Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

vendredi 2 décembre 2011 à 01h05min

Actualité nationale oblige, le traditionnel point de presse du gouvernement de ce jeudi 1er décembre 2011 a surtout mis l’accent sur les remous scolaires de ces derniers jours à Ouagadougou. Malgré les troubles, les classes resteront ouvertes jusqu’au 23 décembre 2011, date prévue pour le début des congés du premier trimestre, selon le ministre des Enseignements secondaire et supérieur. Albert Ouédraogo, a animé la conférence aux côtés de la ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Koumba Boly Barry, et d’Alain Edouard Traoré, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Selon le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, Albert Ouédraogo, les grèves des élèves de ces derniers jours sont simplement un prétexte à d’autres revendications que celle évoquée, à savoir la réintégration des cinq filles enceintes qui avait été exclues du collège Sainte Colette pour cause de grossesse. Et d’expliquer que « depuis le 20 novembre dernier, le gouvernement s’est saisi du dossier et les filles ont réintégré leur établissement, bien avant le début des manifestations ». Que veulent alors les élèves en poursuivant le débrayage ? Plusieurs raisons sont avancées par les élèves, selon le ministre des Enseignements secondaires et supérieur.

« Ceux du Lycée technique de Ouagadougou réclament plusieurs entrées pour leur parking, ce qui est contraire à toute mesure de sécurité. Il y a aussi ce SMS faisant cas d’un élève mort alors qu’il circulait en ville. Le message demandait aux élèves de converger vers le cimetière. Une fausse rumeur évidemment ». Selon Albert Ouédraogo, le gouvernement décide « de maintenir les classes ouvertes en dépit des turbulences ».

Les chefs d’établissements privés qui, craignant les troubles du mois de décembre, ont décidé d’arrêter les cours pour 15 ou 30 jours, pourront être appelés à rendre des comptes. « Nous sommes en droit de leur demander une restitution de la période de non cours aux parents d’élèves », prévient M. Ouédraogo, pour qui « le calendrier scolaire est le fait du gouvernement, pas celui des établissements ».

Les échanges ont aussi porté sur le rétablissement du 1er octobre comme date de rentrée universitaire. Le ministre des Enseignements secondaire et supérieur explique que « les enseignants ont renoncé à un mois de vacances afin de rattraper l’année en cours. Avec plusieurs actions de ce genre et si rien ne vient entacher l’année, d’ici deux ou trois ans, il y aura une rentrée académique normale à l’université de Ouagadougou ».

La ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Koumba Boly Barry, a, quant à elle, assuré que les derniers remous scolaires n’ont pas beaucoup affecté les cours au niveau du primaire. « Au niveau de la circonscription de l’école de base de Ouaga 3, trois écoles primaires ont été obligées de fermer, mais la situation a pu être canalisée et les cours ont repris normalement », a affirmé Mme Boly.
Autre sujet évoqué, la décision gouvernementale de supprimer les vœux festifs dans les ministères et autres démembrements de l’Etat.

Selon Alain Edouard Traoré, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, cette décision s’explique par la situation alimentaire difficile qui s’annonce, par l’année difficile du point de vue du budget de l’Etat et surtout par le coût de ces festivités. « Nous avons estimé le coût de ces vœux festifs à plusieurs centaines de millions de francs CFA », a expliqué Alain Edouard Traoré. « Il s’agit d’une question morale, d’un sacrifice que les différentes structures de l’Etat doivent consentir au profit de l’achat de vivres pour les populations », a confié le porte-parole du gouvernement. Est-ce une suppression définitive ? « Laissez-nous le temps de juger de l’impact de cette décision avant de statuer sur la question », a répondu Alain Edouard Traoré.

Elza Sandrine Sawadogo

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2011 à 08:16, par De La Sagesse
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    Je souhaite de tout coeur que les élèves sachent raison gardée pour que ce mois ne soit pas sans cours.

  • Le 2 décembre 2011 à 08:16, par ratamoulay
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    Tout ceci n’est que pour le bien de notre systeme educatif et bon vent a cette nouvelle iniative et que Dieu accompagne ces nouveaux ministre dans le retablissement d’une annee scolaire accademique normale. On ( en tant qu’etudiants), en seront les plus beneficiares. Et honettement de nos jours, les eleves ne grevent que pour des futilites ces temps-ci, tout ce ci n’est qu’un pretexte pour secher les cours. Nean moins, Dieu garde la future generation !

  • Le 2 décembre 2011 à 08:55, par damy
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    ho Merde, y a rien a faire il faut que l’État prenne ses responsabilités.

    Il faut que chacun assume les conséquences de ses actes.
    franchement en quoi histoire d’entrée au parking du LTO concerne les autres établissements ??

    l’État doit taper fort sur ces histoires de grèves "illégales"

    • Le 2 décembre 2011 à 12:09, par Le Citoyen
      En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

      C’est pour dire toi damy tu connais une grève légale ? Non laissons les enfants récupérer leur avenir qui se trouve etre embrigadé par des opportunistes de ton genre qui son prets à crier à l’illégalité sans chercher à savoir où se trouve la légalité. C’est tout à fait dommage que des gens aient toujours ce memee raisonnement. Il faut vou referer à cette phrase de Norbert Zongo lorsqu’il disait qu’"on ne peut pas avoir de l’avenir dans un pays qui n’en a pas." Les élèves s battent pour se construire un avenir.

  • Le 2 décembre 2011 à 10:00, par calé
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    Alain , il fo la supprimer definitivement ; c’est moralement souhaitable

    Merci

  • Le 2 décembre 2011 à 11:16, par isco junior
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    en realite ses enfants ne veulent pas aller a l’ecole tous simplement parceque leurs camarades qui ne foutent rien a l’ecole doute une fois de leurs reuisite sclaire.
    y a rien de tel que celui qui ne veux ps aller a l’cole peut rester a la maison,ou bien vaquer a d’autre choses,l’ecole burkinabae n’est pas cellule d’apprentissage du banditisme ni de la prostution regale,nous devons inquilte a nos jeunes freres le morales de choses reeles et vrai.
    l’ecole n’est pas un secteur de vandalisme,mais un lieu d’education civique et civisme..
    Ce grand Monsieur le Ministre connait tres le milieu des etudiants et eleves donc peut etre que eleves irons imaginer ou inenter des choses que lui meme autre fois n’a vecu ses situation,moralement ils les avais soutenus et beaucops de choses aussi donc restez tranquille et viser votre avenir car le vrai probleme c’est d’etre eleves ou bien etudiants et dirent n’est porquoi non c’est apres ses etudes que vous sorez que la realite c’est comment avoir un travaille dans ce pays.

    donc ne vous faites pas manipuller car vous ne serez jamais politiciens ni rien que peut etre des pauvres fonctionnaire...

  • Le 2 décembre 2011 à 11:44, par le burkinabè
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    bjr, trop c’est trop, l’etata doit prendre ses responsabilité comme ce qu’il a fait chez les militaire, soit c’est l’etat qui gouverne oubien c’est les grevistes qui porte la couronne...

  • Le 2 décembre 2011 à 12:09, par Le Citoyen
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    C’est pour dire toi damy tu connais une grève légale ? Non laissons les enfants récupérer leur avenir qui se trouve etre embrigadé par des opportunistes de ton genre qui son prets à crier à l’illégalité sans chercher à savoir où se trouve la légalité. C’est tout à fait dommage que des gens aient toujours ce memee raisonnement. Il faut vou referer à cette phrase de Norbert Zongo lorsqu’il disait qu’"on ne peut pas avoir de l’avenir dans un pays qui n’en a pas." Les élèves s battent pour se construire un avenir.

  • Le 2 décembre 2011 à 12:29, par bendatoega
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    Il faudrait que l’Etat prenne ses responsablité pour rétablir l’ordre et la discipline dans ce faso. Comment un Etat dit de droit peut fonctionner sans autorité ? Permettre à n’importe qui de manifester selon ses humeurs ? Non ! Nous ne sommes pas au far west ! Nous sommes en démocratie avec tous ses paramètres de comportement sains avec de relens de discipline. Il faudrait renvoyer ces brebis galeuses des établissements et les traduire en justice pour trouble à l’ordre public. regardez les embrouilles des ces derniers jour à ouaga : accidents et vols ont été légions.
    S’ils prennent la rue ce sont plus des élèves au sens propre du mot, ce sont des déliquants de tout accabit à mater avec la derniere rigueure.

  • Le 2 décembre 2011 à 13:56
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    Tu es d’où toi ?comment un régime irresponsable,corrompu peut prendre des mesures responsables ?dis moi toi stp.Pifff tu fais parti de ces comédiens dans ce pays avec vos gros mots pour ne rien dire

  • Le 2 décembre 2011 à 15:59, par REX
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    Il faut donc dire au fondateur du lycée de la jeunesse de reouvrir son établissement ;lui qui a libéré les enfants pour enleur disant de ne revenir que le 04 janvier 2012.

  • Le 2 décembre 2011 à 16:51, par Larson
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    Quand je vois mon prof Albert Ouedraogo parler avec assurance je suis inquiet et pourquoi ? Toues ses decisions prises ne sont pas respectées en temoigne sa sortie pour calmer les etudiants de Bobo et jusqu’a present ces etudiants n’ont tjrs pas regagner les salle puisque l’administration locale je veux parler de l’univ de Bobo n’a pas execute ce que le ministre a dit comme instruction c’est dire permettre aux etudiant de passer en classe superieur et je profite signaler qu’au departement lettres a l’universite de Ouagadougou en 1ere année par exemple personne ne sait quelles sont les matieres qui se completent ni meme le chef du departement car lui et le charge de ce systeme se contredisent

  • Le 2 décembre 2011 à 16:57, par indigné
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    C’est dommage l’Etat doit prendre ses responsabilités ainsi que les parents d’élèves à travers leur association. Je me suis endettée à la rentrée pour payer la scolarité de mes enfants au privé malgré mon veuvage, je ne concois pas que des enfants qui n’ont pas le meme souci que mes enfants partent les déloger à coups de pétard. Que chacun conscientise son enfant à la maison. Que ceux qui ont déjà tout qu’ils laissent nos enfants se frayer leur chemin

  • Le 2 décembre 2011 à 17:24
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    moi je propose que met ala porte les meneur on peut pas continuer comme ! ca on se saigne pour paye l’ascolarité de ses voyou qui ne veut rien foutre

  • Le 2 décembre 2011 à 18:10
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    la pauvre Coubo Boly, elle fait pitié, elle s’est empêtrée dans un imbroglio et voilà qu’en plus on vient de sauter son cher mari de la présidence de l’UPB

  • Le 2 décembre 2011 à 20:35, par L’aigri de Zouli
    En réponse à : Remous scolaires à Ouagadougou : « Les cours se déroulent jusqu’au 23 décembre »

    AAAAaah ! je jouis dans mon petit coin d’aigri. Pourquoi ? eh bien parce que la barrage a commencé entre Albert-Tocsin et Koumba-Alpha les deux ministres de la prétendue société civile. Le premier a ensablé le couscous de la seconde en virant fissa le mari de cette dernière de la présidence de l’UPB. Mais ce n’est pas bien grave puisque le meilleur viendra après pour que je jouisse encore de toute mon aigreur. En effet, ces deux ministres de la société civile CDP compatible seront proprement virés en janvier pour faire de la place aux politiciens de l’opposition-CCRP et aux revenants du système Compaoré c’est-à-dire les canals historiques que sont Salif, Yonli, Juliette etc. Comme quoi la trahison se paie toujours cher. Demandez à Hermann il en sait quelque-chose. Mais, lui il est né dans trahison-là.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés