Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Inhumation de Mgr Dieudonné Yougbaré : La béatification demandée pour le premier évêque de l’AOF

Accueil > Actualités > Nécrologie • • jeudi 10 novembre 2011 à 02h16min

Mgr Dieudonné Yougbaré rappelé à Dieu,vendredi 4 novembre dernier, a été conduit à sa dernière demeure le mercredi 9 novembre 2011 à Koupèla,au sanctuaire marial de Binatenga, site où les premiers missionnaires ont deposé leurs valises. De la cathédrale Notre-Dame de l’Immaculée Conception de Ouagadougou à celle de Notre-Dame des Grâces de Koupèla, les hommages et témoignages se sont succédés, les uns aussi poignants que les autres sur ce grand homme d’Eglise.

Les populations de Mogteedo, de Zorgho, de Pouytenga et de toutes les petites bourgades traversées ont lancé un appel silencieux à la béatification immédiate de l’homme de Dieu porté en triomphe et déjà au panthéon des heureux élus. Comme à l’entrée de Jésus dans Jérusalem, des malades venus quérir la santé dans un centre de raboutage à Bougré, un village du Ganzougou, situé sur la nationale n°4, ont jeté des pagnes sur le bitume pour que passe dessus le cortège, tandis que tout le long des villages traversés, on accourait avec des branches d’arbres ou des fleurs pour acclamer celui qui, après avoir annoncé l’Evangile à tous, va se reposer de ses fatigues dans le sein d’Abraham.

Les témoignages sur l’exemplarité de la vie de l’homme n’ont pas tari tout le long du cortège et de ses escales. Mais c’est à Mgr Wenceslas Compaoré, évêque émérite de Manga, qu’il est revenu de reconnaître publiquement en celui dont tout le monde pleure la disparition, «  ?l’évêque, le prêtre, l’homme peu bavard, silencieux même, spirituel et malicieux, discret, sérieux, ascète, humble, homme de travail, mais aussi de prière, détaché des biens et des honneurs, simple parmi tout le monde, … un saint ? ». En d’autres termes, c’est une demande de canonisation pour celui dont la vie a été en tout point édifiante.
Etre déclaré Saint dans la tradition de l’Eglise catholique, c’est être déclaré apte à intercéder auprès de Dieu pour les hommes, car jouissant soi-même de la félicité du Paradis. Le titre de Saint est obtenu seulement après un long et coûteux procès en béatification qu’il n’est peut-être pas donné à de pauvres églises vivant déjà de subsides de pouvoir supporter.

Mais, des cas existent à l’exemple du Bienheureux Jean-Paul II, pape, dont on allégea la procédure de canonisation parce qu’il faisait déjà l’unanimité de tous autour de ses vertus et de la certitude que la main de Dieu était sur lui, de la part de croyants et de non-croyants, de catholiques mais également des autres confessions religieuses. Ce n’est certainement pas par pur mimétisme que cette demande, d’abord muette, se précise en cette veillée de prière autour de la dépouille mortelle de Mgr Yougbaré. Les deux hommes de Dieu non seulement se connaissaient, mais s’estimaient autant à en croire la lettre pleine d’éloges adressés par le pape à Yougbaré, à l’occasion de la cession du siège à son successeur Mgr Séraphin Rouamba.
«  ?J’ai combattu le bon combat, je suis allé jusqu’au bout de la course, j’ai gardé la foi.

Et maintenant, le prix de la victoire m’attend ? : c’est la couronne de justice que le Seigneur, le juste juge, me donnera au jour du jugement. Et il ne la donnera pas seulement à moi, mais à tous ceux qui attendent le moment où il apparaîtra.? » 2Tim 4,7-8. Les témoignages se suivent et concordent sur le disparu qui a choisi pour devise sacerdotale ? : ?«  ?Yahvé est mon rocher.? » Mgr Yougbaré a vécu cette devise dans sa chair, aussi bien jeune séminariste que dans la fragilité de la maladie et du poids de l’âge. Il est resté fidèle au Christ et savait garder ce calme olympien face à l’adversité d’où qu’elle vienne. Le témoignage d’un catéchiste de Zorgho est pour le moins édifiant à ce sujet. En une matinée de mai 1969, à l’enterrement d’un de ses prêtres, le père Leone Dona Doni, un essaim d’abeilles a fondu sur la foule venue nombreuse accompagner le père à son ultime demeure.

Tous ont pris la fuite sauf deux ? : le cadavre et Mgr Dieudonné Yougbaré. L’homme, dit-on, est resté de marbre et n’a pas bougé même le petit doigt pour tenter de chasser les volatiles qui le dardaient. Il a gardé sur son visage les stigmates des piqures des abeilles.
Saint, tout de suite, Mgr Yougbaré, à l’exemple de Saint Paul a couru «  ?les yeux fixés sur le but ? » et a durement traité et sévèrement maîtrisé son corps afin de ne pas être rejeté après avoir prêché aux autres. 1 cor 9, 26-27. Mgr Wenceslas donne à ce sujet le témoignage suivant ? : ?"il (Yougbaré) avait le corps si frêle et le visage si émincé que l’on se demandait s’il mangeait et s’il buvait… mais bien sûr qu’il mangeait ? !

A la source eucharistique pour laquelle il avait une dévotion particulière ? : après la sieste, il avait sa visite quotidienne au Très Saint Sacrement. Il buvait, c’est sûr, surtout à la source de la patristique, surtout augustinienne dont l’amitié a valu au petit séminaire qu’il a fondé en 1960, de porter le nom de l’évêque d’Hippone ? : même mal voyant, ces deux heures de lecture quotidienne lui étaient régulièrement assurées par son socius et neveu, abbé Gérard Yougbaré".

L’indifférence totale vis-à-vis de l’argent, était pour lui viscérale. On ne peut pas servir deux maîtres ? : Dieu et Mammon. Personne ne pourra désigner après lui, une case ronde quelque part ou un vélo qui soit sa propriété. Comme le Christ, il laisse probablement sa soutane (tunique cousu d’une pièce ? ?) sans dorures ni même de boutons violets ornementaux. A la passation de service après sa nomination pour le remplacer, Mgr Séraphin F. Rouamba se souvient des comptes qu’il lui fit en ajoutant : «  ?nous ne sommes pas riches vous l’aurez remarqué, mais nous ne devons à personne.? » Traduction certainement racée et très courtoise de ce qu’aurait dit le Koupéléen lambda ? : ?«  ?Je mange le tô de ma femme et me soulage dans mon potager ? ». Mgr Rouamba de lui adresser cette prière ? : «  ?Obtenez de Dieu que vous contemplez aujourd’hui pareil détachement pour vos prêtres, en ces temps d’épreuves que traverse l’église ? ».

Homme de terrain, il l’est resté en gardant le contact avec le monde. Il est toujours informé de tout, et ceux qui sont dans l’action et les responsabilités n’ont pas le temps ni la patience de le suivre. Plus d’un visiteur s’est trouvé surpris par la connaissance qu’il a de domaines divers de l’actualité.

A la fin de la cérémonie de la messe de requiem, les témoignages ont repris de plus bel. Le Cardinal Barbarin a rappelé les mérites de l’homme et a comparé la présente à la messe de La place Saint Pierre lors de l’’"Au-revoir" au pape Jean-Paul II.

Thomas Dakin POUYA (pouyemtiim@yahoo.fr)


Entrée de Mgr Yougbaré à Koupèla

En ce vendredi du 4 novembre, la famille catholique s’est réveillée triste et endeuillée car l’évêque émérite, Dieudonné Yougbaré a vécu. Et ce fût le glas qui retentit de la cathédrale Notre-Dame des Grâces. Vint ensuite le «  ?kyrie ? », la messe des morts chanté en grégorien à la Radio Maria puis, un communiqué annonçant l’effondrement du baobab de la savane ecclésiastique d’Afrique noire. «  ?L’Eglise-Famille du Burkina pleure la disparition, très tôt ce matin, de Monseigneur Dieudonné Yougbaré à l’âge de 94 ans 9 mois. Union de prières ? ». Voici une mission qui s’est accomplie sur la terre des hommes pour que la mission de louange et d’intersection ininterrompue reprenne aux cieux ? ; telle est la foi du croyant convaincu.

En effet, cet homme dont la vie a fini de convaincre plus d’un que dans ce siècle de bruits, on trouve toujours des gens à la taille des saints contemplatifs dont le parcours rempli de témoignages et de prières est un exemple pour tout homme de bonne volonté. A l’arrivée de la dépouille mortuaire de feu Yougbaré au soir du mardi 8 novembre 2011, en sus de la très longue suite de véhicules l’accompagnant depuis Ouagadougou, les rues de Koupèla ont refusé du monde. Pour ceux qui ont vécu l’événement en direct, ce fût un remake de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Le petit kilomètre qui sépare "le domicile de feu Emile Damiba" (l’Archevêché) de la cathédrale a été parcouru pendant plus d’1 heure d’horloge. Le retour du «  ?Saint homme ? » dans sa cathédrale après l’avoir quitté il y a 16 ans de cela pour une retraite méritée.

Désormais, l’histoire retiendra dans ses annales ce spectacle jamais vu de mémoire de Koupéléen, mobilisant agents de sécurité, autorités politiques, coutumières, religieuses, et populations, toutes religions confondues. Tambours, ciréennes, sifflets, castagnettes, cymbales, clochettes, acclamations, cris de joie, klaxons de motos et de véhicules, le tout Koupèla avait rempli la grande artère entrant dans la cathédrale.

Amédée SILGA

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 10 novembre 2011 à 10:49 En réponse à : Inhumation de Mgr Dieudonné Yougbaré : La béatification demandée pour le premier évêque de l’AOF

    Repose en paix grand homme !

    Aucune case, aucun bien personnel c’est ça la marque des grands hommes d’église et vous êtes un exemple. Contrairement à ceux qui s’engagent mais avec pour objectifs de se construire des châteaux, payer de grosses cylindrés et briller par le non respect des différents interdits. honte à vous !

    Répondre à ce message

    • Le 10 novembre 2011 à 10:58 En réponse à : Vivre avec sa generation

      Mon type,

      Mgr Yougbare date des annees 1930s. Pourquoi tu veux qu’un jeune eveque de 30 ou 40 ans se prive de villas, voitures, voyages en vacances, cellulaires, vins, champagne...C’est une nouvelle generation et chacun vit avec sa generation.
      Laisse les jeunes pretres et eveques faire leur vie comme ils l’entendent, jaloux-la.

      Répondre à ce message

      • Le 19 novembre 2011 à 13:14, par Mme BAZIE Noële PMY En réponse à : Vivre avec sa generation

        tu es aveugle mon frère c’est pas de la jalousie c’est juste une question de j’ai décidé et choisi de suivre Dieu (c’est le serment que les prêtres on prêté) N’oublie pas qu’au temps de Jésus y avait des grands rois et ceux ci ne manquait pas de s’offrir tout le luxe qu’il leur fallait ; pareil aussi pour MGR YOUGBARE à son époque aussi les belles villas, voiture, vins, champagne existaient bel et bien. On peut bien s’adapter à sa génération dans l’humilité la simplicité. bref pour ne pas étendre le débat sur cette pauvre génération de prêtres dont la plus part s’adonnent à la belle vie De toute façon l’exemple de Mgr YOUGBARE Interpèle tout être qui désire suivre Dieu.qu’il intercède pour l’affermissement de votre foi et pour ns tous !!!!!

        Répondre à ce message

    • Le 10 novembre 2011 à 22:54 En réponse à : Inhumation de Mgr Dieudonné Yougbaré : La béatification demandée pour le premier évêque de l’AOF

      Même si vous devriez avoir une maigrichone apparence de rationalité terrestre dans ce que vous avez maldroitement concocté ou écrit, l’inopportunité du lieu et des circonstances enlève toute vélléités de crédibilité à vos scandaleuses affirmations gratuites qui n’ont fait que vous couvrir de la honte et de l’oprobre que vous avez tenté vainement de couvrir toute la grande majorité d’hommes et de femmes d’église. Vous la fermez maintenant et respectez s’il vous plaît l’honneur et la dignité dues à ceux qui ont quitté ce monde ici de bas étage pour le royaume Céleste de Dieu le Père. Respectez s’il vous plaît la mémoire de Monseigneur Dieudonné yugbare. Et je m’arrête là pour ne pas trahir ma propre pensée.

      Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2011 à 20:08, par Jbk En réponse à : Inhumation de Mgr Dieudonné Yougbaré : La béatification demandée pour le premier évêque de l’AOF

    Oui !!!!!!!!
    Tous pour La beatification de mgr Dieudonnei !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès de Aimé Damiba : Le témoignage de la famille de Jacqueline et Joseph Ki-Zerbo à l’homme et son œuvre
In memorium : Marcel Paré, Charles André Désiré Paré
Décès de El hadj OUATTARA HEMA Bakary : Faire part
Décès de DA/KAMBIRE Christine Céline : Remerciements et faire part
Nécrologie : Sylvain Vuuru-Sôg Dabiré n’est plus
Décès de KY Firmin : Remerciements et faire part
Décès de PALENFO / DA Yéri Marie Laure : Remerciements
Décès de SONDO Nomouindé François : Remerciements et faire part
Décès de BONIFACE YERBANGA : Remerciements
Décès de JEAN IRMAND KAFANDO : Remerciements
Décès de SOME GUILLAUME MOHAMED : Remerciements
In memoria : Mamadou Michel OUEDRAOGO
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés