Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

lundi 5 décembre 2011 à 00h51min

L’inhumation de l’assistant de police Alhousseynou Remba, tué dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2011 a eu lieu, le vendredi 2 décembre 2011 à Ouagadougou. C’était en présence du ministre en charge de la Sécurité, Jérôme Bougouma et du directeur général de la police, Paul Sondo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Parents, amis et collègues sont venus accompagner l’assistant de police Alhousseynou Remba à sa dernière demeure, au cimetière de Tabtenga à Ouagadougou, le vendredi 2 décembre 2011. En rappel, le fonctionnaire de la police nouvellement affecté au poste de Kiembara, dans la province du Sourou, a été retrouvé mort par étranglement, le jeudi 1er décembre 2011 après 23 années de service. Selon le directeur général de la police, Paul Sondo, il s’agit d’un acte perpétré par trois bandits de grands chemins incarcérés à ce poste de police en attendant d’être déférés à Dédougou.

"Ces malfrats ont longtemps préparé leur plan macabre du fond de leur cellule. Profitant de l’absence du deuxième agent de garde, appelé d’urgence en famille et de la vétusté des locaux, les bandits ont surpris l’infortuné policier en passant par la porte arrière", a-t-il souligné. Après leur acte ignoble, a-t-il ajouté, les malfrats ont emporté deux engins déposés au poste, avant de s’évanouir dans la nature. Pour Paul Sondo, ce crime a pu être commis pour deux raisons à savoir, l’insuffisance des agents dans certains commissariats et la vétusté des locaux.

En outre, de son avis, pour lutter efficacement contre le banditisme, il faut au moins 15 agents par poste de police dont 5 agents de garde, ce qui n’était pas le cas au commissariat de Kiembara qui avait pour tout, 6 agents y compris le chef de poste. "La deuxième raison est due au délabrement des locaux qui servent de commissariat. Lesquels locaux sont le plus souvent sans commodité, n’ayant pas été construits dans les règles de l’art. Pour preuve, ils ne sont pas construits en béton comme cela aurait dû se faire mais avec des briques. Ce qui a facilité la sale besogne des malfrats, qui ont pu enlever les briques l’une après l’autre", a-t-il indiqué. Enfin, le responsable de la police nationale en appelle à la vigilance et à la collaboration de la population afin que ces quidams en cavale puissent rapidement être appréhendés.

Kowoma Marc DOH et Nestor BAKI (Stagiaire)

Parcours de Alhousseynou Remba

Alhousseynou Remba est né le 27 novembre 1963 à Saint-Louis, République du Sénégal. Après avoir obtenu son Brevet d’études du premier cycle, il est reçu au concours direct de recrutement des élèves-agents de police à l’Ecole nationale de police (ENP) à Ouagadougou où il a obtenu en fin de cycle, son attestation en 1988 et est titularisé en 1989. De 1988 à 2011, il a servi dans plusieurs postes de police sur l’ensemble du territoire.
En 2001, il est admis au concours des élèves assistants de police et suit de nouveau une formation de deux ans, couronnée en fin de cycle par le certificat de l’ENP en 2003. A sa sortie de l’école, il servira, de nouveau dans plusieurs postes. En octobre 2011, il est affecté au commissariat de police de district de Kiembara où il trouvera la mort dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2011, au cours de son service de garde après 23 années de bons et loyaux services rendus à la Nation. Alhousseynou Remba était âgé de 48 ans, marié et père de trois enfants.

N.B. (Source direction générale de la police)

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 décembre 2011 à 07:50, par Cokou
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Que la terre lui soit légère. Si on doit assassiner ceux qui nous protège. Vraiment c’est regrettable. Nous comptons sur le bon travail du commissaire SOMDO et son équipe pour retrouver ces bandits de grand chemin. Nous savons que depuis l’arrivée du Commissaire SOMDO et son équipe les choses commencent pas aller sur le plan de la sécurité. Nous Comptons sur lui.
    Mes condoléance à la famille.
    Du Courage.

  • Le 5 décembre 2011 à 09:01, par vekyo
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    toutes mes condoléances a la famille.

  • Le 5 décembre 2011 à 09:10, par Armel
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    A mon avis, l’ETAT est encore responsable de ce meurtre. Quand vous enfermez des bandits de ce type dans une prison de ce type comment voulez vous qu’il n’y ait pas évasion ?
    Pourquoi ne pas déferer ces genres de bandits automatiquement à la MACRO où il y a plus de GSP ? Les policiers ne sont pas des GSP même s’ils ont des armes aussi. L’ETAT doit reconnaitre qu’il est en partie responsable de ce meurtre en ne mettant pas le policier dans les conditions minimales de travail.

  • Le 5 décembre 2011 à 09:31, par silence
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Paix à son âme.ça inquiète quand même si les agents de sécurité sont en insécurité !

  • Le 5 décembre 2011 à 09:48
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Quelle coincidence ! au moment le deuxieme policier de Garde est allé à la maison en urgence, c’est dans ce laps de temps et comme par hasard les délinquants décident de forcer la sortie. Ces derniers devaient etre au courant de l’absence du deuxième policier.

  • Le 5 décembre 2011 à 10:03, par Filsdepaysan
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Mes condoléances à la famille du disparu.
    Alors je me permets de faire des suggestions à la Poilce :
    _construction des cellules en dur ;
    _équipper les cellules des cameras de surveillance ;
    _augmenter l’effectif des policiers dans les commissaraits de police.
    Le gouvernement doit doter des moyens consèquents à la Plocie qui assure notrsécurité. Ils seront encore dans les carrefours dans peu de temps pour les fetes. Gouvernement, il faut voir le cas des la Police déh !

  • Le 5 décembre 2011 à 10:04, par Raaga
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Vraiment les policiers du Burkina souffrent. Je ne peux pas comprendre comment apres 23 ans de service ce monsieur continue de prendre la garde dans des petites localités comme kiembara. Ou sont passés tous les jeunes policiers recrutés depuis lors ?

    • Le 5 décembre 2011 à 14:11
      En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

      Toi tu as raisonnement d’imbécile parceque pour toi,c’est aux jeunes policiers recrutés qu’il faut les envoyer a l’abattoir et ceux qui ont fait plus de 20 ans de service,doivent etre dans les bureaux climatisés a se ronger les ongles.Pour ma part,le probleme ne se situe pas là.Appeler des taudis construits en paille,des commissariats,c’est se moquer du monde et comble du malheur,il y a pas de personnels.Autant supprimer ces commissariats de ce type.C’est plus honnete.Je sais qu’on n’est pas dans un pays mais si ce pauvre Remba était de ma famille,j’intenterai un procès contre l’Etat Burkinabè pour négligence et exposition de la vie de ses fonctionnaires en danger.Voilà une famille meurtrit a jamais
      Que la terre lui soit lègère et paix a son âme

  • Le 5 décembre 2011 à 10:17, par Sid zabda
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Le pauvre ! Avec 23 ans de service ce monsieur devrait etre affecté dans sa province pour preparer sa retraite. il ne devrait plus prendre la garde dan des coins si reculés alors que les jeunes poliiers sont pleins à ouaga. kles texte de la police devrait etre nettoyés dans ce sens.

  • Le 5 décembre 2011 à 10:39, par PAPUS
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    MES CONDOLEANCES A TOUTE LA FAMILLE DU POLICIER ET A TOUTE LA POLICE. COMBIEN DE POLICIERS SONT TOMBES DANS L EXERCICE DE LEUR PROFESSION ? QU EST CE QUE L ETAT A FAIT ? RIEN ..AU LIEU DE DEPENSER DES MILLIARDS POUR LA BIOMETRIE POURQUOI PAS INJECTER CES FONDS DANS LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL ? LA SECURITE EST UN BESOIN DE BASE ET SANS SECURITE Y A PAS DE DEMOCRATIE.

  • Le 5 décembre 2011 à 10:59
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    nos condoleances a la famille attristée. Que la terre lui soit legere

  • Le 5 décembre 2011 à 11:05, par l’Etudiant noir
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Triste destin pour ce policier. Que son âme repose en paix... J’en appelle en même temps à la bonne volonté des autorités afin qu’elles se penchent sur les conditions de travail et de vie de nos forces de sécurité.

  • Le 5 décembre 2011 à 11:30, par Imasgho
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    PAIX à son ame et que la terre lui sois lègère.

  • Le 5 décembre 2011 à 11:30, par tièkadiyé
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Allez, circulez, il n’y rien à voir. Un poulet est mort (le vrai, pas le flic) et la vie continue. Mais gare au poulet (le flic) qui ose une bavure, même sur un délinquant.

    Je constate que la mort d’un flic dans l’exercice de ses fonctions n’émeut personne, pas même la presse, elle qui est si prompte à condamner, souvent sans le moindre début de preuve. Les organisations de défense des droits de l’homme, elles, ne comptent même pas les forces de l’ordre dans ce qu’elles qualifient d"HOMME". Ceux-là n’ont-ils pas de droits ? oubien le fait d’appartenir aux forces de l’ordre vous déleste t-il de certains de vos droits ?

    Ecoeurant tout ça. Mais, courage à vous. Mes condoléances à ses familles.

    • Le 5 décembre 2011 à 14:22
      En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

      Il faut t’en prendre plus a tes supérieurs hiérarchiques,au gouvernement et pas la peine de d’en prendre a la presse ou aux militants des droits de l’homme car dans quel pays vous avez un commissariat construit en terre et qui se permet de garder des bandits des grands chemins et comble du cynisme des gens qui nous gouvernent,ces permettent un seul policier en garde et en plus la nuit ?C’est trop pour etre vrai.Normal que ce genre de drame arrive et je ne vois pas où est la surprise dans cette histoire rocambolesque
      Mes condoléances a la famille de ce pauvre policier et paix a son ame

  • Le 5 décembre 2011 à 11:43, par mboye
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Que la terre du Burkina lui suit légère. Je trouve cet assassinat odieux et lâche. Et puis quelle coïnscidence quand même que son collègue soit appelé et c’est en ce moment que les bandits l’assassinent. Fouillez bien car c’est effrayant. Il faut renforcer les effectifs pour éviter des choses pareilles.

  • Le 5 décembre 2011 à 11:49, par ZONGO ALIAS 20CENT
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    on se demande si les syndicats corps soit disant para-militaires sont souvant represente lors des rencontres gouvernement syndicats.faites savoir ces politichiens qui ont des coffres forts a la place de leurs coeurs que vous etes les plus risques.seul dans des postes de garde pour probleme d`effectif<POLICIER,GSP<,seul dans des services departementaux<FORESTIER< et comme armement c`est les berettas,les pmc declacé dans l`armé qu`on les reverse.NE RISQUENT T-ILS PAAAAAAAS.FAITES LE BILAN DES VICTIMES MORTS OU INVALIDES DANS L`EXERCICE DE LEURS FONCTIONS,DES 3ANS PASSE DANS CES CORPS,POLICIER,DOUANER,FORESTIER,GSP.TOILLERT OU TARD,ILS SE REVEILLERONS ET DIRONS NON A CETTE MERDE.

  • Le 5 décembre 2011 à 12:08, par aké
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Que la terre lui soit légère.encore ses pauvres policiers dont les conditions de vie et de travail sont médiocre : commissariat de police de campagne mal construit ne respectant pas les normes d’un commissariat de police. Le gouvernement doit vraiment prendre les mesures nécessaire pour améliorer leurs conditions de vie, surtout que ses policiers crient tous les jours qu’ils n’ont d’indemnités de risque et autres liés a leur fonction.courage a ses braves policiers qui travaillent jour et nuit pour la sécurité de la population.

  • Le 5 décembre 2011 à 12:11, par aké
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Que la terre lui soit légère.encore ses pauvres policiers dont les conditions de vie et de travail sont médiocre : commissariat de police de campagne mal construit ne respectant pas les normes d’un commissariat de police. Le gouvernement doit vraiment prendre les mesures nécessaire pour améliorer leurs conditions de vie, surtout que ses policiers crient tous les jours qu’ils n’ont d’indemnités de risque et autres liés a leur fonction.courage a ses braves policiers qui travaillent jour et nuit pour la sécurité de la population.

  • Le 5 décembre 2011 à 12:34, par lasagesse
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Paix à l’âme du défunt...
    Renforçons les moyens de la police afin qu’elle ne soit plus victime cet acte ignoble...

  • Le 5 décembre 2011 à 12:58, par YAPA
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Je voudrais d’entrée de jeu dire merci à Monsieur le Ministre de l’administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité pour s’etre donné la peine d’assister à l’inhumation de l’assistant de police REMBA.

    Je remerciement très particulièrement les collègues du defunt et l’armée et l’ensemble des corps paramilitaires pour leur grande mobilisation à l’occasion de ce douloureux événement, gage de solidarité entre les différentes forces de ce pays.

    Cependant, en tant que fonctionnaire, je suis indigné par l’indifférence, sinon la banalité avec laquelle les premières autorités ont traités cette circonstance. Un agent public qui tombe pour la cause de la nation et ni le chef de l’Etat, ni le Premier Ministre ne juge opportun de témoigner la gratitude de la nation à travers des obsèques dignes de ce nom. Ca aurait ailleurs, ont aurait vu le Chef de l’Etat himself s’incliner devant la dépouille de ce brave Monsieur. La France si puissante avec sa Police si nombreuse ne banalise pas pour autant la mort de ses fonctionnaires chargés de garantir sa sécurité. On l’a vu récemment avec la mort d’un policier à Marseille et également de soldats en Afghanistan ; c’est sous une pluie battante que le président Sarkozy a pris part aux obsèques des hommes.
    Peut-etre fallait-il que ce soit une autre personne pour que le Chef de l’Etat fut présent.

    Du reste, rien n’est étonnant, lorsqu’on regarde comment ce régime gère les travailleurs en général et les Policiers en particuliers. C’est policiers qui pourtant se font énémi du peuple qui ne comprend pas son role et marionnette d’un pouvoir ingrat qui l’a toujours payé en monnaie de singe. On se souvient des temps forts des differentes crises qu’a connu le pays depuis 1998, tout le dévolu, tout l’espoir du regine ne reposait plus que sur ces hommes, fidèles à leur slogan de loyauté, qui s’est battu temps bin que mal avec les moyens dérisoires qu’on lui connait.

    Au regard de tout ce qui se passe dans ce pays, j’ai bien peur pour l’avenir. Imaginons un seul instant que ces gens baissent le bras parce que las d’avoir subi, las d’avoir été humiliés, las également du traitement inéquitable dont ils ont été l’objet pendant longtemps,en comparaison à ceux qui sont censés faire le meme boulot qu’eux. Dieu merci, il semble qu’ils ont maintenant un statut particulier qui leur confère quelques avantages pécuniaires, ce n’est que justice rendue en partie. Ces flics sont sur tous les fronts : derrière les délinquants, aux cotés des populations sous le soleil comme au milieu du froid, dans l’administration générale pour la délivrance de divers actes ; bref, au four et au moulin. Et quand ca ne va pas, vite on en livre un en holocauste pour calmer les manes.

    Eh ces pauvres policiers. Un metier pourtant aussi noble que béni, ce corps qui garde le corps des prophètes tant de leur vivant que dans leur tombe. DIEU VOUS BENIRA.

  • Le 5 décembre 2011 à 13:06, par un citoyen
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    paix a son ame

  • Le 5 décembre 2011 à 13:13, par YAPA
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Je voudrais d’entrée de jeu dire merci à Monsieur le Ministre de l’administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité pour s’etre donné la peine d’assister à l’inhumation de l’assistant de police REMBA.

    Je remerciement très particulièrement les collègues du defunt et l’armée et l’ensemble des corps paramilitaires pour leur grande mobilisation à l’occasion de ce douloureux événement, gage de solidarité entre les différentes forces de ce pays.

    Cependant, en tant que fonctionnaire, je suis indigné par l’indifférence, sinon la banalité avec laquelle les premières autorités ont traités cette circonstance. Un agent public qui tombe pour la cause de la nation et ni le chef de l’Etat, ni le Premier Ministre ne juge opportun de témoigner la gratitude de la nation à travers des obsèques dignes de ce nom. Ca aurait ailleurs, ont aurait vu le Chef de l’Etat himself s’incliner devant la dépouille de ce brave Monsieur. La France si puissante avec sa Police si nombreuse ne banalise pas pour autant la mort de ses fonctionnaires chargés de garantir sa sécurité. On l’a vu récemment avec la mort d’un policier à Marseille et également de soldats en Afghanistan ; c’est sous une pluie battante que le président Sarkozy a pris part aux obsèques des hommes.
    Peut-etre fallait-il que ce soit une autre personne pour que le Chef de l’Etat fut présent.

    Du reste, rien n’est étonnant, lorsqu’on regarde comment ce régime gère les travailleurs en général et les Policiers en particuliers. C’est policiers qui pourtant se font énémi du peuple qui ne comprend pas son role et marionnette d’un pouvoir ingrat qui l’a toujours payé en monnaie de singe. On se souvient des temps forts des differentes crises qu’a connu le pays depuis 1998, tout le dévolu, tout l’espoir du regine ne reposait plus que sur ces hommes, fidèles à leur slogan de loyauté, qui s’est battu temps bin que mal avec les moyens dérisoires qu’on lui connait.

    Au regard de tout ce qui se passe dans ce pays, j’ai bien peur pour l’avenir. Imaginons un seul instant que ces gens baissent le bras parce que las d’avoir subi, las d’avoir été humiliés, las également du traitement inéquitable dont ils ont été l’objet pendant longtemps,en comparaison à ceux qui sont censés faire le meme boulot qu’eux. Dieu merci, il semble qu’ils ont maintenant un statut particulier qui leur confère quelques avantages pécuniaires, ce n’est que justice rendue en partie. Ces flics sont sur tous les fronts : derrière les délinquants, aux cotés des populations sous le soleil comme au milieu du froid, dans l’administration générale pour la délivrance de divers actes ; bref, au four et au moulin. Et quand ca ne va pas, vite on en livre un en holocauste pour calmer les manes.

    Eh ces pauvres policiers. Un metier pourtant aussi noble que béni, ce corps qui garde le corps des prophètes tant de leur vivant que dans leur tombe. DIEU VOUS BENIRA.

  • Le 5 décembre 2011 à 14:04
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    paix à son âme. Je suis vraiment décourageux à entendre le Cre SONDO dire que la cause de cet horrible crime est dû à la vétusté des locaux et le manque de personnel. Je ne peux pas comprendre que nos autorités soient au courant des conditions de travail des agents et ils continuent à fermer les yeux en mettant en dangeux la vie des agents. Bcp de corps habillés perissent dans ces mauvaises conditions de travail et laissés leur famille dans des larmes à jamais. Qu’est ce que l’état burkinabè prevoit pour soutenir ses familles larmoyeuses ? Après leur bo discour, c’est finit.La veuve et les enfants sauront quoi faire avec laide du tout puissant.Je souhaite bcp du courage à la famille et sutout aux enfants de prendre leurs courage à bras record et dieu les aidera. Mon papa a aussi terminé comme ça,étant aussi de la police.On ne peut jamais oublié,dieu seul cicatrisera votre bLessure mes frères et soeurs.

  • Le 5 décembre 2011 à 14:08, par Sagado
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Dite moi si les associations de droit de l’homme ont fait une déclaration sur ce meurtre. Si cetait le policier qui avait tué un bandit ils seront les premier a dire que y a impunité dans le pays. Si vous n’aviez pas fait de déclaration revoyer votre copie. Paix a son l’âme

  • Le 5 décembre 2011 à 14:11
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Toi tu as raisonnement d’imbécile parceque pour toi,c’est aux jeunes policiers recrutés qu’il faut les envoyer a l’abattoir et ceux qui ont fait plus de 20 ans de service,doivent etre dans les bureaux climatisés a se ronger les ongles.Pour ma part,le probleme ne se situe pas là.Appeler des taudis construits en paille,des commissariats,c’est se moquer du monde et comble du malheur,il y a pas de personnels.Autant supprimer ces commissariats de ce type.C’est plus honnete.Je sais qu’on n’est pas dans un pays mais si ce pauvre Remba était de ma famille,j’intenterai un procès contre l’Etat Burkinabè pour négligence et exposition de la vie de ses fonctionnaires en danger.Voilà une famille meurtrit a jamais
    Que la terre lui soit lègère et paix a son âme

  • Le 5 décembre 2011 à 14:22
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Il faut t’en prendre plus a tes supérieurs hiérarchiques,au gouvernement et pas la peine de d’en prendre a la presse ou aux militants des droits de l’homme car dans quel pays vous avez un commissariat construit en terre et qui se permet de garder des bandits des grands chemins et comble du cynisme des gens qui nous gouvernent,ces permettent un seul policier en garde et en plus la nuit ?C’est trop pour etre vrai.Normal que ce genre de drame arrive et je ne vois pas où est la surprise dans cette histoire rocambolesque
    Mes condoléances a la famille de ce pauvre policier et paix a son ame

  • Le 5 décembre 2011 à 14:25
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Mes condoléances à la famille. Que son âme repose en paix !

    Ces malfrats n’ont-il pas de noms ? N’y a-t-il pas de portrait robot de ceux-ci ? ou bien la loi interdit ça aussi ? OK, si oui, qu’on publie leurs noms et leurs photos en disant qu’ils ne sont pas coupables mais qu’ils viennent, en tant que présumés innocents, apporter leur contribution à l’enquête sur la mort du policier. Parce que quoi qu’on dise, ils sont présumés coupables.

  • Le 5 décembre 2011 à 15:18, par Bello
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Commencons d’abord par présenter nos condoléances à la famille de notre cher policier. Cela doit ouvrir les yeux de nos dirigeants. Au lieu de recruter des militaires énémis de la nation, renforcez le nombre des policiers pour nous éviter de tels cas.

  • Le 6 décembre 2011 à 09:31, par Sophie
    En réponse à : Assassinat de policier à Kiembara : Alhousseynou Remba rengaine son arme pour toujours

    Alias ; je voudrais porter a ta connaissance que la police Nationale du Burkina n’a pas de syndicat.
    Notre syndicat, c’est Dieu et il ne dort pas. Aidez nous dans vos prieres

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés