Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble.Proverbe Africain» 

Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

Accueil > Actualités > Portraits • • lundi 21 novembre 2011 à 00h11min

C’est une évidence, aujourd’hui, de dire que les conditions de vie et d’études des étudiants au Burkina Faso se dégradent. Surtout dans les universités publiques. Les fonds alloués aux locataires des campus couvrent à peine leurs besoins primaires. Face à ces difficultés, certains étudiants ne manquent pas d’initiatives pour « joindre les deux bouts ». De cette catégorie d’étudiants devenus entrepreneurs par la force des choses fait partie Eric Ky, inscrit en 2è année de droit de l’université de Ouagadougou. Il est vendeur de « pain anglais ». Un mélange d’œuf, de mayonnaise, de viande hachée…fourré dans du pain ghanéen et vendu à 500 F CFA l’unité. Le business d’Eric se porte bien puisqu’il emploie d’autres étudiants.

C’est en côte d’ivoire, alors qu’il y était allé voir ses parents qu’Eric Ky découvre le pain ghanéen fourré. De retour au pays, il décide avec Zakaria Bonané, étudiant en fin de cycle en Sciences économiques et de gestion(SEG) de tenter l’expérience, convaincus que sans les moyens, il est impossible de poursuivre les études. « Nos parents sont loin de nous et avec la situation en côte d’ivoire, l’aide de leur part était devenue rare. La souffrance donne des idées. Nous avons entrepris de faire quelque chose pour soutenir nos études » avance-t-il.

Pour eux, les débuts, à l’entendre, n’ont pas été faciles ; les gens les prenant pour des plaisantins, voyant d’un mauvais œil, des jeunes et de surcroît des étudiants vendeurs de pain. Mais Eric et son coéquipier n’ont pas désarmé. Ils ont su surpasser les mauvaises langues pour continuer l’activité. Le plus dur a été l’acquisition de la machine qui coûte 90.000 FCFA et ne se trouve pas sur le marché national. Mais, avec leurs petites économies ils l’ont fait venir de la Côte d’ivoire. Partis avec une seule machine, ils en sont maintenant à trois machines, preuve que l’activité se fructifie. Les trois points de vente s’animent. Dans la matinée devant la maison du peuple, le soir devant deux grands maquis de la ville.

Une micro-entreprise pour poursuivre sereinement les études

Très prisé par les consommateurs, le pain anglais de Eric Ky rencontre vite du succès. Il raconte, l’air enthousiaste « nous faisons souvent des recettes de 40 à 50 000 FCFA par jour en fonction du marché. Il nous est même arrivé de vendre 100.000 FCFA en une journée ». « Les vendeurs de pain » sont devenus des employeurs. Avec ces résultats promoteurs, Ils ont formé 5 autres jeunes pour intégrer le business. 4 étudiants et un élève. « Tous sont salariés et reçoivent 50.000 F CFA le mois ». Des revenus mensuels que les étudiants boursiers du premier ou deuxième cycle, à plus forte raison ceux bénéficiant du FONER (Fonds national pour l’éducation et la recherche) ne perçoivent pas. Le succès de cette activité ne va-t-il pas les détourner des études ?

L’étudiant en droit se veut rassurant, « nous ne perdons pas de vue les études. Nous travaillons en fonction de l’emploi du temps de chacun. Actuellement je prépare mes examens. Je me mets donc en retrait pour bosser. Ce travail, nous le faisons pour que chacun puisse avoir de quoi survenir à ses besoins et financer ses études afin d’avancer sereinement ». Quand on a le souci de manger, s’habiller, se soigner et payer le loyer, il est difficile d’avoir l’esprit aux études, renchérit-il.

Tout en continuant les études, Eric nourrit l’espoir de voir grandir la micro-entreprise. Acheter plus de machines, pour couvrir le marché Ouagalais pourquoi pas burkinabè. Il rêve d’un Mac Donald’s ( la plus grande compagnie de restauration au monde spécialisée dans la vente de hamburgers, poulet, frites, déjeuner, sodas…) version burkinabè. Les voyages participent de la formation de l’homme, dit-on. Eric Ky met cette initiative sur le compte de la chance qu’il a de sortir hors du pays pour voir comment les jeunes se débrouillent ailleurs. Il regrette le manque d’initiatives des étudiants et les appelle à entreprendre quelque chose concomitamment aux études pour ne pas tout attendre des autres.

Cheick Tiga Sawadogo

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 novembre 2011 à 02:56 En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    CONGRATULATIONS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 06:55, par Big sou des USA En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    cest une tres bonne initiative. Felicitation a Eric et ces compagnons. bon vent a eux que la grace de dieu les accompagne. beaucoup devrait suivre cet exemple car ca y va de la survie de la jeunesse. merci a vous Mr. le journaliste pour cet article.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 08:48, par simpos En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    AH oui hein ! pas trop con comme les autres samos ce petit exclavage la. Certainement qu’il a ete conseiller par un mossi. Bref c’est ca savoir se debrouiller. Continu tes etudes pour mieux gerer ton busness sinon ce n’est pas sur que tu auras mieux ailleurs. Les maitrisards dans la fonction puplique ont 3 fois moins que ce que tu as actuellement. Donc un conseils ne perd pas tes etudes mais ne perd pas non plus cette entreprise.

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2011 à 15:48 En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

      Il n’ a pas ete conseille par un mossi. C’est plutot un mossi qui va mettre le sable dans leur couscous. Que non, dans leur pain anglais. Le premier a oubvrir un telecentre dans ce pays etait une Samo. Les mossi ont ouvertt 10 telecentre chacun et voila ou nous en sommes. Espece d’esclaves a l’ imagination infertile. C’est vous qui allez toujours nous imiter. Mais vous etes des esclaves bosseurs meme si vous n’ avez jamais d’ idees originales.

      Drabo C. Oumar

      Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 09:21, par Boucantier En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    "C’est dans la souffrance que l’Homme crée" a-t-on dit. Bonne chance à vous !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 09:37, par Noxus En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    on peut que l’encourager car il a osé nombreux dont moi d’ailleur devraient s’en inspirer

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 09:46 En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Bravo à Eric et à toute son équipe.
    Comme quoi on peut trouver des solutions aux conditions difficiles de ce pays. J’en connais qui ont commencé comme toi, qui se sont battus réellement sans rien attendre de leur condition d’étudiant ni de l’aide de leur parents. Aujourd’hui ils sont chefs d’entreprises. C’est un vrai esprit entrepreneuriale, je t’encourage vivement. Bon vent

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 10:38 En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Du courage mon type,on peux dire que tu es un vrai intelo. Ce deal peux vraiment devenir une grande entreprise si tu tiens bon

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 11:01, par Verita En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Du courage les gars. Et surtout n’abandonnez pas ce boulot pour les études (faites les deux en même temps) ; parce qu’une fois que vous aurez les dipmôles, ce n’est pas évident que vous gagnez du travail quant on voit le nombre de diplômés qui chôment de nos jours.Une fois à Ouaga, je passe achéter un pain anglais avec vous devant la Maison du peuple.Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 13:40, par Nayala En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Bravo !!!! Et courage pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 15:15, par Lawa En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Qui vous dit qu’un buveur de gnantooro n’est pas intelligent ?le samo quand il se frotte à ses maîtres devient éclairé. Bon vent à vous. Ne perdez surtout pas de vue les études.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 15:15 En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    seulemen si ns Banques pouvais financer (micro) jst pr c genre d machine.
    Courage mn frere

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 16:23 En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Du courage à toi mon frère et que ton entreprise prospère !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 16:36, par Marie En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Bravo !!! Courage !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 16:40, par LeRohnier En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Au moins, des jeunes qui ont compris que ce n’est pas dans les bottes des politiciens qu’on réussit forcement. Ces gars-là doivent être connus.

    Mon cher Ki, il vous reste maintenant à étudier la possibilité de livraison à domicile, lieu de travail. Je vous encourage.

    Monsieur le journaliste, pourquoi n’avoir pas mis leur contact. ça me plait ces genres d’initiative.
    Mais un conseil, ils n’ont qu’à rester vigilant car les idiots de politiciens sont capables de tout.

    Tout simplement belle initiative.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 17:42, par elcohote En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    mon chapeau est au sol pour vous.
    je vous vois plus que Macdonald dans l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 18:03, par Alain En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Arrêtez de féliciter ce samo. Il a un très bon conseiller Mossi qui apporte l’éclairage nécessaire sinon il allait vendre kiapalo sur le campus.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 20:28 En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Bon courage mon frere. Au lycee je faisais du petit commerce. C’etait en 2004. C’etait pas grand chose mais je n’avais j’etais a l’abri des petits soucis d’argent que rencontraient mes camarades. Je transformais les graine d’arachide en croquette qu’on appellait communement caramel. En son temps c’etait pas tres repandu. Aujourd’hui on en trouve partout. C’est pour te dire d’essayer de proteger ton savoir faire. Les mossi font tout ce qui marche. Bientot tu risques d’en voir un peu partout comme les telecentres. Mais heureusement qu’en matiere de nouriture ce n’est pas la meme chose que certaines prestations de service... Ca me fait penser a une anecdote du pasteur Karambiri sur les "poulets televises" a Ouaga... Etant samo moi meme j’encourage les samos qui son ambitieux, et plein d’initiative. C’est chose rare en fait.
    Vivement un Mac’do a ta version !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 21:09, par mimi a nyc En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    courage mon freres

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2011 à 11:42, par Ben Idriss En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Belle initiative ! C’est un bon départ quand les étudiants francophones se rende compte que c’est pas seulement dans les bureaux qu’on peut gagner sa vie...!

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 13:25, par Betu En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Bravo vraiment à ce garçon qui est bien parti dans la vie !! Tous mes encouragements à lui et à toute son équipe !! J’aimerai bien si possible rentrer en contact avec lui.Cordialement !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2011 à 16:37, par LeMaitre En réponse à : Eric Ky, l’étudiant créateur d’emplois

    Bravo a toi Le Parent..
    Il faut bien nourrir (gaver)nos braves esclaves Mossis afin que Le Parent PARE en Chine puisse les ecouler aupres de nos clients Taiwanais.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tibo Jean-Paul Tapsoba, député MPP : « La chefferie coutumière a pour essence la politique »
Portrait : Yezouma Coulibaly, le militaire radié devenu grand agriculteur
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Député Goula Odagou : « Au Burkina, les partis politiques (…) sont l’incarnation des desiderata d’un seul individu »
Portrait : Ousmane Zerbo, l’homme qui a décidé d’assainir Dédougou
Lassina Gondé : « Le sport a fait de moi un homme politique »
Désiré Traoré, Député de l’UNIR/PS : La politique comme l’expression de l’engagement citoyen
Jean-Luc Bambara : L’art de la case maternelle, aux quatre coins du monde
Sécurité routière : Ousmane Sawadogo, un modèle d’engagement citoyen
Virginie De Clercq née Coulibaly, une géante dans l’agro-alimentaire à Toussiana
Fatoumata Alice Riouall/Diallo : De marchande ambulante à chef d’entreprise, le parcours d’une battante
École primaire de Zinka dans le Noumbiel : 100 % de succès au CEP pour la neuvième année consécutive
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés