Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

mardi 29 novembre 2011 à 00h37min

De nombreux établissements d’enseignement secondaire de la ville de Ouagadougou n’ont pas fait cours dans la matinée de ce 28 novembre 2011. Pour réclamer que des filles, exclues il y a quelques semaines du groupe scolaire Sainte Colette pour cause de grossesse, soient réintégrées, les élèves ont déserté les classes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Difficile de savoir d’où est parti le mot d’ordre de débrayage. Mais l’effet de contagion a été immédiat. Juchés sur des motos, sifflets dans la bouche, des groupes d’élèves se déplaçaient de lycée en lycée pour faire sortir leurs camarades. Postés à certains endroit de la ville, les forces de l’ordre observent la scène, impassibles.

« Quand ils (les élèves) sont arrivés, ils ont ordonné aux élèves du secondaire de sortir. Pour éviter que la situation ne dégénère, nous avons demandé à nos élèves d’obéir. Mais les écoliers du primaire ont continué normalement leurs activités pédagogiques », confie le directeur d’un établissement situé aux 1200 logements. Le surveillant général du lycée privé « Le Réveil » a également vécu la même scène. « Un groupe d’élèves est arrivé. Ils étaient entre quinze et vingt avec des sifflets. Ils ont garé leurs motos et sont entrés dans les classes eux-mêmes pour faire sortir nos élèves », décrit-il.

C’est pour marquer leur solidarité avec leurs camarades exclues il y a quelques jours du groupe scolaire Sainte Colette pour cause de grossesse que les élèves suspendent les cours. Mais dans ledit lycée où nous nous sommes rendus, c’est la stupéfaction. L’intendant adjoint, Daniel Dipama, qui nous a reçus, raconte que les cours se déroulaient normalement dans la matinée, quand un coup de fil du directeur régional de l’enseignement secondaire du Centre a demandé la suspension des cours parce que des mouvements d’élèves étaient observés en ville. « Je certifie que les filles ont été réintégrées dans l’établissement », soutient M. Dipama, qui ne comprend pas les causes de ce mouvement d’humeur. Lors de notre passage, le directeur régional, des éléments des forces de l’ordre et le responsable du groupe scolaire Sainte Colette tenaient une réunion à l’intérieur de l’établissement.

Dans une intervention à la télévision nationale, le directeur régional de l’enseignement secondaire du Centre a confirmé que cinq filles avaient été exclues de l’établissement suite à un contrôle. Mais, ajoute t-il, « l’administration scolaire, le ministère des Enseignements secondaire et supérieur est entré en concertations avec l’établissement pour lui faire comprendre que depuis 1974, un décret interdit l’expulsion des filles pour fait de grossesse. »
Le ministère, assure t-il, a pris des mesures pour que le décret soit bien connu des différents établissements du Burkina, car, conclut-il, « nous ne pouvons pas promouvoir le genre si les filles en état de grossesse sont exclues des écoles. La maternité ne doit pas être un frein à la scolarisation. »

DTS et DK

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 novembre 2011 à 01:58
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    hé ben !quelle pagaille dans ce pays

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 14:11, par Sitilway
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      bien dit mon frere !
      les ministeres concerné à savoir ministere de l’enseignement, de la promotion de la femme , des droits de l’homme et je ne sait quoi aurait dû intervenir depuis le debut de cette affaire. on n’avait qu’a reciter les belles phrases du genres
      "il nous est revenu que... blablablabla,
      nous condamnons...blablabla..
      car le droit à l’education est un droit universel blablabla...
      des enquettes sont en cours pour lever tous les zone d’ombre de cette situation blablabla...
      nous appelons à l’apaisement de tous les acteurs du monde educatif et que de tels agissements ne se reproduisent plus blablablabla...
      Deja les services competants sont rentrés en contact avec les delegués d’eleve en vue de trouver une solution definitive à se probleme.
      Et paf les esprits s’appaisent. Mais si on se tait et on fait comme s’il n’ya rien on laisse le champs libre à l’anarchie.
      on a souvent l’impression qu’il ya une panne d’autorité chez nos dirigeants.
      les forces de l’ordre assistent à cette saga de motard d’eleves bradants leur vie et celle des autres usagers de la route. ET L’ETAT n’arrive plus à imposer son autorité. Ou cele va t’il nous amener ???

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 23:45, par Droit dans l’oeil
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Eh bien.C’est l’anarchie dans notre cher mais ce n’est que le reflet de la situation Nationale.Quand dans un pays la par la manière forte s’avère la plus efficace pour attirer l’attention des décideurs politiques,Eh bien je suis navré mais chaque fois que le peuple sera opprimé ,il n’hésitera pas à en faire recours pour réclamer la justice,faut il le dire,n’est qu’une utopie au Pays des Hommes intègres...

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 02:40, par fighter
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    nos dirigeants reportent les problèmes au lieu de les résoudre. Et vu le mépris envers la loi de ceux qui devraient respecter la loi

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 02:57, par Nongdo du Faso
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je suis trop fier de la jeunesse burkinabe. On constate depuis les mouvements sociaux de Fevrier que la peur a changé de camp.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 06:17, par Alain
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    J e m’inquiete encore du bon deroulement de cette annee scolaire.Les eleves sont devenus des professionels du debrayage.Les grossesses des filles a l’ecole est a mon avis un frein aux etudes des filles.Combien de filles ont abandonne l’ecole pour DIVERSES RAISONS a cause des grossesses ? Il faut que les hommes soient responsables.Aimer une fille c’est d’abord a mon sens l’aider a etudier le plus loin possible.C’est votre droit d’avoir des relations sexuelles.Mais la realite dans nos pays africains est que grossesse rime tres souvent avec fin des etudes a quelque exceptions pres.Mais de mon point de vue ce debrayage ne se justifie pas.Il ya surement d’autres voies plus realistes pour que ces "pauvres filles" reintegrent les classes.C’est tout mon souhait

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 12:01, par Nongui-sida
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Mon cher frère en aucun cas la grossesse ne peut mettre fin à des études.N’oublies pas que parmi les élèves il y a des mariées.Alors il faut seulement savoir raison garder.

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre 2011 à 16:29, par Alain
        En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

        Mon cher Nonguig biiga
        Je sais de quoi je parle quand je dis que les grossesses empechent bcp de filles d’etudier .Je te dirai meme que la plupart s’excluent elles meme de l’ecole a cause des difficultes liees a la situation de mere , d’allaitement et de bcp d’autres facteurs qu’il me serait long de developper dans ce post.Je ne suis pas du tout contre les mamans a l’ecole .bien au contraire !

        Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 14:13
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Cher alain, nous vivons dans une societé d’hycrites donc il faut jouer à l’hypocrisie avec les autres en pronant bien sûr qu’une grossesse ne peut pas être un frein aux etudes. Pourquoi prendre des cas exceptionnel et generalisé avec des bla bla que j’ai fais ma premiere grossesse en terminal et cela ne ma pas empechée d’avoir mon bac avec mention.
      Bande d’hippocrites combien de filles reussisent leur bac en etat normal ?
      Contribuez a mettre en place ce systeme scolaire bordel et vous en recolterez les pots cassés

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 17:18, par Tapsoba
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Sachez aussi que nous ne sommes pas dans le même contexte ici.Les grossesses riment avec fin d étude ,certes,mais à condition que ce soit l interressée qui ait fait ce choix.Il n est pas question qu une fille soit expulsée d une école(ce cas présent) sous pretexte que grossesse rime avec fin d etudes,au mépris des lois.

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 07:50, par Fredysat
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Les élèves vont devoir dire ce qu’ils veulent... Ça fait combien de temps que cette affaire c’est passé ? C’est maintenant que vous connaissez les rues. Après même que le problème ai été résolu. Sinon pourquoi le mouvement n’est pas venu du sainte collete ? Continuez à suivre vos inconscients de camarades.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 08:51, par Une observatrice
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    L’ établissement anquestion avait reconu son tord et a même réintégré les élèves en question ; pourquoi alors, c’ est avec un exès de zèle que certains perturbateurs s’ arrogent le droit d’ aller interrompre les cours des autres ?
    Il que faut que le ministère en charge prévienne les responsables d’établissement afin qu’ ils ne tolèrent plus les abscences de complaisance des élèves pour des sauts d’ humeur. Que celui qui s’ abscente soit sanctionner , cela va éviter aux enfants de prendre le large dès qu’ une mauvaise occasion se présente.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 09:28, par simien
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    bj il faut que ces filles reprennent immediatement les cours
    la grossesse n’empeche pas a une fille de suivre les cours
    les renvoyer c’est les pousser à la prostitution aprés
    c’est dommage qu’en 2011 on rencontre des directeurs d’ecole comme ca
    le ministére de la promotion de la femme, de l’action social doivent prendre attache avec le lycée concerné

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 09:32, par Diblo
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Mon Dieu !Quelle honte ? exclure des filles parcequ’elles sont enceintes ?
    Je suis enceinte et la vie s’arrête pour moi.
    Hhonorables éducateurs soutenez plutôt ces filles au lieu de les exclure.

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 11:53, par saksida
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Je crois qu’il y a un problème de morale qui se pose dans cette question. Quel parent voudrait avoir sa fille non mariée en grossesse à 15 16 ou même 17 ans. Soyons serieux, la question n’est d’accepter les élmves en grossesse dans les écoles, mais surtout de leur enseigner, filles comme garcons à ne pas s’adonner à l’immoralité sexuelle. Celui qui dit qu’une grossesse ne peut pas empecher une fille de reussir à l’école ignore un peu les difficultés rencontrés par les femmes en grossesse C’est pourquoi, il doit y avoir cette collaboration famille-école pour encadrer, éduquer nos enfants à vivre sainement leur sexualité.Le Texte qui permet aux filles enceintes de continuer leurs études est justifié, mais resout partiellement le problème car avec un enfant sous les bras au secondaire ou au primaire, ce n’est pas evident de pouvoir avoir tout le temps necessaire pour etudier en classe Alors cette mesure ne doit pas ètre consodérée comme un cheque en blanc à l’immoralité sexuelle de nos enfants. Quelle religion, m♪me traditionnelle encourage une telle action de nos enfants. Aucune. Alors continuons à sensibiliser nos enfants.

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre 2011 à 13:53, par TONY
        En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

        on est où là ? Il faut laisser le choix à ces filles de venir ou de ne pas venir à l’école en étant enceinte. Personnelement je trouve que c’est deja courageux de venir dans ce cadre dans leur état et supporter les regards interrogateurs de leurs camarades.
        Une des solutions serait d’enseigner l’éducation sexuelle dès la classe de 6ème en SVT, car les adolescents d’aujourd’hui sont très précoce

        Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 13:14, par Lenox
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      C’est vraiment dommage pour notre système éducatif.Il suffit d’un rien pour que le débrayage soit décrété ;pour que les établissements publics ferment ;pour que les fondateurs d’établissements privés libèrent les élèves au mépris du calendrier scolaire au motif que des casses sont prévisibles.
      C’est la démission totale de l’Etat et l’absence d’autorité dans ce pays pauvre qui s’achemine à coup sûr vers le gouffre :
      - une jennesse sans repère,sans éducation et sans emploi naturellement,
      - une fonction publique gangrénée par la corruption,le clientélisme,le laxisme et des mois sans salaire inévitablement,
      - un secteur privé opportuniste des situations de troubles et épuisé par un envirronnement d’insécurité et inccompatible avec les affaires ;
      voilà un peu rapidement égréné le chapelet de maux dans lesquels baignera la société Burkinabè si le gouvernement n’y prend garde.

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 19:12, par olar
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      franchement si des filles qui ne sont meme pas en classe de 3eme tombes enceinte et si on pense que ca ne gate pas pas son avenir cest archi faux durant les 9mois avec les maleses et autre si elle peux reussir son année scolaire ca je ny croix pas cest mieux de donner la lecon aux jeunes fille de se protéger avec cest maladies qui cours cest graav ! surtout que les éleves ne veulent plus travailler

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 09:44
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    C’est bien comme ça. Des citiyens qui ferment leur mairie et emporter les clés, d’autres barricadent des voies au gré de leurs humeurs, des bambins sortent pour soutenir la promotion des grossesses en milieu scolaire... on aura tout vu sous ce ciel.
    Que l’on se comprenne : il n’est pas dit de ne pas tomber en grossesse mais il serait judicieux de faire un choix. N’encourageons pas nos bambins dans cette sale initiative sous le fallacieux prétexte de promotion de l’éducation des jeunes filles. l’éducation est globale et non partielle.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 10:04, par PAPUS
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    IL RESTE KOUBRI ET LOUMBILA

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 10:04, par LTO BOYS
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    bjr le faux que les soi disant établissement religieux respect éthique du système éducative car si ca continu nous allons de demande de les ferme car il son sources de mal

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 10:30
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Monsieur,je pense que l’école se nomme sainte Colette mais elle n’est religieuse.

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 10:35
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Tu dis quoi toi ? Avec un français approximatif tu ne peux même pas fermer une école sous paillotes en plus forte raison un établissement religieux. On veut un débat constructif mais pas des réactions insensées comme les tiennes que nous voudrons avoir. Il n’y a pas pire homme que l’insensé. Et tu en es un. Toujours a fait sortir des balivernes de leurs bouches. Un problème est posé,au lieu de poser la problématique, de chercher les causes et les conséquences, et de trouver les solutions tu te permets sans scrupules de mettre au grand jour ton ignorance et ta mauvaise foi. Les personnes de ton genre ne peuvent être que désolation pour leur société.

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre 2011 à 14:17, par Puis...
        En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

        Ne laissons pas le maniement de la langue francaise devenir un element discriminatoire dans le forum tout de meme !!
        Je comprends votre reaction, mais ne pensez-vous pas qu’il est assez important d’encourager la participation de tout burkinabe dans ces debats ! Combien de jeunes et meme de femmes d’apres vous participent a ces debats ? Ne gagnons nous pas a avoir un apport de reflexion, meme moindre soit-il ? essayons de ne point discriminer, ni stopper l’initiative de nos braves citoyens.
        Bonne journee a vous

        Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2011 à 19:24, par Amicalement
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      Mr LTO BOYS, on voit que toi tu es vraiment un demon, un disciple de Satan. Que Dieu sauve ton âme !!!

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 10:15, par JUSTICE
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Chapeau à vous ministre !!! les exclure ne ferait qu’accroitre leur vulnérabilité. Personne n’a choisit de venir au monde. Il est même possible que certaines sœurs aient été des exclus de la société qui ont été récupérée.
    Encore merci surtout pour la vulgarisation de ce texte au niveau des établissements mais ce devrait être fait dans tout le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 10:47, par 2LAPIKA
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    les élèves on parfaitemebt car si tout les élèves du pays allaient amboiter le pas de la ste collette en province ou j’enseigne il n’y aura pas de fille qui franchira la classe de 4è. En effet plus 40 pourcent de nos sont des filles mères ou des fille en grossesse ou en des femmes mariées sans enfantS. Evaluer ce que ça donnera si on se mettait à exclure les filles/femmes enceinte des établissements d’enseignement.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:09, par Chan
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    si les élèves enceintes ont repris les cours il faut que le ministre parle aux directeurs des différents établiments pour qu’ils mettent fin à la grève et reprennent les cours normalement, que Dieu bénisse notre cher pays le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:22
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    TROP C’EST TROP. je suis fatigué de voir nos enfants dans la rue jouer aux voyous. Il ya des problèmes certes. il faut les résoudre entierement. mais pas de cette manière. cela fait combien d’années que les élèves perturbent les cours en décembre ? dans quel but ? nous sommes en démocratie, s’il ya des élèves qui veulent faire la grève c’est leur droit. ceux qui veulent suivre les cours aussi, c’est leur droit.
    il faut que l’etat prenne ses responsabilités en retablissant l’ordre. IL FAUT EDUQUER LES JEUNES ! les parents ont démissionné, l’état démissonne, il reste les prof qui sont de plus en plus découragés. que vont devenir ces enfants sans éducation ?????

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:45, par Le clairevoyant
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Il faut dire les choses claires et nettes. Les agissements des élèves ont un lien avec l’impunité nourrie depuis plus années avec le régime en place. Et son dénouement passe forcement par la mise aux arrêts des criminels de différents bords et leur sanctions conforment à la lois. En commençant bien sur par Thomas Sankara et sa suite en passant par Nobert Zongo, sans oublier les élèves et étudiants qui ont subit le même sort.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:48
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    je crois que les responsables doivent connaitre les textes avant de prendre des décisions comme cette décision d’exclusion des élèves enceintes car rien ne doit être fait au hasard dans ce pays. la vie est dur au BF donc ne la compliquons pas si non voici une conséquence.......bravo aux élèves mais rentrer en classe maintenant car le show est fini !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 11:52
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Il est bon temps que le gouvernement prennent ses responsabilités et faire face à ses mouvements d’élèves qui ne savent ce qu’ils veulent.Nous avons tous été élèves et en son temps on marchait pas au hasard.Ils faut qu’ils (élèves) soient bien mattés et qu’ils puissent savoir qu’une lutte doit etre toujours bien organisée.Ils veulent griller encore ce mois de décembre:Génération de paresseux ! l’Etat doit retrouver son autorité et faire respecter les lois dans toutes ses dimensions.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 12:22, par perch
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    je voulais juste savoir si au Burkina Faso il y’a une loi qui concerne le fonctionnement des écoles religieuses et leurs ouvertures ? quel est l’âge pour le mariage au Burkina Faso ? cet âge a été adopté par qui ? A quel âge le jeune Burkinabé qui doit finir ces études secondaire et universitaire commence à travailler ? je pense que ce sont des questions que chacun d’entre devront se poser avant tout action. je ne juge personne car j’ignore les textes comme beaucoup d’autre Burkinabé. mais ce que je peux dire c’est le manque de moyen financier, les mauvaises compagnies et le manque d’information qui sont responsables des grossesses non désirées dans nos établissements.j’aurai aimé que le gouvernement pense à cela. si tous les élèves du Burkina Faso avaient droit à un petit bourse par moi cela pourrait changer un temps soit peu.(je ne suis pas élève ni étudiant juste une idée pour aider les décideurs. j’imagine les réponses à cette solution ? on me dira que même au supérieur il n’y a de bourse. la solution est simple il suffit de discuter avec les opérateurs économiques.je suis contre la discrimination.
    merci beaucoup et bonne journée

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 12:25, par Eudes
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    C’est déplorable que des filles soient exclues pour grossesse.Au lieu de se préoccuper de sensibilisation, ils se s’activent aux sanctions.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 13:12, par autre-façon-de-voir
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je ne sais pas où le journaliste a eu ses info, mais il semble que la grève était dirigée contre la surveillante qui a eu sa méthode à elle pour détecter les filles enceintes. elle entrait dans les classes et demandait aux filles de soulever leur chemises afin qu’elle regarde leur ventre pour savoir si elles sont enceintes, sachant que ce sont des classes mixtes. et utilisait l’expression "qui s’est fait gnasé" = qui s’est fait enceinté. les élèves demandaient son licenciement de l’établissement Sainte Colette.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 14:06, par MC
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    A Monsieur le Directeur de l’enseignement régional
    Helas ! Vous devriez inviter les délégués des élevés des différents établissements scolaires de Ouaga, car a l’état actuel les solutions unilatérales n’inspirent confiance a personne. Il le fallait tout simplement a l’issu d’une rencontre commune sanctionnée par un note consensuelle qui sera portée a la connaissance de tous les élevés et publics pour éviter toute exploitation inopportune de la situation

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 14:41, par Bayel
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Les raisons des perturbations sont ailleurs, les grossesse des filles encore un simple prétexte comme toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 16:12, par Alexio
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Notre monde part a n avant pas en arriere.Le fanatisme religieux vs droits de la femme.Pourquoi une grossesse peut empecher uine fille a s instruire ?Une sanction coloniale qui couter la situation sosiale de nos soeurs en Afrique plus partivulierement le Burkina-Faso.En france comme ailleurs en Europe pouvait declancher des dommages et interets comme sanction juridiques a l ecole.Le ministre de l education doit intervenir et reformer ses mentalites retrogrates.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 16:28, par biiga
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je ne partage pas le désordre des élèves, mais j’avoue tout de même qu’il n’ont pas entièrement tort.Comment des responsables d’établissement vont exclure des filles de leurs classes sous prétexte qu’elles sont enceintes ? Le règlement intérieur est-t-il au-dessus de la loi ? On aurait dû les laisser libre, tout en sachant que certaines finiront par abandonner les bancs d’elles-mêmes car leur nouvelle nature ne leur permettrait pas d’être règulière aux cours.Si au nord et au sahel on allait chasser des filles en grossesse ou femmes enceintes des établissements scolaire, plus de la moitié des classes seraient vides dans ces régions du Burkina.Le malheur de ce pays est que les lois ne sont pas connues de tous, sinon cette situation ne devait pas arriver.Que Dieu bénisse le Burkina et que chacun cultive la paix dans son coeur pour le développement de notre chère patrie.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 16:59, par Coach formateur TSOUM
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je vous avait prévenu dans le numéro passé concernant cette affaire que les deux ministres de l’enseignement devraient prendre cette affaire au sérieux.Nous voilà dans des perturbations de cour en début d’année et n’oublions pas cela pourra rattraper le 13 décembre comme chaque année.
    Je prie DIEU que la situation se rétablisse le plus vite possible.
    Ensemble nous gagnerons !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 17:04, par la voie
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    ce qu’on attend des ecoles c’est l’instruction de nos enfants. si nous demissionnons coté education à la maison l’école ne peut se substituer à nous. enceinte ou pas tous les enfants ont droit à l’instruction. soyons tous responsables et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 17:13, par papson
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    ecouter jean claude n’est pas un exemple et donneur de leçon en matière de grossesse parce que lorsqu’il etait professeur au CEG de kampti dans le poni a enceinté son élève de 3ème ce qui l’a couté des bastonnages ;demander sa 1ère fille qui est avec lui comment il l’a eu ?n’importe quoi

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 17:15
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je suis parfaitement du même avis que toi saksida.l’exclusion de ces elèves en grossesses visent à dissuader toutes celles qui seront tentée d’adopter cette voie.les parents devraient en concert avec le corps enseignant voir dans quelles mesure aider leur enfants à prendre au serieux leur etudes,et cela evitera aussi ces genres de situations qui n’honorent ni les parents ni l’etablissement encore moins la jeune fille.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 17:16
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    ce mouvement des élèves n’a rien a voir avec la grossesse des éleves. il est temps que le gvt empêche les pertubateurs de continuer . En decembre les agitateurs mettent tout en oeuvre pour anticiper les congés de noèl.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 17:22, par rkab
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je suis parfaitement du même avis que toi saksida.l’exclusion de ces elèves en grossesses visent à dissuader toutes celles qui seront tentée d’adopter cette voie.les parents devraient en concert avec le corps enseignant voir dans quelles mesure aider leur enfants à prendre au serieux leur etudes,et cela evitera aussi ces genres de situations qui n’honorent ni les parents ni l’etablissement encore moins la jeune fille.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 17:42, par rkab
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je suis parfaitement du même avis que toi saksida.l’exclusion de ces elèves en grossesses visent à dissuader toutes celles qui seront tentée d’adopter cette voie.les parents devraient en concert avec le corps enseignant voir dans quelles mesure aider leur enfants à prendre au serieux leur etudes,et cela evitera aussi ces genres de situations qui n’honorent ni les parents ni l’etablissement encore moins la jeune fille.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 18:25
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    CEUX QUI SONT CONTRE LES EXPULSIONS C EST CEUX LA MEME QUI ENGROSSENT LES ELEVES.QUI SOUVENT ABIMENT LEUR VIE.IL FAUT PUNIR CES HOMMES !!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 18:57, par freedom figther
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    on a qu’a se la vérité qu’on respecte le droit mais les élèves ont djô en brousse l’expulsion de ces filles ne peut pas expliquer cette grève.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2011 à 23:50, par mimi a NYC
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    les auteurs qui on refouler les filles de lecole sont trop trop gaou qoi avec des mentalites trop retarder. garder le bebe et avorter, lequel est mieux ?
    venez au USA ici, letat protege tres tres bien les enfants et lavortement es bel et bien puni par la loi.
    ici tu es une fille encinte, tu par a lecole sans probleme wet tout le monde te respecte sans problems. personen na va t chasser, persone ne va mal te juger. et j n trouve pas en qoi une grossesse p empecher une fille daller a lecole a moins qu’elle veut elle meme aretter lecole.
    laissons cest filles la, c leur choix et prions q leur acouchement se passe bien. c nest pas un crime

    Répondre à ce message

    • Le 30 novembre 2011 à 02:00, par koma
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      s’il est vraix que les filles ont deja reintegré les classes depuis, et c’est voyous qui sont a l’ecole parsqu’il n’ont nul part ou aller trouve ici un pretexte pour perturber les cours, alors les vraies questions sont ailleurs. Jusqu’a quand allons nous laisser les eleves croire qu’ils peuvent tout se permettre ? Nous sommes bien dans un Etat de droit ou pas ? C’est quel pays ou quand un groupe se fache, tout le monde doit se facher, ou bien personne ne doit aller au travaille, ou etre tranquille. Si on a pu regler le cas des militaires, je pense qu’on doit pouvoir regler le cas de ces voyous qui ne veulent rien faire et qui empeche les autres de travailler...

      Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2011 à 01:13, par Plato
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je suis très content du contenu de certains posts. Ce que je veux dire est que :
    - Il est inhumain d’exclure des filles pour cause de grossesses ;
    - C’est aussi un pretexte pour les élèves de ne pas aller au cours
    - c’est aussi peut être un petit groupe monté par des fondateurs pour qu’il perturbe les cours car lorsqu’il n’y pas cours, cela génère des gains substantiels pour les fondateurs. 1 heure de cours coute 2000 ou plus.
    le gros problème c’est la sanction qu’on prend pour ce type de fondateur comme celui de Ste Colette puisque nul n’est censé ignoré la loi. Si aucune sanctionne exemplaire n’est prise, d’autres feront autant un autre. Combien d’heures de cours ont été perdues à cause du zèle de fondateur ? Les parents qui font mains et pieds pour assurer les frais de scolarité de leurs rejetons les voient perdre des heures précieuse de cours et que dit le ministère dans toute cette affaire ? Il faut peut être sonner le tocsin ? NB que Ste Colette est le 2ème plus grand établissement secondaire de Ouaga selon mes informations.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2011 à 12:20, par Queen
    En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

    Je pense qu’il ne faut pas encourager les élève dans cette action en particulier ; car ce qui s’est passé à Sainte Colette pouvait se gérer entre les élèves dudit établissement et leur direction ! les grève doivent être circonscrites : il y a des grèves qui n’engagent qu’un établissement ; d’autre une circonscription et d’autres encore tout une ville ; il faut savoir faire la part des choses. J’étais vraiment triste de voir passer devant moi des enfant qui ne savent même pas de quoi il s’agit, tenant des pierre à la main criant, "libérez ! libérez !" voulant allez faire sortir les enfants d’une école maternelle non loin de mon service ! Est-ce là notre désir ? C’est bien d’être content de voir le vent tourner, que ceux d’en haut puisse avoir peur, mais pas à n’importe quel prix ? on ne doit pas cautionner n’importe quelle action sous prétexte qu’on est content de voir frémir nos dirigeants !

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre 2011 à 12:54, par le sage
      En réponse à : Ouagadougou : Les cours perturbés dans les établissements scolaires

      POUR MA PART JE PENSES QUE L’idée d’expulser les futures mères,si je peux me permettre ainsi,n’est pas la solution.il est bien vrai que suivre les cours dans de telles situations n’est pas facile et par conséquent peut nuire à leur santé,mais je crois que si ces dernières disposent de leur possibilité de pouvoir continuer leurs études,alors je ne vois aucun inconvénient d’autant plus-qu’il existe des filles qui réusissent en étant enceintes ;donc cela ne peut en aucun cas perturber leurs études.tout est une question de volonté et de discipline.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés