TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

mardi 29 novembre 2011 à 00h36min

Le trafic des enfants a visiblement la peau dure. Des efforts sont menés au quotidien pour lutter contre ce fléau qui persiste telle une méchante ritournelle. Il revient, lancinant avec des formes variées. En effet, une trentaine de fillettes âgées de 12 à 16 ans, transportées par un camion en provenance de la frontière du Mali, a été arrêtée et gardée à l’Action sociale de la province de Kongoussi. A l’heure où nous mettions sous presse, les présumés complices et receleurs n’étaient pas arrêtés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

A Kongoussi, le mercredi 23 novembre dernier, un camion en provenance de la frontière du Mali, transportant une trentaine de mineures, a été intercepté par la police de ladite localité. Des fillettes dont l’âge est compris entre 12 et 16 ans, recrutées depuis le Soum et la frontière du Mali pour aller travailler à Ouagadougou dans les ménages, les maquis et restaurants. Selon le Directeur provincial de l’Action sociale et de la Solidarité nationale (DPASSN) du Bam, Claude Sawadogo, les enquêtes à mi-parcours révèlent qu’il s’agit d’un réseau bien structuré dont un recruteur qui achemine ces enfants vers une dame basée à Ouagadougou et originaire du Soum, qui les reçoit et les livre à des demandeurs.

En contrepartie, ces fillettes doivent chacune 500 F CFA par mois à cette dame qui leur a trouvé du « travail ». Selon le DPASSN, ces filles sont payées généralement à 7 000 F CFA/mois. Toutefois, précise la même source, ces filles disent s’être déplacées avec l’aval de leurs parents qui leur ont d’ailleurs payé le transport. Elles retourneront chez elles une fois la saison des pluies venue. Ce qui laisse croire que ces fillettes mènent des activités saisonnières. Toujours est-il que la justice qui sera saisie après les enquêtes de la police, situera davantage sur cette affaire. Mais en attendant, le camion est garé dans la cour de la police de Kongoussi, le chauffeur aux arrêts et les présumés auteurs ou receleurs de ce trafic (qui n’est pas le premier) recherchés.

Patarbtaalé ZIDA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 novembre 2011 à 05:54, par Dr Mink_Coulou
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    bel article je pense qu’il faut d’avantage renforcer la sensibilisation dans les villages en insistants sur les activités réelles des adolescentes et marteler le risque qu’elles en courent au prêt des parents aller jusqu’à une sanction pour tout parents qui auraient délibérément envoyer une mineure ou mineur dans la nature pour des miettes de F CFA. Il faudrait qu’ils sachent que le Monde n’est plus comme avant très peu de gens sont de bonne fois à l’heure actuelle

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 09:53, par Filsdupaysan
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    A Kongoussi.................. transportant une trentaine de mineures.
    Je ne comprends pas, il s’agit de 12 mineures ou une trentaine ? Il faut être logiques et réalistes après tout.
    Parmi tous les internautes qui réagissent ici, vous employez oui ou non de domestiques ? Avez vous essayé de connaître leurs ages exacts ?
    Ceci est lié à la pauvreté et tant que nos dirigeants ne prendront pas au serieux le problème de la population, on va assister chaque jour à ce genre de trafic.

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 17:27, par vigilence
      En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

      Suis très désolé. Nos gouvernements marchent à tu-tête et à tâtons. Pour guerir un mal, commencez par à attaquer sa racine voire à la detruire. Quant aux activités saisonnières, arrétez d’embeter les gens en voulant former des fainéants et des potentiels envieux et voleurs pour notre cher pays. Avant 12 ans (dès 9-10 ans) il faut apprendre l’enfant à developper des valeurs d’autonomie,de ’’bataille’’ et travail pour la vie. Suis désolé. Brrrrrrrrrr....!

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 10:04, par Bougli
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    Chez, nous,sommes convaincus qu’il ne faut pas jeter le Bébé avec l’eau du bain ; il faut faire attention, avec cette approche "massive" de la question du "trafic d’enfants". La question et le problème doivent être résolus au cas par cas : Qui vous a dit qu’elles sont toutes victimes de traite/trafic ?.

    En saison sèche, les filles vont chercher du travail en ville. Si vous les renvoyer toutes chez elles, elles risquent d’êtres victimes d’excision, de mariage forcées, ou elles vont versées dans les canaux de la prostitution.

    Quel est ce bien portant qui ne cherche pas un mieux-être ?.

    Attention à la victimisation des filles. Encore elles. Le Faso doit être plus professionnel et plus digne que ça. Prudence, prudence encore, pour ne pas les traumatiser.

    Trouvez-leur une occupation saine et payante ; sinon, laissez partir. Leur attitude peut relever d’une réaction de survie, à l’égard d’un milieu mortifère.... Attention encore. Attentons de voir avant d’applaudir cette "arrestation de filles en partance pour Ouagadougou".

    Bougli

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 16:18, par rama
      En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

      toujours des gros mots "trafic d’enfants par ci , trafic d’enfants par là" sans chercher à comprendre. Demander à ces filles qui les trafique ? ; elles viennent d’elles même pour travailler pendant la saison sèche et retourner au village à l’approche de l’hivernage. je ne vois pas le mal. Peut être qu’il faut prendre des dispositions pour éviter que des filles très jeunes (âge inférieur à 10 ans) ne suivent les grandes filles. Sinon je pense que vous faites du mal à ces filles en les refoulant.

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 10:08, par Togssi-Sida
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    Je suis d’avis qu’on suivent la vie de ces filles dans les différents ménages : mais coute que coute les refouller d’où elle viennent n’est pas la meilleure solution ! quest-ce que l’Etat prévoit comme compensation pour ces filles et leurs parents qui comptent sur le revenu de ces dernières pour survivre quant on sait que ces sommes qu’elles auraient économisées pourraient leur permettre de construire leur vie futures par des petits commerces et même les aider à préparer leur mariage ! soyez réalistes, car chacun de nous est venu d’un village et on sait quelle réalité ces gens-là vivent après les récoltes : Permettez que chacun à sa manière trouve les moyens de sa survie car même dans les milieux structurés il y a des gens qui souffrent de formes d’exploitation qu’on ne dit pas le nom

    Encore soyons réalistes !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 10:52
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    Monsieur le journaliste,la province de Kongoussi n’existe pas d’abord !

    Le sujet est très délicat donc il faut l’aborder avec tact et de la reserve dans les propos sinon nous dirons des abérations et nos actions produiront des effets contraires.
    Les refouler vers leur region d’origine ?Elles se retrouveront dans les familles plétoriques,sans occupation et dans un context de crise alimentaire prévisible !
    Exiger qu’on leur paye le SMIG au moins et qu’elles soient traitées conformément aux prescriptions de la réglementation sociale ?
    Même le directeur provincial de l’action social, c’est pas sûr qu’il paye le SMIG à ses employés de maison (s’il en a) !

    Le problème est plus général:c’est la pauvrété, l’indigence, la misère....
    LKC

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:26, par Nongui-sida
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    Bonjour à tous.Qui pourrait me situer sur le trafic des enfants dans ces cas de figures.Les enfants viennent pour chercher de quoi agrementer les prochaines saisons de pluies et voilà qu’on les arrète sous prétexte que c’est un trafic.De nos jours qu’elle est cette femme qui veut d’une ménagère au délà de cette fourchette d’age ( 12-16 ans ) ???L’acceuillante je me dis que c’est les frais d’hébergemment qu’elle recupère.Sensibilisons plutot les gens à mieux entretenir ces filles qui les aident dans leur tâche quotidienne.C’est juste un point de vue.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:39, par DJELIBA
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    Ce problème est coriace et ne concerne pas seulement les officiels.
    Dans une conjoncture de crise alimentaire généralisée, l’exode de ces filles vers les centres urbains, en quête de travail est salutaire, car il est pourvoyeur d’argent qui servira à "dépanner" les vieilles personnes restées au village.IL faut dans ce genre de situation refléchir et chercher à limiter les dégats par une sensibilisation des concernées sur les risques qu’elles courent dans les familles d’accueil et quel comportement respecter durant ce séjour ;organiser le secteur avec le concours de l’Action sociale et la DAME qui les reçoit à OUAGA.
    Ces filles jouent un grand rôle dans nos ménages pour qu’on leur interdise de venir travailler.Certaines préparent même leur futur mariage avec le salaire qu’on leur donne et repartent bien équipées pour leur prochain statut.Si nous nous détournons de les organiser, elles iront dans les pays voisins(MALI, COTE D’IVOIRE,BENIN,TOGO).

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:59
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    ou est le problème exactement ? les fillettes seront payées pour le travail domestique accompli. même si elle doivent verser 500f/mois, tout le sais que les commissions au Burkina c’est 10 ou 15 %. dc 500f sur 7000 c’est largement en dessous, dc pas d’exploitation

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 12:40, par Levent
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    Il faut qu’on fasse attention à la question du trafic des enfants. Ces filles partent chercher leurs pitances, une fois la saison agricole terminée. Cela s’explique par le fait qu’en campagne rien ne leur ai proposé comme de revenus. C’est pareils pour ces nombreuses scolarisées âgées de 10 à 16 ans, voire plus qui circulent dans la ville de Ouaga, le jour comme la nuit, pour vendre des arachides, des œufs, des bananes, etc. Elles le font pour pouvoir assurer leur scolarité pendant l’année scolaire.
    Cherchez à régulariser la filière d’exploitation des jeunes filles et adolescentes comme bonne afin d’identifier les abus et les sanctionner et non pas vouloir mettre un terme à la migration de travail saisonnier de ces enfants. Il faut formaliser le secteur pour éviter les dérives.
    N’oublions pas que déjà à 6 ans le jeune garçon ou la jeune fille commence à travailler à la maison.
    Ce n’est pas parce que des programmes finances la lutte contre le trafic et la traite des enfants que nous ne devrions pas tenir compte de nos réalités socio-culturelles.

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 15:29, par Marie
      En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

      Vraiment, de grâce, ne reservez pas ce traitement à ces pauvres filles qui ne cherchent qu’à se faire un peu de sou pour elles-mêmes et leurs parents !
      Ces filles, venant de de Kongoussi, ne sont pas différentes de celles de Ouaga qui viennent en aide au secteur informel ou qui vendent des babioles aux coins des rues.
      L’idéal serait de mener une large sensibilisation pour qu’elles soient bien traitées dans leurs familles d’accueils !
      De tous ceux qui semblent s’impliquer dans cette lutte, pourrions nous avoir la liste de ceux qui paient le SMIG à leurs servantes et le traiement qu’elles subissent ?
      Suivez mon regard ! ! !

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 16:38, par Marie
      En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

      Vraiment, de grâce, ne reservez pas ce traitement à ces pauvres filles qui ne cherchent qu’à se faire un peu de sou pour elles-mêmes et leurs parents !
      Ces filles, venant de de Kongoussi, ne sont pas différentes de celles de Ouaga qui viennent en aide au secteur informel ou qui vendent des babioles aux coins des rues.
      L’idéal serait de mener une large sensibilisation pour qu’elles soient bien traitées dans leurs familles d’accueils !
      De tous ceux qui semblent s’impliquer dans cette lutte, pourrions nous avoir la liste de ceux qui paient le SMIG à leurs servantes et le traiement qu’elles subissent ?
      Suivez mon regard ! ! !

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 16:37, par Tapsoba
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    Sujet très sensible.évitons de condamner sans réserve cette pratique.Une de ces filles aide ma mère dans ses travaux.elle reçoit une modique somme certes à la fin du moi,mais de l’argent qui soulage sa famille restée à Tougan.elle est inscrite en cours du soir et rentre aider sa famille pour les travaux champêtre les vacances.Est ce mauvais ?j’ai lu avec dédain l’article d’un de nos journalistes qui illustrait le "travail des enfants" par une photo qui montrait un enfant tirant la charrue.Est ce mauvais pour un père de montrer le travail de la terre à sa progéniture,mineure soit elle ?surtout que ces travaux se passent généralement les vacances scolaires .Afrique,arrête de copier,surtout les textes car tes réalités diffèrent de celles du blanc.Chez le blanc,ce phénomène s’appelle simplement de l’APPRENTISSAGE.et chez toi Afrique ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 17:10, par Le complice N°1
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    SALUT

    Effectivement, comme l’ont deja dit certains dans ce forum, il faut du tact dans la question du travail des enfants. Chacun de nous dans les grandes villes comme ouaga et bobo savons comment les choses se passent. Nous sommes tous complices. Dans la plupart des familles à ouaga,il ya au moins "une fillette de ménage" Que dit-on ? Est-ce de l’exploitation des enfants ? Faisons la part des choses.

    Il est reel que dans certains menages, les fillettes en questions sont mal entretenues ; Il est juste également que ces enfants seraient mieux dans les classes, mais à défaut, que faut-il de mieux pour une fillette de 16 ans qui ne part pas à l’école ? n’est-ce pas aider sa maman dans le ménage ? Ces enfants ont préféré monnayer leur effort dans d’autres menages ! Soyons vigilants !

    Un exemple : ma femme a engagé une fillette pour s’occuper de notre enfant pendant qu’elle part au travail. La fillette est rémunérée à 7500f le mois. je vous assure que tous les deux moi, son père du village vient récuperer l’argent ! J’ai posé la question à la fille qui m’a fait comprendre que c’est pour payer la scolarité des ses frères restés au village. Voyez ! à quelque part, c’est difficile de prendre parti : Si la fille ne travaillait pas, peut-être que ses deux ou trois frères n’iraient pas à l’école ! la fille en quetion a travaillé l’année passé de mars à juillet. C’est cette année que j’ai su qu’elle avait quitté les bancs alors qu’elle faisait la cinquième. (ça fait frémir n’est-ce pas !) J’ai eu tellement pitié que je l’ai faite inscrire en cours du soir. Je suis pas satisfait, mais que faire ?

    En conclusion, je dirai aux autorités que la solution n’est pas forcement en les refoulant, mais plutôt en menant une reflexion profonde. Les logeurs( employeurs ) de ces fillettes pourraient êtres par exemple sencibilisés pour qu’elles aient chacune un peu d’égard où elles se trouvent.
    Il est bien vrai que notre pays a ratifié les conventions relatives aux droits des enfants, mais ces conventions ne sont pas si fermées au point qu’on ne puisse pas faire la part des choses...

    Alors, reflechissons sur ce : Tout citadin qui a une fille de ménage pourraient être complice dans cette affaire !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2011 à 21:13, par mimi
    En réponse à : TRAFIC DES ENFANTS : 12 mineures interceptées à Kongoussi

    je ne trouve rien de mal par exemple dans ca.
    par exemple, notre bonne est une samo qui vient de toughan. elle nous aide dans nos travaux menagere pdt la saision seche et pdt la saison pluvieuse, elle repar cultiver avec ses parents a toughan. ellle est renumerer a 10 000f par mois CFA.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés