Forum National des Jeunes Edition 2011 : Echanges entre le Président du Faso et les jeunes, des préoccupations spécifiques à chaque région évoquées

lundi 5 décembre 2011 à 00h48min

Lors des échanges entre le président du Faso et les jeunes, ceux-ci ont fait part au chef de l’Etat de nombreuses préoccupations propres à leur région de provenance. Agriculture, foncier, mines, santé, infrastructures routières, civisme … ont constitué les débats.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ce sont des sujets très variés qui ont été au menu des échanges entre le président Blaise Compaoré et les jeunes à Dori. Ils ont, en effet, exprimé au chef de l’Etat, des préoccupations spécifiques à leur région. Il en a été ainsi par exemple de l’effectivité de l’Université de Dédougou, du lycée agricole, de l’Ecole nationale des enseignants du primaire, de la même ville pour le compte de la région de la Boucle du Mouhoun. Interpellés par le Président du Faso, les ministres en charge des Enseignements ont rassuré les jeunes de cette région. La pose de la première pierre de l’ENEP est prévue le 29 décembre 2011. Cette école sera opérationnelle.

Il en sera de même pour le lycée technique. Quant à l’université régionale, elle sera une réalité dans les semaines à venir selon le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, Albert Ouédraogo, car les infrastructures provisoires sont déjà disponibles. La question de l’insertion des jeunes dans l’agriculture et la problématique du foncier, notamment l’accès difficile des jeunes aux terres cultivables sont souvent revenues au cours des échanges. Concernant le premier point, le président du Faso a annoncé le lancement d’un important programme des Millénium Challenge Account (MCA). Ce programme évalué à 70 milliards de F CFA sera lancé le 17 décembre prochain et permettra d’accorder des micro-crédits aux jeunes dans le domaine de l’agriculture. Sur le second point, le ministre de l’agriculture a indiqué que la loi sur le foncier met un accent sur la protection des jeunes et des femmes. Selon le Premier ministre, dans la loi sur le foncier, des dispositions de répression existent. Par conséquent, il a exhorté les jeunes à utiliser les dispositions légales existant sur le foncier pour dénoncer les cas d’expropriation illégaux. Et a évoqué la nécessité de la mise en place d’un programme de sensibilisation sur les conditions d’exploitation des terres. L’absence d’infrastructures routières de qualité a été aussi relevée par les jeunes notamment des régions des Cascades, du Centre-Nord, du Nord. Au sujet de la route dite du sel (Sapaga-Boulsa-Kaya-Kongounsi-Ouahigouya), le ministre en charge des Infrastructures interpellé par le Président du Faso a expliqué que les études pour le bitumage de cette route se mèneront en 2012 et les recherches de financement courant 2013. Le développement du secteur minier ces dernières années au Burkina et le manque de qualification des jeunes pour exercer certains métiers de la mine ont été évoqués. Le gouvernement les a rassuré en disant que les différents centres de formation professionnelle qui s’ouvriront à leur intention prendront en compte la formation aux métiers de la mine. En outre, le ministre en charge des Mines a annoncé que des concertations seront entreprises avec la chambre des mines pour l’octroi de bourses à des jeunes méritants. A la préoccupation des jeunes de la région du Centre-Ouest relative à l’insuffisance d’enseignants, d’amphithéâtres, de bibliothèques, le ministre des Enseignements secondaire et Supérieur a annoncé la réalisation d’un futur projet pour l’Université de Koudougou. Il comprend la construction d’un amphithéâtre de 1000 places, d’une cité universitaire R+4, d’une bibliothèque, d’un complexe sportif. Et cette université devra connaître un agrandissement avec la mise en place d’autres Unités de formation et de recherche (UFR). Sur la prise en compte de l’instruction civique et de la citoyenneté dans les programmes d’enseignement, soulignés par plusieurs régions, le ministre en charge de l’Enseignement secondaire a révélé que des modules sur ces aspects seront enseignés à partir de l’année prochaine. Le Premier ministre a évoqué la nécessité de travailler avec les associations de parents d’élèves afin de promouvoir une éducation de base au sein des familles, premier cadre d’éducation avant l’école. Pour sa part, le Président du Faso a estimé qu’il faut d’avantage de communication sur la question, car ? : ?«  ?on a l’impression qu’il n y a pas assez de communication ?sur le civisme et la citoyenneté ». D’autres préoccupations ont concerné la non valorisation de sites touristique selon les représentants de la région des Cascades, ou le déficit de couverture radiophonique et télévisuelle dans certaines localités de l’Est. A ces questions, le ministre de la Culture et du Tourisme a fait part de la réhabilitation et de l’aménagement de certains sites touristique, de même que la prise en compte des jeunes dans le secteur. Et en ce qui concerne le second point, il a indiqué que le ministère de la Communication dispose d’une politique de mise en place de station radio dans chaque région. Certains qui étaient à leur première participation au forum se sont exprimés. La jeunesse des organisations syndicales a demandé à être intégré au sein du conseil national de la jeunesse. Les jeunes des partis politiques ont demandé le rajeunissement de la classe dirigeante du Burkina. Après s’être engagés à avoir un comportement responsable avec les civils, les jeunes des forces armées nationales ont manifesté leur désir de bénéficier des formations aux métiers pour se spécialiser. Quant aux jeunes paramilitaires, ils ont réclamé la formation continue dans leur corps. La rencontre a aussi enregistré la présence de délégations de pays voisins ? : Cote d’ivoire, Mali, Niger. Les représentants des jeunes de ces pays ont tous loué l’initiative du Président du Faso de rencontrer les jeunes chaque année. Ceux-ci ont vu à travers leur présence à Dori un signe manifeste d’intégration sous-régionale. Pour le Président du Faso, la concertation et le partage sont nécessaires dans un monde en pleine évolution. Il a surtout exhorté les jeunes qui optent pour des formations professionnalisantes à veiller à ce qu’elles soient adaptées à leurs besoins afin de préparer sereinement leur avenir.

Gabriel SAMA

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés