ECOLE COMMUNALE "A" DE OUAHIGOUYA : Un cinquantenaire sur fond de polémique

lundi 5 décembre 2011 à 00h47min

L’année 2011 marque le 50e anniversaire de l’école communale "A" de Ouahigouya rebaptisée école Mossin. Les festivités commémoratives ont été organisées le samedi 26 novembre 2011 sous l’œil des anciens élèves et enseignants de l’établissement. Le cérémonial a surtout été marqué par un discours inopiné de Sa Majesté Naaba Kiiba qui a publiquement désavoué les organisateurs. La double colère du Roi du Yatenga portait d’abord sur le parrainage, ensuite sur la paternité des bâtiments qui abritent l’école Mossin.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Yacouba Barry, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, ancien élève de l’école Mossin ; Mireille Ouédraogo, épouse du ministre des Transports, des Postes et de l’Economie numérique ; le conseiller technique du ministre de l’Education nationale ; des élus locaux et nationaux ; etc. La liste des personnalités présentes à cette cérémonie est longue. Tous ont tenu à célébrer dans l’allégresse les 50 ans d’existence de ce temple du savoir qui a vu le jour en 1961. En effet, le bâtiment est d’un style soudanais et a été construit par un gouverneur de l’Afrique occidentale française en 1953.

A cette époque, le royaume du Yatenga était gouverné par le Naaba Tigré. Selon les organisateurs, cette bâtisse lui servait de salle d’audience. Mais à partir de l’année scolaire 1960-1961, les autorités de l’époque ont exprimé leur besoin de transformer cette demeure en une école. Sa Majesté Naaba Koom, alors au trône donna son accord. "Nous nous devons tous ensemble, de rendre hommage à Sa Majesté Naaba Tigré, prestigieux empereur du Yatenga, propriétaire de ce bâtiment qui lui servait de salle de réception. Cet hommage est également rendu à Sa Majesté Naaba Koom, deuxième successeur et petit- fils de Naaba Tigré qui a grâcieusement offert définitivement ce bâtiment à la commune de Ouahigouya".

Cet extrait du discours de Moumouni Ouédraogo Sittigo, parrain, a provoqué l’ire de Sa Majesté. En aparté d’abord avec le député Sidiki Bélem, Sa Majesté fera appel au premier adjoint du maire de Ouahigouya pour lui signifier son mécontentement. Il s’en est suivi, toujours en pleine cérémonie, des entretiens discrets mais très houleux entre le chef suprême du Yatenga et plusieurs personnalités présentes. Rien n’y fit, le Kiiba finit par laisser éclater sa colère publiquement en réclamant tout de go la parole pour dire ses quatre vérités. Pour lui, il n’a jamais été question pour la royauté de céder ce bâtiment à la commune. Mais il n’y avait pas que cela seulement qui a mis le chef dans tous ses états. Selon le chronogramme présenté, il n’était pas prévu une allocution du Roi du Yatenga. Or, et selon ce dernier, les organisateurs lui avaient demandé de parrainer la cérémonie et il avait donné son accord. Raison de plus pour lui de préparer un discours pour la circonstance.

A sa surprise générale, il constate que le parrain est quelqu’un d’autre. Selon certaines sources proches du comité d’organisation, le roi aurait effectivement été approché pour être parrain. Seulement, la demande de parrainage à lui adressée n’aurait pas obtenu une suite favorablement clarifiée. Cette argumentation est farouchement battue en brèche par des introduits du palais royal d’où la polémique autour de ce cinquantenaire. Après la sortie du chef, le comité d’organisation a cité nommément le ministre Yacouba Barry, qui a assuré la réfection du bâtiment, et le représentant spécial du chef de l’Etat en Côte d’Ivoire,Boureima Badini qui a lui aussi mis la main à la pâte pour ce cinquantenaire. L’orage passé, la cérémonie s’est poursuivie avec la remise des cadeaux aux anciens enseignants de l’école. Un bal, dans la nuit, est venu clore définitivement ce jubilé d’or.

Hamed NABALMA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés