Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

vendredi 18 novembre 2011 à 01h39min

Le samedi 12 novembre dernier, le groupe scolaire Ste Colette de Ouagadougou était à son 7e cas d’exclusion pour cause de grossesse. Mais là, il s’agissait d’une femme mariée, ce qui aurait fait déborder le vase. Côté administration, on se refuse de parler de renvoi systématique. Nous sommes entrés en contact avec le mari de cette dernière, Grégoire Konkobo qui dit détenir la liste de l’ensemble des autres filles exclues. Ce qui est sûr, l’affaire fait grand bruit et le ministère des enseignements secondaire et supérieur s’est saisi du dossier tout comme l’action sociale. Le bureau des parents d’élèves est également mis à contribution pour désamorcer la bombe.
Le dernier cas en date a eu lieu le samedi 12 novembre 2011.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le mercredi 16 novembre, nous nous sommes rendus dans l’établissement sis au secteur 28 de Ouagadougou. Nous avons été reçus par le directeur-fondateur Jean-Claude Tiendrebéogo entouré des directeurs d’étude des deux sections (garçon et fille) du groupe scolaire Sainte Colette, Jean Clément Pandi et Roger Béré. Et voici leur version des faits : « La fille a eu des malaises en classe. Lorsqu’elle s’est présentée à l’infirmerie, on a voulu lui administré un produit, elle a refusé. Comme elle est déjà suivie, elle a demandé à ce qu’on ne lui fasse pas de traitement. C’est tout à fait légal (…). L’infirmier a détecté que la fille était enceinte, information que l’école n’avait pas. En principe, on doit recenser toutes celles qui sont enceintes et s’entretenir avec leurs parents pour pouvoir suivre l’enfant de commun accord. On a donc demandé à ce qu’elle parte pour revenir avec ses parents ».

Le mari de l’élève, Grégoire Konkobo que nous avons aussi rencontré donne plutôt une autre version : « Samedi dernier, les surveillantes sont entrées dans les classes et demander aux filles : quelles sont celles qui sont enceintes ? Si personne ne répond, elle demande de soulever les chemises pour qu’elles voient. Certaines ont accepté, d’autres ont refusé. Arrivé en 3e A4 (ndlr : classe de sa femme), la surveillante a demandé : « qui s’est fait gnasé », ce sont ces termes. Personne ne répondait. Elle a demandé à ma femme de soulever sa chemise, elle a refusé et a répondu qu’elle est une dame et qu’elle l’avait précisé dès son inscription (…). Elle a été huée dans la salle de classe, sortie sous les regards de tous, escortée à la surveillance et renvoyée le même jour ».

Mlle Yougbaré ou plutôt Mme Konkobo a donc appelé son mari pour lui faire savoir qu’elle vient d’être renvoyée pour cause de grossesse. Celui-ci, ayant d’abord pensé à une plaisanterie, prit tout le temps avant de rentrer à la maison vers midi. Mais que trouve-t-il ? Une femme en larmes, soutenues par quelques camarades de classe qui l’ont raccompagnée à la maison pour lui apporter du réconfort. C’est d’ailleurs celles-ci qui expliqueront en premier ce qui s’est réellement passé.

Accompagné d’un de ses petits frères, M Konkobo se rend dans l’établissement pour recueillir des témoignages, l’administration étant déjà fermée puisque nous sommes samedi.

JPEG - 89.9 ko
Le directeur de la section fille

Ayant convoqué les parents de l’élève, l’administration de l’établissement scolaire se retrouve face à son mari le lundi 14 novembre. « Lorsque je suis allé, le directeur a commencé par présenter ses excuses. Je lui ai demandé si c’est légal, il a dit que c’est légal. J’ai demandé : est-ce que vous avez intégré ça dans votre règlement intérieur, il n’a pas répondu à la question. Je lui ai dit que si c’est légal, je m’en tiens à ça, si ce n’est pas légal, on utilisera toutes les voies de recours nécessaires », précise Grégoire Konkobo.

Ecart de langage mais pas humiliation

« Nous avons reconnu qu’il y a eu un écart de langage de communication avec la surveillante mais il n’a jamais été cas d’humiliation d’une fille », réplique du fondateur de l’établissement lorsque nous l’avons rencontré.

Après quatre rencontres avec le mari de l’élève expulsée, le fondateur a présenté ses excuses et demandé à celui-ci de réintégrer sa femme au sein de l’établissement. Le bureau des parents d’élèves a été associé aux négociations afin de désamorcer la crise. « Nous avons la possibilité de protéger son identité », lance le directeur d’étude de la section fille Jean-Clément Pandi.

Le recensement des filles enceintes s’expliquerait par le besoin d’établir une liste pour les dispenser des épreuves d’Education Physique et sportive (EPS). Mais la plupart des filles, ne souhaitant pas que leurs parents soient informés de leur état de grossesse, préfèrent « quitter l’établissement plutôt que de venir avec leurs parents pour l’entretien », ajoute-t-il.

Le MESS et l’action sociale aux nouvelles

Jusqu’au mercredi soir, les négociations étaient en cours entre l’APE et l’administration du groupe scolaire Ste Colette. L’action sociale s’est aussi impliquée pour voir plus clair dans cette affaire. A notre arrivée, le fondateur et les directeurs d’études étaient entendus par la direction régionale des enseignements secondaire et supérieur du Centre. Tous étaient sur le qui-vive pour trouver une solution adéquate à cette situation. A la direction régionale du centre, le cas de mademoiselle Yougbaré a été expliqué et la situation de l’année dernière passée en revue. Les statistiques ont été mises à sa disposition pour exploitation, selon le fondateur, Jean-Claude Tiendrébéogo.

Le fondateur disposé à réintégrer les filles exclues

Lorsqu’ il a entendu les responsables de l’administration de cette école sur les ondes d’une radio de la place soutenir qu’il n’y a jamais eu de renvoi de fille pour cause de grossesse dans cet établissement, Grégoire Konkobo a exigé du fondateur la liste des autres exclues. C’était le mardi. M Konkobo est catégorique : sa femme est la 7e fille renvoyée pour cause de grossesse. Lorsque nous l’avons rencontré mercredi soir, il dit disposer cette liste qui lui a été remise par l’intermédiaire du secrétaire général du bureau des parents d’élèves par le fondateur. Il nous a même cité quelques noms, noms que nous ne pouvons publier ici. La plupart étaient en classe d’examen, 3e ou terminale. « Les premières filles renvoyées ont même vu leur scolarité remboursée », insiste-t-il.

A présent, Grégoire Konkobo ne semble plus se battre seulement pour sa femme mais aussi et surtout pour que la situation ne se répète plus. « Je suis repartie exiger à ce qu’il me remette la liste des filles exclues afin qu’on trouve une solution définitive et que même si le problème doit être résolu par l’Etat, que ce soit de façon définitive et générale ». D’ailleurs, sa femme ne veut plus entendre parler de cet établissement. « Qu’on rembourse ses frais de scolarité ou pas, je vais l’inscrire dans un autre établissement », soutient M Konkobo.

Lors de notre entretien avec les responsables de l’établissement, ils ont reconnu que des négociations sont en cours pour réintégrer les autres filles de l’établissement. Mais ils soutiennent que ces dernières n’avaient pas voulu faire venir leurs parents pour un entretien avec la direction de l’établissement si non il ne s’agissait pas d’exclusion systématique.

« J’aimerais interpeler le directeur de Ste Colette de ne plus dire qu’il n’y a pas eu de renvoi dans son établissement pour cause de grossesse parce qu’il y a eu des élèves renvoyées de Ste Colette de Ouagadougou. Le motif est qu’elles sont enceintes. Le samedi 12, il y a eu une surveillante qui est allée dans les classes et qui a dit aux filles de soulever les chemises pour qu’elle voie si elles sont enceintes, elle a proposé de faire des tests de grossesse. Il y a une fille qui a été huée et ses cours ont été suspendus le même jour », conclusion de
Grégoire Konkobo.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 novembre 2011 à 16:09, par Ben
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Mr Konkobo doit tenir les responsables de cet établissement en cas de fausse couche.Sa femme a dû subir un affront dont j’ignore le qualitatif.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 16:12, par uo
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    "Qui s’est fait gnasé". cette surveillance manque vraiment d’intelligence.

    Elle même là combien de fois elle à été ba.. sée.

    Dans tous les cas il faut en tenir compte ces situations qui souvent sont malencontreuses.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 16:14, par Vagabond
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Vraiment terrible ! L’identité de la dame ne peut plus etre preservée et la surveillante en tant que femme ne doit pas utiliser des termes assez blessants pour désigner les filles enceintes ! Elles sont et seront des mères comme elle alors balle à terre !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 16:37, par TINGA BIIGA
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    AU 21EME SIECLE DE PAREILLES CHOSES NE DEVRAIENT PLUS SE PASSER SURTOUT DANS UN PAYS CONSCIENT DE SON TRES FAIBLE TAUX DE SCOLARISATION ET QUI LUTTE POUR EN COMPENSER AVEC UNE ALPHABETISATION DE MASSE. QUE LES AUTORITES EN CHARGE DE CE DOMAINE PRENNENT LEURS RESPONSABILITES AFIN D’ENDIGUER DES CAS POSTERIEURS

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 16:42, par Hector96
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

    est ce que vous repartir demander a mr.Konkobo si l’inscription de sa femme était établie dans les réglés ? Par quel astuce il a procédé pour inscrire sa femme ?
    je site bien a aucun moment ce monsieur s’est présenté officiellement avec sa femme ?

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2011 à 17:30, par L’INTREPIDE
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

      Hector sachez lire entre les lignes. Il ne s’agit pas ici de problème d’inscription ou des conditions dans lequelles Mme Konkobo a été inscrite. Elle n’a pas été exclue pour problème de scolarité. Voues êtes tout simplement hors sujet. L’etablissement doit revoir sa manière de communiquer à travers la prestation des surveillants car de tels propos sont intolérables.

      Répondre à ce message

      • Le 17 novembre 2011 à 17:50, par Hector96
        En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

        Mon cher si tu trouve que c’est normal d’avoir des filles enceint o milieux de nos filles alors cree une ecole et prend les.

        Répondre à ce message

        • Le 17 novembre 2011 à 18:06, par L’INTREPIDE
          En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

          Je ne m’abaisserai pas jusqu’au niveau de votre incapacité à réagir poliment et à tenir un langage cohérent et intélligent. Comme on le dit il faut de tout pour faire un monde. Y compris vous Hecor96

          Répondre à ce message

        • Le 17 novembre 2011 à 23:29, par cisco depuis bengue
          En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

          hector tu es vraiment nul stp retourne rapidement a l ecole
          quel merdeux

          Répondre à ce message

          • Le 18 novembre 2011 à 11:57, par SEMK
            En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

            ai-je mal lu ? oubien le quidam "hector" a bien : au milieu de nos filles. J’espère qu’il n’a pas d’enfant. Sinon c’est regrettable. Hector, tu es d’une vacuité déplorable. Tu es un vrai HURON. Comme on est tous libre, tu peux continuer d’étalager des âneries.
            ""C’est parce qu’un sot ne se doute pas de son ignorance qu’il croit tout savoir."

            Répondre à ce message

        • Le 18 novembre 2011 à 07:30, par lil
          En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

          tu parles au hasard !!!

          Répondre à ce message

        • Le 18 novembre 2011 à 07:32, par lil
          En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

          tu parles au hasard hector !!!

          Répondre à ce message

        • Le 18 novembre 2011 à 10:17, par Noxus
          En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

          Cher monsieur hector je cois qu’il serait bien de montrer un tout petit peu d’intelligence dans vos propos. d’ou tenez vous que la grosse est une maladie contagieuse ??? pour trouver aussi abérant que femme enceinte suivent des cours avec d’autre qui ne le sont pas. votre reflexion est pathétique.
          ces pratique doivent changer, o expulse d’un etablissement pour raisons scolaires, toutes les raisons possibles d’expulsions sont et doivent etre contenues dans le reglement interieur ! pourquoi selon vous de telles clauses n’apparaisent pas dans les reglements ? tout simplement car on sait qu’elles sont abusives et discriminante. et sa m decoi qu’un "intelectuel" comme vous sa baisse a reflechir de maniere aussi feodal !!!! reprenez vous Mr !

          Répondre à ce message

        • Le 18 novembre 2011 à 11:12
          En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

          Mr Hector, il y a un médecin qui vous a dit que les femmes enceintes sont contagieuses ? Soyez un peu civilisé. Si votre fille se fait enceinter ce ne sera pas par ce qu’elle aura côtoyé d’autres filles enceinte. Je suis une femme et mère de filles

          Répondre à ce message

        • Le 18 novembre 2011 à 17:46, par karim
          En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

          Mr hector qu’est ce qu’elle peut etre basse ta moralité ! en plus d’etre decevant on pourrait penser que ta jamais été à l’ecole mais il ya que tu arrive à ecrire et meme sur le net.demande a ta maman peut etre qu’etant en 6em elle etait enceinte de tw. tè trop nase.poufffffffffff..........

          Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 09:09, par le juste et bon.
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

      cher herctor savez vous que l’on peut poursuivre la dame qui fait souléver les chemises des filles . et même l’établissement. et il faut savoir aussi que le règlement intérieur de l’établissement( si il est écrit dans ce règlement que les filles enceinte sont exclues) ne peut pas aller l’encontre de la loi du pays.
      hector grandissez un peu.

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 10:05, par Cmpétence
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

      Ah, M KONKOBO s’est enfin trouvé une femme ? C’est de laquelle il s’agit ? Est-ce votre copine ou votre femme réellement ?
      Les établissements privés visent entre autres des résultats qualitatifs et les jeunes filles qui, au lieu de suivre les cours optent de faire autre chose compromettante peuvent être sanctionnées de la sorte. Un peu de sérieux vous aussi !

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 13:36, par homme
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

      toi Hector... là, tu es trop bète !

      Répondre à ce message

    • Le 19 novembre 2011 à 21:16, par la patrie ou la mort !
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou

      mon cher Hector ta vraiment rien compris !
      quelque soit la situiation matrimoniale, qu’une fille
      soit marié ou pas, quelle est piquée une grossesse indésirée ou pas aucun fondateur n’a se pouvoir ou se droit d’exclure une fille pour cause de grossesse. c’est une discrimination fondée sur l’état de grossesse ; c’est comme si on licenciait votre femme pour cause de grossesse. etre enseinte ne prive pas au droit à l’éducation, à la connaissance. Esqu’elle est inscrite à la ste collette pour être une soeur réligieuse ? non !le mari de la victime doit demander reparation pour le prejudice morale subi:traitement discriminatoire, atteinte à la dignité...
      M. Hector ! imaginé un instant qu’une des victimes est votre sosoeur, votre fille ou votre maman, vous comprendrez !

      La patrie ou la mort

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 16:49
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    sais pas koi dire sur cette affaire
    sais pas ki a raison
    mais a notre temps,jusqu’en terminale j’ai jamais vu une élève enceinte et ça donne a réfléchir de l’état de notre société

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2011 à 17:10, par kaaya
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      tu viens d’ou toi ???

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 11:17, par Tonica
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      ça donne vraiment à réfléchir quand nous avons des gens qui sous l’anonymat que leur donnent les écrans d’ordinateurs pour écrire du N’IMPORTE QUOI.

      Je suis responsable d’établissement scolaire et ces cas de filles ou femmes enceintes dans les établissements scolaires et centres de formation ne doivent plus nous étonner.

      Nous avons de nos jours dans nos écoles des femmes mariées et de personnes en âge de procréer qui s’inscrivent pour poursuivre leur scolarité.

      Dans mon établissement par exemple, il y a eu au moins 5 femmes qui sont tombées enceintes en cours de l’année scolaire passée. La seule chose que j’ai dit est que si ça ne leur pose pas de problème pour continuer, tant mieux.

      Ma propre femme s’est inscrite dans un établissement de la place alors qu’elle venait d’avoir sa grossesse, et je ne l’ai même pas accompagnée pour aller l’inscrire. Les responsables dudit établissement n’y ont pas vu d’inconvénient.

      Une autre élève est venue s’inscrire dans notre école en classe de 2nde le mois passé alors qu’elle est déjà enceinte de plus de 4 mois.

      Le problème n’est pas à ce niveau (grossesse), avec un pays à faible taux scolaire comme le Burkina, de tels agissements de la part de responsables insouciants doivent être blâmés.

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 16:59, par Coxy
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    C’est incroyablement maladroit que de faire ça aux élèves. Quelles seront les conséquences psychologiques pour ces futures mères et leur bébé respectif ? Pourquoi un tel manque de tolérence, dans un pays qui se veut en développement ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 17:02
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Le directeur de l’établissement a raison de dire qu’il n’y a pas eu renvoie de fille enceinte. Si on te demande d’amener ton parent et tu refuses on te remet ta scolarité et tu vas te chercher ailleurs. Mes amis, se sont ses cas qui font que nous ne pouvons plus éduquer nos filles. les filles enceinte dans les établissements n’ont qu’à se trouver d’autres écoles. d’ailleurs, je propose qu’on les regroupe dans une même école là elles verront la honte qui va les tuer. On les a raté à sainte Colette.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 17:24
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    OUI MON FRERE TU AS RAISON.IL FAUT METTRE CES FILLES DEHORS CAR ELLES RISQUENT DE CONTAMINER CELLES QUI NE SONT PAS EN GROSSESSE.LES PARENTS VOUS ENVOIENT A L’ECOLE POUR CHERCHER VOTRE AVENIR ET VOUS ETES LA A TOMBER ENCEINTES.AYEZ PITIE DE VOS PARENTS QUI SE SACRIFIENT POUR QUE VOUS AYEZ UN AVENIR RADIEUX.
    MEME L’ETAT REINTEGRE CES ELEVES DANS L’ETABLISSEMNT IL RESTE QUE LEUR ATTITUDE EST DEPLORABLE ET FERA TACHE D’HUILE AU SEIN DE LEURS CLASSES RESPECTIVES.
    MON POINT DE VUE RESTE QUE IL FAUT REMETTRE CES FILLES A LEURS PARENTS POUR QU’ELLES REFLECHISSENT SUR CE QU’ELLES ONT EU A POSER COMME ACTES.D’AUCUNS PENSERONT QUE MON POINT DE VUE EST MALADROIT MAIS C’EST AINSI QU’ON VA FINIR PAR METTRE SIX METRES SOUS TERRE LA MORALE DANS CE PAYS JADIS APPELE PAYS DES HOMMES INTEGRES.

    BYE

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 17:30, par Vagabond
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    La grossesse doit-elle signifier fin de la scolarité ????

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 17:32, par kayandé
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    comment une surveillante peut dire aux elèves de soulever leur habits pour voir si elles ne sont pas enceinte de quel droit et en qualité de quoi (est elle sage femme...).de telle pratique doivent cesser dans les établissements, vous avez les adresses des parents , faites les venir et quoi de plus normal pour une femme de tomber enceinte.

    Répondre à ce message

    • Le 19 novembre 2011 à 21:46, par la patrie ou la mort !
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Mon cher Kayandé !
      tu veu savoir comment une surveillante peut dire aux éleves de soulever...pas enceinte ? envoici la raison : c’est parcequ’elle est tout simplement jaloux ! certainement que sa situation l’empeche de satisfaire ses besoins physiologique en matière sexuelle et de surcroi de piquer grossesse car elle risquerait l’expulsion ou le licenciement comme c’ette brave et courageuse dame !

      la patrie ou la mort

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 17:39, par AO
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Ces filles enceintes ont souillé leur école parceque le nom du groupe scolaire est SAINTE Colette.Elles devaient etre simplement saintes et non enceintes.Je suis d’accord que ces filles qui pratiquent la débauche sexuelle soient expédiées à leurs parents qui sont des irresponsables en n’inculquant pas les vraies valeurs morales à leurs enfants.A tous les pesonnels de ce Groupe Scolaire Sainte Colette de Ouagadougou,vous avez mon très grand soutien parceque dans quel monde vivons nous où dans une école,on dénombre plus de 7 filles enceintes.C’est inacceptable,nous vivons dans un pays sans moral et il faut moraliser la situation,ça ne peut pas continuer comme ça

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 17:46, par Hector96
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Mlle YOUKBARE née le 3mars 1985 ; suite à une intervention a put s’inscrire au Groupe scolaire sainte Colette ; suite à un malaise à infirmerie du GSSC le 12septembre.l’infrimié du GSSC à informe les surveillantes d’un élevé de 27ans et non d’une femme. Le lundi la direction et l’administration on reçu le mari d’une femme ayant signe l’engagements ne cherchant pas de solution 4 rencontres avec le soi disant mari sans solution. L’action sociale le MESS et l’ape sont à la recherche d’une solution sans suite. Au lieu de 7 ; 5filles 2en déplacement et 3 demander a être réintégré l’Établissement ; sauf la femme du mari .pour la récupération des frais par le soi disant mari prendre contact avec l’action sociale ; le MESS ; l’ape en toute liberté de la non réintégration de sa soi disant dite femme .pour ma part je lance un appel au mari connesant le fondateur pour l’amour d’un travail bien fait prendre contact pour une solution. Pour la famille YOUKBARE augustin/augustine pour un appel pour une solution familial a leur fille.

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2011 à 18:41, par de Gongonbyl
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      quitte dans ça avec ton français tordu

      Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2011 à 19:11, par mamouska
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Hector, la tentative d’explication que vous nous servez à fait tombé votre masque. vous semblez en savoir plus que le journaliste qui a écrit l’article. Et que ce que vous avez fait soit présenté aussi crûment en publique vous dérange. D’où cette tentative désespéré d’incriminé soit les filles soit le mari de la dame Konkobo. D’où vient-il que vous nous entreteniez de problème d’inscription alors qu’il est ici question d’affront social fait à une personne comme vous et moi ? Personne ne vous a demandé le CV de l’élève. Seul l’argent semble être votre problème. J’ai pitié de vous.

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 12:05, par Jumseh Pallaht
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      De quel droit M. Hector96 publie-t-il des informations personnelles sur l’identité de l’élève ? Le dossier scolaire est censé être confidentiel comment a-t-il eu accès à ça ?
      Et en principe un établissement digne doit recruter selon des principes non basé sur l’interventionnisme. Car qui dit intervention suppose que l’élève ne repond pas aux critères du principe de récrutement. L’établissement bafoue ses propres principes, il ne s’en tient pas avec rigueur au repect de sa ligne de conduite. Alors pourquoi s’acharner sur des filles qui n’auraient pas respecté leur ligne de comportement.

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 14:13, par Tienfola
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Je ne doute pas vraiment que vous êtes carrent, on ne divulgue pas l’identité d’une personne comme ça sur les média, ici il n’est pas question de comment Mme Konkobo a eu la place, mais de comment elle a été humilié par vos pair. Pensez-vous sincèrement qu’elle peut réintégrer cet établissement après de telles humiliations ? Mr Hector je suis convaincu que vous faites partie de l’administration de STe Collecte mais vous n’êtes pas digne d’être un éducateur. Vous êtes même un danger pour notre éductation. C’est dans quel texte il est mentionné qu’au FASO qu’une fille enceinte n’a pas droit à l’éducation ?
      Aussi je déplore le silence du ministère de la promotion de la femme. Au lieu d’organiser chaque fois des "djandjoba" par ci et par là, ça devrait être votre lutte. Aujourd’hui c’est une élève demain ce serait une "travailleuse".

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 16:51, par Citoyen lamb
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      je pense en toute franchise que votre reflexion n’est du tout à la hauteur du probleme !il vous faudrait revoir votre copie pour de pareille situation. Savez-vous combien de fille pour un probleme de grosssse ont eu leur avenir brisé depuis la haute volta à nos jours ( BF) . En ce moment précis ou des efforts sont fournis par les décideurs politique, les OSC et partenaires financiers et technique pour corriger les inégalités entre les hommes et les femmes par la promotion du genre/ égalité F/H, je constate que des sous hommes ont la maniéré de croire que la grossesse est juste l’oeuvre d’une femme !!!! Quelle honte

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 17:55, par PAPUS
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    UNE FILLE MERE EN 3EME.QUEL AGE A T ELLE 16 ? 17ANS ? OU 18.. 20 ANS. VOYONS SI MR KONKOBO N A PAS ENGROSSER UNE MINEURE .FAUT IL ACCEPTER L ECART D AGE DANS LES CLASSES ? VOULEZ VOUS QUE DES JEUNES MERES APPRENNENT A VOS GOSSES LEURS ...OU VOULEZ VOUS QU ON VOMISSE SUR VOS GOSSES ?.MR KONKOBO S IL EST SOUCIEUX DU BONHEUR DE SA FEMME NE DOIT PAS L ENGROSSER EN CLASSE D EXAMEN. COMMENT POURRA T ELLE
    S OCCUPER DE SON BEBE ET PREPARER SON EXAMEN ? SAINTE COLLETTE RENVOYER ET RENVOYER TOUJOURS.

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2011 à 18:55, par mamouska
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Papus, vos propos sont tellement venimeux que l’on se demande si vous avez écrit tout simplement pour rigolé ou si vous êtes sincère avec ce que vous dites. si le cynisme de votre texte n’insultait pas la société, on en aurait presque rit. Ce qui est arrivé aux filles ne fait d’elle des exclus de la société. Et votre surveillante ne vaut pas mieux qu’elles, je dirai qu’elle est plutôt pire. Je le sens à ces propos. Alors de grâce ne proférez plus de telles inepties sauf si vous le pensez vraiment.

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:06, par Witb yaada - Bêb yandé
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    cette surveillante mérite la même sanction que les sages femmes à Bobo. De quel droit elle se permet pour demander aux filles de soulever leur chemise afin de vérifier si elles sont enceintes. Comment une surveillante peut se permettre de demander aux filles "qui s’est fait gnasé". Moi je penses que quelques soit le forfait que ces filles ont commises, elles méritent un peu de respect. On est où là !!! La surveillante doit savoir qu’avant de venir au monde, sa maman s’est fait enceinté (gnasé) par son papa

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2011 à 18:26, par BEN
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Il me semble que la vie privée n’existe pas dans cet établissement. Par définition,la vie privée est tout ce dont on n’a pas intérêt à ce qu’il soit connu du public.

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 12:20, par Contribution
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      j’estime qu’il serait mieux de se comprendre pour résoudre le problème. Hormis la dame mariée qui doit réintégrer sa classe sans condition aucune et avec possibilité de dédommagement(s’il y a eu humiliation), on ne doit pas punir les 6 autres filles seulement. Soit elles sont reintégrées sans condition, soit elles sont renvoyées si c’est le consensus. Mais dans de ce dernier cas, il faut trouver les auteurs des grosses et leur infliger une punition à la hauteur. ce qui est sûr une fille ne peut tomber enceinte par magie et il faut partager la peine si sanction négative il y a. Mais de tout cœur j’aurai souhaité qu’elles puissent achever leur année scolaire en bonne et due forme. J’appelle à la tolérance des uns et des autres car chacun à un parent. Éviter de s’insulter, de traumatiser davantage ces filles et leurs parents. Encore tolérance et courtoisie.

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:17, par patarbtaalé
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    elles se sont trompées de portes où quoi ? ste collette ce n’est pas une maternité où on accueille de filles enceintes
    mr konkobo aurait-il un acte de mariage pour considérer sa copine de femme ? quand on vient a ste collette on aspire à la sainteté et non à la débauche

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:17
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    J’ai attentivement les réactions des uns et des autres. Je comprends ceux qui demandent de vider les élèves enceinte des écoles mais une telle attitude n’éduque pas un enfant. En règle générale, l’enfant pique la grosse quand elle n’est pas suivie dans ses relations. Nos famiilles refusent l’éducation sexuelle. De nos jours les enfants pourrissent dans les maisons avant de parachever le processus dans la société. Si ceux qui veulent qu’on expulse les filles acceptent qu’on fasse de même pour les garçons élèves qui les enceintent, on peut effectivement vider nos écoles des filles.Je ne suis d’ailleurs pas sûr ceux qui critiquent les filles enceintes soient plus exemplaires dans leur vie. Que celui qui n’a jamais péché leur jettent la première pièrre. Pour le reste, nos filles, nos enfants ont besoin de soutien quand ils sont les difficultés ! Aidons les au lien de nous enfermer dans notre purisme, notre sainteté et nos extremismes déplacés !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:18, par Rolca
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    moi je pense que ces filles qui sont enceinte on ne doit pas les traiter de la sorte car imaginé ces meme filles chassées de leur etablissement iront simplement se faire avorter ou le pire accoucher et aller jetté ces pauvres enfants dans les wc,et c’est encore vs allez ecrire pr qu’on les punisse pr les actes.donnons leur des educations les bons conseils,au cas si ca arrivait essayons de leur parler calmement pr ne pas les vexer pr apres dire si je savais je n’allais jamais dit ces mots à mon enfant.Tout le monde commet des erreurs dont pensez en

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:24, par SS
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Je trouve qu’il y’a un autre problème de fond. Restez vigilent, qu’est ce qui nous dit le directeur de section fille n’a pas enceinter une des filles. Du moment il affirme que les filles ne veulent pas mettre leurs parents au courant.

    Si on se mets à exclure les filles, dans cette même lancée, qu’on exclut aussi les hommes qui les ont enceinter. On sera quit.

    J’encourage celles qui n’ont pas encore rejoint les classes, de le faire, leur avenir ainsi que celui de leur enfant en dépend.

    Du moment où nous bannissons l’avortement, qu’on accepte leur situation. Et qu’on sensibilise d’avantages.

    Bon courage aux filles.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:36, par autre-façon-de-voir
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Très déçu des réactions de certains sur cet article. grossesse ne signifie pas de scolarité. en plus, on a l’impression que certains ici sont des saints. avez vous un comportement sexuel irréprochable ? combien de filles coulent en douce leur grossesse, celles au moins ont eu le mérite de garder pour elle. le monsieur qui dit que les parents n’ont pas bien éduquer leurs filles, je lui souhaite d’avoir des filles et l’avenir lui dira.
    Pauvres ignares prêts a donner des leçons aux autres.
    pour la surveillante, no comment, elle ne mérite pas d’encadrer des élèves, il faut la foutre dehors, elle va s’occuper des animaux, ses expressions sont pas pour des humains.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:38, par biz
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Cher forumiste le problème est assez complexe. c’est vrais que les survaillantes n’ont pas été diplomate dans leur apprche. la manière dont elles ont pour identifier les éléves en grossesse est condamanble.Mais il ne faut pas perdre de vue que l’ecole est un lieu d’éducation où on apprend le savoir vivre et le savoir être. aujoud’hui dans les établissements scolaires on a l’impression que les jeunes fille y vont pour se pavaner et se faire voir plutôt que d’aller étudier. pour des éléves qui est en etat de grossesse cela est tout fait normal que le directeur demande à rencontrer les parents si les éléves refusesnt de le faire leur exclusion est jistifié. C’est bien de jouer au pompier mais que fait l’action en terme de sensibilisation sur les riques liés aux rapports sexuels non protégés. Le probléme (éléve en grossesse) se vit dans plusieurs établissements scolaires du pays il faut donc que le MENA et MASSN se penche serieusement sur la question par ce que la situation devient critique.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:44
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Mr ou Mme Hector96 ne continué pas dans votre analyse idiote. a 27 ans vous pensée kel n’a pas le droit de ce marié et continué ses études ? et si elle est mariée que ça soit traditionnellement ou légalement n’a telle pas le droit de continuer ses études. j’ai honte de vous et de vos idées. je pari que vous êtes une fille mère sans mari ou un garçons qui manque de copine et cela certainement vous rend aigre. ou bien vous et votre fondateur sont des malades mentaux qui ont des faible devant les femmes enceintes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 18:52
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Publicité gratuite pour Sainte Colette.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 19:10
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Pour ma part ancienne eleve dans un college de jeunes filles le plus repute a ouagadougou, j’ai eu en classe de 3eme une amie enceinte , j’avoue qu’a ce stade la , on etait toutes tres curieuse du comment ? puis en 2nde et en terminale, j’ai encore eu des camarades enceintes. Ben devinez quoi ? ce n’est pas pour cela n’a pas empeche la classe de restee focus sur l’objectif 1er d’aller a l’ecole. Et comme le disais plus un un intervenat, elles ont toutes reussies au differents examens . Dc pour ma part, ceux qui s’excitent a fond , ben continuer de vous exciter et ne surveillez pas vos enfants, ce sont elles les futures femmes enceintes. Puisqu’elles preferont faire comme les autres plutot que d’ecouter les conseils avises de leurs parents...Pufff. vraiment , laissez les filles enceintes tranquille. et serieux si quelqu’un me demande si je me suis faite gnase...walai , ca la, ca n’allait pas se passer comme ca..

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 19:11
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Arr^tez ce faut débat ! De tout temps et en tout lieu, il y a des filles en grossesse à l’école. Même certains anciens qui prétendent qu’en leur temps, il n’y avait de filles enceintes à l’école mentent ! Moi, j’ai fréquenté avec des filles anceintes au lycée qui sont aujourd’hui mes collègues enseignats à l’Université de Ouagadougou. Et elles ne sont pas les moins avancées. J’ai des enfants filles et bien que je ne souhaite pas qu’elle tombent en grossesse au lycée, si cela arrivait, non seulement je me battrais pour qu’elles continuent leur scolarité, mais en plus, je ne les foutrai pas hors de ma maison ! Je suis mossi mais l’autre comportement est d’un autre âge !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 19:17
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Cette surveillant ne merite vraiment pas sa fonction ; elle est d’une extrême bassesse ; c’est plutôt elle qui se fait gnazé à tous les coins de rues comme elle s’est bien le faire d’ailleurs

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 19:44, par MS
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    il faut arreter vos mensonges .qui ne baisent pas ? et qui baise peut donner ou tomber enceinte .ceux qui sont catégoriques avortent généralement. de grace Mme la su surveillante n’encourager pas les filles à ètre comme vous.car vous spécialiste dans l’avortement qui peut "gnanser " sans tomber enceinte.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 21:09, par despérado
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    décidément !!! Que dit la loi sur l’éducation en la matière ? A 2 mois de la rentrée et on parle d’exclusion pour grossesse ? Cè pas clair, cette histoire !!! il faudra investiguer sur les relations intérieures entre Mme KONKOBO et celui qui a pris cette décision, c’est à dire le directeur.
    Mr KONKOBO, ouvrez l’œil sur vos oignons, sinonnn !!!

    cet affront est une déclaration de guerre et vous devez poser plainte, pour que sa serve de leçons aux autres professeurs, directeurs et fondateurs indélicats et faisant feu sous toutes les jupes de nos soeurs, filles, femmes et mères pour lesquels ils nous soutirent dejà trop de sous qui est devenu source de bagarre (suivez mon regard dans la capitale économique...)

    c’est honteux !!! AOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU§§§§§§§§§§§§§

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 21:11, par seluj
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Mais pourquoi exclure les femmes enceintes dans un établissement ????
    la grosesse signifie t’elle fin de scolarisation , ??????

    ma femme est rentrée cette année a l’université avec un BAC G2 obtenue cette année avec 13.76 de moyenne. BAC qu’elle a obtenu et accouché 6 jours aprés.(dans le ernier cas précis il s’agit meme d’un cas de femme mariée)
    mon pauvre faso !!!!
    cet établissement mérite une sanction

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 21:22
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    A lire des avis ignobles sur ce forum montrent à quel point il ya des gens au Burkina archaiques, aucun bon sens,voilà pourquoi ce pays restera les derniers des derniers
    Les filles si elles sont enceintes,c’est vrai que c’est leur responsabilité mais à les expulser parce qu’elles sont enceintes,Oh bn Dieu,où va t on ?deja ce pays a un fort tôt d’analphabètes et on prive des filles de leur droit d’aller à l’école,je vois pas en quoi ca l’empêchera d’apprendre à l’école si elle est enceinte,je pense que c’est son problème et c’est à elle de gerer,je suis d’accord que l’administration de l’école doit l’interpeler mais pas en la chassant,et c’est au ministere de l’action sociale de sensibiliser ses filles,
    C’est vraiment dommage,voici la différence,en Europe t’expulse une fille soit disant parce qu’elle est enceinte,c’est plutôt l’expulseur qui sera expulser et justice sera faite malheureusement en Afrique ni vu ni connu,on s’en fou,pas de justice,quel dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 21:46, par contrib
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Il est interdit au burkina de renvoyer une fille ou femme enceinte d’un établissement d’enseignement sauf le cas du pmk où le statut de personne enceinte ne s’y prete pas. Le fondateur de sainte colette a tort et il le sait.
    Certains établissement du type internat ont des règlements intérieurs qui exclut la grossesse.
    Dans tous les cas c’est lorsque le cadre ne permet pas.
    Ste colette peut repondre devant la justice.
    C’est un peut du moyen âge. En bon mathématicien Monsieur TIENDREBEOGO le sait très bien.
    Si la fille est mineure se referer à la loi
    Le cas présent ressemble à une violation des droits de l’homme

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 22:28
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Slt les freres et soeurs. ces just pr vs rapeler k Thom Sank avait parle d sa dan un de ces discours en disan kon doi pa renvoyer une fille parcekel est enceinte. Nous allons voire, il reste a venir, listoire va les ratraper, ...

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 23:01, par Intégrité
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    A l’école on apprend a vivre et on apprend la vie en société, il est regrettable que la communication ou que l’assistance soit refuser à ces filles.

    Je suis scandalisé par beaucoup de message qui cautionne le fait d’expulser ces filles, mais alors posons nous la question que faire des garçons alors ? faut-il les renvoyer aussi ?

    Je n’approuve pas le fait que des enfant de 16-17 ans tombe en ceinte mais la solution ne serait ce pas de discuter, conseiller, sensibiliser ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 23:21, par Ibrahim
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    « Sainte Colette est née à Corbie, en Picardie, en France, alors que ses parents, très pieux, avaient plus de 60 ans. Ils lui donnèrent le prénom de Nicolette, car ils attribuaient sa naissance aux nombreuses prières qu’ils avaient faites à saint Nicolas, réputé alors guérir de la stérilité. On peut donc la prier légitimement pour intercéder pour les couples en souffrance d’enfant.

    Mais elle est surtout connue pour protéger les femmes enceintes. L’un n’empêchant pas l’autre. De son vivant, devenue clarisse et une grande réformatrice franciscaine, elle donnait aux femmes attendant un enfant une prière à réciter et à avaler :
    “Vierge Marie, vous êtes demeurée Immaculée dans votre conception. Priez pour nous Dieu le Père, dont vous avez mis au monde le Fils. Amen.”

    Elle demandait aux femmes d’écrire cette prière sur un bout de papier fin et de l’avaler, tous les jours, jusqu’à la naissance de l’enfant.
    Aujourd’hui encore on peut se procurer un grain, ou une graine, de sainte Colette chez les clarisses, qui consiste en un grain de riz recouvert d’une feuille de papier à cigarette sur laquelle est écrite la prière.
    On peut aussi prier sainte Colette pour éviter les fausses-couches et pour la santé des enfants prématurés, puisqu’elle ressuscitait les enfants morts-nés.
    La paroisse Sainte-Colette à Paris (14 allee Darius Milhaud - 75019) organise tous les ans un pèlerinage pour les couples infertiles, aux alentours du 6 mars, en la fête de sainte Colette. Une messe pour les couples stériles est célébrée chaque premier dimanche du mois à 11h. Tous les mois se tient un groupe de parole pour les couples en mal d’enfant ».

    Au regard de ce qui précède et des faits qui ont été relatés je demande au fondateur de cette école de changer le nom de son école. Sinon, il ne rend pas service à nos frères et sœurs de la religion catholique apostolique romaine. Par un musulman qui prône la tolérance religieuse.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2011 à 23:30, par ami de Ouaga
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Coucou coxy, merci pour ton intervention. Mais, ce pays n’est pas en développement, il est plutôt en sous-développement !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 00:08, par burkinabè gnaseur vivant aux States
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    donnez moi le contact de cette surveillante, je vais la gnaser dès que je viendrai au pays. Je suis un gnaseur professionnel.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 00:24, par juste un monde de tolérance et de compréhension.
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je suis tout simplement decue de me rendre compte qu’il existe encore de tels raisonnements dans le pays des hommes intègres.je trouve que les parents ont intéret a mieux éduquer leur enfants,a ne plus faire de tabous sur la sexualité.j’admire les filles qui tombent enceintes et qui veulent continuer a etudier.quand a leur camarades de classes je trouve d’ailleurs que ca sera une bonne education pour eux parce que je crois pas que ce soit quelque chose d’agréable que de voir une autre soufrir,ca donne plutot a penser.et j’ai très envie de dire ... à tout ceux qui trouvent que ces filles doivent etre rassemblées dans un meme établissement car c’est une idée complèttement digne de personnes sans esprit qui sans avoir été enceintes durant leur cursus scolaire n’ont quand meme pas pu profiter des bien fait de l’éducation.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 00:33, par sans rancune
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je m’excuse mais, si un garçon responsable d’une grossesse portée par une des filles était dans l’établissement dans la section garçon, allait-il être renvoyé ?
    Cet établissement doit arrêter ces conneries.

    Si les filles enceintes n’étaient plus renvoyées c’est grâce à la lutte de gens réfléchis, et je félicite au passage le Pr Albert Patoin Albert Ouédraogo quand il était ministre, aujourd’hui à la retraite et actuellement chef de son village.

    C’est dommage que des gens raisonnent de la sorte. Réveillez vous un peu.
    Une femme mariée n’a telle pas le droit de faire les bancs.
    Combien de femmes enceintes ont décroché un diplôme. avançons un peu et arrêtons de reculer.

    Sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 00:45, par a bas les burkinabés qui font honte a la nation !!!
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    vraiment je suis deçu des gens qui raconte nimporte quoi !!!elles sont enceinte et alors ; elles ne se sont pas enceinté toutes seuls !!!cest avec ce genre de reflection dattardé la qu’on est 171ème sur 177 la !!!le burkinabé idiot me fait honte.les filles enceintes ont autant de droit que quiconque !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 01:18, par Aggravaffaires
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Merci Ibrahim pour ta contribution. je pense que notre cher Jean Claude ne connait même pas l’histoire de Ste Colette, ni quelle a été sa vie sur terre. Les femmes ou filles enceinte n’ont-elles pas le droit de réussir ? Un tel comportement est irresponsable et pourrait pousser ces dernières à avorter, ce qui est encore pire. Et c’est vraiment dommage que des vieilles (je connais la surveillante en question)qui ont des enfants et peut être des petits fils tiennent des propos de ce genre. C’est honteux. Si le fondateur a un grain de dignité, c’est plutôt cette surveillante qui incite les élèves à la discrimination qu’il devrait renvoyer.
    QUE DIEU NOUS BENISSE !

    Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 10:37, par Aicha
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Chers Internautes,

      Qu’est ce qu’une élève enceinte a de moins que les autres élèves de sa classe. Nous ne sommes plus au 15è siècle pour que ces choses scandalisent autant les parents. Je vais vous citer mon propre exemple. Interne au cours normal de jeunes filles de Ouagadougou, à l’époque, ma première grossesse est intervenue alors que je fréquentais la classe de 2nde. J’ai bien évidemment été exclue de l’internat. Ce qui ne m’a pas empêchée de poursuivre mes études au Lycée technique de Ouagadougou ; une deuxième grossesse en Terminale ne m’a pas empêchée d’avoir mon BAC G1 avec une mention Assez bien ; je poursuis mes études à l’IUT de l’époque où j’ai eu mon troisième garçon en 2è année : ce qui ne m’empêcha pas, bien évidemment d’avoir mon DUT de fin de formation. Avec le soutien de mon partenaire, je pense avoir réussi ma vie de fille, de mère, de femme.
      Il est aberrant qu’au siècle où nous vivons l’on continue d’exclure les filles de écoles pour cause de grossesse. Et la parité ? d’Où viendra t elle
      Mme DIALLO/NIGNAN Aissata
      Cél. : 70 25 17 14

      Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 01:38, par Honore
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Une grossesse n’est pas une maladie et c’est discriminatoire exclure une fille enceinte du systeme scolaire, meme ici au Canada où je vis. La fille doit retourner et vite aux etudes.

    Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 09:56, par Collègue de Mr Konkobo
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Loin de moi l’idée de prolonger le débat.
      Je voudrais simplement dire qu’il ne s’agit pas d’avoir raison ou pas.Je pense comme beaucoup de mes prédécesseurs qu’il s’agit là d’un acte qui porte atteinte à la dignité de la personne humaine ("...soulevez vos chemises...", "...qui s’est fait gnasé...",etc...).
      Il faudrait que l’Afrique apprenne à être beaucoup plus juste qu’elle ne l’est ;ce n’est ni la pauvreté, ni le manque d’emploi, ni les maladies qui nous mettent à l’arrière plan du monde économique international, non, c’est simplement le manque et l’absence de justice dans chaque petit acte que nous posons à longueur de journée.
      Particulièrement au Burkina Faso, nous manquons énormément de justice ;lorsque la justice est là, la paix devient une conséquence, l’économie de hausse au niveau proportionnel, ainsi de suite.
      Oeuvrons donc quotidiennement à dénoncer tout acte injuste, et réclamer la justice prévue à cet effet, cela est un acte citoyen, et un acte civique élémentaire pour toute nation qui aspire à l’évolution.

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 10:09, par ADA
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      Cette école n’aime pas les gens qui sont souvent malade. Ils ont même renvoyer une de leur secrétaire à cause d’une grossèsse.
      des vandams comme cela.
      N’oublier pas qu’à une certaine âge la file qui ne gagne pas le BEPC peut abandonner l’école. Mais une fois qu’elle gagne un homme compréhensif et qui aime les études peut lui dire de repartir à l’école.

      Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2011 à 11:31, par cocott
      En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

      je dis , n y a t il pas de loi regissant la vie au faso ?
      A TOUT CEUX QUI DISENT DE RENVOYER JE CONSEILLAIS PLUTÖT A M KONKOBO DE SAISIR LA JUSTICE ET D AVOIR UN AVOCAT .
      JE SERAIS LUI JE RECLAMERAIS DOMMAGE ET INTERET ET CELA SERVIRAIT DE LECON A TOUT ETABLISSEMENT QUI VOUDRAIT FAIRE PAREIL.
      SI LE REGLEMENT INTERIEUR NE L A PAS INTEGRE COMME SUJET D EXCLUSION ILS N ONT PAS LE DROIT ET EN AUCUN CAS ILS NE DOIVENT SE SUBSTITUER AUX PARENTS D ELEVES.

      SI VOUS AVEZ BIEN EDUQUER VOS FILLES COMME VOUS DITES AUCUN MAUVAIS EXEMPLE NE PEUT LES EMMENER A ENFREINDRE VOS CONSEILS ET FAIRE COMME CES FILLES ENCEINTES.de quoi avez vous donc peur ?

      SI ON AVAIT DIT QUE LA DAME A AVORTE ET QUE POUR CELA ELLE EST EXCLUE CE SONT LES MEME QUI VIENDRONS CRIER AU SCANDALE

      A TOUT LES HOMMES QUI CONDAMNENT CES FILLES ETES VOUS SURE QUE MALGRE LA BONNE EDUCATION DE VOS PARENTS VOUS N ETES JAMAIS ALLES VOIR AILLEURS QUE CHEZ VOTRE FEMME ?
      VOUS POUVEZ MENTIR MAIS DEVANT DIEU IL FAUDRA BIEN DIRE LA VERITE !

      Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 01:53, par Sibidé
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Mr le modérateur du forum,que faites- vous pour laisser publier des inepties comme ceux de hector et autres cinglés ?j’ai honte que ces attardés et moi ayons la même nationalité.Que Dieu bénisse nos filles !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 03:29
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Au Burkina une fille doit rester vierge jusqu’au mariage donc pas de pitié. Ouste dehors...

    Un très grand deviergeur.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 03:54, par kouadio
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Dans la Bible il est ecrit : par manque de connaissances mon peuple perit.Jai lu tous les intervenants et j’ai de larmes aux yeux parce qu’il ya toujours des ignorants en matiere d’education dans notre pays, le Faso,par consequent je demande a monsieur KONKOBO et aux autres parents des filles exclues de porter plainte en justice contre la direction de cet etablissement.Je suis bien burkinabe et je vis aux Etats-Unis,ici dans nos colleges et universites,nous avons des filles enceintes qui etudient,qui reussissent et elles ont aussi le respect qu’on a pour un etre humain.Une seule chose que je demande aux burkinabes:ne vous ingerez pas dans les affaires des autres,occupez vous de vous memes.Les femmes enceintes a l’ecole est une chose normale et vous leur devez du respect.
    L’enfant est un don de DIEU,ceux qui ont l’opportunite de sortir hors du BURKINA ,sortez et vous embrasserez d’autres cultures et vous aurez une autre maniere de voir les choses.
    Sans tardez et n’hesitez pas,filles enceintes,victimes, des demain vendredi allez y en justice et vous gagnerez proces et cela remettra les choses en ordre au Burkina Faso.Respect au genre humain.
    KOUADIO AUX U.S.A

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 05:33, par kouadio
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Dans la Bible il est ecrit : par manque de connaissances mon peuple perit.Jai lu tous les intervenants et j’ai de larmes aux yeux parce qu’il ya toujours des ignorants en matiere d’education dans notre pays, le Faso,par consequent je demande a monsieur KONKOBO et aux autres parents des filles exclues de porter plainte en justice contre la direction de cet etablissement.Je suis bien burkinabe et je vis aux Etats-Unis,ici dans nos colleges et universites,nous avons des filles enceintes qui etudient,qui reussissent et elles ont aussi le respect qu’on a pour un etre humain.Une seule chose que je demande aux burkinabes:ne vous ingerez pas dans les affaires des autres,occupez vous de vous memes.Les femmes enceintes a l’ecole est une chose normale et vous leur devez du respect.
    L’enfant est un don de DIEU,ceux qui ont l’opportunite de sortir hors du BURKINA ,sortez et vous embrasserez d’autres cultures et vous aurez une autre maniere de voir les choses.
    Sans tardez et n’hesitez pas,filles enceintes,victimes, des demain vendredi allez y en justice et vous gagnerez proces et cela remettra les choses en ordre au Burkina Faso.Respect au genre humain.
    KOUADIO AUX U.S.A

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 07:28, par Burkinabe ki aime les bnne mentalite
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je suis tres decu d nos mentalites ki nevolue pas mw ki sui actuelma o usa et ki va dans un college de letat a New York les femme sont mm permis denvoyer leur nouvo nes en class mm souven les enfants perturbe la class mai nul na l droi d s plaindr.mentalite africaine good for nothing.Bullshit

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 08:28, par zizo
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Si le ridicule pouvait tuer.ce même fondateur a qui on attribue des parcelles à vil prix qui ose renvoyer des élèves pour cause de moralité !!!!!
    Allez y voir tous les lots attribué.Nous n sommes pas pressés

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 08:38, par Moussa
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Si la surveillante a tenu de tels propos, c’est déplorable. Mais comprenez que l’établissement scolaire est dans son rôle d’éducation de nos enfants en voulant leur éviter de cotoyer le mauvais exemple. Imagine-vous qu’en 3e, nous avons des enfants de 15 ans, 16 ans, etc. C’est normal qu’ils demandent à l’élève enceinte d’amener ses parents rencontrer l’administration. L’élève qui refuse d’amener ses parents s’expose évidemment à une sanction.

    Moi-même, j’ai un fille de 15ans en 3e à Sainte Collette et croyez moi je préfère qu’elle cotoie des filles qui ne sont pas enceinte. Et mes attentes à ce niveau se justifient d’autant plus que j’ai payé cher en frais de scolarité.

    Dans le même temps, c’est délicat dans la mesure où les jeunes femmes amriées ont également droit à l’éducation.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 08:58, par Oued-Math
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    A entendre certain lecteur, je me demande s’il y a encore un peu d’humanisme dans ce pays, et j’estime qu’il est grand temps que le MESS prenne ses responsabilités pour ne pas que la psychose qui sécoue actuellement le Ministère de la Santé du fait des évènements de Bobo ne se deporte dans l’enseignement. A entendre d’autre personnes, il y a eu dans cet établissement une fille renvoyée pour raison qu’elle soit épileptique. C’est dire à quel point ce Mr a du zelle.Peut-on acheter une grossesse ou une maladie ? Je suis loin d’encourager les grossesses scolaires mais comme l’a dit Mr Konkobo, que cela fasse partie du réglement intérieur. Et que dirait-on d’une femme mariée ? Courage Mr Konkobo, heureusement qu’il existe encore de bonne foi au Faso. Aux surveillants et surveillantes de cette école respectez ces élèves qui demain seront nos dirigeants que d’avoir des reactions de nature à destabiliser la morale.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:05, par Oued-Math
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    A entendre certain lecteur, je me demande s’il y a encore un peu d’humanisme dans ce pays, et j’estime qu’il est grand temps que le MESS prenne ses responsabilités pour ne pas que la psychose qui sécoue actuellement le Ministère de la Santé du fait des évènements de Bobo ne se deporte dans l’enseignement. A entendre d’autre personnes, il y a eu dans cet établissement une fille renvoyée pour raison qu’elle soit épileptique. C’est dire à quel point ce Mr a du zelle.Peut-on acheter une grossesse ou une maladie ? Je suis loin d’encourager les grossesses scolaires mais comme l’a dit Mr Konkobo, que cela fasse partie du réglement intérieur. Et que dirait-on d’une femme mariée ? Courage Mr Konkobo, heureusement qu’il existe encore de bonne foi au Faso. Aux surveillants et surveillantes de cette école respectez ces élèves qui demain seront nos dirigeants que d’avoir des reactions de nature à destabiliser la morale.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:15, par weder
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Moi je pense que ce problème doit être analysé de manière objective sans verser dans la passion ou le sentiment de se penser occidentaux comme les burkinabés savent bien faire sans verser dans l’analyse de leur culture en adéquation avec l’inexorable l’évolution et du conformisme "béni-oui-oui" du monde. Le problème c’est qu’il y a des fille enceintes dans une salle de classe. On ne peut pas l’interdire car il y a des filles mariés dans la classe et c’est normal si elle sont majeures suivant la loi du Burkina. Si elle ne sont pas marié, y a un problème et tout le monde doit en tirer toute responsabilité. Une fille enceinte dans un cadre comme l’école ; l’administration doit obligatoirement le savoir et recevoir l’approbation de la famille afin de mettre en place un système de suivi de la grossesse afin d’éviter tout incident. Si l’administration doit passer dans les classes pour demander qui est enceinte ? Il sagit de grossesses cachés alors tout doit être mis en œuvre avec l’action sociale, les parents et l’auteur éventuel de la grossesses pour trouver une solution et aussi sensibiliser les autres filles pour ne pas en faire la règle. Pas du tout. C’est un échec de la société si on tombe dans de telles situations et c’est à la société d’amorcer des actions correctives et préventives. Au lieu de stigmatiser des agissements, il faut situer les responsabilité car ce n’est pas normale qu’une fille dans un établissement soit enceinte sans que les autorités compétentes ne soient au courant. Si c’est le cas, elles doivent trouver des solutions pour une scolarisation harmonieuse de la fille enceinte.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:18, par ddddd
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    MONSIEUR KONKOBO doit déposer une pleinte en justice contre l’établissement car c’est une atteinte à sa personne et celle de sa femme,si vraiment la justice burkinabé existe et fait son travail,le concerné perçevra domages et intérêts.Mais comme la justice de notre pays est corompu,ce n’est pas évident qu’il puisse trouver gain de cause.Courage à vous mr Konkobo et surtout vous avez mon soutien en faveur de votre femme,c’est le moment pour vous de vous soutenir mutuellement et en amour.Bye

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:26
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    pourquoi les gens sont malhonnêtes comme ça. Vous connaissez combien de filles enceinte qui ont réussi à l’école ? Elles sont minoritaire par rapport à celles qui échouent. Je ne dis pas de renvoyer les gens mais sensibilisez plutôt les filles au lieu de les encourager avec vos termes bidons de "les filles enceinte gagnent le bac avec mention" bandent de menteurs. Toutes les filles avec qui j’ai fréquenté et qui sont tombées enceinte sont restées dans la classe de leur grossesse. Arrêtez de généraliser les cas exceptionnels.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:51, par Le citoyen libre
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bonjour. Ce cas est regretable.
    Mais Monsieur Konkobo est à l’origine du debut des malheurs de sa copine enceinte. Je dit copine parce que une femme légalement mariée ;elle doit porter une bague de mariée qui ne se cache pas. A la place des huées sur mlle Yougbare ou Mme Konkobo , c’est ma madame la surveillante qui aurait reçu le désaveux de ses camarades de classe qui certainement seraient au courant qu’elle est mariée et ainsi cette dame devrait lasser ses mauvaises humeurs à la maison.Personne ne devrait tenir un langage discourtois à l’égard d’une autre fut-elle élève.
    Quant aux autres filles exclues,je pense qu’il s’agit de l’application du règlement intérieur de l’établissement. Chacun doit respecter les règles qu’il se fixe sinon comment peut-il respecter celles imposées à tous au niveau social.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:51
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    C’est un problème plus profond qu’on ne le pense. Si les filles se retrouvent enceintes parfois même à l’école primaire, cela veut dire qu’elles ont une vie sexuelle. Et la grossesse est une des conséquences de cette vie sexuelle. J’imagine aisément les autres conséquences qui peuvent aller jusqu’au VIH/SIDA. Je crois que le problème se situe à un autre niveau, celui de la dépravation des moeurs, de l’immoralité car je suis sûre et certaine que des mesures telles que l’exclusion pousseront bien de filles à récourir aux avortements clandestins, ce qui est encore plus graves et dangereux ! La cellule de base de la société qu’est la famille doit repenser sérieusement son système éducatif, ainsi que toute la société. Aidons nos enfants à donner un sens à leur vie, à poursuivre des objectifs, à avoir des visions et des rêves, et ainsi à devenir notre vrai avenir. Je prie que chaque acteur ait de la bonne foi car Dieu soutient toujours les bonne résolutions.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:54
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    IL FAUT QUE LA SURVEILLANTE NOUS DISE AUSSI QUI A GNASER SA MAMAN

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 09:54, par Filsdepaysan
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Je crois que les internautes doivent faire preuve de patience et de retenue dans leurs propos.
    La situation peut se comprendre pour les raisons suivantes :
    _Un élève doit être prêt à faire venir ses parents quand l’Etablissement a besoin d’eux ; sinon le refus d’acces à la salle de classe peut être possible ;
    _Ces filles ont elles été inscrites par leurs parents ou par des supposés copains ?
    _Pour qui aime sa femme, qui tient à sa reussite, je ne vois pas pourquoi ne pas prendre ses précautions pour ne pas enceinter sa femme/copine pendant l’année scolaire. Ici c’est encore pire et grave, en classe d’examen ? Soyons responsables.
    Après on dira que les enseignants sont sans niveau alors que c’est nous même les responsables de l’echec.
    _Pourquoi ne pas resoudre le problème entre responsables que de passer par la presse ? Je trouve cela un peu mal placé et laisse croire que l’Etablissement est de mauvaise foi !
    L’erreur et ou le pêché du fondateur est de n’avoir pas fait cas de ce que :toute fille inscrite à Ste Collette ne doit pas contracter de grossesse pendant l’année scolaire au risue de se voir refuser la salle de classe.

    Les surveillantes ne sont pas bien formées et doivent savoir comment s’adresser aux élèves, tout comme les patrons dans les services. On est petit aujourd’hui me on ne le restera pas éternellement. Les filles en question peuvent revenir un jour enseigner ou même autres cadres de Ste Collette.
    J’invite tous les acteurs de cette scène à faire preuve de tolérance et de depassement de soi.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:15, par le pacifiste
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je crois qu’il faut un peu d’ordre dans tout ce que nous faisons.c’est parce que nous acceptons tout, que ces cas de grossesse d’élève sont de plus en plus frequents dans notre pays.ces èleves devraient voir en face leurs etudes plutôt que prendre une grossesse.si mr konkobo avait, au bebut signalé à l’inscription que sa femme etait en grossese, on allait peut-être mieux la suivre et mieux l’encadrer.je crois qu’il y a eu mal donne quelque part.Et puis, chaque etablissement ayant ses lois, celles de sainte collette ne doivent-elles pas etre respectées ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:15, par Tchentigui
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bjr. Ce que je veux savoir, la sainte collecte est une école pour des soeurs ou bien c’est un établissement ouvert à toutes les filles ? Si c’est la première option y’a pas de problème sinon c’est un crime que la soit disant surveillante a commise. Une fille qui est enceinte et qui accepte de continuer les études est à félicité parce qu’elle sait ce qu’elle veut. Ce n’est parce qu’elle est enceinte qu’elle ne doit plus allez à l’école si elle le veut. Et cela ne doit non plus être une raison pour un fondateur quelconque de l’expulser de son établissement tant qu’elle n’a pas commit un acte qui enfreint aux règlement de l’établissement.Est-ce qu’ils ont les preuves scientifiques pour montre qu’une fille qui est enceinte ne peut pas réussir à l’école. Avant de vous affoler (les forumistes) lisez les statistiques du MESS et du MASSN sur l’éducation des filles. Je ne peut pas comprendre qu’au moment où ces deux ministères sont entrain de mettre les bouchons doubles pour améliorer ces statistique une simple surveillante se permet de travailler à contre courant.C’est un faux problème de dire qu’elles ont réfusé d’envoyer leur parent.Tout bon établissement doit avoir le contact des parents, la Sainte collecte ne me dira mas le contraire car en fait parti. Pourquoi ne pas appeler directement les parents sur leur téléphone ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:18
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Chers frorumistes, je suis outré de lire toutes ces réactions.Que de stupidités et d’incohérences dans certains propos. Je pose simplement une question.
    Qu’adviendrait il de cet établissement si tous les élèves (garçons comme filles) qui font déja l’amour tombaient enceinte ? Auront il le courage de les exclure tous et fermer ? Je dis fermer car vous savez que de plus en plus les jeunes decouvre "l’Affaire là" trop tot dc ce n’est pas 7 elèves qui allaient etre renvoyés mais beaucoup plus.
    Comment des cas similaires sont traités ailleurs ?
    Quel est le cadre juridique et règlementaire en la matière ?
    Faut pas aller trop vite en bésogne.

    Le fondateur lui meme a sa fille en terminal D dans le meme établissement. Allait til la renvoyé si d’aventure elle tombait enceinte ou allait il l’aider à réussir au BAC ?

    Pour ma part, tomber enceinte pour une élève n’est certainement pas une bonne chose mais franchement ce n’est pas une fatalité, surtout si l’interessée lui meme n’en fait pas un problème et désire continuer à étudier.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:18, par Mishmish
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bande de voyou, les fille ne se couchent pas entre elles ! vous êtes plus que responsables de ça. Aimez vous aussi porter le préservatif.........

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:26
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    C’est vraiment dommage que de tels renvoies se passent aujourd’hui !
    Personnellement j’ai fréquenté un établissement dirigé par des religieuses catoliques, il ya plus de 20 ans de cela. Même à cette époque, aucune fille n’a jamais été renvoyée, bien qu’il y ait eu des filles en été de grossesse de la 6ème à la 3ème !
    Contrairement aux agissements des responsables de Sainte Colette, les religieuses etaitent très proches de ces filles et les encourageaient énormément, quant à nous, promotionnaires, nous les soutenions comme nous pouvions.
    Je vous assure que cela a permis à toute une chacune de ne surtout pas penser à un avortement quelconque, car sevèrement puni, mais plutôt de faire beaucoup attention à soi !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:31, par une indignée
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Merci à Ibrahim pour sa contribution

    La grossesse n’est pas un motif légal pour exclure une fille d’une école.

    l’humiliation dont la femme a été victime peut être l’objet d’une plainte en justice.

    le phénomène des filles qui tombent précocement enceinte est une préoccupation nationale qui doit mobiliser tout le burkina pour degager des voies et moyens pour limiter son expansion.

    et les garçons qui enceintent les filles ? que faut-il faire d’eux ?
    soyons justes dans notre analyse et sainte collette doit revoir sa copie car elle ne témoigne pas de la compassion de sa sainte patronne !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:33, par Le monde meilleur attent ta part d’action
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bonjour les forumistes
    En lisant vos commentaires, je fais l’analyse suivante :
    Selon l’idée que les gens se font de la sexualité humaine :
    - certains pensent qu’elle est un acte honteux ou diabolique (alors que c’est la voie que Dieu a choisi pour les humains afin d’exécuter son commandement ou sa bénédiction "multipliez vous et remplissez la terre",
    - d’autres la considèrent comme normale.
    Selon le droit d’accès à la sexualité :
    - certains pensent qu’il est réservé aux personnes mariées (selon la définition qu’on donne au mariage !!!)
    - d’autres le considère comme droit de tout être humain jouissant des facultés anatomiques, physiologiques et psychologiques requises à cet effet
    Selon ce qui pourrait influencer les élèves filles à tomber enceintes ou non
    - certains pensent que le simple fait d’être dans la même classe qu’une fille enceinte est un facteur important. Que dire de ce que les élèves voient dans la société en dehors de l’école ? Dans leurs familles ? Ne voient elles pas leurs sœurs, belles sœurs, tantes ou autres relations enceintes (mariées ou non) ?
    - d’autres pensent qu’il faut voir plutôt de l’éducation familiale ou scolaire sur la sexualité.
    Je note que personne ne s’est encore posé la question sur l’accès des filles à de la contraception efficace. il ne faut pas être naïf ou hypocrite, les jeunes (filles ou garçons) ont des relations sexuelles de plus en plus précoces et ce qui compte devrait être de les aider à faire des choix responsables (d’avoir ou de ne pas en avoir, avec qui et dans quelles conditions, à quel moment de la vie) et pour ceux et celles qui auront choisi d’avoir des relations sexuelles étant toujours à l’école (collège, lycée ou université) qu’ils/elles le fassent en connaissance de cause et de manière à ne pas compromettre leurs études et leur avenir (en utilisant des méthodes contraceptives efficaces et sures).
    Je termine mon propos en soulignant que :
    - nous voulons construire un Burkina tolérant, pluriel et démocratique, sachons donc refléter ces valeurs partout et en toute circonstances,
    - ce qui se passe à l’école (pour beaucoup de problèmes ou de phénomènes sociaux y compris les grossesses chez des adolescentes) est à l’image de ce qui se passe dans la société générale,
    - le fait d’être enceinte peut compromettre (mais de manière systématique) les chances de réussite d’une élève,
    - les meilleures actions sont dans la prévention (de manière concertée avec le corps enseignant, les parents, l’action sociale, la santé),
    - les femmes enceintes (élèves ou non, mariées ou non) ont besoin de soutien, d’affection et d’accompagnement pour nous donner de bons citoyens.

    Saint Joseph, le père adoptif de Jésus a accepté de prendre Marie (la mère de Jésus) alors qu’elle était enceinte d’un auteur inconnu (par le fait du Saint esprit non visible du commun des mortels)et l’a soustraite à l’opprobre populaire et même à la lapidation mortelle.
    Je ne veux donner de leçon à personne, je veux juste donner mes réflexion face à ce phénomène de société et dont l’affaire du Collège sainte Colette n’est qu’une anecdote typique.
    Bonne lecture à toutes et tous.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:34
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Je pense qu’il serait plustôt preferable de tenir de scéances de sensibilisation chaque mois ou chaque 2 mois dans les classes et noté comme un devoir afin que ces filles aient à tout moment ces informations en tete. Et pour que les élèves prennent cette sensibilisation au serieux, ces notes seront associées chaque mois aux notes d’une matière et divisé par le nombre total de notes.

    Ceci contribuerait peut-être à dimunuer le nombre de filles enceintes dans les établissements.

    Les femmes mariées, tout comme les femmes fonctionnaires sont libres de faire leurs enfants à tout moment sans avoir à rendre compte aux patrons ou au responsable d’établissement.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:37, par JMT
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    C’est vraiment domage. Cet établissement ne mérite pas son nom de Sainte Colette, car cette sainte n’aurait pas agit de la sorte. Elle aurait à mon avis fait le contraire : Encourager ces filles à poursuivre leurs études et prendre toutes les dispositions nécessaires pour qu’elles soient bien traitées. Monsieur le directeur, vous avez un règlement qui ressemble à la charia. Ces filles n’ont -elles pas été engrossées par des garçons ? Quelle est leur part de responsabilité. Et vous ? Quelle est votre part de responsabilité dans l’éducation de ces filles pour une sexualité responsable telle que le prône l’église famille de Dieu ? Vous qui prétendez prendre l’exemple de Sainte Colette. N’est pas un aveu d’échec ? Que Dieu vous bénisse.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:51, par Nouss
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Cette école a la mauvaise réputatition d’instaurer des conduites qui sont aux antipodes de la morale, de la sagesse commune et même de la loi. Bien qu’elle n’applique pas la mixité pour des raisons sans fondement légal (la plus part des établissements au BF sont mixtes à l’exception de ceux à conotation réligieuse), sans que cela ne constitue un problème grave, elle impose d’autres mesures qui sont à la limite de l’escroquerie. Tenez : Pour l’uniforme de l’école, vous n’avez pas non seulement l’obligation d’acheter le pagne ou la chemise que l’école a produit avec ses logos (ce qui est normal), mais aussi l’obligation de faire coudre l’uniforme chez les tailleurs que l’établissement à désigné aux prix indiqués (ahurissant non ?). Ok, dans ces conditions, même si vous êtes tailleur de profession et parents d’éléve de l’établissement, vous n’aurez pas le loisir de coudre les uniformes (selon les modèle de l’école) pour vos enfants. Les deals ont une bonne place aussi à Ste Collette. Parents d’élèves, vous êtes avertis !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 10:58, par anta
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    S’il vous plait "gnasé" ça veut dire quoi ?J’ai cherché dans le dico et je n’ai pas trouvé. Aucun texte n’autorise un établissement d’exclure une élève pour cause de grossesse.Les gens confondent leur propre façon de faire avec la loi.Le fondateur doit être un de ces parents bizarres qui chassent leur fille de la maison parce qu’elle est ombée enceinte hors mariage.Dite-moi qui n’a jamais péché ?Si le fondateur du lycée,ses directeurs d’études,ses surveillant(e)s,les membres APE, le Ministre Albert n’ont jamais péché qu’ils jettent la première pierre aux filles-mères. Donc,ils n’ont qu’à tous quitter là-bas et laisser les enfants étudier tranquillement.Qui n’aime gnaser,qui est plus gnaseur que qui ?tchrrrrr !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:01, par leregard
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Il y a trop de passion des deux côtés (pour ou contre l’exclusion de filles enceintes des établissements scolaires). Cela empêche des débats sereins. La question doit être sériée :
    i)je crois qu’il n’est pas nié le droit d’être en enceinte ;
    ii) il faut également faire la part des choses entre le lycée /collège (où en général, les filles sont mineures quand on sait qu’à quel âge sont inscrits les enfants à l’école) et les universités et autres écoles d’enseignement supérieur (pour la plupart, les étudiantes sont majeures au sens de la loi) ;
    iii)le langage de la surveillante, est tout simplement celui aujourd’hui majoritairement utilisé par les jeunes (ils inventent des mots ou expressions qui n’ont rien à voir avec le français ou les langues nationales). A mon avis, il faut placer le langage de la surveillante dans ce registre. C’est ce langage qui est utilisé par de nombreux forumistes ;
    iv) On doit se poser la question : quelles peuvent être les conséquences sur le comportement des autres (filles et garçons), de la cohabitation au lycée /collège entre filles ou femmes élèves enceintes avec les autres filles et garçons ? Quand on sait qu’un comportement toléré est vite copié à cet âge. A quoi ressembleront très rapidement nos lycées / collèges ?
    v) pour ma part, je ne préconise pas l’exclusion, mais la suspension des élèves / femmes élèves jusqu’à leur accouchement.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:02, par Le sage
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Je dirais que :
    1:Mr Konkobo n’est pas conscient.Oui Mr Konkobo,tu n’es pas conscient ;Mr le fondateur du GSSC a été clément de reintégrer la démoiselle,parce que rien ne l’obligait.
    Toutes les écoles n’ont pas les mêmes réglements intérieur.Je connais des écoles franco-arabes qui ne tolérent même pas ca.Même que la fille soit mariée ou pas.C’est pareille dans toutes les écoles réligieuses.
    Si tu es une fille enceinte,inscrit toi en cours du soir et quand tu aurais accouché,l’année qui suit,tu pourrais continuer en cours du jour.
    On connais les attitudes d’une femme enceinte,n’oubliez pas ca aussi.
    2:Je dirais qu’il faut qu’on ait une loi qui interdise des filles enceintes en cours du jour avant le BAC.
    3:Le rélement interieur doit être adopté par tous les établissements publiques et privés.
    Je dis ca parce qu’à l’école,on ne parle pas de ’’filles mariées’’ ou de femmes,on parle de fille tout simple.
    Histoire d’amour et l’école ne colle pas,c’est pourquoi le niveau à baissé à l’école.Comment vous voulez encourager qu’au lycée toujours,on tolère qu’une fille ait un ’’ga’’,ou un mariAprès le BAC,on peut tolérer ca,mais avant,NON NON !!!
    L’éducation de nos jeunes soeurs continue aussi à l’école,donc de grâce aidons nos jeunes filles à reussir.
    Oui,il ya des filles qui reussissent bien avec leur grossesses ;mais leur nombre est très très minime par rapport à celles qui échouent parce qu’elles sont tombées enceinte en étant toujours au lycée.
    Ce que je déplore ici c’est l’humiliation qui s’en est suivie ;
    Beaucoup de courage à toutes les filles enceintes et merde à ces hommes inconscients qui sabotent leur etude.
    Merci à Mr le fondateur,aux parents d’élèves et à tous ceux qui ont mis la main pour que l’affaire ne se termine pas en couteaux tirés.
    Vive le Faso et vive l’éducation

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:07, par KGB
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    est ce que la surveillante a chercher à savoir si parmi les auteurs de grossesses il n’y a pas les un enseignant de l’établissement ? c’est pour dire qu’aujourd’hui si on doit sanctionner une femme pour cause de grossesse il faut étendre la sanction au monsieur auteur de la grossesse.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:13, par étincelle
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je suis vraiment étonnée de voir à quel point notre société est encore composée de personnes aussi irrespectueuses et sans compassion pour les autres. Depuis quand une grossesse est-elle contagieuse ? si c’était le cas, je pense bien que toutes les femmes du faso seraient enceintes. En plus, une femme qui demande à une autre, qui s’est fait gnasée, quand même, à moins que ce ne soit une idiote de première, elle aurait eu du respect pour sa compagne enceinte. Enfin, en excluant une fille enceinte de l’école, dite moi messieurs qui croyez tout savoir, en quoi vous contribuez à son développement ? Ces filles enceintes ont-elles bu pour l’être ? Non, c’est bien des messieurs comme vous qui racontez des bêtises pareilles qui passer le temps à enceinter les petites filles dans les quartiers et à fuir vos responsabilités. Dans ce cas, comment voulez vous qu’elles informent leurs parents de leur état ? Nous sommes tous responsables de ce qui arrivent à nos soeurs, filles et autres. C’est facile de se cacher derrière un écran et un pseudo pour causer comme un taré. Alors avant de débiter n’importe quoi, pensez bien que ces filles expulsées pourraient ¸être vos soeurs et vos filles. Comme on le dit toujours, personne n’est à l’abri des erreurs même pas vous messieurs qui vous prenez pour des saints. Je souhaite du courage à cette dame enceinte et vivement que son joli bébé voit le jour.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:22, par traore
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    franchement je suis pas d avis. je trouve que c est pas la meilleur solition. et le ministere de la promotion de la femme doit reagire pour que saisse ces decision que je trouve anarchique.c est pas une affaire de l ecole a parti du momment que les rapport se sont pas passé l ecole.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:34
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Il y a trop de passion des deux côtés (pour ou contre l’exclusion de filles enceintes des établissements scolaires). Cela empêche des débats sereins. La question doit être sériée :
    i)je crois qu’il n’est pas nié le droit d’être en enceinte ;
    ii) il faut également faire la part des choses entre le lycée /collège (où en général, les filles sont mineures quand on sait qu’à quel âge sont inscrits les enfants à l’école) et les universités et autres écoles d’enseignement supérieur (pour la plupart, les étudiantes sont majeures au sens de la loi) ;
    iii)le langage de la surveillante, est tout simplement celui aujourd’hui majoritairement utilisé par les jeunes (ils inventent des mots ou expressions qui n’ont rien à voir avec le français ou les langues nationales). A mon avis, il faut placer le langage de la surveillante dans ce registre. C’est ce langage qui est utilisé par de nombreux forumistes ;
    iv) On doit se poser la question : quelles peuvent être les conséquences sur le comportement des autres (filles et garçons), de la cohabitation au lycée /collège entre filles ou femmes élèves enceintes avec les autres filles et garçons ? Quand on sait qu’un comportement toléré est vite copié à cet âge. A quoi ressembleront très rapidement nos lycées / collèges ?
    v) pour ma part, je ne préconise pas l’exclusion, mais la suspension des élèves / femmes élèves jusqu’à leur accouchement.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:56, par Yumi
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Honnêtement, quel mal ont t-elles commis au juste ? la grossesse les empêchent t-elles de suivre les cours ? de réussir ?non, alors circulez et faite votre travail d’enseignant !cest vraiment déplorable comme décision, le pire cest que cest l’établissement lui même qui cautionne de pareils actes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 11:59, par Yumi
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Honnêtement, quel mal ont t-elles commis au juste ? la grossesse les empêchent t-elles de suivre les cours ? de réussir ?non, alors circulez et faite votre travail d’enseignant !cest vraiment déplorable comme décision, le pire cest que cest l’établissement lui même qui cautionne de pareils actes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 12:14, par Mme Zerbo
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    salut ! juste pour dire à Mr Komkobo que sa femme est une menteuse, si vraiment elle avait conscience de cette grossesse de 5 mois qu’elle porte elle n’allait pas mentir de cette manière. j’ai vraiment honte à sa place, si à 25 ans toi tu te retrouve en classe de 3ième et que tu as déjà un enfant en plus sa me fais pitié ce que tu as causée car si toi même tu es capable de mentir de cette manière je ne sais vraiment pas comment tu fais pour éduquer ton enfant ? voyez vous bien la vraie version quand la surveillante est rentrée dans la classe de 3ième A4, elle a appeler n fois le nom de Mme Komkobo, elle s’est cachée et n’a pas répondu, la surveillante étant énervée par le comportement de la fille a dit en ses termes que la femme qui est enceinte se lève Mme Komkobo n’a rien dit jusqu’à 2 interpellations alors la surveillante dit que toutes les filles enceintes n’ont qu’à sortir, elle s’est levée maintenant et puis sortir, la surveillante la demande alors, pourquoi je t’appelle depuis et puis tu ne te lève pas que si elle avait répondu aux nombreuses appèlles elles n’en serai pas là, elle répond à la surveillante que c’est parcequ’elle avait honte parmis toute ses camarades, et la surveillante la replique qu’elle n’a pas a avoir honte puisqu’elle dit qu’elle est une femme mariée et que s’est son deuxième enfant même que s’est normal qu’elle soit enceinte qu’elles n’ont qu’à partir à la direction que c’est le fondateur qui l’appelle ; maintenant arrivée vers le fondateur il demande alors à Mme Komkobo pourquoi on t’appèlle depuis et que tu ne vienne pas ? elle replique que s’est la surveillante qui est rentrée dans leur classe et commencée à dire que tous les femmes enceintes n’ont qu’à sortir que sinom elle elle va soulevée leur chemise pour voir si elles sont enceintes et comme elle a eu honte c’est pourquoi elle ne voulais pas sortir et le fondateur a commencé à parler à la surveillante en donnant raison à la femme enceinte. j’ai été élève et je sais ce quel’élève vaut, l’élève dramatise tout, l’élève raconte ce qu’il n’a pas vus ce qui ne sais pas passé. je te comprend très bien car s’est ta femme tu dois la soutenir mais s’il te plait songe à demander à ta femme de dimunier ses mensonges car sa peux être fatale à toi même un jour !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 12:22, par NABIIGA
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Au temps de la traite négrière, les esclaves enceintes au cours du trajet Afrique noire - Amerique étaient jetée à la mer. Ce comportement des responsables Ste Colette est pareil à ce fait. Thomas SANKAR à officiellement condamné le renvoie systématique des filles enceintes des établissements et la vidéo se trouve partout. Sauf les attardés du siècle n’on pas regardé. Qu’attend l’ANEB pour se saisir de ce dossier et remettre les fondateurs ignares à leur place ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 12:22, par MERDE
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Eh ! Y’A BOIN YAALME établissement la wooto ! vous vous croyez supérieur à qui en matière de probité morale ? C’est vous même qui attrapez les filles là bas dans votre établissement et on se connait ici au faso ! vous, vos professeurs tous des pourris qui courrez derrière les petites élèves. Surement que vous grouillez les petites filles et comme elles refuse "parfois" vous devenez aigri et vous trouver des moyens pour les chasser.Puisque une fille enceinte c’est déjà pour quelqu’un d’autre donc c’est plus pour vous ! Vous devenez aigri jaloux, eeh ! ça fait pitié africain ! et vous voulez développer si vous êtes encore à ce stade de sentiments. sainte collette, sainte collette, sainteté de mon qu oui !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 12:44
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    j ne sui pas d’accord avec la procédure.mais nou constatons que c’est devenue un probleme tres fréquent auquel on doit trouver une solution.j’ai l’impression que nos soeurs ne sont plus consciente de pourquoi elles partent à l’école.ensuite elles sont les 1eres à se plaindre.la grossesse encore ça va.et si c’etait le SIDA.et puis j trouve inadmissible qu’une fille de 27 ans fasse la troisiéme.l’ecole ces pas une garderie

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 12:52, par TOOG KABE
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Très bien ! Les uns et autres ont apporté leurs contributions et je leur félicite pour cela. J’explique cette divergence de point de vue par l’existence du bien et du mal, de la droite et de la gauche.
    Aussi, nous vivons dans un pays où il y a des lois. Par conséquent, je n’aimerai pas m’engager dans un débat où je ne maîtrise pas les tenants et les aboutissants.
    En effet, je félicite l’APE, MESS et l’action sociale d’avoir pris déjà leurs responsabilités. Cependant, je pense que le Ministère Public est compétent pour connaître de cette affaire et devra ouvrir une information à cet effet. De plus, le Ministère de la promotion de la femme ainsi que les associations et mouvements de promotion des droits de l’homme doivent jouer leur partition.
    Comment pouvez-vous expliquer le fait qu’on lutte contre la marginalisation des personnes défavorisées de même que la promotion des personnes vivantes avec le VIH avec le fait d’exclure des élèves de l’école pour simple fait de grossesse et de quelle manière ! Les responsabilités doivent être situées dans cette affaire et nous resterons vigilants.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 13:11, par PAPUS
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    DE 7 FILLES CETTE ANNEE NOUS AURONS 50 FILLES L ANNEE PROCHAINE SI CES FILLES MERES NE SONT PAS RENVOYEES. PARENTS D ELEVES FILLES DE SAINTE COLLETTE A VOS GARDES.UNE FEMME QUI ACCOUCHE DOIT AVOIR UN PETIT CONGE DE QUELQUES SEMAINES AU MOINS POUR S OCCUPER DE SON ENFANT SINON L ENFANT PEUT ETRE TRAUMATISE ET LA SOCIETE DEVRA LE PAYER UN JOUR.OU METTEZ VOUS L IMPORTANCE DE L AFFECTION MATERNELLE POUR UN ENFANT ? VAUT MIEUX RENVOYER LA FILLE QUE D AVOIR A GERER UN JOUR UN HOMME QUI N A PAS EU L AFFECTION D UNE MERE.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 13:17, par bogui
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Ce qui est arrivé à l’établissement, est un incident, consécutif à une certaine intolérance, pire, une suffissance. Qu’on ne se leurre pas. Beaucoup de travers ont eu lieu à la sainte Collette et qui n’ont pas malheureusement été divulgués. Combien de fois le fondateur a-t-il menacé des profs ? Combien de profs ont resilié dare dare leur contrat avec Sainte Collette parce qu’ayant marre des ajustements du fondateur dictateur ? D’autre part, que les gens comprennent qu’il y a des filles qui ont quitté les bancs et se sont mariées par la suite. Dans le foyer, le mari estime que sa femme peut poursuivre les études et l’inscrit. dans ces conditions, doit-elle éviter de répondre à l’un des devoirs conjugaux qu’est celui de procréer parce qu’elle est inscrite dans un établissement ? Non soyez tolérants ! Si ce problème n’est pas réglé pour de bon, le pays en prendra un dur coût. précédemment, on a appris que c’est le collège Eben Ezer qui a chassé des élèves dans des conditions toujours pas bien expliquées. Entre nous !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 13:22, par bogui
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Ce qui est arrivé à l’établissement, est un incident, consécutif à une certaine intolérance, pire, une suffissance. Qu’on ne se leurre pas. Beaucoup de travers ont eu lieu à la sainte Collette et qui n’ont pas malheureusement été divulgués. Combien de fois le fondateur a-t-il menacé des profs ? Combien de profs ont resilié dare dare leur contrat avec Sainte Collette parce qu’ayant marre des ajustements du fondateur dictateur ? D’autre part, que les gens comprennent qu’il y a des filles qui ont quitté les bancs et se sont mariées par la suite. Dans le foyer, le mari estime que sa femme peut poursuivre les études et l’inscrit. dans ces conditions, doit-elle éviter de répondre à l’un des devoirs conjugaux qu’est celui de procréer parce qu’elle est inscrite dans un établissement ? Non soyez tolérants ! Si ce problème n’est pas réglé pour de bon, le pays en prendra un dur coût. précédemment, on a appris que c’est le collège Eben Ezer qui a chassé des élèves dans des conditions toujours pas bien expliquées. Entre nous !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 13:30, par Ahmed
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je ne savais pas que la mentalité des dirigeant de ste collette n’avait pas evolué depuis. il faudrait que les etablissement apprennent a faire la différence surtout ste collette car cette école est spécialisée dans la réprimande des élèves filles comme garçons c’est une véritable prison scolaire et les surveillants se conduisent en gardiens de prison et je trouve que c’est dommage qu’une femme aille fouiller une fille pour verifier kel est en ceinte ou pas

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 13:41, par Coach formateur TSOUM
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Je suis très subjugué par cette banale histoire de grossesse dans un établissement que je crois être comme tous les autres.Parce que les diplômes de réussite de cet établissement qui se dit réputé n’est pas mieux que les autres.Je pense que le fondateur et le directeur devraient plutôt revoir leurs actions.Nous sommes dans un pays de dialogue et je crois pour cette histoire qu’elle sera résolue très rapidement dans les brefs délais.En passant je tire l’attention des deux ministres de l’enseignement et de l’action sociale de ne faire table basse sur cette affaire.Parce que nous pensons tout le temps à de petite histoire ou de petite affaire et quand ça dégénère qu’on pense réparer chose à laquelle notre gouvernement est très fort alors nous vous mettons en garde.
    Pour ma contribution je souhaiterai que chacun garde son calme afin qu’on puisse trouver une solution pour ça afin que ça ne se dégénère une seconde fois dans notre pays.
    Je préconiserai une semaine de mise à pieds pour la surveillante et que les premiers responsables de cet établissements s’y mettent rapidement.
    Et quand à Mme Konkobo,je vous souhaite courage et surtout accroche toi à tes études vous réussirez.
    En fin aux six autres filles courage et continuer vos cours parce que être enceinte à l’école n’est pas une fatalité.
    "EINSTEIN DISAIT QU’IL N’Y A D’OBSCURITÉ MAIS MANQUE DE LUMIÈRE" pour vous dire les filles il n y a pas de problèmes pour ce qui vous aient arrivé ce sont les gens qui en en font un problèmes et tous les problèmes que nous humains nous rencontrons nous pouvons les régler si la volonté y est.
    SALUT

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 13:58, par Djaguèrè
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    LE FONDATEUR ENCOURAGE T-IL D’AVORTER ? PUISQUE SA CHERE ECOLE A POUR TOTEM LES GROSSESSES
    - ARRANGEZ VOUS COMME VOUS VOULEZ MAIS PAS DE GROSSESSE.
    ALORS LES ENTREPRISE PEUVENT EN FAIRE AUTANT, LES MINISTERES, LA FONCTION PUBLIQUE ETC...
    LA GROSSESSE RAPPELLE QU’ON S’EST FAIT "GNASSER" ET POURAIT CONTAMINER LES AUTRE A LE FAIRE... UNE FEMME CA TRAVAILLE OUBIEN CA ACCOUCHE, MAIS PAS LES DEUX A LA FOIS... ET PUIS CA CONTAMINE CA, VOUS SAVEZ PAS ?
    ET LE MINISTERE DES FEMMES ENCEINTES PARDON DES FEMMES...EST-IL AU COURANT ? OUBIEN IL EST OCCUPE A LUTTER POUR LA SCOLARISATION MASSIVE DE LA JEUNE FILLE EN MILIEU RURAL,ET LES ASSOCIATION DES DROIT DE L’HOMME...OH IL SONT OCCUPER A TROUVER QUI A TUE NORBERT ZONGO ET TOUS LES AUTRES... FINALEMENT LES FILLE YA PERSONNE POUR VOUS. PEUT-ETRE FAUDRA-T-IL CONSIDERER LA PROPOSITION DES DIRIGEANT DE STE COLLECTE QUOIQUE MISOGYNE SOIT-ELLE...

    OH TRISTE FASO... CHACUN FAIT CE QU’IL VEUT. CETTE ECOLE DOIT ETRE SANCTIONNE

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 15:09, par barthle72
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Notre monde est très méchant et manque d’amour sinon les hommes (garçon) veulent des copines pour jouir de leurs sexualité et veulent les rejeter quand elles sont enceinte
    une autre manière de promouvoir l’avortement et je parie que c’est les mêmes qui seront sans pitié quant l’infirmier ou ... aurai provoquer suite à un avortement le décès de ta soeur.
    je suis père de filles et garçons je suis prêt à accueillir les succès de mes enfants mes aussi j’ai dit à mes filles même si ça arrive qu’une situation les dépassé je reste père et à leurs côté ; Pourquoi tant de mépris pour l’autre alors que de ce pas tu vas te vautrer dans les pire saletés.
    Et ces mères qui sont sans respect pour les filles qui pourtant seront aussi cadres dans ce pays et même que cette fille pourrai un jour être mieux que cette surveillante qui peut être est sans niveau et est parvenue par les relations soient de parenté ou que elle a dû écarter ses cuisses pour obtenir le poste ; on se connait à ouaga.
    bref que nous puissions cultiver la tolérance à tous les niveaux et respecter les autres petits et grands( en âge comme socialement) cultivons l’amour et le pardon

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 15:22, par SAGE
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bonjour,
    Cet article soulève un réel problème de notre société et du système éducatif. La décision des responsables du groupe scolaire Sainte Colette est à condamner avec fermeté... Toutefois, il faudra que nous réfléchissons sur l’éducation sexuel qu’il faut donner aux adolescents. Je ne trouve pas normal qu’une élève du secondaire célibataire puisse tomber enceinte car cela compromet sérieusement la poursuite de ses études.Avoir un bébé, suppose pouvoir s’en occuper de jour comme de nuit, en bonne santé ou malade..... Est-ce qu’une élève pourra remplir ce rôle noble de mère et se consacrer à ses études ?
    Aussi, il revient de poser le problème des moyens de contraception (pilules, préservatifs,....). Non seulement il y a les grossesses non désirées mais il y a aussi les maladies sexuellement transmissibles. Est ce qu’il ne faudra pas intégrer ce problème dans le système éducatif ? Faudra t-il pas que les parents se mettent au dessus de certains "tabous" et parler "sexe" avec leur enfant afin d’éviter des grossesses non désirées ou des maladies ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 15:50, par boofre
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    De grace reagissons par nos têtes et ne laissons nous pas allez par émotion. D’une part l’exclusoin des filles n’est pas légal,d’autre part des jeunes filles qui tombent enceinte courant année scolaire ce n’est pas forcement facile à gerer. J’ai sembler comprendre que les responsables de l’établissement on pretexter que c’est pour bien suivre ces filles qu’ils ont voulu les récenser. VRAIE ou FAUX, je ne saurai le dire. Parconséquent je pense que le journaliste aurait pu nous éclairer d’avantage dans son analyse. Il aurait pu pousser les investigations pour avoir quelque indices qui pourrait nous permettre de prendre position. En temps partisant pour la défense des droits de l’homme en particulier les droits des femmes et des enfants, je suis tenter de condamner les responsables de la Sainte Colette. Mais sur la base des informations que le journaliste nous as servi, c’est insuffisant pour le faire. Parcontre pour la surveillante, je suis tout simplement déçu qu’en temps que femme elle tient des propos de ce genre. Je ne vais pas l’insulter comme beaucoup l’on fait mais je dirai qu’elle devrait être licencier pour manquement grave. L’école à pour d’instruire mais aussi d’EDUQUER. Ce problèmes interpelle en même temps les autorités responsable de l’enseignement superieur, que même si les établissement privés sont venus soulagés le gouvernement en relévant le taux de scolarisation, il faut rester vigilant et veiller à faire des inspections périodiques dans ces établissements. Car si le gouvernement voit comme objectif le relèvement du taux de scolarisation, les fondateurs voient comme objectifs le profit maximum. Donc si certains fondateurs véreux voient que les filles en grossesses peuvent constituer de la mauvaise publicité pour eux, ils peuvent être tenter tout simplement de se debarrasser de ces filles.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 15:54, par benladen
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je suis avec hector. on ne doit pas accepter les filles enceintes dans les lycées. c’est pas normal. si je suis fondateur d’un lycée ; je n’accepterai jamais ça.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 16:00, par benladen
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    je suis avec hector. on ne doit pas accepter les filles enceintes dans les lycées. c’est pas normal. si je suis fondateur d’un lycée ; je n’accepterai jamais ça.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 16:17, par barthle72
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Notre monde est très méchant et manque d’amour sinon les hommes (garçon) veulent des copines pour jouir de leurs sexualité et veulent les rejeter quand elles sont enceinte
    une autre manière de promouvoir l’avortement et je parie que c’est les mêmes qui seront sans pitié quant l’infirmier ou ... aurai provoquer suite à un avortement le décès de ta soeur.
    je suis père de filles et garçons je suis prêt à accueillir les succès de mes enfants mes aussi j’ai dit à mes filles même si ça arrive qu’une situation les dépassé je reste père et à leurs côté ; Pourquoi tant de mépris pour l’autre alors que de ce pas tu vas te vautrer dans les pire saletés.
    Et ces mères qui sont sans respect pour les filles qui pourtant seront aussi cadres dans ce pays et même que cette fille pourrai un jour être mieux que cette surveillante qui peut être est sans niveau et est parvenue par les relations soient de parenté ou que elle a dû écarter ses cuisses pour obtenir le poste ; on se connait à ouaga.
    bref que nous puissions cultiver la tolérance à tous les niveaux et respecter les autres petits et grands( en âge comme socialement) cultivons l’amour et le pardon

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 16:38, par manubossono
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bien enfin décompressons un peu soyons surtout tolérants et ne croyons pas que nous sommes irréprochable quelque soit notre point de vue soyons amour et compatissants prônons la paix
    que les familles se construisent et vivent en paix que les fondateurs commerçant etc...ayons le reflex de nous considéré à la place de l’autre avant d’agir.
    Toute semence bonne ou mauvaise porte toujours du fruit.
    Si l’établissement se comporte ainsi envers une élève et dans 20ans pourront il se rendre service et la vengeance qui peut naître de là peut avoir de lourdes conséquences sur la surveillante et le fondateur
    Si Mr Konkobo ou sa femme mentent c’est aussi risqué pour eux ;
    J’ai été enseignant et je sais que nombreux sont ces vieux enseignants qui sont à courir après les service de leurs élève gardons tjrs de bonne relations l’avenir personne ne sais qui tu va trouver devant toi le jour du malheur.
    A bon entendeur salut !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 16:40, par poussy
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bonjour à tous,

    C’est avec un pincement de coeur que je lis l’expulsion de cette femme enceinte. Avant d’abonder dans quel sens que ce soit je voudrais d’abord qu’on se pose un certain nombre de questions dont les suivantes :

    1) Pourquoi au juste cette femme enceinte a été expulsée ? (Faites attention pas parce qu’elle est enceinte il y a une autre raison bien au fond)

    2) Quels interêts l’administration tire t-elle en expulsant cette femme qui a pourtant payé je pense tous ses frais liés à l’école ?

    3) Quelles conséquences pourrait on imaginer avec l’expulsion de ces filles enceintes ?

    4) Quelles solutions puisse trouver cette exxpulsion qui évidemment ne va pas se limiter à Madame Konkobo ?

    Voilà tout un questionnement permanent qui dresse sous nos yeux et bercent notre reflexion et ceci pour parvenir à résoudre ces problèmes de grossesse qui ne se limitent pas au lycée Ste Colette mais partout. Souvent à cause de "Amour Scolaire"

    Alors dans un pays emergent, se classant 181è/187 pays c’est à dire devant 6 etats donc au bas du tableau de l’indice de développement PNUD (statistique 2011), qui chante chaque jour la scolarisation de la jeune fille à travers les médias, puisse encore tolérer des actions discriminatoires comme celles à l’encontre de Me Konkobo. Quand l’éducation nationale devient de plus en plus contrôlée par le privé et que l’état dans son incapacité ne réagit pas alors où allons-nous ?? A méditer en plus des questions ci-dessus.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 16:43
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    c notre education francaise qi ns aporte c chose, sinn comen p t’ont etr fier des ces petite fill, san mariee ni mm fiance enseinte ???
    je croi qon les emenai a l’ecole pr les eduquer ! dja c laba qel aprene a tomber enseinte

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 17:02, par Mpafadnam
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    bonjour il n’ya même pas d’APE à Ste Collette , moi j’ai quatre elèves là bas depuis l’an passé mais je n’ai jamais été convoqué à une quelconque réunion APE.pendant qu’on paie cahque année les cotisations. Quant est ce que ce bureau APE est mis en place ; peut être que les responsables APE n’ont même plus leurs enfants dans l’etablissement, ce bureau doit être dissout par le MESS et les cotisations restituées aux parents pour defaut de bilan

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 18:13
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Si le reglement interieur de Sainte Collette avaité été violé ( cas de ces filles en grosse),en ce moment M. Kokobo serait dans son bon droit de les renvoyer après qu’il eut leur restitué les frais de scolarité. Autrement, on ne peut brandir une sanction en novembre alors qu’ à la rentrée, rien ne prevenait celles qu’on peut qualifier aujour’hui de "fautives" : les filles en question.
    Moralité : il faut être consequent envers soi-meme, et les autres vont imperativement vous respecter.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2011 à 18:42
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    D’ habitude, je suis assez bavard mais cette barbarie indigne de 2011 me coupe le souffle. Alors, la, ils m’ ont eu. Je ne dirai rien. Parce que mon discours est indiscourable. Que Konkobo les triane en justice pas pour l’ argent mais pour le franc symbolique. S’ il s’ agissait tant du bien- etre de ces filles - meres qui sont plus des victimes a plaiondre que des femmes a vilipender dans leur esprit et dans leur chair, l’ etablissemnt allait proceder autrement, par la sensibilisation. On appele ca une invasion de la vie privee des gens. Que toutes les meres et que tous les peres de jeunes filles boycottent cet etablissemnt Ayatollah.

    LOP

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2011 à 08:15, par Gbe
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Corvée de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Reponse au Post du 18 novembre 12:14, par Mme Zerbo

    Tu dis de ne pas croire aux eleves en disant que toi-meme etait eleve ? Donc toi aussi tu mens et je dirai meme que tu mens plus que Mme Konkobo.
    A Hector96 ; Le Sage ; Le Putain de deviergeur de sa Mere et le reste de la Bande de petits rigolos :
    Le probleme est que plusieurs filles ; y compris Mme Konkobo ont connu le renvoi pour motif Grossesse. Donc, ne venez pas dire que Mme Konkobo est la seule et une menteuse(comme vous).
    Effectivement, une de 1985 en classe de 3eme qui a pu rentré au Complexe par corruption ; qui paye pas la scolarité ; qui n’est peut etre pas mariée ; chelou.... veut dire qu’elle n’a rien d’un cursus de gloire ; ON S’EN BAT LES NICHONS=LE DEBAT N’EST PAS LABA..

    VOUS EXPULSEZ LES FILLES ENCEINTES DE VOTRE COMPLEXE SOIT DISANT EDUCATIF ?
    _OUI...et alors ?

    Alors : Vous n’eduquez en rien ; vous ne sensibilisez en rien ; vous n’avez aucune devise scolaire qui tienne ; vous ne compreniez rien au nom de votre Ecole ; vous enseignez la Corruption ; vous soutenez l’Excision et l’Inegalite des Sexes ;vous discriminez le sexe feminin ; vous n’aviez pas de programme d’ESF ; vous n’apprenez pas aux Eleves des deux sexes a mieux vivre entre feminins ; entre masculins et surtout entre feminins et Masculins ; vous ne prevoyez rien a long terme ; vous n’aviez meme pas vu qu’expulser betement des filles sans que la constitution vous en donne le droit, allait finir par vous creer des problemes...reflechissez a long terme.

    AU STAFF DE SAINTE COLETTE

    Dabord a l’idiote de surveillante qui se permet d’employer des termes éronés : Accepte que tu as mal agit et endosse toutes les responsabilités. Ca prouvera que tu n’est pas si conne que ca....
    Au Proviseur ; je comprend qu’il veuille defendre le titre de SAINTE du nom de l’Ecole ; il est un ignorant qui ne sait certainement meme pas qui est SAINTE COLETTE et ses Exploits ; mais qui pense que toutes ses eleves filles doivent etre SAINTES.(Qu’il creer un autre pays ; une autre ecole ; ses lois et surtout qu’il invente lui-meme ses eleves vierges).
    Pour le moment,IL n’a qu’a inventer une histoire ou tout le monde sort gagnant ; et surtout son Ecole:Par exemple, il peut faire la pub comme quoi, il ya une baisse de la scolarité des filles mariés(ironie ou mensonge) ou enceintes ; sinon que le Nom de son Complexe scolaire est déja déviergé et souillé plusqu’une pute violée.
    Prostitués-Filles/Femmes agées ou en Grossesse...peu importe ; ELLES ONT LE DROIT A L’EDUCATION....!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2011 à 10:50, par kadema
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    J’ai lu l’article et lire la reaction des gens,en conclusion je dirai qu’il ya des idiots qui se permettent de confondre les choses.Ils doivent(les idiots) comprendre que aller sur les bancs d’ecole n’est pas une FORMATION MILITAIRE ou certaines categories de personnes viennent ecarter,ici on parle de l’enseignemnet....Les responsables du groupe scolaire m’ont deçu avec leur comportement...

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2011 à 11:33, par Frank
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Bonjour à tous
    Avec tout l’intérêt que comporte le débat sur ce cas, je tiens seulement à vous témoigner que je viens d’être grand père, j’ai la cinquantaine et plus et que ce n’est qu’en 2005 que j’ai repris les études pour aller jusqu’à soutenir en 2010 un master 2 après avoir quitté l’école en 1976. Alors, je prenais les cours avec mes enfants. Et dans ma classe, il la plus âgée avec la soixantaine. Est-ce une grossesse est un crime ? Encore moins une qui vie avec quelqu’un déjà qu’elle soit mariée légalement ou pas. A-t-elle le droit de procréer ou pas ? Qui s’est si ce enfant ne serait pas un jour celui qui devait venir pour apporter un plus pour chacun des burkinabé ? Encore qui s’est comme, il a été conçu ? Alors chers amis, il est temps de prendre conscience. Combien de garçon élèves ont des copines en grossesses ? Qui ose allez leur dire mot ?
    J’attire l’attention de tous. Merci
    Cordialement
    KB

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2011 à 11:42, par Ttino
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Cette surveillante a manque du respect a la hierarchie de l’etablissementa.Ell merite une sanction.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2011 à 14:33
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    bonjour a tous.
    vraiment c est irresponsable de leur part de renvoyer les filles. le mal est déjà fait donc le mieux c est de trouvé des solutions acceptables .Avec ce traumatisme qui sais, les filles peuvent décidé par honte de la société se faire du mal comme se suicidé, essai d avortement , tout ca s avère très dangereux. alors je vous prie la sainte Colette de bien vouloir être clément avec ces jeunes filles.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 11:33, par Massa Souleymane.
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Halte a l’hypocrisie et a la stigmatisation !
    Bien souvent, ceux-la meme qui sont les initiateurs de ces actes puritains sont aussi les plus pervers et les monstres createurs de situations penibles pour personnes fragiles (telles que les filles). Et ce ne sont pas les exemples qui manquent :
    * Combien de cas de pedophilies de la part de pretres ont ete denonce ? Et les bonnes soeurs consommees par les memes qui pronent pourtant le celibat de pretres et le defendent ? * Combien d’abus de maitre coraniques et autres guides spirituels a l’egard de pauvres enfants (filles et garcons)a eux confies sont souvent egalement etouffes, tus parce que la pression familiale (et la betise de la reaction sociale) le commande ?
    * Combien de cas d’eleves en grossesses du fait de leurs enseignants, pourtant censes leur inculquer la morale et le savoir ?
    * Combien de femmes sont victimes d’abus de toutes sortes parceque refusant de ceder aux avances sexuelles de leur superviseur/employeur au travail ?...
    Pour une fois, soyons serieux et osons nous regarder dans un mirroir : voyons que nous avons tous et toutes besoin d’un toilettage ! Si l’on veut expulser les filles enceintes des etablissements scolaires, il faudrait aussi identifier tous les garcons/hommes auteurs de grossesses d’eleves et les exclure (de leur ecole ou de leur emploi) ! Equite oblige ! Si on ne peut le faire, alors, de grace, arretez d’indexer les sorcieres en oubliant ceux qui les forment ! Mccchooouurrrr, quel monde !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 12:46
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    j pense k hector n joui pa d tte ces capacités.t7 vraimt un monstre et une person irréfléchit

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2011 à 13:01, par Quelqu’un qui est civilisé
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    J’ai fréquenté un collège Protestant y’a 24 ans de celà , on faisait la prière le matin avant les cours , tous les profs étaient des pasteurs ou des fils de pasteur. Nous avions une Camarade enceinte , mais elle n’a jamais été inquiétée , au contraire elle bénéficiait de l’aide et du soutient des profs des surveillants et de nous , ses camarades. Nous nous rendions même chez elle pour la soutenir.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2011 à 21:34, par kouadio
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    Le decret date du 21 12 1974 protegeant les personnes vulnerables,handicapes, enceintes et tout autre handicap et je l’avais dis le 18 11 2011, les femmes enceintes ont droit a l’education.
    J’ai meme encourage les victimes a porter plainte contre la direction de l’etablissement. Vive la loi.
    Kouadio depuis les Etats-Unis

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2016 à 21:21, par Alice
    En réponse à : Groupe scolaire Sainte Colette de Ouagadougou : Des élèves « exclues » pour cause de grossesse

    bsr la groupe scolaire saint Colette ses zalato oublient alice sankara

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés