NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

jeudi 8 décembre 2011 à 00h30min

Le samedi 3 décembre 2011 a été une journée de chaudes empoignades entre population de Noumoudara, village de Peny situé à environ 15 kilomètres de Bobo. Réunis à la convocation de l’Association pour le développement Tiéfo Amoro (ADTA), les habitants du village avaient un seul but : barrer la route à un promoteur qui veut construire une usine de fabrication de ciment dans le village.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Un industriel veut implanter une usine de fabrication de ciment dans le village de Noumoudara, dans la province du Houet, précisément à environ une quinzaine de kilomètres de Bobo. Des démarches auraient déjà été entreprises en ce sens avec les autorités. Mais les populations n’en veulent pas entendre parler. C’est ce qu’il nous a été donné de constater sur les lieux. Selon les déclarations de certaines personnes, le promoteur serait allé dans cette localité, accompagné du maire de Konsa, à la rencontre des propriétaires terriens dont les champs seront affectés par le projet.

Cependant, certains autochtones restent divisés sur l’implantation d’une telle unité industrielle. Ils qualifieraient cela de vente de terre. Dans la foulée, il est question de remise d’une somme de 10 millions de F CFA par le promoteur sans que l’on sache s’il s’agit d’un dédommagement ou d’une corruption. Au cours des discussions, le chef de village fait lire une note dans laquelle il est indiqué que les coutumiers et les populations sont d’accord pour céder leurs terres pour la construction de l’usine. 15 personnes d’entre elles se sont même rendues à Ouagadougou pour constater de visu une unité de ce genre, pour s’assurer que l’usine de fabrication de ciment n’affecte pas la santé humaine.

Les coutumiers ont réagi en niant avoir donné une telle autorisation. L’Association pour le développement Tiéfo Amoro (ADTA) s’est aussi mise de la partie et est allée à la rencontre des Tiéfos (autochtones de Noumoudara et de ses environs). Elle a désapprouvé la construction d’une telle unité qui regorgerait d’énormes problèmes sur la santé humaine, l’environnement sans oublier la perte de terres. En fin de compte, on ne sait pas qui est derrière l’accord de cession de terres au promoteur de l’usine. Ni le président du Conseil villageois de développement (CVD) dont le nom était cité à plusieurs reprises, ni les chefs de terre, encore moins le maire de Peny qui dit avoir appris cela de bouche à oreille.

Le vice-président et le secrétaire général de l’ADTA, qui ont dirigé les échanges en présence du maire et du préfet de Noumoudara, ont appelé à la mobilisation pour contrarier le projet. Selon eux, il affecterait dangereusement la santé, l’environnement et ferait naître une discorde entre les populations. Un communiqué conjoint signé entre l’association et les populations indique clairement que nul ne cédera son terrain pour la construction de l’usine.

Josias Zounzaola DABIRE

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 décembre 2011 à 02:14
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    Les villageois ne sont pas bete dèh pcq ces charognards font semblants en parlant d’usine de cimenterie alors que la réalité,c’est une extorsion des terres pour seulement 10millions car il y aura jamais une usine de construite et même si c’etait vrai,ils ont raison de s’opposer a ces usines polluantes qui tuent.Mortalité:vaut mieux rester pauvre et en bonne santé que d’etre riche en trainant des cancers et des malformation

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 04:40, par karim wourgou
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    Bravo aux braves populations qui se mobilisent pour défendre leurs intérêts. Surtout qu’elles démasquent ceux-là qui veulet prendre argent et céder vulgairement leurs terres. 10 millions, c’est vite et bien dépensé. Que faire après ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 09:58, par Ib
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    Le pays est pouri. Tout le monde s’oppose à tout maintenant. Si ce sont les seules raisons évoquées qui ont conduit les populations à s’opposer, je trouve qu’elle exagère. Une usine doit bien s’installer quelque part sur la terre. Ou bien est -il possible de la suspendre en l’air ? Toutes les zones industrielles du pays étaient des champs de certaines populations avant de devenir ce qu’elles sont aujourd’hui. Donc vous voulez que les usines s’installent dans les villages des autres, polluent chez les autres et vous vous bénéficierez des produits finis. Si vous ne voulez pas qu’on fabrique du ciment, alors abstenez vous de construire avec du ciment. Je comprendrais que vous exigez des garanties en terme de respect de l’environnement ou même un quotas d’emplois pour les ressortissants du village, mais vous ne pouvez pas pour les raisons évoquées, vous opposer à l’installation de l’usine. Si le promoteur a respecté toutes les étapes administratives, alors l’Etat doit intervenir. On a une chance de d’augmenter l’industrialisation du pays et des gens veulent s’y opposer. Partout dans le monde, on déplace des gens pour installer des usines, alors le Burkina Faso ne va pas faire exception. L’industrialisation est une étape obligatoire au développement d’un pays, alors on n’a plus de temps à perdre.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 10:47
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    Certainement que la strategie du promoteur n’a pas ete des meilleures mais aussi une communication defaillante. Il est vrai que les cimenterie comme toute industrie lourde, d’extraction et/ou chimique comportent de serieux problemes sanitaires sur les populations mais aussi des consequences environnementales lourdes. Cependant, doit-on simplement contrarier ces projets d’industrie alors meme qu’il y a un manque crutial d’unites industrielles capables de repondre au defis de l’emploi, la creation de richesse et la promotion du developpement local et national ?
    Je pense plutot que les promoteurs et les populations devraient s’asseoir et discuter afin de trouver des solutions qui arrangent tout le monde et la nation entiere. Il faut aussi que l’Etat veille a la rigueur sur la reduction, voire le controle des effets nefastes des usines sur la sante humaine, animale et environnemental a travers l’exigence sans complaisance du respect strict des normes internationales et des cahiers de charge afin d’assurer un DEVELOPPEMENT local et national DURABLE.

    J’espere que ce ne sont pas des raisons inavouees notamment ethniques ou politiques qui sont a la base ce ce refus. Car il faut se le dire la xenophobie deguisee existe belle et bien dans notre cher Faso.

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre 2011 à 16:02, par De La Sagesse
      En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

      Je souhaite que la population et les autorités s’asseyent et discutent sans tabou de cette question. Il ne faut pas perdre de vue les questions sanitaire et terrienne. L’implantation de cette usine pourrait résorber le chômage et constituer un atout pour la province du Houet en particulier et pour le Burkina Faso en général. Que la Sagesse anime les uns et les autres !

      Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 10:48, par Votrechef
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    C’est quelle histoire encore ? Depuis quand poussière a tué Noumou ? Tchrrrrr ! Qu’ils viennent construire cette usine à Haba au bord du Mouhoun.

    Moi j’ai la solution au problème.
    Il faut en premier lieu, annuler toutes procédure et démarche entamées jusque là et,
    I- Reprendre les démarches en commençant par la mairie de Péni et en écartant celle de Konsa ;
    II- Approcher les coutumiers pour le respect des us et coutumes, même si les promoteurs n’y croient pas ;
    III- Réaliser une étude indépendante sur l’impact environnemental et sanitaire de cette future usine (recourir de préférence à l’expertise d’un Coulibaly bon teint) ;
    IV- Recencer toutes les personnes à déguerpir, les propriétaires des champs à exproprier et les coutumiers, et construire une maison de 20 tôles (chambre-salon) en matériaux définitifs pour les célibataires majeurs, 3 chambres salon pour les mariés plus une chambre-salon pour chacune des autres femmes de polygames ;
    V-Embaucher les enfants majeurs et valides des déguerpis qui le souhaitent ;
    VI- Dédommager toutes les personnes à exproprier ;
    VII- Embaucher au prorata les résidents dans les effectifs de l’usine ;
    VIII- Réaffirmer que le terrain reviendra à l’ADTA en cas de déguerpissement ou de cessation définitive des activités ;
    IX- Associer les populations au capital de l’usine en leur reverçant une part (ristourne) des bénéfices (s’inspirer de I AM GOLD à Essakane) ;
    X- Doter progressivement le village en insfrastructures socio-éducatives, en conformité avec un plan d’investissement à élaborer ;
    XI- Vendre le ciment en HT aux résidents uniquement pour des investissements dans la commune de Péni.

    Quand aux noumou (avec petit n car, aucun Tiéfo n’est grand, à l’exclusion celui du mausolée), élir un comité de suivi, présidé par moi-même ou un de mes frères et dans lequel siégéront les coutumiers et des représentants des associations représentatives.

    Par VOTRECHEF NABIE VRECOULIBALY.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 11:27, par BOUBIE
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    "Nul ne peut se prevaloir de sa propre turpitude", dit un adage populaire. Le probleme des terres entrainera surement une vrai intifada au BF.
    Le meme chef qui se plaint s’est rendu a ouagadougou sur invitation du moro naba l’annee dernietre et au retour dans son village, surement avec un peu de feuilles dans les poches, il aurait concedé 50 hectares a ce dernier !!!
    La population de noumoundara etait-elle au courant de ce fait ?

    Lorsque vous prenez l’axe souaga-sapouy, toute la foret a ete concedée a des gourous du moment et un ex-ministre aurait plus de 300...hectares !!
    Que vont devenir les generations futures face a ces rapaces des temps modernes ?
    Il faut que le pouvoir en place fasse arreter ces genres d’attributions afin de nous eviter dans le futur les problemes que connait le Zimbabwe.
    A bon attendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 12:27
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    quand est ce ke la region des hauts bassins comprendra k’elle est le poumon economique du burkina ? ailleurs les gens reclament les usines car cela engendre des boulot, et vous vous les chasser. pauvres Burkinabèèè

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 13:00, par drangwell
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    En faite je ne comprend pas. Le problème se situe dans la perte de terre ou dans la mauvaise ou boiteuse démarche de l’industriel ? Pour moi l’association a a demander qu’on éclaircisse la démarche qu’on implique la population locale car tout projet de ce genre peut être porteur d’une façon ou d’une autre.

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2011 à 18:22, par Ouattara
    En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

    En verriter cette histoire de terre dans la comine de péni est complique , car y’a beaucoup de terre qui son vendu dans la comune soit disent faire des proges ( expl ) a l’entre de péni après socourani , cette terre a été acheter soit disent construire une orphelina , Aprèt la vente on a j’amais vu l’orphelina .
    Regarder comment c’est bien cloturé et lir le sur le pano qui est sur la cloture de passage .
    donc c’est tout sa qui fait peure la population ; y’a beaucoup beaucoup beaucoup de cas pareil dans la comune ;
    Pour moi Le Maire de conssa et le promoteure n’on pas touchez les personnes qu’il faut au départ .
    on peux toujour trouver une solution merçi

    Répondre à ce message

    • Le 1er février 2012 à 17:26
      En réponse à : NOUMOUDARA : La population mobilisée contre un projet de cimenterie

      9 millions pour 4 personnes ? C’est se moquer des gens. A Ziniaré, ils auraient exigé plus et auraient été mieux indemnisés.
      Où sont les enfants, les femmes et les hommes éclairés de ce village qui accepte de donner ses champs contre 9 millions à des cimentiers qui vont venir saccager leur environnement ? Comment se fait-il qu’il n’y ait personne pour dire à ses pauvres paysans qu’une cimenterie n’apporte que des pollutions et des maladies des voies respiratoires en plus des nuisances de toutes sortes : épanchements des poussières chimiques, développement des cancers, gaspillage des nappes phréatiques, problèmes sociaux liés à l’arrivée d’une main d’œuvre flottantes et précaire, etc..
      Ils n’auront plus jamais leur tranquillité. Et c’est bien dommage qu’aucune organisation politique écologique sérieuse ne vienne en aide à ses pauvres paysans, afin de leur permettre de voir clair dans ce qui les guette. Ils n’auront pas le développement qu’on leur promet ; mais uniquement que des soucis.
      Ceux qui se rempliront les poches ici seront bien évidemment les actionnaires et les gros bonnets politiques.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés