Société TAN-ALIZ : Les travailleurs protestent contre les chômages techniques

mardi 15 novembre 2011 à 01h13min

Les employés de la société TAN-ALIZ ont observé un arrêt de travail, le lundi 14 novembre 2011, suite à la mise en chômage technique de 72 personnes. Ils exigent des solutions concrètes pour reprendre le travail.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les ouvriers de TAN-ALIZ ont exprimé leur mécontentement par une grève, suite à la mise en chômage technique de 72 personnes. En effet, elles sont mises en chômage technique. Pour Madi Kaboré, délégué syndical "En 2007 et 2009, il y a eu un chômage technique qui n’a pas résolu leur problème et cette fois-ci, un autre est décidé. Nous disons ne pas être d’accord là-dessus". "D’autres solutions peuvent être émises à savoir le départ volontaire qu’ils avaient eux-mêmes proposé lors d’une rencontre à la Société burkinabè de manufacture du cuir (SBMC)". Les grévistes affirment avoir eu plusieurs rencontres avec la direction mais n’ont pas eu gain de cause.

Pour Jean Félicien Kafando, délégué du personnel les ouvriers éprouvaient des difficultés d’ordre matériel (pas de tenue de travail, pas de chaussures de sécurité, pas de visites privées) et financier. Toute chose qui les pousse, dit-il, à rencontrer la direction afin de trouver des solutions. Des pourparlers entre les deux parties saisies par l’Inspection du travail n’ont pas permis d’accorder les points de vue, soutient-il. Il qualifie d’irrégulières les mises en chômage technique parce que, affirme t-il les textes ne sont pas respectés. Selon lui le chômage technique est un "licenciement abusif" parce que, "la direction veut analyser la lutte syndicale et mettre des gens à la porte". Il pense que d’autres alternatives sont prévues par le code du travail et appelle les autorités et la direction à trouver une solution à cette crise.

Approché, le Directeur de Ressources humaines, Ablassé Congo, a affirmé être dans les règles qui régissent toute société. Selon lui, après des rencontres avec les syndicats, il a été décidé "de procéder à un chômage technique suite à la situation que traverse la société du point de vue financier, du point de vue des matières premières". Il estime que c’est une mesure transitoire et appelle les travailleurs à des discussions constructives. Les grévistes ont affirmé, de leur côté, être prêts et mobilisés pour continuer la lutte tant qu’ils n’auront pas obtenu satisfaction de leur revendication.

Lassané OUEDRAOGO (Stagiaire)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés