UNIVERSITE DE OUAGA : Surveillants en grève, étudiants en colère

mardi 22 novembre 2011 à 00h49min

Les étudiants de la première année de droit ont barricadé le boulevard de la circulaire, au niveau du SIAO, le 21 novembre 2011 pour, ont-ils dit, manifester leur mécontentement suite au report de leur dernier devoir de la première session à une date ultérieure. Devoir que les surveillants ont refusé de surveiller pour non-paiement de leurs frais de surveillance.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

" Vous n’auriez pas dû barricader la route à ce niveau. Si je force le passage vous allez me bastonner ? Tels sont les propos d’un usager du boulevard de la circulaire qui tentait vainement, hier, de raisonner les étudiants. Certains ont voulu forcer le passage mais ils n’y sont pas parvenus. Deux militaires à bord d’un véhicule se sont également retrouvés au milieu des étudiants. Couverts de flashs de téléphones portables et de cris, ils ont vite rebroussé chemin. Seule une ambulance a été autorisée à franchir le périmètre barricadé. Pour certains étudiants, le fait de barricader la route vise à amener les autorités à trouver rapidement une solution en fixant une nouvelle date pour la composition du devoir.

" Nous savons que ce n’est pas bien de barricader ainsi la voie, c’est pourquoi nous leur demandons de la libérer car il y a d’autres voies pour se faire entendre", a soutenu Moussa Rouamba, délégué ANEB (Association nationale des étudiants burkinabè) corporation SJP section de l’université de Ouaga II. Pour lui, les étudiants mettront fin à leur mouvement lorsqu’ils sauront avec précision quand ils composeront leur devoir qui vient d’être reporté pour la 2e fois.

Il a confié que les délégués se sont rendus à la présidence de l’université afin d’obtenir une date. Et un de ses camarades de préciser que ces derniers s’y sont rendus au moyen d’un bus qu’ils ont pris en otage. Selon Félix Wangrawa, un des surveillants qui ont refusé de surveiller le devoir, ce n’est pas de gaieté de coeur qu’ils ont posé cet acte mais il le fallait pour que l’administration les prenne au sérieux. Selon ses explications, cela fait 6 mois que les surveillants n’ont pas perçu leur dû alors qu’on leur avait fait savoir qu’ils seront payés au plus tard un mois après service effectué. " La semaine surpassée, nous avons menacé d’arrêter la surveillance si on ne nous payait pas et l’administration nous avait demandé d’attendre mercredi, puis jeudi ensuite vendredi.

Nous avons accepté de surveiller un devoir ce même vendredi dans la matinée et refusé un autre qui devait avoir lieu dans la soirée. Et comme d’habitude, on nous a demandé de surveiller le devoir de ce lundi car des comptables allaient venir nous payer. Mais jusqu’à 9h, aucun comptable n’était présent. Nous avons donc décidé de mettre à exécution notre menace", a-t-il indiqué. Il a ajouté qu’ils ont été finalement payés après deux heures d’attente au niveau de l’université et sont prêts à surveiller les devoirs à tout moment. Mais cette information n’a pas rassuré les étudiants qui étaient toujours déterminés à occuper le boulevard jusqu’à l’obtention d’une nouvelle date de composition de leur devoir.

Dabadi ZOUMBARA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 novembre 2011 à 08:19
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGA : Surveillants en grève, étudiants en colère

    Chers étudiants vous qui aimez lutter pour l’amélioration des conditions de vies et d’études devriez comprendre que ces pauvres surveillants méritent votre soutien.
    C’est dommage ce que vous avez fait.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2011 à 08:26, par Armel
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGA : Surveillants en grève, étudiants en colère

    D’où sont sortis les fonds qui ont finalement servi à payer les surveillants ? Vous voyez, ce qui est vraiment déplorable dans ce pays, c’est le jemenfoustisme des auorités. Ils attendent chaque fois qu’il y ait des mouvements pour prendre au serieux tout problème. A cette allure j’ai envi de dire, quand tu veux te faire écouter par nos autorités agis de la manière la plus violente et tu seras rapidement écouté. Les militaires nous ont donné une preuve et ces faits ne font que corroborer cette opinion.
    Si en SJP les bacheliers de juillet 2010 sont toujours au premier semestre, quand le finiront ils pour entamer le semestre 2 ? A quand la rentrée pour les bacheliers de juillet 2011 ?
    Vraiment, ça me fait mal et ça me fait pitié de voir que nous avons des gens sans coeur ni foi qui nous gouvernent de cette manière.

    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2011 à 08:27
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGA : Surveillants en grève, étudiants en colère

    C’est à croire que les manifestations de février mars et avril n’ont servi à rien ; comment peut-on encore jouer avec le feu en ne payant pas les gens alors que l’argent est là ? Ce qui est rassurant dans tout ça, c’est que les gens ont bien compris qu’il faut maintenant se défendre contre l’injustice. Il a fallu cette grève et la perturbation de la circulation pour que les surveillants soient payés ; les responsables doivent être sanctionnés. Point

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2011 à 09:39
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGA : Surveillants en grève, étudiants en colère

    Allez les gars !Et bon courage pour la défense de vos droits et conditions d’étude et de formation décentes. Pressez-vous à Gauche, du côté des vraies forces révolutionnaires ! Refusez de vous laisser berner par un régime qui a fait ses preuves et qui a fait du Burkina-Faso un pôle majeur d’ancrage néo-colonial et françafricain dans la sous-région. Soyez sans illusion par rapport aux forces d’opposition molles dont le projet est seulement de donner au peuple Burkinabè la possibilité de choisir ses oppresseurs locaux par des élections alternatives bidon à venir et dont on sait par avance qu’elles seront pipées au profits des éléments les plus zélés à servir l’impérialisme occidental et français en particulier. Il n’y a plus rien à attendre de ces couches de réactionnaires, de féodaux et autres réseaux de prédation structurelle de nos peuples. Localement, ce sont eux qui sabotent votre avenir, l’avenir de l’Université burkinabè et africaine dont ils organisent la privatisation rampante et que leur rejetons évitent pour l’étranger. Mobilisez-vous dans tous les départements et armez-vous idéologiquement contre l’impérialisme et les couches néo-coloniales qui gangrènent nos sociétés.

    Répondre à ce message

    • Le 22 novembre 2011 à 18:17
      En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGA : Surveillants en grève, étudiants en colère

      les gars ces discourt la nous dirige droit dans le mur des soit disant revolutionnaire des revolutionnaire bourgoie j’ai honte la preuve les [parti dit revolutionnaire son des bourgoie devant la tele ils se font sobre mefions nous defendons nos interet dignement sans ces histoire de francafrique du n’importe quoi ils disent souvent des chose a vomir qui de ces gens la n’ont pas leur enfants en europe eh laisser nous tranquil

      Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2011 à 10:09, par cool
    En réponse à : UNIVERSITE DE OUAGA : Surveillants en grève, étudiants en colère

    naan laara,an saara !!!!
    seule la lutte paie. Ceux qui sont en face ne comprennent qu’un seul langage, exprimez vous alors par ce langage, vous aurez la chance de vous faire entendre. Peace à vous

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés