Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

DIMA DE BOUSSOUMA : "Les chefs ont toujours fait de la politique"

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 14 novembre 2011 à 02h11min

Le Rassemblement pour la démocratie et le socialisme (RDS) a tenu une conférence de presse marquant la clôture de son 2e conseil national le 13 novembre 2011 au domicile du Dima de Boussouma, président d’honneur du parti, à Ouagadougou. Au cours de cette conférence, le Dima de Boussouma a dit ne pas voir de côtés négatifs liés à la pratique de la politique par les chefs traditionnels.

Certains Burkinabè estiment qu’il faut tenir les chefs traditionnels à l’écart de la politique et le Conseil consultatif sur les réformes politique (CCRP) a décidé, lors de ses assises, de permettre à ceux-ci d’avoir un statut. Mais ce n’est pas le sentiment du Dima de Boussouma, le président d’honneur du RDS. Pour lui, la chefferie traditionnelle était le système qui prévalait dans une partie du pays avant l’arrivée des colons. " Nous avons toujours fait de la politique. Quels sont les côtés négatifs en dehors de ceux qui pensent que le chef en faisant de la politique, les empêche eux, d’être élus ? Ce n’est pas vrai. A l’Ouest, il n’y a pas de chefferie mais des gens s’y font élire.

On dit que le chef de l’Etat a tous les chefs avec lui, que ce sont les bonnets rouges qui le font élire. Mais il a été plus élu à l’Ouest qu’à l’Est. Qui l’y a donc fait élire puisqu’il n’y a pas de chefs" ? Le Dima pense qu’il faut plutôt ramener les choses à leur juste proportion. "Commençons par étudier le phénomène parce que c’est un phénomène qui nous appartient, c’est notre culture, c’est notre coutume à tous. Cela n’appartient pas à une minorité de personnes mais à tout le peuple burkinabè qui doit s’approprier cette affaire de façon à pouvoir l’utiliser à bon escient", a-t-il ajouté. Selon le Dima, les chefs traditionnels suivent les débats liés à cette question mais ils n’ont pas encore élaboré leur statut qui sera pris en compte par la Constitution.

Le RDS ne siège pas au CCRP

L’institutionnalisation de la chefferie, a-t-il relevé, n’est pas un cadeau qu’on veut offrir aux chefs traditionnels car malgré le fait que la Constitution reconnaîsse la libre pratique des coutumes à condition qu’elles ne troublent pas l’ordre public, l’administration a toujours pu, au nom de cette disposition, empêcher les coutumes de s’exercer. Le président du RDS, Ouindilassida F. Ouédraogo a, pour sa part, confié que le parti ne siège pas au CCRP mais il reste favorable à ce qui sera décidé concernant le statut des chefs traditionnels. Il a dit que le RDS a, en perspective, de participer aux prochaines consultations électorales en envisageant des alliances avec d’autres formations politiques et espère que la biométrie adoptée par le Burkina permettra d’améliorer le processus électoral. Toujours au titre des perspectives, le RDS, a-t-il fait noter, compte s’implanter dans les 45 provinces du Burkina.

M. Ouédraogo a laissé entendre que le parti a mené plusieurs activités qui lui ont permis d’élargir ses bases et de se crédibiliser davantage auprès des chancelleries et partis politiques. Il a soutenu qu’au regard de la crise sociopolitique qui a secoué le Burkina et les événements qui s’en sont suivis, un changement s’avère nécessaire. "Il faut tout mettre en oeuvre pour civiliser les élections, faire cesser la gestion partisane des biens publics, arrêter les actes de prédation des biens publics et privés", a-t-il souhaité. Pour le président du RDS, les sanctions infligées à près de 600 militaires ne pourraient être efficaces que si elles sont accompagnées de la mise en place d’une armée réellement républicaine et du renforcement de l’Etat de droit.

Dabadi ZOUMBARA

Le Pays

Messages

  • c’est quoi ce delire ? qui lui a dit qu’il n’y a pas de chef a l’ouest ? un chef doit etre forcement mossi ? c’est quoi ce obscurantisme ? voila justement le danger de pour les "chefs" coutumier de faire de la politique. je crois que le burkina a besoin d’un debat sur son identite.

    • Pardonnez- moi, mais ce chef est un inculte. Etre chef, c’est forcement porter un bonnet rouge qu’ on ne respecte meme pas ? Va a l’ ouest et tu verras que le chef est democratique. C’est ton comportement qui te fait chef et non ta filiation. Si tu merites d’ etre chef, tu seras chef, cad, leader ne et non transmis.Les notions de societes sans chef, de societes acephales, et pire, de societes anarchiques sont depassees et il faut vraiment manquer de culture que de parler comme ca. Voila comment je parle a un "chef" qui de mele de faire de la politique ... partisanne. On sait que tout le monde fait la politique, meme les pretres amis on ne veut pas que certaines personnes, de par leur position sensible en societe, s’ affichent comme toi naaba de Boussouma, ou du moins Naba de l’ MDS puisqu’ a partir de maintenant, tu es plus naaba de ceux qui cveulent se mettre sous la couple reglee de cet autre partillon. Tu n’es plus l’ homme du consensus.

      LOP

    • Voilà pourquoi "les chefs ne doivent pas faire de la politique" partisane. Et voilà pourquoi la tradition chef les mossi fait obligation au chef de ne jamais prendre parole dans les débats publics pour pouvoir rester impartial et prendre les bonne décision dans l’intérêt de tous et non pas en faveur d’un seul parti.

      Mais de nos jours, il y a des pseudos sages, qui n’ont de sagesse que les apparats et de fierté qu’un égoïsme de courte vue. Mais que voulez-vous ? Pour l’instant, n’ont voix au chapitre que ceux sont incapables d’une solide réflexion et ceux qui n’osent pas ou plus dire ce qui dérange. L’imbécilité nous tueras tous !

  • C’est une contradiction dans les termes que de dire que :"Les chefs ont toujours fait de la politique".
    Car la politique veux dire "choisir son camp".
    On est soit d’un parti ou d’un autre parti politique.
    Alors que dans la tradition, le chef doit rassembler tous ses sujets quelques soit leur pensée et leurs opinions.
    On peut prendre pour exemple des démocratie avancée comme le royaume uni, la France, la suède,... où les chefs se gardent d’afficher leur appartenance politique pour ne pas être désavoués par une partie de leurs sujets.
    Comme on dit souvent "la vie est un choix".
    S’il veut faire la politique, que le chef descende d’abord du trône d’où il est censé représenter tous ses sujets.
    N’allons pas chercher plus loin...
    merci.

  • Oui, mais ce n’était pas la politique des Blancs. Les intérêts personnels ont pris le pas sur ceux collectifs, sinon comment expliquez-vous que les cérémonies d’intronisation deviennent des champs de bataille. Certains chefs sont capables de bannir tout individu qui ne penserait pas comme lui. Nous devons adapter la modernité à la tradition et non le contraire, pour ce cas précis.

  • Vive, notre chef, vive notre dima, un homme sage et intelligent. Pourquoi ne repondez-vous pas a la question du dima qui demande des reponses sur le faite que le president est plus elu à l’ouest qu’a l’est ?

    On constate dans beaucoup de cas des individus mal intentionnes, d’origines douteuses qui saisissent toute opportunite pour insulter les chefs mossé. Si vous n’avez pas de chefs c’est votre choix. Nous, mossé, nos chefs sont tres utiles et le systeme qu’ils gerent n’a pas ete importé d’ailleur. Un produit original qui a fait ses preuves pendant plus de mille ans. Ceux chefs ne seront jamais comparable a vos idols, ces revolutionaire sanguinaires qui ont tué leurs compatriotes pour des causes maxistes et lenimistes.

    • va te reposer stp parceque tu es fatigué mentalement

    • La democratie n a jamais ete importe.Elle est meme la nature de l individu rasjonel.L arbre a palabre en afrique par exemple.Ces notions-la sont innees.Le regime sanguinaire dont vous parlez a changer seulement de comportement sinon se sont les memes elements qui sont au pouvoir aujourdhui.Les chefs traditionels peuvent etre leguer certains devoir en cas des crises sosiales pour l unite nationale avec neutralite et integrite comme partout dans le monde.Aulieu de se meler dans la politique corruptive.Leur statut devrait etre defini a sa juste valeur.

    • À l’ouest il y’a également des chefs, seulement ils sont considerés comme des humains et on ne plonge pas pour ramasser leur crachat...et on ne se prosterne pas devant eux parceque aucun homme ne doit se prosterner devant un autre homme.

    • Comme l’ a dit le premier intervenant repondant a miserable reflexion, tu es fatigue mentalement. Le pire, c’est que tu es ne avec cete fatigue mentale. Tu veux devier le debat. On ne s’ en prend pas aux mossi mais aux derives nabales. Sinon qui ne reconnait pas que la chefferie est importante dans la societe mossi. Encore qu’ on fassse attention a ne pas confondre societe mossi et societe civile tout court. Tu dis qu’ on insulte les chefs mossi. S’ ils meritent les injures, il seront insultes. Pian. Si ds chefs qui n’ ont pas pityie de leurs bonnets rouges vont s’ agwenouiller devant des taalse qui ont eu le pouvoir au detour d’ un coup de canon, c’est que ces chefs sont vraiment indignes et doivent se casser. Ils ne peuvent plus etre le chef des mossi, un peuple fier. On va les vilipender, les insulter mais c’est des individus corrompus qu’ on insulte . Pas une culture, pas un peuple. Dans leurs agissements indignes, c’est en fait tous les mosssi qui se respectent qu’ ils trainent dans la boue. Quand ces cheffailons mettent en peril la paix sociale, quand les batons, les gourdins et les zaande parlent, ce ne sont pas les gens de l’ ouest qui meurent en premier lieu. C’est ce que ton cerveau fatigue ne peut pas comprendre. Alors, tu te mets a melanger tout. A attaquer tous ceux qui sont contre ce systeme nabal vermoulu et entretenu par des politiciens sans projet de societe reel. Sais-tu meme que beaucoup d’ intervenants peuvent parler comme s’ ils etaient de l’ ouest sans l’ etre ? je te comprends. Ton xcerveau est fatigue. Va te dormir. Tu es fatije.

    • On peut etre tetu, bouché mais atteindre votre niveau est intolérable

  • Mon cher NABA, Chef.., le Naba rime avec noblesse, sagesse, vérité. Alors que la politique, elle rime avec mensonge, vole, falsification de la vérité historique, richesse sans limite. NABA, c’est pourquoi nous voulons que vous nous préserviez ce qui nous reste de bien.

  • Bonjour,
    Je n’ai pas lu tout l’article mais je suis parfaitement d’avis avec sa Majesté le Boussouma : les chefs, par définition font de la politique. On ne dirige pas des hommes, une société sans en faire. Le penser c’est se voiler les yeux. Il faut donc que le CCRP les ouvre bien grands et laisse les chefs tranquilles. Vouloir les cantonner dans un statut où ils n’en feraient pas, c’est se berner car ils continueront d’en faire par personnes interposées et avec une rémunération à la charge du contribuable. Moralité ? C’est une mauvaise solution.
    Debf

    • ...Il faut que le CCRP leur ouvre bien grandes les caisses car des naaaba mangeurs sans pricincipe, c’ est ca maintenant la regle plutot que l’exception. Personne ne dit que les chefs ne font pas de la politique. Personne n’ est naif. On fait de la politque des lors qu’ on vit en societe. mais on ne veut pas de la politique partisanne. En tant de crise, pouvez- vous encore etre juge et partie ? la plupart des chefs mossi(n’ ayons pas peur des mots)ont perdu leur dignite parce qu’ ils n’ ont pas pu discipliner leur ventre et leur bas- ventre avant que de voulouir diriger des millions d’ individus.
      Que les chefs se mettent en dehors de la politique politicienne pour jouer leur veritable role d’ arbitre social. Ce ne sont pas les crises qui manquent dans ce tte societe ultra- inegalitaire ou les injustices sont criardes.

      LOP

  • bonjour et bonsoir chers lecteurs
    je pense que le dima n’a rien compris par rapport a ce que les chefs coutumiers se tiennent hors de la politique vous voyez aujourd’hui que presque les intronisations de chefs de village ne repondent plus au critère de la tradition mais prennent en compte l’appartenance politique alors que la chef traditionnelle doit etre garant de l’unité ,de la cohesion et de la solidarité ; les chefs coutumiers sont intonisés aujourd’hui avec des gaz lacrimogènes parcequ’il n’y a plus de verité et d’objectivités dans vos choix,si vous pensez que la politique est mieux que la chefferie descendez et vous remettez a quelqu’un d’autre le trone et engagez vous resolument dans la politique,et laisser la tradition dans les mains de ceux qui peuvent travailler avec l’ensemble des citoyens sans discrimination aucune.A bon entendeur salut

  • c’est pathetique ce genre de sortie dans les medias Et dire que cela vient de quelqu’un qui se dit chef...Il est la preuve que justement la chefferie traditionnelle ne doit pas se meler de politique partisane sinon il n’est plus chef traditionnel. Cela ne signifie pas qu’il n’a pas d’opinion politique ! nuance !
    Ce qui me desole encore plus c’est que, il y a a peine un an, les chefs traditionnels s’etaient reunis a koudougou autour du naba d’Issuka (modeste yameogo) qui avait tiré la sonnette d’alarme sur les devoiements de la chefferie traditionnelle qui s’impliquait dans la politique partisane. Apparemment certains n’y ont rien retiré, a moins que l’attrait de l’appat du gain ait été trop puissant. Le poisson commence toujours par pourrir par la tete : si ceux qui sont censés etre la tete pour nous guider dans la cohesion (la conception du chef selon nos traditions) se preoccupent maintenant de partage partisan (donc contre une partie de leur population) : decidemment l’afrique est pourrie fini. Mais esperons que des chefs clairvoyants comme Modeste Yameogo d’Issuka finiront par se faire entendre de leurs pairs. Cela ne veut pas dire qu’un chef traditionnel n’a pas d’opinion politique. C’est different. Honnetement ce chef aurait pu se passer de cela, meme a travers des arguments alambiqués bien tenus sans queue nitete, pour tenter de justifier un choix que lui meme il sait que ca gene. Quand le chef perd sa dignité dans l’injustice, d’ou retire-t-il alors son statut de chef ? Nulle part. Il est devenu chef de bande.
    SOME

  • les chefs traditionnels ont tjrs fait de la politique mais la bonne. pas la politique de diviser

  • Le Dima a bien raison : les chefs moaga ont toujours fait la politique et ils vont toujours faire la politique. C’est la raison pour laquelle on ne peut que rejeter toute tentative de vouloir faire d’eux des citoyens au-dessus de vous et moi en leurs conférant un statut constitutionnel en dehors de ce que la Constitution de la République, quatrième du genre, confère à vous et moi. Ceux qui prétendent que le chef moaga doit être impartial et doit rassembler tout le monde exprime leurs propres désires et leurs perceptions (approche normative) de l’institution cheffale. La réalité historique et actuelle ( approche positive) est toute autre : tous les prétendants malheureux au trône devaient impérativement quitter le village ou le royaume et le plus souvent leurs partisans avec, ça c’est l’histoire ; de nos jours il y a de nombreux villages moaga bicéphales avec des populations divisées qui se haïssent cordialement au point qu’il suffit d’une petite étincelle pour mettre le feu au poudre et ça dans une République. Demandez aux prétendants malheureux au trône qui ont été enlevés par les forces de l’ordre de la République pour sauver leurs vies ils vous diront si le chef moaga est exclusivement impartial et rassembleur. Il faut éviter le mélange des genres dans une République.Oui, que les chefs fassent la politique comme vous et moi mais qu’ils fassent le deuil d’un statut constitutionnel !

    • Bien dit.
      Si tu ne fais pas la politique, la politique te fera.
      Aujourd’hui on est plus clément en matière de chefferie traditionnelle moaga qu’avant. On tuait les mauvais perdants car le trône c’est pas pour les peureux mais pour les courageux. Et si tu les laissais vivants, ils reviendront plus forts te détrôner. Voilà qui est politique. Aujourd’hui c’est chaud mais vous cohabiter tout de même. Le chef c’est la lumière et tout le monde doit se mettre à la lumière et non dans l’obscurité. Sa politique est celle de ses sujets. Mais comme nous ne naissons pas tous pour porter le même nom, nous ne pouvons pas tous être du même bord politique. Libre à qui veut d’être militant du parti du chef ou de n’est pas l’être. Le chef est juge coutumier il n’est ni juge judiciaire (constitutionnel) ni juge pénal.

    • Merçi Nonga bien dit les ont le droit de faire la politique ça c’est un droit que l’on ne peut les enlever n’en déplaise aux...........

  • S’il est vrai que la politique est l’art de gérer les peuples, les chefs traditionnels mossi ont toujours fait de la haute politique. Renseignez-vous auprès des écrits sur Voulet et Chanoine lors de la prise de Ouagadougou et autres,où l’Empire mossi est comparé à la France en terme d’organisation politique.

    Seulement, en France, la République a balayé la monarchie avec tout ce qui s’en suit, mais leurs Rois restent leur fond de culture. Au Burkina, c’est la confusion. Ou on est en république, ou on n’y est pas. Ou on est bonnet rouge pour incarner la culture (noble par essence), la paix, la dignité la solidarité et l’intérêt de tous, ou on enlève son bonnet pour prendre part à la gestion de la République, sinon on est source de division des gouvernés et source d’injustice et de tensions sociales de toutes sortes.

    Je propose alors que les chefs traditionnels laissent tout simplement leurs bonnets rouges à la maison pour se présenter aux rencontres de la République. Pas d’influence. Et ne salissons pas ce qui n’est pas à salir.

  • rien qu’a lire l’intitulé de l’article ça m’énerve...

  • excuser mais quant je rencontre un chef au bonnet multicolore, j’ai honte car ceux qui portent ce manteau de nos jours sont tout sauf garant de nos traditions et cela me peine. la politique que faisait les chefs pour parler comme lui, n’était pas comme ça. y avais pas de partie politiques ou pas de multipartisme. tous les peuples regardaient dans la même direction : contre l’esprit colon. mais maintenant les peuples sons divisés entre eux. comme vous pouvez tranché honnêtement un problèmes en prenant parti. non et non.
    vous deviez avoir honte de toujours défendre de telle idée passée et dépassée. à peine les jeunes respectent les chefs de nos jours, les raisons avancées : ils sont tous des poubelles.
    donc quitté la politique pendant qu’il est temps, sinon c’est la politique qui va vous quitté. je parle même pas de votre influence négative, chose évidente d’ailleurs, pendant les votes mais le jugement injuste que vous portez sur certains de vos sujets par rapport à leur appartenance politique. c’est pas digne.

  • Je suis d’une region ou ces pratique de chefferie n’ont pas grandes importance comme chez les mossés ; je suis parfaitement d’avis avec le Dima ; les chefs sont des citoyens à part entiere comme tout citoyens, il doit bien sur faire de la polique pour financer et gerer son royaume. Poourquoi voulez vous les octroyer constitutionnellement un statut à part comme s’ils etaient differents des autres. Chacun doit se battre pour assurer la gouvernance de sa parcelle de pouvoir. C’est le parti au pouvoir qui est venu crée tout ce desord, en financant certains chefs dans le noir pour avoir leur soutien ; Au temps de la revolution, le Faso ne connaissait pas ces histoire et c’etait bien ainsi d’ailleurs

  • Sachez seulement que CCRP= C. Compte Rester au Pouvoir !!!
    Et comme vous connaissez tous C. soyons vigilants !

  • malheureusement au burkina jusqu’a present le chef moaga n’est pas le chefs des burkinabe, n’en deplaise aux manigances ou aux illusions de certains. Si les mossis adorent leur naba tant mieux mais cela reste a leur niveau et qu’ils se debrouillent avec et non l’imposer aux autres
    SOME

    • Bien dit, SOME. On ne ;peut pas em[pecher quelqu’ un de vouloir se vassaliser. mais de la a croitre que vous pouvez nabahiser ce payus, vous vous fourrez le doigt dans l’ oeil juqu’au coude./\.

  • Naaba TIRAONGO est le fondateur du royaume de boussouma.Il est le fils de Naaba ZOUNGRANA.Lui et son frère ainé OUBRI venus tous les deux de Tenkodogo s’installèrent à OUBRITENGA afin de mener le combat pour recupérer le territoire de Ouagadougou.Il créèrent ainsi le royaume de Ouagadougou.Après avoir créé le royaume de Ouagadougou TIRAONGO demanda la permission de s’en aller à son frère afin d’éviter les conflits du pouvoir.Il se dirigea ainsi vers la Volta Blanche (un fleuve appelé aujourd’hui Nakembé )pour conquérir son propre térritoire.Mais arrivé à ce niveau,le fait est qu’il existait un royaume appellé NINISI.Alors les fétiches qui sécurisaient le royaume ainsi que les esprits de la montagne appelé Kissenna le croisèrent afin de l’empècher d’entrer dans le territoire .Alors il discuta avec eux puis ceux-ci se mettèreent de son coté et le laissa entrer dans le territoire.TIRAONGO entra donc dans le territoire et constata que les Ninisi étaient installés au bas de la montagne.Il arriva donc et demanda réfuge au roi et son peuple mains ceux-ci par crainte refusèrent de le reçevoir prétendant quèil n’y avait pas de place pour les étrangers dans ce royaume.C’est alors qu’il remarqua la présence d’une habitation à l’est.Cette habitation appartenait à un Ninisi qui s’était installé à l’écart des autres.TIRAONGO se rendra dans cette habitation et discuta avec ce derneir et celui-ci au détriement de la décision prise par ses confrères accepta de le reçevoir.TIRAONGO passa donc la nuit chez ce dernier.Le matin au reveil ill confia à son hébergeur que dans sept jours il reviendra avec un battaillon pour attaquer les NINISI.il retourne à Ouagadougou mais il précisa aussi à son hébergeur que s’il entendait l’arrivée du battaillon il lui faudra se mettre à la droite de l’armée lui et toute sa famille afin d’eviter d’etre victime de l’attaque.Ainsi, le septième jour, TIRAONGO débarqua en térritoire NINISI avec son battaillon.Le combat fut sanglant mais courronné de succès pour TIRAONGO.Après avoir gagné le combat,TIRAONGO s’installa et le gens venaient d’à gauche à droite se prosterner devant lui.C’est ainsi qu’il demenda d’après son hébergeur mais ceux-ci repondirent qu’ils n’en savaient rien.Il ordonna donc de le rechercher parcequ’il l’avait demandé de se mettre à la droite de l’armée et s’il a respecté cette consigne alors il est toujours vivant.De nombreuses personnes s’en allèrent donc à la recherche de l’hebergeur.Ils le retrouvèrent et l’emmenèrent auprès de TIRAONGO.Arrivé chez TIRAONGO, l’hébergeur tout éffrayé et convaincu qu’il allait mourir suppliait TIRAONGO de l’enterrer s’il le tuait qu’il ne voudra pas que sa dépouille traine à l’air libre comme celles des autres.Le mot enterrer signifiant en morré "BOUSSOUMA" donna ainsi donc naissance à la création du royaume de BOUSSOUMA.Ce territoire fut donc baptisé BOUSSOUMA.Il épargna donc la vie de son hébergeur.Les descendant du royaume de BOUSSOUMA existent toujours aujourd’hui.Après s’etre installé, TIRAONGO continuait toujours les conquètes de térritoire tout en créant des bases de combats au fur et à mésure qu’il s’éloigne.Ses bases de combat sont appelées KOMBERE.Allant de conquètes en conquètes ,TIRAONGO fit neuf ans sans donner signe de vie.Ses concitoyens estimèrent donc qu’il avait perdu la vie alors ils organisèrent ses funérailles et se distribuyèrent tous ses biens.Après les faits et un long moment de silence TIRAONGO est de retour au royaume à la surprise totale de tout le peuple.La déception fut grande quand TIRAONGO constata que son peuple avait fait ses funérailles de son vivant.Il dit donc au peuple que c’est à cause du trone qu’ils ont fait tout ceci.Il décida donc de leur épargner la vie mais confia que sa lutte ne sera pas vaine .C’est ainsi qu’il ordonna au peuple de retourner à Ougadougou et de le ramener NABIGSWENDE afin qu’il le succède après sa mort.NABIGSWENDE n’était pas né à l’époque de tous ces faits.NABIGSWENDE arriva dans le royaume de BOUSSOUMA accompagné de sa mère et de ceux qui étaient allés le chercher.Il arriva dans le dit royaume sans aucun pouvoir.Il n’avait aucun pouvoir à son arrivée donc pas de trone à son arrivée.Il est juste venu sous les ordres de Naaba TIRAONGO.Il succeda donc à Naaba TIRAONGO après son décès comme celui-ci l’avait ordonné.C’est ainsi que NABIGSWENDE devenu roi du royaume de BOUSSOUMA.Depuis lors le trone se succède entre les descendants de NABIGSWENDE mais le roi est nommé par la famille TIRAONGO.Il faut bien noter que les autres royaumes et chefferies y compris le Moogho Naaba n’ont auccune influence sur le royaume de BOUSSOUMA .Bien au contraire c’est plutot le royaume de BOUSSOUMA qui peut manifester son influence sur le royaume de OUAGADOUGOU compte tenu de la participation de Naaba TIRAONGO à la conquète et création du royaume de OUAGADOUGOU.Mais il s’avère que de nos jours on raconte aussi bien sur les fréquences de radio et meme sur internet que c’est NABIGSWENDE qui a fondé le royaume de BOUSSOUMA .Alors nous tenons à affirmer à ce propos que tout ceci est faux.Ce ne sont que des mensonges inventés par des gens qui veullent falcifier l’histoire du royaume.Si des gens prétendent que Naaba TIRAONGO n’est personne dans le royaume de BOUSSOUMA alors nous en tant que dignes et nobles descendants de Naaba TIRAONGO tenons à faire comprendre au grand public et à tous ceux qui veulent savoir la vérité sur l’histoire du royaume de BOUSSOUMA que celui qui n’est personne dans ce royaume c’est NABIGSWENDE.Alors nous demendons à tous ces menteurs d’arreter de raconter des bettises sinon si les choses continuent ainsi , la fin risque d’etre tragique pour tous. Et nous voulons aussi préciser qu’il faut empecher toutes ces personnes qui ont été renié par leur famille de dire un mot sur l’histoire du royaume parcequ’elles n’en savent absolument rien à ce sujet.Aussi il faudra que les roi Naaba SONRE sache qu’il doit prendre beaucoup soin de Naaba kOIIGA "roi de la famille TIRAONGO" parceque s’il decede avant lui nous lui faisons la promesse de lui rendre la vie difficile......

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : « Leur PNDES n’est qu’un fiasco, un pétard mouillé », mate Eddie Komboïgo
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés