temps un tel chef aurait connu une fin rapide dès lors qu’il était reconnu en tort et constituait une menace pour la cohésion et le développement de son village !
      Gageons que les autorités sachent faire la part du coutumier et de la légalité et inflige à ce "délinquant" IGNORANT et MAL INTENTIONNÉ la sanction qu’il mérite...
      Je vais consulté un juriste pour qu’il établisse la liste des charges.

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 05:09, par ohnana
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Merci pour l apport de detail sur l affaire. s il vous plait arreter d utiliser le titre NAABA pour un rate social de la trampe de ce individu. un simple citoyen de la localite- epris de paix et soucieux de son developpement- aurait abandonne toute hostilitees des l instant ou differents emissaires l ont rencontre.
    dommage ke le linge sale ne se lave plus en famille.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 08:31, par le burkinabe de Hollywood
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Il faut que ce monsieur passe au moins 2 ans en prison. comme cela il saura ce que liberte et democratie veulent dire. il faut le mettre dans la partie de la maco ou il ya les homosexuels. ils vont l’effeminer un peu et calmer ses ardeurs

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 08:53
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Mme leMAIRE,le chef est trensféré à Ouaga parce qu’il est de l’opposition.Mme s’il est bien vraie de vous êtes de la même famille que le chef vous devrez savoir qu’il doit être mis au courant en temps que chef du village(je dis bien être mis au courant)avent le debut des travaux mais comme il est de l’opposition vous faites le je m’en fou.Un jour vous ne serez plus maire et lui sera toujours chef de votre village . Mme c’est en se moment que vous allez vous rendre compte qu’à cause de la politique vous avez envoyé votre frère en prison.

    SIDKEITA

    Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 11:41, par Tapsoba
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      Doit-il être mis au courant ? Ainsi, les maires doivent co-gérer leurs cités avec les chefs coutumiers ? Citez nous un passage d un quelconque texte regissant les collectivités locales qui en fait cas.SVP !!

      Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 15:36, par MS
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      il me semble qu’un chef ne fait pas la prison car après il trépasse . alors on verra s’il est vraiment chef pour trépasser.

      Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 18:15, par Dimathème
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      Mon œil, toi tu es dans quel ghetto ? Dis moi un peu est ce que pour toutes les constructions et les investissements qui se font à Ouagadougou, le Moogho Naaba est informé ? C’est pas la peine de chercher des puces sur un crâne rasé. Fouetté ce mécréant là au centuple.

      Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2011 à 09:06, par Pierros
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      L’agissement de cet ignare de soi disant chef de village vient consolider le débat sur le statut de reconnaissance que la constitution devra consacrer aux chefs coutumiers. Il faut un statut particulier pour les chefs qui les éloigne de la politique. Ceux qui voudraient faire de la politique doivent démissionner de la chefferie. Ainsi même ils pourront jouer efficacement leur rôle de médiateur en cas de conflit surtout entre deux de ses sujets de partis différents.
      Le chef de ramongo un analphabète, non instruit ignore ses prérogatives et déshonore la chefferie traditionnelle. Il ne sait pas qu’il ne peut organiser les élections et qu’un « non conseiller municipal » ne peut être maire d’une commune. N’ayant aucun niveau d’instruction, il lui manque la moindre lucidité pour analyser une situation afin de prendre la position idoine à même de profiter à sa population. A 14 ans, il hérite de la chefferie et depuis il ne faire rien de ses dix doigts. Il pense alors dispose des biens de la population comme au temps préhistorique. Ce chef a vraiment besoin de soins intensifs en psychiatrie. C’est sérieux, il a besoin de l’aide.
      Pour être chef coutumier l’unique critère exigé c’est d’être de la lignée royale. Dès qu’on est chef c’est pour toute la vie alors les postes administratifs sont forme de mandats limités. L’écart entre les deux entités est très grand.
      Ce chef fait semblant de défendre les intérêts du peuple alors c’est son ventre qui l’intéresse. Pourquoi se bat-il autant pour être maire malgré ses carences intellectuelles ?

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 10:07, par Eric
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Sacré chef qu’il comprenne qu’un chef ne doit pas se mêlé de la gestion des affaires de sa commune,s’il a une dent contre Mme le maire qui est sa cousine qu’il le dise,voici des gens comme ça qui bloque le fonctionnement des mairies et ce qui est marrant dans tout ça est qu’il veut lui même organisé des élections et se faire élire maire,que l’Etat prenne ses responsabilités,les chefs traditionnels ne doivent pas se mêlé de la politique qu’ils comprennent cela.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 11:21, par Burkimbila
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Les chefs tradi profitent du flou juridique pour faire du n’importe quoi. Il s’adonnent à un double jeu : chef tradi et homme politique. Après avoir perdu les elections du coté politique, il se refugie dans sa casquette de chef traditionnel pour continuer sa salle besogne.

    AUCUN TEXTE N’OBLIGE UN MAIRE A AVOIR L’AVIS D’UN CHEF COUTUMIER POUR ENTREPRENDRE DES ACTIONS DE DEVELOPPEMENT. CEUX QUI LE FONT LE FONT PAR PUR RESPECT. C’EST TOUT.

    Vite qu’on en finisse. On en a mare. tanôt tel chef tantôt tel chef.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 11:39, par LeRohnier
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Ce gars de naba croît trop à la puissance de son wack. donc ça l’a rendu bête, fou.

    C’est un autocrate. Il est qui pour limiter le pouvoir du morho naba à ouaga. Il se prend même pour la CENI.

    C’est tout simplement un fou qui ne mérite pas son pouvoir. Je parie qu’un puissant du système avait lutté en son temps pour qu’on intronise ce type-là comme chef.

    Ce type est tout simplement fou.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 11:50, par traoré
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    je suis d’accord que le chef devrais être informé par l’implantation de la société dans son village en tant que chef du village. malheureusement a entendre les version le chef veut le fauteuil du maire. c’est vraiment dommage.il faut que l’état adopte un code de bonne conduite pour ces chefs qui se croit toujours a l’époque contemporaine.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 11:54, par ousmane
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Tant que les chefs du village ou canton se meleront dans la politique ! la democratie au faso sera toujours baillonnee. Notre pere Sankara avait interdit ces gents en connaissance de cause, helas qu’est ce qu’on voit aujord’hui ? dites aux que depuis 1983 nous sommes devenus des hommes integres.Alors ensemble pour le developpement du pays et pour le ventre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 12:13, par warba
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Le chef a raison de s’opposer à la spoliation des terres de son village.C’est un domaine familiale et si sa famille dont il est automatiquement le chef ne veut ni vendre ni louer,pourquoi Mme la maire vous forcer pour installer vos blancs.ca sent la magouille et la speculation foncière et le gouvernement doit tout arreter,liberer le chef,clore ce dossier et envoyer promener les blancs sous d’autres cieux.C’est quoi cette histoire ? Dans aucun village du Burkina on ne peut vendre ou louer une enorme terre rurale sans l’accord préalable et formel du chef de village et du chef de terre.Ca se negocie et c’est comme ça partout.Quelles sont les retombées d’un tel projet flou pour Ramongho.Je crois que c’est zero parce que Mme la maire n’insiste pas dessus.Halte.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 12:34, par Kipar’h saabl’ghah
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Il faut le fouetter !!!
    Il se prend pour qui ?
    Il faut le fouetter !
    Il faut le fouetter : ce n’est meme pas l’Administration qui devrait le faire, mais le Mogho Naba, Le Chef de Ouahigouya et celui de Dioulassoba...sinon il va accelerer votre perte d’influence.
    Il faut le fouetter.
    Je demande a la gendarmerie de le mettre en slip au violon labas !
    Un chef....mon oeil oui !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 12:39, par Yéti
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Pas plus tard qu’hier nuit je suivais le Chef de SAO revendiquer un statut des chefs coutumiers et en même temps la liberté pour ces mêmes chefs de militer dans les partis politiques. Amalgames dont l’attitude du naba de Ramongho montre l’effectivité.
    Le Naaba dans la tradition moaga, dont je suis, est un chef politique dont le rôle répond à la définition d’administrateur de la cité. Il n’est pas garant des coutumes comme on veut nous le faire croire. Il est tout politique et doit assurer la quiétude à la communauté pour que celle ci vaque à ces activités économiques sociales et coutumières sans être inquiétée par un groupe voisin parfois rival.
    Quand il y a la quiétude, le naaba et sa famille (les nakomsés) sont mal aimés car ils ne savent (ne savaient) pas travailler mais étaient rémunérés comme des mercenaires par ceux qui les utilisaient. Ils sont en temps de paix qualifiés de paresseux.
    Les Mogho Naaba Boukary Koutou, Saaga et Koom ont joué ce rôle politique face aux colonisateurs et dans la lutte pour les indépendances. Boukary Koutou s’est replié et les deux autres ont revendiqués l’administration des hommes du ressort de leur territoire.
    Les chefs cotumiers et les Naaba en particulier devaient faire cette analyse et accepter que ce rôle, faute de muer, dans la démocratie, en forme politique pour solliciter des partisans doit disparaitre.
    Ce qui peut rester, c’est la symbolique de cette gouvernance. le rituel de leur cours : sortie du matin, faux départ du vendredi, costume rituel et influence moral qui va petit à petit disparaitre.
    La démocratie, actuel système politique, ne s’est pas imposée par la volonté des administrés, mais comme legs à la limite imposé aux mossé qui ne sont pas tout à fait sevrés de leur organisation "féodale".
    Je ne sais pas pour les autres nationalités, mais chez les mossés, il y a comme un état bicéphale qui s’impose jusqu’à notre cher président:même la gouvernance moderne est emprunte de ça et ce n’est pas les défenseurs de l’article 37, ni Le président lui même qui me convaincrons du contraire. Regardez certains accoutrements du président et vous reconnaitrez un naaba moaga.
    Ainsi le Naaba de Ramongho dont les agissements rejoignent la diatribe du roi de Yatenga par rapport au gouverneur du Nord sont les vestiges d’un pouvoir politique en perdition.
    Si nous estimons que cette forme de gouvernance peut être modernisée, élaguée de ses parties archaïques et proposée comme voie de salue pour le pays, osons. Je suis de ceux qui voient dans ce système traditionnel moaga tout de même une science d’organisation dans laquelle les rôles sont clairement définis pour chacun et pour tous. Je suis donc partant pour un parti politique libéral qui proposerait une organisation de ce type, débarrassé des barbaries et réfutant aux individus du type Naaba de Ramongho et autres de se revendiquer comme leader.
    Dans cette affaire le chef de Ramongho a tout faux et doit être bouté hors. Heureusement d’ailleurs pour lui que ce n’est pas le système politique moaga pur qui est en vigueur sinon un chef insulté par une femme, humilié devant ses sujet et emprisonné connait sa sentence : se pendre, avaler un poison (cyanure) ou être étranglé par une bande de cotonnade blanche par ses eunuques . tout ce ci lui ai remis à son intronisation n’est ce pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 12:49, par le républicain
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Les bandits et les voyous en prison ! Ce chef en est un.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 12:55, par someone
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Le chef n´est pas de la vraie Opposition. Il était aussi CDP, et parce qu´il n´a réussi à devenir Maire, il est devenu Opposant. Quel merde d´opposant !!!

    Et puis par rapport au fait de le consulter, seuls les textes qui régissent les fonctions de chef coutumier peuvent départager sur ce point. En tous les cas, tout ce qui peut y être contenu, c´est tout au plus un avis consultatif qu´il peut avoir. bref y a déjá eu des assises sur le status de chef coutumier ; et il en faut encore. Parce qu´il ne faut plus que les gens confondent "précipations et vitesses" ou "emputer une jambe et enjamber une pute".
    Dieu benisse le BF

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:07
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Cet article tombe au bon moment où on discute de la place de chefferie traditionnelle dans la république ; le chef veut dissoudre le conseil municipal et organiser des élections ; mais il est qui lui ? Il ignore qu’il n’a pas ce pouvoir là ! qu’il se contente de garder ses fétiches et d’honorer les ancêtres, c’est déjà pas mal

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:11
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Attention les forumistes et n’allez pas trop en besogne car les journalistes vous intoxiquent a dessein.Pour ma part ce Naaba est un révolutionnaire qui ne supporte pas ce régime de voleurs qui brade nos terres pour 0 franc de manière officielle mais en derrière,les tenants du pouvoir recevront des pots de vin.Donc il ne faut pas avoir une sélective en condamnant d’avance ce chef sur la base d’un article fantaisiste alors que dans vos coins dans vos villes,vous vous plaignez des mêmes pratiques de vos maires.A la différence,vos chefs sont en complicité avec eux.Donc attention a vos envolées lyriques sur la simple base d’un écrit d’un journaliste alors que la plupart n’ont aucune déontologie.Merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:28, par kankan
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Ce ci est une raison et une preuve de plus que ces hommes au bonnet doivent s’éloigner de la politique et regagner le respect d’antan qu’on devait à un chef. Imaginez un instant Sa majesté le Mogho Naaba, arrêté. Ca ferait quoi ?
    Mais sachez-le, il n’est pas un élu du peuple. S’il devient maire ou député un jour en plus de son titre de Chef, qui pourra respirer. D’ailleurs, le chef traditionnel est comme un don de Dieu dont les actes de doivent pas être remis en cause encore moins lui tenir tête par une « porteuse » de matrice. Ca se fait dans quelle tradition ? Mais quand on confond tout on aboutit à ça ? Défenseur de chefs coutumiers dans la politique, réagissez !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 14:08, par Ligdimalgam
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Bonjour
    Il me semble qu’il y a entre ces deux personnes un problème. A ce que je sache, le problème n’est pas entre ces deux personnes mais un problème entre deux personnages qui sont les comédiens un film dramatique d’une période d’évolution socio-politique de notre pays. Au moment où la question du statut des chefs en discussion, cet élement vient dans l’actualité pour que tous nous sachons résolument aller dans le sens de la construction d’une société empreinte de notre culture et de nos valeurs historiques que nous ne pouvons continuer à rénier sous pretexte de fait de colonisation. Certe dans un Etat qui a opté pour le droit volontariste, il nous semble (et pour beaucoup) qu’il y a non conciliation de ce choix imposé avec une acceptation de nos valeurs qui devrait trouver une place dans la construction de notre devenir. J’ai souvent pris le simple acte de mariage. Combien se sont marié, sans s’être préalablement acquité de leurs devoir de la demande de main coutimière qui selon la tradition et nos valeurs constitue l’acte officiel du mariage ? Pourqoui n’avons nous pas pu jusqu’à nos jour, 50 ans après les indépendances tenter de concilier cet acte avec la présence du maire pour sceller en même l’acte juridique ? Parce que tout simplement nous sommes un condencé des contardictions que nous nous refusons de penser.
    L’interéssé n’ayant pas tué, pourqoui l’emprisonné ? Que fera t-il à sa sortie ? accepter l’humiliation et vivre avec ou se suicidé ? la dernière option est celle qui convient à son rend. Il faut qu’il le fasse pour sauver l’honneur de la chefferie traditionnel. Que vaut le Mogho Naba s’il ne peut pas lui même soumettre à son mandant les obligations qui sont les siennes ? Que valent-ils tous s’ils ne peuvent éviter cette humiliation collective de la chefferie.
    La guerre qui se déroule dans cette bourgade date de plus de cinq générations. Peut être qu’avec ce chef, ce sera la fin du pouvoir du Mogho Naba sur cette commune. La chefferie en effet de Ramongho a été installée par le Mogho Naba qui y a envoyé le fils cadet de son oncle royale de Kombissiri afin d’appaiser la de chefferie qui s’est installée à Ramongho à la demande des sages d’alors. Que le Naba de Kombissiri n’arrive pas à faire ployer son fils, cela me semble bizare. Mais je souhaite que les hommes de l’administration et de la justice sache que lorsqu’un chef estime qu’il ne peut se soumettre à son ex-alefrenier et que la cehfferie coutumière que je respecte beaucoup n’arrive pas à trouver une solution idoine, la sagesse commande que chacun y mette son intelligence afin d’aider à l’éducation meême des hommes qui par leurs comportement au quotien assurent la paix collective et le dialogue. Sans ces mecanismes sociaux venus très loin de nos traditions, les juges aussi puissant soient -il, force est à la loi, ne pourraient assurer une quelconque paix. Je souhaite seulement que les mécanismes de dialogue se mettre en place avec au préalable la réhabilitation de ce chef si l’on veut éviter le reveil de vieux demons dans cette localité. Le Mogho Naba le sait, le Larlé Naba le sait mais les autres ignorent et font valoir un droit qui ignore nos réalités socio-culturelles. A moins que l’on decide d’aller au rendez de l’universel sans nos valeurs à nous et là seront bien de vrais blancs de noirs. Allons à ce rendez en étant des noirs de noirs car c’est en cela que residera le respect que les autres et blancs de blancs auront à nous dû.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 14:23, par Kongoussi
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    Pour qui se prend ce fou qu’on appelle Chef-Force reste à la loi.Ce attardé mental doit etre jugé le plus rapidement possible et condamné à au moins 10 ans de prison et comme l’a dit plus haut un internaute,on doit l’envoyer dans la partie de la MACO où il y a les homosexuels...

    Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 23:43, par zou
      En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

      le maire est une vraie analphabete et doit qiutter. a l’entendre elle n’a ete que conseillere de sa famille . l’affaire n’est pas administrative .POURQUOI CE N’EST LA COMMUNE QUI LOUE AUX BANCS ? ce sont les freres du maire soit disant que c’est un domaine famillial ? quel est le role de la mairie dans cette affaire ? une famille ne peut pas louer des terres sans informer le chef du village.la mairie peut cependant le faire sans informe le chef. mais dans affaire le maire n’est que conseiller. le chef a raison

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 14:42, par Armando
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    C’est trop simple de dire que le maire a des problèmes parce qu’il est de l’opposition. Il faut accepter que ce maire est illettré et qu’il ne comprends pas grand chose au fonctionnement administratif de son village. C’est un jeune "névrosé épidermique excité" qui mérite bien d’aller au frais pour réfléchir et se calmer. Le CCRP a intérêt à profiter de l’occasion pour interdire au chef de faire la politique et en contrepartie leur donner un statut particulier où leurs prérogatives seront clairement définies. Qu’on le veuille ou non, un chef n’est pas un citoyen comme les autres. Il a un pouvoir, qu’il le garde dans un cadre qui doit être bien définit. S’il veut le pouvoir politique moderne, alors il devra renoncer à son pouvoir traditionnel. C’est ainsi qu’un militaire, un magistrat ou un prêtre ne peuvent se présenter à des élections sans démissionner de leur fonction.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 16:47
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    ça tombe bien, ça va inspirer le CCRP actuemment en session à Ouagadougou, pour le rôle de la chefferie traditionnelle en politique

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 16:55, par Akwani
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    A SIDKEITA
    le chef est un citoyen comme tout le monde et en plus s’il se prennait deja pour le maire il n ’ y a pas de raisons de le traiter avec des égards. il pretend qu’il ne peuvent pas etre gouvernés par une femme, mais on est ou la ? il veut instrumentaliser l’opposition pour assouvir ses ambitions personnelles ! c’est un individu de peu d’envergure dont la vision semble se limiter a son seul interet ; en plus il veut mouiller le mogho naaba. cet individu merite qu’on le juge avec son bonnet et qu’on lui rase la tete avant de l’envoyer paitre a la MACO. N’gaw

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 23:47, par zou
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    apres je pense le maire se comporte mal dans cette affaire. si cette affaire est administrative ,communale pourquoi elle mele sa propre (freres et cousins et oncles )dans la signature des accords avec les blancs. est ce ses parents directs font partie du conseil municipal ?elle affirme que le domaine en question est une proprieté de leur famille et qu’elle a conseillé ses de louer aux blancs afin de rester toujours proprietaires des terres. cela veut l’affaire n’est pas administrative mais famillaile donc coutumiere . elle intervient parceque c’est sa famille. ce n’est pas la mairie qui loue aux blancs mais la famille du maire. si cest ainsi la famille du maire doit contacter le chef avant d’entreprendre toue location aaux blancs. traditionnellement la famille du est coiffée par le chef.LA MAIRESSE GERE MAL CETTE AFFAIRE. SOYONS CLAIRES. vous savez le maire parce que surement sa famille a raté la cheferie qu’elle se venge en disant qu’elle a le pouvoi administratif. si l’affaire est ADMINISTRATIVE ELLE DOIT GERER SANS SA PROPRE FAMILLE BIEN QUE LE TERRAIN LUI APPARTIENNE CAR LES TERRES APPARTIENNENT A L’ETAT. si ses freres y interviennent le chef doit etre consulte avant toute entreprise

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 15:03, par TOE de TOMA
    En réponse à : Commune de Ramongho : Guerre fratricide ou jeu d’intérêts ?

    quand il dit que madame le maire est fille de batard ça fait mal vraiment.je suis samo et chef des mossé.je ne mele pas des Guéguères de mes sujets mais ça là..........vraiment monsieur le chef a exagéré.
    tout prouve maintenant que madame est digne fille de son père et elle a la bénédiction de son géniteur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés