Cambriolage au marché central de Bobo : Les commerçants protestent

mercredi 7 décembre 2011 à 00h30min

La matinée d’hier mardi a été agitée au marché central de Bobo-Dioulasso. Plusieurs boutiques sont restées fermées pendant que les commerçants se retrouvaient pour manifester leur colère et leur indignation. Leur mouvement d’humeur, qui a été particulièrement bien suivi par la plupart des usagers, fait suite à un cas de vol constaté dans l’enceinte de l’édifice dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 décembre 2011. Du coup, c’est donc l’éternel problème d’insécurité du marché central de la ville de Sya qui refait surface.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ce n’est pas la première fois que le marché central de Bobo- Dioulasso est cambriolé. On se rappelle, en effet que l’année dernière un voleur avait réussi à défoncer la porte d’une boutique pour faire main basse sur des marchandises. La réaction des commerçants n’a pas tardé et c’est la police du marché, dont les locaux furent assiégés par les manifestants, qui était mise à l’index. Hier encore, un cas de vol par effraction a été constaté très tôt dans la matinée dans la boutique 3030, appartenant à monsieur Abdoulaye Ouédraogo, vendeur de portables et d’accessoires. Des voleurs s’y sont introduits nuitamment en passant par le toit, qu’ils ont cisaillé. Ces visiteurs indélicats ont emporté des portables et des accessoires.

Comme une traînée de poudre, la nouvelle s’est répandue dans le marché dès les premières heures de la matinée, provoquant ainsi des attroupements de part et d’autres. L’atmosphère était de nouveau tendue, les commerçants étant visiblement déterminés à situer cette fois les responsabilités. Et certains de s’en prendre ouvertement aux veilleurs de nuit chargés d’assurer la sécurité intérieure du marché. Des vigiles qu’ils tiennent d’ailleurs pour les auteurs des vols enregistrés dans le marché. Et d’autres de s’attaquer à la Structure de gestion du marché (SGM), qu’ils accusent de négligence.

C’est bien le cas de ce commerçant qui dit avoir été déjà victime de cambriolage. Pour lui, la SGM ne saurait être exempte de tout reproche, car cette structure, dit-il, « ne semble nullement préoccupée par la sécurité du marché. Sur le site, on dénombre plus de trois mille boutiques alors qu’il n’y a que quinze vigiles pour la surveillance. C’est très peu ». Les débats, de plus en plus houleux par endroits, vont finalement se terminer devant la boutique 3030 ; celle de Ouédraogo Abdoulaye, où la police est arrivée pour un constat.

« Je ne peux pas comprendre que nous soyons en insécurité dans ce marché. Aujourd’hui, c’est moi, demain ce sera le tour de quelqu’un d’autre. Moi, je pense qu’il faut qu’on arrive à mettre fin à cette situation, qui ne fait pas honneur aux responsables de ce marché », a dit, indigné, la victime du jour. Avec les tractations en cours, les esprits finiront par se calmer et cela, grâce aux délégués des commerçants venus en médiateurs pour s’informer et rendre compte à qui de droit.

Mais tout semble indiquer que les usagers du marché central de Bobo tiennent désormais à une meilleure sécurisation de leur lieu de travail et exigent des autorités locales un renforcement du service de garde. « Ici on ne peut pas parler de moyens parce que nous payons plus de 20 millions de francs CFA par mois au titre des droits et taxes du marché ; et avec ça, la municipalité et la SGM ne sont toujours pas en mesure de mettre en place un dispositif sécuritaire très efficace.

C’est vraiment dommage ». Aux environs de dix heures et demie, le calme était presque revenu et la plupart des magasins avaient commencé à rouvrir leurs portes. Mais cela ne veut pas pour autant dire que les débats sont définitivement clos, car de nombreux commerçants commencent en mettre en doute la bonne foi et la crédibilité de ces jeunes vigiles qui veillent nuitamment sur le site.

Jonas Apollinaire Kaboré

L’Observateur Paaga

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés