Interpellation de Madi STMB en Côte d’Ivoire : Le Burkina officiel n’est pas encore au courant de l’affaire

vendredi 18 novembre 2011 à 01h40min

« Les autorités judiciaires et administratives ivoiriennes sont présentes à Ouagadougou pour le sommet de haut niveau entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Nous allons nous informer davantage sur la question. Et nous pensons qu’une solution sera trouvée », a indiqué, ce jeudi 17 novembre 2011, le ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la coopération régionale, Djibrill Bassolé, au cours du traditionnel point de presse du gouvernement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’était en réponse à la question d’un journaliste sur l’interpellation en Côte d’Ivoire, de Madi Ouédraogo, patron de STMB dans l’affaire de transport des pèlerins ivoiriens en terre sainte, à l’occasion du Hadj 2011. Le chef de la diplomatie burkinabè était en compagnie du ministre délégué chargé de la Coopération régionale, Vincent Zakané et du ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Alain Edouard Traoré. L’information avait été révélée par la presse ivoirienne et relayée par Fasozine.com du lundi 31 octobre 2011. Madi Ouédraogo, directeur général de STMB Tours, qui avait obtenu, après appel d’offres, le contrat pour le transport des pèlerins du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire, a été interpellé par les forces de l’ordre ivoiriennes.

Il est reproché à l’homme de n’avoir pas pu assurer le déplacement de tous les candidats ivoiriens au Hadj en terre sainte de l’Islam. Selon une source proche de l’affaire, M. Ouédraogo est toujours détenu en Côte d’Ivoire. Sur la question, le ministre Bassolé a indiqué que le gouvernement burkinabè n’a pas encore été officiellement saisi mais réagira au moment opportun.

Au cours de la rencontre avec les hommes de médias, il a surtout été question du sommet de haut niveau entre la Côte d’Ivoire et le Burkina pour évaluer la mise en œuvre du Traité d’accord et d’amitié signé en 2008 entre les deux pays. Selon Djibrill Bassolé, les Exécutifs des deux Etats se pencheront, entre autres, sur trois points. « Il s’agit de la construction de l’autoroute Ouagadougou-Yamoussoukro, de la réhabilitation du chemin de fer existant et sa prolongation jusqu’à Niamey, au Niger et de l’énergie », a précisé M. Bassolé.

Sur le plan commercial, les deux gouvernements, selon Djibrill Bassolé, discuteront de la création d’un environnement favorable des affaires. Ils vont également améliorer les dispositifs sécuritaires au profit des personnes et de leurs biens. Le problème du foncier rural sera aussi débattu par les participants au 2e sommet de haut niveau entre le Burkina et la Côte d’Ivoire.

Jacques Théodore Balima

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés