BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

mercredi 2 novembre 2011 à 00h57min

La brigade ville de la gendarmerie de Boulmiougou a mis la main sur un faussaire, Emile Oussou. Une action concertée qui a permis de prendre le présumé faussaire dans ses lieux de service à Ouagadougou. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse co-animée par le commandant de la brigade, l’adjudant chef- major Boukary Drabo, en présence des représentants de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF) et d’un représentant de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Le présumé faussaire disposait d’un véritable cabinet de prestations de services. Scannage, copie, certification étaient les spécialités de l’intéressé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La brigade ville de gendarmerie de Boulmiougou a mis aux arrêts un jeune d’environ 26 ans ayant des connaissances très poussées en informatique. Il disposait d’un cabinet dans lequel il offrait des services à des citoyens qui voulaient postuler à des offres de marchés ; c’est ce qui ressort de la déclaration du commandant de la brigade ville de gendarmerie de Boulmiougou, l’adjudant-chef major Boukary Drabo, au début de la conférence de presse. Selon les explications, des entreprises qui voulaient soumissionner à des appels d’offres d’emplois bénéficiaient des services de Emile Oussou. Il procédait alors par le scannage et la falsification des documents administratifs indispensables à la composition des demandes d’appel d’offres. Le présumé faussaire n’a nié aucun fait. Il a reconnu avoir, pour certaines entreprises, monté des dossiers de soumission à des appels d’offres.

Des documents du MENA français falsifiés

Au cours de l’interpellation, le matériel qui a été trouvé chez Emile Ossou est impressionnant. Dans le listing fait par le commandant de la brigade ville de gendarmerie de Boulmiougou, l’on retrouve un ordinateur, un lot important de cachets avec les mentions "original" "copie" "payé livré" des diplômes de DUTS, de BTS, de BEP, de maîtrise, de licence, d’ingénieur, des agréments, des papiers du Comptoir burkinabè du bâtiment, des certificats de non-faillite, 73 cartes grises, un permis de conduire, 51 cautions, une attestation de situation cotisante établie au profit de la brigade ville de Boulmiougou sous un nom inconnu, des documents d’institutions bancaires, de la Direction générale des impôts et même des documents du ministère de l’Education nationale français. Etaient aussi présents à la conférence de presse des représentants de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF). Pour Moussa Traoré, directeur de la facilitation des affaires à la MEBF, nombre de documents retrouvés entrent dans le cadre de la création d’entreprises.

Pourtant, poursuit-il, les conditions de création d’entreprises ont connu des réformes depuis un certain temps et rien n’explique le fait que de telles arnaques se fassent encore au Burkina Faso. C’est dans ce sens que Moussa Traoré a fait cas du Centre de formalités des entreprises (CEFORE). Les coûts ont été réduits et la création d’entreprises ne coûtera en termes de temps que trois jours. Aussi, ajoute le directeur de la facilitation des affaires, il est important qu’en plus des récentes réformes, la certification électronique puisse voir le jour et que l’intranet puisse également entrer en vigueur ; toute chose qui améliorera le climat des affaires. Pour y parvenir, toutes les administrations devront travailler. Toujours dans le sens de la sensibilisation, le directeur du recouvrement et du contentieux de la CNSS, Issa Louré, a signifié que la caisse travaille à la protection des employeurs et aussi des employés.

Il a invité les différentes parties, employés comme employeurs, à se rendre dans les services de la CNSS afin de garantir de bons vieux jours. Victime indirecte de la situation, la CNSS, à travers Issa Louré, a en sus expliqué que " si l’employeur commet un faux sur une attestation de situation cotisante, c’est parce qu’il n’est pas à jour de ses cotisations à la CNSS par exemple ou parce qu’il a trois travailleurs et souhaite soumissionner à un marché où il lui est demandé d’avoir dix travailleurs". Dans une telle situation, poursuit Issa Louré, certaines entreprises passent par des voies de facilité. Lui aussi insiste sur la collaboration entre les services afin que la CNSS puisse vérifier certains documents contenus dans les dossiers. Moussa Traoré va plus loin en affirmant que l’importance de travailler avec la MEBF tient au fait que les entreprises nationales sont appelées à travailler avec d’autres de l’extérieur. De ce fait, la MEBF et ses institutions restent un cadre pour promouvoir un bon climat des affaires au Burkina Faso.

Dorielle POGOBIN

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2011 à 04:38, par papahy
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    la gendarmerie de boulmigou fait du bon boulot. Courage à monsieur DRABO et ses hommes.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 06:28, par Beurk
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Je ne me ferais pas des amis car présenté comme tel et si les choses devraient concerner que le seul monsieur Emile Oussou,je ne vois pas en quoi on devrait vous féliciter parcequ’une fois de plus,vous exhibez un individu alors que les vrais faussaires tapissent à l’ombre.Pourtant ce ne sont pas les données qui vous manquaient car en plus des listings en votre possession,il aurait fallu :
    - faire analyser par des spécialistes les mémoires de tous les outils afin de récupérer tous les noms de ces emberlificoteurs de faux diplômes et de ces entrepreneurs indélicats.Ensuite
    - lancer un vaste coup de filet pour arrêter tout ce beau monde.
    Mais que nenni,vous préférer venir fanfaronner devant la presse alors que le travail n’est pas bouclé.Mais bon...il n’est pas trop tard pour débusquer tous ces malhonnêtes car comme vous le dites,s’il est vraiment un as de l’informatique,ne soyez pas étonnés que beaucoup se sont servis de ces faux diplômes soit pour passer des concours de la fonction publique ou pour postuler à des fonctions dans le privé.Alors au lieu d’évacuer le problème comme vous l’avez fait,je crois au contraire que c’est une affaire très grave qui ne concerne pas une seule personne

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2011 à 14:40
      En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

      T’as mille fois raison,sur ce dossier les investigations st baclées a mon gout ossi.Ils aiment tellement se faire la PUB meme sur les voleurs de poulets qu’ils st prets a faire n’importe koi

      Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2011 à 15:20, par Liberté
      En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

      Je suis d’avis avec toi, j’espère que ce sera le début d’une vaste prise et qu’on ne se contentera pas seulement d’attraper la main ouvrière alors que le cerveau, celui qui donne les moyens se trouve toujours dans la société. Autant, il faut réprimer ce monsieur, il faut aussi que tous ceux qui l’y ont encouragé soient aussi punis.L’impunité a tellement été toléré dans notre pays que chacun se permet ce qu’il veut. Alors que seul l’excellence, peut aider notre pays à etre vraiment un pays émergent, il est temps que les autorités mettent fin aux manoeuvres qui visent à promouvoir la médiocrité. Bravo à vous messieurs de la de la sécurité.
      Nous espérons aussi compter sur les journalistes pour nous informer de la suite de cette affaire, car il est très courant que la presse n’aille pas jusqu’au bout de ce genre d’affaires.
      Vive le FASO !

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 08:13, par simpos
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Je vous ai plusieurs fois felicité, vous les pandores de Boulmiougou pour votre travail mais je trouve maintenant que vous etes tous simplement entrain de faire de la PUB sur vos activités. Ne vous leurrer pas car vous n’etes les seuls qui travailliez correctement. La SRPJ faisait mille fois mieux mais pas de pub. De grace arreter vos conneries maintenant. On sait que vous travaillez c’est bien mais trop d’apparution dans les journaux et television. C’est chuant a la fin.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 09:11, par nati
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Merci à ces gendarmes qui font leur boulot simplement, parce qu’ils sont payés pour ça ; et j’imagine qu’elles pages y’aurait-il dans les journaux pour publier le travail abattu tous les jours par les services de santé, les impôts etc. Et pyis ce qui est bizarre, que font les autres services de gendarmerie de ouagadougou ? Et ce qui écoeurant, j’ai l’impression que ces enquêteurs ignorent les règles él"mentaires de la procédure pénale à savoir que la présomption d’innocence du suspect n’est pas à violé selon l’article 11 du code de procédure pénale ; en tout état de cause il appartient au Procureur du Faso en tant que directeur de l’enquête de police judiciaire de publier des résultats d’une enquête surtout quand des rumeurs sont susceptibles de générer des troubles à l’ordre public. Donc en bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2011 à 12:56, par Verita
      En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

      Tu parles, ces gars-là, ils ne mettent jamais le Procureur au courant avant de faire leur conférence de presse on ne parle même pas de demander l’autorisation pour le faire. C’est à la télé ou dans les journeaux qu’il va voir la conférence de presse. Ce genre d’officier de police judiciaire cherche toujours à se mettre en vedette au mepris des règles de procédure pénale et pour des raisons que personnellement j’ignore.

      Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2011 à 16:23, par DAO
      En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

      Mr NATI, lorsqu’on ignore ou méconnait un domaine, on s’efforce de s’éclipser au maximum même lorsqu’on est interrogé.Cela vous évitera de véhiculer des messages erronés. Vous masturbez l’esprit des citoyens avec vos faux principes juridiques. En tout cas, aucun texte juridique au Faso ne stipule votre commentaire, erroné jusqu’à la racine. Pr votre info, le Procureur du faso est Directeur de la PJ et non Directeur de l’enquête comme vs le pensez.En plus, sur une scène d’infraction, le directeur de l’enquête est autorisé à fournir toute information nécéssaire à la presse. Même si vous avez une formation de juriste, suis sûr que vous faites partie des médiocres de votre promotion. De grâce, arrêtez de polluer le forum avec vos sornettes sans oublier que vous êtes lus dans tout le monde. Quel image pour le droit burkinabè.
      sans rancune aucune !!!!
      Par un citoyen burkinabè ecoeuré après lecture de votre commentaire

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 10:28
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    On a commencé à parler de permis de construire mais combien de temps s’écoule entre le dépot de dossier et l’obtention de ce permis ? 6 mois. Pour que le laboratoire passe faire des prélevements sur ta parcelle avant le démarrage des travaux, il faut encore 6 mois. Donc pour etre en ordre avant des travaux de construction, il faut à peu après un an. Vous croyez qu’on est où là ?

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2011 à 12:55, par tièkadiyé
      En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

      Ce que vous dites est tout à fait exact et vérifiable. En plus je vous dis que les frais cumulés s’élèvent à plus du million. Acceptons alors que les burkinabè soient reticents à établir ces docs dans les règles. D’ailleurs ils ont bien fait de le montrer. Le jour qu’il ressort, si j’ai les moyens et que je suis dans le besoin, je vais recourir à ses services pour les faux permis.

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 11:03
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    respect si il a des connaisence aussi elever offrer un job au lieu de le mettre en barro

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 11:07
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    C’est un travail magnifique que vous venez d’abattre ;mais il faut reconnaitre que les techinque utilié par ce cousin est en realité un peu depassé ;le vrai fleau du siecle c’est la cyber criminalité et les attaques amais armees.
    les cybers cafes sont comme les armes en circulation apres les recents conflits en cote d’ivoire ,liberia siera leone guinee ;la mutinerie au faso ect...

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 11:17
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    La brigade ville de la gendarmerie de Boulmiougou a mis la main sur un faussaire, Emile Oussou. Une action concertée qui a permis de prendre le présumé faussaire dans ses lieux de service à Ouagadougou. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse co-animée par le commandant de la brigade, l’adjudant chef- major Boukary Drabo.
    Je dis chapeau à la gendarmerie de Boulmiougou pour le travail bien fait,elle mérite une recconnaisse. Et les autres ...?

    SID KEITA

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 11:31, par TAO
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Celui là est plus qu’un bandit, sinon un criminel de haut rang à anéantir.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 11:53, par kelgika
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Bravo à cette brigade qui nous rassure que quelque chose est faite pour garantir la sécurité des citoyens Burkinabè.Mon souhait est que l’Etat Burkina vous reconnaisse à votre juste valeur pour donner un exemple à vos collègues...Vive à ceux qui luttent contre le grand banditisme au Faso de nos jours.

    Répondre à ce message

    • Le 2 novembre 2011 à 15:25, par ousmane
      En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

      ce monsieur n’est pas un bandit comme vous le presentez. Ce jeune homme se debrouille pour gagner sa vie. Combien sont ils au faso qui ont les vrais diplomes mais qui ne travaillent pas ? il faut avoir les bras longs pour travailler au burkina au faso meme si on est intelligent comment ! Arretez d’abord les gros poissons.

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 15:39, par traoré
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    je crois que vous connaissez bien les vrais filou que quiconque.au lieu de vous acharné sur un individu allez arrêter les vrais filou que vous connaissez bien. de n’importe quoi !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 16:20, par Compatriote
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    La brigrade doit continuer son travail et surtout arreter les gros faussaires, les gros mafieux de ce pays là et non se contenter de pétits individus. Je pense qu’il y’a de gros grands faussaires qui vivent encore dans l’impunité. Alors brigrade votre arrêt est bien mais c’est pas arrivé ! Débusquer nous les grands mafieux du pays et mettez-les derrière les barreaux, là je pourrai vous dire "bravo". car il suffit pas de brandir un petit faussaire pour justifier que vous travailler ; Au boulot

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 16:34, par Alphonso
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Bravo la gendarmerie de Boulmiougou, ces gendarmes font du bon boulot, d’autres comme celle de Nongremassom (secteur 27) prenne chaque fois de l’argent pour le carburant pour pouvoir faire des sorties et au finisse, rien

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 16:53
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Vraiment il faut féliciter le "Petit Samo" de Drabo : il fait un très bon travail avec ses hommes, et le résultat est visible. Soit dit en passant, est-ce qu’il a sa Carte de Nationalité Mossi ? Sa Majesté pourrait la lui signer gracieusement. Vive la Parenté à plaisanterie !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 17:03
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    Félicitation à la brigade de gendarmerie de Boulmiougou.
    Je souhaite qu’on retrouve au moins un des bénéficiaires des services de Emile Oussou. Cest eux qu’on doit punir plus que le faussaire

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2011 à 19:12, par Yamba dapoya
    En réponse à : BANDITISME AU BURKINA : Un faussaire mis hors d’état de nuire

    LA vie es dur au pays pas de job ,ce monsieur la nest pas un criminelle ni un bandit ,il rend service et en retour il se fait payer e cest plus rapide .car de nos jours il faut debourser le double de la somme dun document avant de lavoir alors pourkoi ne pas trouver des racoursis.

    Ya pas faux papiers .papiers egale papier .
    il nes ps le seul il ya beaucoup dautres mais je pense qui a eu un mauvais clients qui es alle le denonce .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés